RESONANCES (Part 2)

 

James Lee Byars, Jacques Charlier, Lili Dujourie, Alevtina Kakhidze, Sophie Langohr, Jacques Lizène,  Emilio Lopez-Menchero,

Jacqueline Mesmaeker, Guy Mees, Benjamin Monti,  John Murphy, Pol Pierart,  Valérie Sonnier,  Raphaël Van Lerberghe,

Marie Zolamian.

 

La résonance est un phénomène selon lequel certains systèmes physiques, électriques ou mécaniques... par exemple sont sen- sibles à certaines fréquences. Un système résonant peut accumuler une énergie, si celle-ci est appliquée sous forme périodique, et proche d'une fréquence dite « fréquence de résonance ». Par extension de langage, elle est aussi faculté de résonner, propriété d’accroître la durée ou l’intensité d’un son, effet produit, écho rencontré, mode de retentissement d’un événement vécu ; elle est enfin ce qui fait vibrer le cœur et l’esprit. Toutes les œuvres rassemblées dans cette exposition ont cette capacité de résonance, en celle qu’elles sont échos et vibrations des états du monde : excès en tous genres, nationalismes exacerbés, combat féministes renouvelés, exode et immigration, multiculturalisme et chocs ou rencontres des cultures, compétition, questions environnementales. Elles sont également résonances à d’autres créations d’un passé plus ou moins éloigné, au cinéma ou à la littérature, à l’histoire de l’art et de la peinture, à celle des arts premiers. Le terme de résonances, au pluriel même, est sans doute le plus à même de rendre compte de ce phénomène de mise en mouvement de l’esprit au contact de l’autre, une mise en mouvement qui oblige au dépassement de ses limites et à l’inventivité d’un autre monde.

 

 

Ce 27 mai 2017 à 20h : PIT THERRE, 3 performances

 

Producteur de théâtre et metteur en scène, conférencier, pianiste et virtuose du bandonéon, Pit Therre a fondé et dirige le TAM, Theater am Marienplatz, une institution privée située dans une ancienne école communale à Krefeld en Allemagne. Le TAM, fondé en 1976, fut l’ensemble de référence de Mauricio Kagel, depuis sa fondation et jusqu’à la disparition du Maître. De très nombreuses pièces de Kagel et de son élève Carola Bauckholt, qui fut elle-même membre du TAM de 1976 à 1984, ont été créée au Theater am Marienplatz.

 

Véritable laboratoire de la musique expérimentale et du texte, croisant les approches performatives, le TAM est depuis plus de quarante ans une plateforme importante de création, parallèle à la Musikhochschule de Cologne. TAM a, au fil des ans produit des oeuvres de Gerhard Rühm, compositeur viennois et artiste visuel, inspiré par August Stramm, Kurt Schwitters, Gertrude Stein, ou Carl Einstein, du poète Ernst Jandl, des compositeur Karlheinz Stockhausen et Urs Peter Schneider Bieler. Côté textes, le Tam mit en scène Urs Widmer, Tiziano Scarpa, René de Obaldia,  Samuel Beckett et bien d’autres.

 

TAM œuvre dans la discrétion et l’exigence. Une dizaine d’interprètes, sans compter les artistes invités, animent le lieu. L’amateur rallie le théâtre le vendredi soir, y découvre des expositions, passe au bar foyer où se déroulent parfois des lectures et performances, y découvre épinglé au mur l’impressionnant archivage d’affiches et invitations qui jalonnent l’activité de ce lieu quadragénaire, avant de pénétrer dans la salle de spectacle. L’écot à payer est symbolique. On est là, comme à la maison ou presque et les discussions d’après spectacle se poursuivent loin dans la nuit. Cette discrétion est toute relative : le TAM jouit d’une importante réputation internationale et s’est produit à Paris, Tel Aviv, Turin, Lille, Zurich, Vienne, Aix en Provence. Il fut invité à la Biennale de Venise, à la  Biennale de Berlin pour la musique contemporaine. Au festival du Printemps des Arts de Monaco, en 2007, TAM interpréta et enregistra « Acustica », une œuvre de Mauricio Kagel composée entre 1968 et 1970, sans aucun doute l’une des œuvres les plus radicales du musicien, dans laquelle sa volonté constante d’échapper aux contraintes et conventions de la performance musicale traditionnelle l'a amené a explorer une vaste, étonnante et singulière gamme de sources sonores.

 

Sur une proposition de Suchan Kinoshita, qui elle-même a suivi l’enseignement de Kagel à la Musikhochschule de Cologne, avant de collaborer avec TAM où elle a produit et produit encore œuvres et performances, la galerie Nadja Vilenne a le plaisir d’accueillir le Theater am Marienplatz pour trois créations récentes de Pit Therre : « Ligaturen » (2017), une pièce avec des transitions en douceur, pour un  générateur de son et un rideau (Mit fließenden Übergängen. Für Klangerzeuger und einen Vorhang), « Quadro-Phonie » (2016), pour quatre fois les mêmes instruments, 4 haut parleurs factices, 4 musiciens (Für  4 mal 16 gleiche Instrumente, 4 Lautsprecherattrappen, 4 Musiker) et « Takt – voll » (2017), concert Promenade pour un percussionniste. Instrumentarium: 34 tubes suspendus (Wandelkonzert für Schlagzeuger - Instrumentarium: 34 hängende Rohre)

 

Pit Therre sera accompagné par Gereon Bründt, Stefan Hölker, Dieter Kaletta, Björn Kiehne et Stefan Otto-Bach.

 

Finissage de l’exposition « Résonances » dès 18h. Performance à 20h. Une pause entre chaque pièce.

 

MARTIN CHAUMONT - LOÏC MOONS

 

Dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège - Académie royale des Beaux-Arts

 

17.06 > 01.07. 2017

Vernissage vendredi 16.06 à 19h

 

PROCHAINES FOIRES / NEXT ART FAIRS :

 

Art on paper with BOZAR, Brussels, 07 > 10.09. 2017

 

Viennacontemporary, Wien, solo Suchan Kinoshita, curated by Miguel Wandschneider, 21 > 24.09.2017

 

 

Recommander ce contenu

optimisé pour safari, chrome et firefox  |  propulsé par galerie Nadja Vilenne  |  dernière mise à jour  06.02.2016