Archives de catégorie : Auditorium

« Je suis Charlier », 5 épisodes audio – Auvio, une série signée Gregor Beck

‘Je suis Charlier’ : 5 épisodes sur l’artiste inclassable et pluridisciplinaire liégeois Jacques Charlier
A retrouver sur la RTBF, en direct et sur Auvio

Cette série documentaire radiophonique, signée Gregor Beck, nous fait traverser un peu plus d’un demi-siècle d’histoire de l’art, avec pour guide son critique et complice Jacques Charlier.

Ami de Broodthaers, proche du Pop Art et des artistes conceptuels, situationniste, ses activités se sont ainsi portées sur la peinture, le dessin, l’écriture, la bande dessinée, la musique, la chanson, la vidéo, la photographie, la caricature… et la liste est encore longue.
Aujourd’hui, à l’âge de 79 ans, il continue inlassablement, avec intelligence et humour, à explorer tous les domaines d’expressions en ne s’attachant à aucun style, à aucune pratique et en bousculant sans cesse les idées trop facilement établies.

1er épisode
L’épisode ‘A l’avant-garde’ revient sur l’enfance et la jeunesse de Jacques Charlier durant et après la seconde guerre mondiale.
Marqué par ce conflit et par la persécution nazie, Charlier affirme que c’est dans les souvenirs qu’il garde de cette période que se trouve ‘l’armature constante’ de ce qu’il fait.
Et que fait-il ? De tout, comme il en avait fait le serment adolescent, alors qu’il vivait éloigné de ses parents durant deux ans et demi au Luxembourg.

2e épisode
L’épisode ‘Travaux publics’ nous plonge dans les années 60.
Jacques Charlier va utiliser son activité et son milieu professionnel, en tant qu’employé au Service Technique Provincial, pour en faire de l’art.
Une amitié forte va se nouer avec Marcel Broothaers qui lui présentera Fernand Spillemaeckers, un des galeristes les plus pointus dans le domaine de l’art conceptuel en Belgique à la fin des années 60. Jacques Charlier, peint des blocs de béton, mais aussi un arbre, ses persiennes ou la façade de sa maison.

3e épisode
L’épisode ‘Dans les marges’ nous amène de la fin des années 60 à la fin des années 70.
Nous y rencontrons deux collectionneurs proches de Jacques Charlier.
Durant cette période, Charlier ne va cesser d’explorer et d’élargir ‘ses activités’, comme il aime à les appeler, en abordant de nouvelles formes d’expressions, aussi bien plastiques, qu’écrites ou musicales.
Alliant culture populaire et art contemporain, observateur et critique du monde de l’art de son époque, Jacques Charlier nous livre des oeuvres dans lesquelles l’art, l’humour et la vie sont toujours à l’avant-plan.
A écouter à partir du 26 juillet à 23.00

4e épisode
L’épisode ‘Peinture fraîche’ s’ouvre en 1975, lorsque Jacques Charlier devient professeur aux Beaux-Arts de Liège. C’est l’amorce d’une période de crises et mutations, avec les décès de Marcel Broodthaers et du galeriste, Fernand Spillemaeckers, mais aussi le divorce, puis le décès de la première épouse de Charlier, un déménagement…
Enfin les années 80 vont être le moment où Charlier reviendra à la peinture.
Cet épisode nous donne surtout l’occasion de découvrir quel regard Jacques Charlier porte sur le  » système de l’art « , un regard parfois critique, souvent grinçant, mais toujours amoureux des oeuvres et des artistes qui les produisent.
A écouter à partir du 2 août à 23.00

5e episode
L’épisode ‘Rire pour mieux voir’ se penche plus particulièrement sur le rapport que Jacques Charlier entretient avec l’écriture et les médias.
Nous verrons aussi comment il a réagi à la censure qu’il a subie lors de la Biennale de Venise 2009 avec sa série d’affiches des ‘Sexes d’artistes’.
A écouter à partir du 9 août à 23.00

‘Je suis Charlier’
Une réalisation de Gregor Beck
Une production de l’association Across Stickos, réalisée avec le soutien du Fonds d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Avec :
– Jacques Charlier
– le galeriste et ami, Jean-Michel Botquin
– le critique français, Nicolas Bourriaud
– le collectionneur, Herman Daled
– le directeur du Musée des arts contemporains de la Communauté française, le MAC’s, Denis Gielen
– l’ancien directeur du Mudam à Luxembourg, ami et complice, Enrico Lunghi
– l’ami et collectionneur, Victor Boinem
– l’amie d’enfance, Régina Cornet
– la commissaire d’exposition française, Cindy Daguenet
– le galeriste parisien, Youri Vinci
– quelques Parisiennes enthousiastes face aux ‘100 sexes d’artistes’`


Je suis Charlier, une création radiophonique de Gregor Beck en première diffusion sur radio Campus

jacques charlier

Je suis Charlier

Série en 5 épisodes sur l’artiste inclassable et pluridisciplinaire liégeois Jacques Charlier.

« A l’avant-garde » le premier volet de cette série revient sur l’enfance et la jeunesse de Jacques Charlier durant et après la seconde guerre mondiale.

Marqué par ce conflit et par la persécution nazie, Charlier affirme que c’est dans ses souvenirs de cette période que se trouve « l’armature constante » de ce qu’il fait.
Et que fait-il ?
De tout, comme il en avait fait le serment adolescent, alors qu’il vivait éloigné de ses parents durant deux ans et demi au Luxembourg.
Ses activités se sont ainsi portées sur la peinture, le dessin, l’écriture, la bande dessinée, la musique, la chanson, la vidéo, la photographie, la caricature… et la liste est encore longue.

Aujourd’hui, à l’âge de 79 ans, il continue inlassablement, avec intelligence et humour, à explorer tous les domaines d’expressions en ne s’attachant à aucun style, à aucune pratique et en bousculant sans cesse les idées trop facilement établies.

Réalisation : Gregor Beck

Rediffusion le jeudi 3 mai à minuit.

Ce lundi à 16h diffusion du second épisode : Grands Travaux. A écouter sur radiocampus.be

L’épisode 3 sera diffusé le 14, le 4 le 21 et le 5 le 4 juin, même heure.

D’autres diffusions sont prévues dans les prochaines semaines sur 48FM à Liège, Panik à Bruxelles, R.U.N. à Namur, You FM à Mons et Radio libellule à Comines.

Aglaia Konrad, Il Cretto, Argos, Bruxelles

Projection chez Argos du dernier film d’Aglaia Konrad, durant le Week-end de Art Brussels.

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad

AGLAIA KONRAD – IL CRETTO
BLACK BOX – SCREENING

Premiere Screening!

Late opening night screenings in the presence of the artist on Saturday 21st of April from 6pm to 9pm

Over the years the Brussels-based artist Aglaia Konrad brought together an enormous archive of images shot in such diverse cities as Sao Paulo, Beijing, Chicago, Dakar, Tokyo, Cairo or Shanghai. In her new film, Aglaia Konrad brings us to Sicily where we discover one of the most extensive contemporary artworks in the world. Known as The Great Cretto (or Cretto di Burri or Cretto di Gibellina), the site specific artwork has been conceived and undertaken by the Italian artist Alberto Burri (1915-1995). Started in 1984 and left unfinished in 1989, the work was completed in 2015 to mark Burri’s one hundredth birthday. Located on the old city of Gibellina which was completely destroyed by the 1968 Belice earthquake, this landscape intervention appears as a series of white concrete fractures on the ground and pays homage to the victims of the disaster.

Aglaia Konrad
IL CRETTO
2018, 16mm transfered to video, 13′, color, sound.

Argos Arts
Adresse : Rue du Chantier 13, 1000 Bruxelles

Piet Therre & TAM, l’archive

Performance réalisée par Pit Therre et le TAM, Theater am Marienplatz (Krefeld), à la galerie le 27 mai dernier à l’occasion du finissage de l’exposition Résonances. Un film en trois extraits des 3 performances, réalisé par Charlotte Lagro.

« Ligaturen », 2017

Mit fließenden Übergängen. Für Klangerzeuger und einen Vorhang
Avec des transitions en douceur. Pour un générateur de son et un rideau

« Quadro-Phonie », 2016

Für 4 mal 16 gleiche Instrumente, 4 Lautsprecherattrappen, 4 Musiker
Pour quatre fois les mêmes instruments, 4 haut parleurs factices, 4 musiciens

« Takt – voll », 2017

Wandelkonzert für Schlagzeuger – Instrumentarium: 34 hängende Rohre
Concert Promenade pour un percussionniste – Instrumentarium: 34 tubes suspendus

Interprètes : Gereon Bründt, Stefan Hölker, Dieter Kaletta, Björn Kiehne, Stefan Otto-Bach, Pit Therre.
Une production du TAM, Theater am Marienplatz, Krefeld-Fischeln

Une proposition – invitation de Suchan Kinoshita

Remember « This is the show… », talk with Bart De Baere @ Whitechapel, London

This is the book of the show

This is the book of the show and the show is many things

Conversation ce soir à la Whitechapel à Londres entre Bart De Baere et Charles Esche, à propos de l’exposition « This is the show and the show is many things » (curator Bart De Baere), au SMAK à Gand en 1994. Une exposition devenue mythique, un formidable bordel en processus perpétuel qui eut toute son importance pour la galerie Nadja Vilenne. Aux côtés de Louise Bourgeois, Anne Decock, Fabrice Hybert, Henrietta Lettonne, Mark Manders, Maria Roosen, Claire Roudenko-Bertin, Luc Tuymans et Uri Tzaig, y participaient également Suchan Kinoshita, Honoré d’O et Eran Schaerf. Tous trois défendus par la galerie.

This Thursday – Exhibition Histories Talk: Bart de Baere

We are pleased to announce the thirteenth in our series of talks analysing and contextualising exhibitions through the personal accounts of the curators responsible, co-organised with Whitechapel Gallery, London.

On Thursday 16 March, director of M HKA, Antwerp, Bart de Baere will be in conversation with curator and writer Charles Esche discussing ‘This is the show and the show is many things’, an exhibition that took place at S.M.A.K, Ghent in 1994, alongside related events. Variously described as a ‘fun palace’, a ‘warehouse’ and a ‘wasteland’, this quasi-mythical exhibition brought to the fore a new wave of artists and an innovative format, incorporating dance to debates; opening up the space of process, relational capacity and whimsy.

The series is inspired by the Exhibition Histories books developed by Afterall, and published in association with the Center for Curatorial Studies, Bard College.

Exhibition Histories Talks: Bart de Baere
Thursday 16 March 2017, 19:00–20:30
Zilkha Auditorium
Whitechapel Gallery
77-82 Whitechapel High Street
London
E1 7QX

Walter Swennen, La langue rouge, un film de Violaine de Villers, ce 7 décembre à Flagey, Bruxelles

Walter Swennen

Dans son atelier, le peintre Walter Swennen nous invite à un va-et-vient savant et ludique, entre ses associations de pensée et ses matériaux de création, entre une manière d’être et une manière de peindre. Né dans l’immédiat après-guerre, Walter Swennen produit depuis les années 80 une œuvre indépendante et radicale. Il tire la langue au langage. Quand les paroles tournent autour du pot et s’emmêlent les pinceaux, la peinture reste seule maîtresse du jeu, se jouant de l’arbitraire des images et des mots. De Bruxelles à New York, avec la complicité de la réalisatrice et de commissaires d’art contemporain, Swennen dialogue avec ses tableaux. Et nous voilà pris par le gai savoir du peintre philosophe, où Buster Keaton tombe sur Le Titien, Krazy Cat monte à Dada, Mickey met des oreilles à Mallarmé et Boris Vian improvise avec Thelonious Monk. Walter Swennen a l’art de ne pas se prendre au sérieux mais de parler sérieusement de la peinture. C’est un drôle de grand peintre belge que le film nous révèle avec une espiègle pertinence.

Belgian artist Walter Swennen invites us into his workshop for a thoughtful but playful dialogue between the movements of his mind and the matter of his works, between a way of being and a way of painting. Born just post-war, Swennen has been producing a polymorphous and inventive body of work since the 80s, characterised by its independence and its radical experimentation. When words fail and meanings get muddled, painting steps up, making light of the arbitrariness of images and words. Swennen moves from Brussels to New York, and helped by the film’s director and a team of curators of contemporary art, he speaks to his paintings, and they speak back. We are drawn into this painter-philosopher’s wacky world, in which Buster Keaton bumps into Titian, Krazy Cat rides a Dadaesque hobbyhorse, Mickey Mouse puts ears on Mallarmé, and Boris Vian jams with Thelonious Monk. Swennen is a master of not taking himself too seriously, while talking seriously about his art. With impish precision, this film prods and probes a great Belgian oddball artist.

Née à Bruxelles en 1947, Violaine de Villers suit les cours de Philosophie à l’Université de Louvain. Elle interrompt ses études universitaires dans l’effervescence des événements de mai 1968 et enseigne dans les humanités supérieures. Elle reprend quinze ans plus tard des études. (Master en Politiques économiques et sociales). Depuis 1981, elle écrit et réalise des documentaires à portée politique et des films d’art. Et depuis 2001, elle réalise aussi des œuvres radiophoniques.

Born in Brussels in 1947, Violaine de Villers studied philosophy at the University of Louvain in Belgium. She interrupted her university studies in the maelstrom of the events of May 1968 and taught in higher secondary education. She took up her studies again fifteen years later (Master in Social and Economic Policies). Since 1981, she has written and directed politically oriented documentaries and films on art. Since 2001, she has directed works for radio.

LA LANGUE ROUGE – WALTER SWENNEN – Documentaire – 69 min. – HD – 2016
Production YC Aligator Film. Avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en coproduction avec la RTBF, le CBA, avec la participation du Tax Shelter du Gouvernement fédéral de Belgique, de la Région de Bruxelles-Capitale

LA LANGUE ROUGE
7 décembre 2016 –
Pour la programmation complète du film : www.lalanguerouge.com Première le 7 décembre 2016 à 19h30
Flagey Studio 5
Place Sainte-Croix 1050 Bruxelles
infos et réservations : +32 (0)2 641 10 10 / info@flagey.be www.flagey.be

Walter Swennen

Walter Swennen

Walter Swennen

Additional viewings @Flagey

Friday, 9 December 2016, 5.30 pm
Wednesday, 14 December 2016, 5.30 pm
Thursday, 15 December 2016, 10 pm
Sunday, 18 December 2016, 8 pm
Tuesday, 27 December 2016, 9.30 pm
Friday, 30 December 2016, 9.30 pm

Jacques Charlier, Pirate de l’Art, centre Wallonie Bruxelles, Paris, ce 7 novembre

Au Centre Wallonie Bruxelles à Paris, dans le cadre de l’exposition Images et mots depuis Magritte, ce lundi 7 novembre, projection du film de Jacques Donjean : Jacques Charlier, Pirate de l’art

Jacques Charlier

Projection et rencontre

Une soirée autour de Jacques Charlier, l’un des plasticiens belges les plus significatifs de l’époque actuelle. Dans le cadre du Mois du film documentaire.

Ce documentaire met en lumière les différentes facettes de son oeuvre inclassable, tant sont nombreux les styles et thèmes qu’il a abordés au cours de sa carrière. De la peinture aux installations, de la photographie à la bande dessinée
et à l’art vidéo, chaque séquence du film dévoile un parcours singulier, une oeuvre corrosive sur le monde de la création.
L’humour décapant de l’artiste et sa jouissance ludique débridée l’entraînent à détourner des oeuvres, ou à avoir certaines oeuvres interdites, comme à la Biennale de Venise. Son activité artistique abondante et ses nombreuses expositions internationales lui permettent de se lier d’amitié avec Daniel Buren, Bernard Venet, Gilbert et George…

Loin de tout parcours académique, le film révèle par diverses rencontres avec Bouli Lanners, un ancien élève, Philippe Geluck dont il a fait le portrait, Plastic Bertrand, Enrico Lunghi, Directeur du Mudam au Luxembourg et bien d’autres encore, l’homme dans ses contradictions, sa fantaisie et son talent.

Cette projection sera suivie d’une rencontre avec l’artiste Jacques Charlier, animée par Michel Baudson, commissaire de l’exposition Images et Mots depuis Magritte, et d’un temps d’échange avec le réalisateur Jacques Donjean, la
productrice Christine Pireaux et Enrico Lunghi, Directeur du MUDAM Musée d’art moderne Grand-Duc Jean au Luxembourg.

Jacques Lizène, Ahahaharchitectures gonflables, Video Night, Space Collection, ce 3 septembre

A l’occasion de son exposition personnelle « Perdu à Pepinster », organisée par La Space Collection dans le cadre de la Biennale de l’Image possible 2016, Charlotte Lagro a été invitée à programmer une video night qui se déroulera sur la terrasse de la space Collection, le samedi 3 septembre  à partir de 21h. Avec la complicité amicale de Mathilde Ganancia, Charlotte Lagro a établi le programme suivant, auquel participe Jacques Lizène.

Haley Bueschlen (NY)
Sophia Cleary (LA)
Arnaud Dezoteux (Paris)
Virgile Fraisse (Paris)
Gregory Kalliche (NY)
Jacques Lizène (Liège)
Kianoosh Motallebi (Bxl)
Pilvi Takala (Berlin)

Chacun confronte à sa manière le singulier au gigantesque: passant de l’individu face aux immenses institutions, à l’immersion totale hypnosant l’individu. À travers l’animation, la fiction performée, la performance documentée ou encore l’interview revisité, les artistes se glissent dans différents rôles pour fabriquer de nouvelles formes d’introspections.

Space collection
En Féronstrée 116
4000 Liège
Samedi 3 septembre, à partir de 21h.

Jacques Lizène

Ahahaharchitectures gonflables, musée virtuel, en remake 2012 Vidéo, couleurs, son, 00:11:48, 2012. Infographie et montage numérique : Dominique Castronovo. Bande son sur une musique de Jacques Lizène. Réalisation AVCAN.

Proposition pour une exposition virtuelle, 1983-1984 partout dans le monde, y compris au Palais de Tokyo, dans un musée gonflable avec ascenseur à vide d’air, gonflable qui n’a rien à voir avec le zeppelin de Panamarenko.

Eleni Kamma, Fireflies in the Night Take Wing, Stavros Niarchos Foundation, Athens

Eleni Kamma

Eleni Kamma, Yar bana bir eğlence. Notes on Parrhesia.

Fireflies in the Night Take Wing
Stavros Niarchos Foundation Cultural Center (SNFCC), Athens
June 23-26

Video Art Survey organized by curators Barbara London, Kalliopi Minioudaki, Francesca Pietropaolo with artistic director Robert Storr

This June, the Stavros Niarchos Foundation will celebrate the completion of the Stavros Niarchos Foundation Cultural Center (SNFCC) – the Foundation’s largest single gift. Designed by world renowned architect, Renzo Piano, the SNFCC includes new facilities for the National Library of Greece and the Greek National Opera, as well as the creation of the Stavros Niarchos Park. During the week of June 23rd through June 26th, the SNFCC will host a series of programs and events for the citizens of Athens, Greece, and the world, welcoming them to this emerging cultural destination. One of these programs includes a special four night exhibition of work in the quintessential medium of the late 20th and early 21st centuries: video.

Following last summer’s Fireflies in the Night—a three-night non-stop dusk-to-dawn video survey of some of the best art of its kind produced internationally that was projected on screens located on the “Great Lawn” of the Stavros Niarchos Park—this year’s installment, titled Fireflies in the Night Take Wing will consist of eleven separate looped video programs, including an immersive installation of two works by Shirin Neshat, screened at eleven sites scattered throughout the SNFCC buildings and grounds. Each of these hour-long loops will be composed of different works by a wide array of international artists – including Greek artists active in the cosmopolitan context of contemporary art.

(…) Hope both for true participatory democracy and art’s role in achieving it is also stirred by Eleni Kamma. Even though she laments of the decline of the tradition of Karaghiozis, her work evocatively links the freedom of speech (parrhesia) that characterizes this central figure of the Middle Eastern shadow theater as bold spokesperson of people’s problems, desires and political critique, with the creativity and outcry of the protesting occupants of the Gezi park.

Jacques Charlier, Peinture pour tous !, Visite guidée croisée Jacques Charlier / Denis Gielen, ce 17 avril

Jacques Charlier

Ce dimanche 17 avril à 14h. Le Musée des Arts Contemporains au Grand Hornu propose une visite guidée croisée entre Jacques Charlier et Denis Gielen, directeur du musée et commissaire de l’exposition.

(…) Toute la peinture de Charlier rend compte de ce goût mélancolique de notre époque pour le déjà-vu, car tous ses tableaux sont des reprises de vieux tubes de l’histoire de l’art, et tout son œuvre peint, une sorte de juke-box grâce auquel nous sautons d’un morceau choisi à l’autre, entraînés dans la ronde nostalgique de son « éclectisme radical ». Peinture pour tous, au Grand- Hornu, n’échappe pas à ce principe de carrousel temporel qui revisite les styles de l’art moderne le long de plusieurs ensembles de pastiches : expressionnisme abstrait (« Peintures volcans »), futurisme italie (Peintures italiennes), post- impressionnisme (Les quatre saisons), abstraction géométrique (Peintures fractales).
En faussaire et caricaturiste, Charlier s’amuse avec une exposition où la production virtuose de faux vieux côtoie l’imitation potache de vrais gimmicks ; du toc et des tics, quoi ! Avec sa chambre d’Ames ou sa galerie colorée de Fontana, c’est encore son insistance à démontrer que l’histoire de l’art repose sur une illusion d’optique, de l’ordre de la perspective forcée ; façon de nous faire comprendre, par exemple, qu’un artiste n’est pas grand parce que sa cote est haute sur le marché ou sa popularité élevée dans les médias. C’est ce mirage, cette manipulation, voire ce complot diront certains détracteurs de l’art contemporain, que Charlier s’applique, par l’image et la parole, tel Platon avec le mythe de la caverne, à déconstruire pour (le bien de) tous.(…) Denis Gielen, dans le catalogue qui accompagne l’exposition

Réservation souhaitée : +32(0)65/613 881 – reservations@grand-hornu.be

Occasion également de découvrir l’exposition de Benjamin Monti, La Nécessité de la Répétition dans l’autre aile du musée.

Signalons que les deux expositions sont chacune accompagnée d’une publication :

Jacques Charlier

Jacques Charlier, Peintures pour tous.
Textes de Denis Gielen, Laurent Busine et Sergio Bonati, entretien avec l’artiste. Couverture cartonnée, format 27 x 21 cm, 96 pages, 60 illustrations.
ISBN 978-2-930368-65-8

Benjamin Monti

Benjamin Monti. La nécessité de répétition (Cabinet d’amateurs n°10), texte de Denis Gielen, nombreuses illustrations couleur et noir & blanc, 24 x 17 cm, 56 pages, MAC’s, mars 2016.
ISBN 978-2-930368-67-2