Performances

You are currently browsing the archive for the Performances category.

Jacques Charlier participe à Creative Playground 2017 au Théâtre de Liège, ce samedi 4 mars 2017

Creative Playground

Creative Playground

CREATIVE PLAYGROUND 2017, est un tout nouveau spectacle concocté par plus de 35 musiciens, plasticiens,cinéastes,comédiens,danseurs…sous l’initiative du clarinettiste Jean-François Foliez.
Jacques Charlier, Stefan Liberski , Roby Lakatos, Fabrice Adde pour ne citer que les plus connus livreront une partie de leurs univers personnels avec une interaction totale entre les différentes disciplines. Toutes les œuvres (spécialement créées pour l’occasion) ainsi que la mise en scène sont le fruit d’une collaboration entre tous les participants.

JF Foliez | clarinette/compositions/organisation ; Janos Bruneel | contrebasse/compositions ; Xavier Rogé | batterie ; Casimir Liberski | piano/composition , Johan Dupont | piano/trompette/composition ; Emmanuel Baily | guitare/composition ; Maritsa Ney & Sophia Constantinidis | violon ; Violaine Miller | violon alto ; François Deppe | violoncelle ; Audrey Luzignant | basson ; Marie Watelet | flûte; Sébastien Guedj | hautbois ; Adrien Lambinet | trombone ; Stefan Liberski | vidéo ; Caméra etc | vidéo/improvisation visuelle; Jacques Charlier | vidéo/expo ; Selim Aydogdu et sa partenaire | danse/chorégraphie ; Fiston Muteba Ngoie | danse/chorégraphie; Fabrice Adde | déclamation ; Charlotte Bouriez | présentation ; Chris Beaupère | coordination/organisation et bien plus… ; Daniel Léon & Lucky Vandevelde | son; Florian Hamoline & Barbara Dethier (Kwac studio) | programmes/affiches/web design ; Samuel D’Ippolito | conception affiche/ aide à la mise en scène/expo.

Tags:

Jacques Charlier

Exposition Hard’Music, galerie Vega à Liège, 1975.
Au mur, « Hard’ Music », un ensemble de 15 cassettes audio accompagnées de 15 photographies à la dimension d’un Vinyle 33 tours. A l’avant plan, Charles Vandevelde (à gauche), l’un des musiciens du futur groupe Terril auquel participera également Jacques Charlier (1978)
Archives Jacques Charlier

Jacques Charlier

Certificat accompagnant les enregistrements Hard’Music.
Jacques Charlier, Hard’MUSIC 1975. Exposition galerie Vega avec Manette Repriels
15 enregistrements sur cassettes. Chaque morceau est différent et dure environ une demie heure. Les photos au format d’un Vinyle 33 tours constituent les différentes pochettes.
Les performances psycho acoustiques ont été réalisées sur une durée de trois mois, l’effort de concentration devant être maximum. Les enregistrements ont été exécutés sans interruptions, ni reprises, ni retouches.
Les photos ont été réalisées dans la pièce d’habitation aménagée en studio léger au numéro 101 de la rue Albert Mockel à Liège.
La présente tient lieu de certificat de l’ensemble de la pièce.

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Au vernissage, galerie Vega, le premier concert public « Hard’Music ».
Il y aura en tout quatre concerts, que Jacques Charlier finira par appeler « H’ART MUSIC » (et non plus Hard’Music). A la Neue Galerie à Aachen en 1975, à la Coopérative de Milan en 1976 ainsi qu’à la galerie Kiki Maier-Hahn à Düsseldorf en 1976.
Photographies : Archives Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Dans le public, on reconnaît Elisabeth Rona, fondatrice de la revue +- 0, sa fille Anne-Marie, le collectionneur André Goemine, l’artiste Lili Dujourie, Fernand Spillemaekers, galeriste, Bernard Marcelis, critique d’art, Michel Boulanger, artiste, Marie-Madeleine Spehl-Robeyns, Nicolette Gordenne, Charles Breesmael…
Photos archives Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Jacques Charlier

Et également : Yves Gevaert, Nicole Daled, Andrée Blavier, Guy Jungblut, Victor Boinem, Jacques Lizène et Mie.
Photographies Archives Jacques Charlier

Tags:

Suchan Kinoshita, Honoré d’O ainsi que Alevtina Kakhidze, qui exposa à la galerie (Untitled Excerpts, 2006) et dont la galerie vient de montrer quelques dessins lors de Art Brussels 2015 participent à la sixième biennale de Moscou. Celle-ci sous le commissariat de Bart De Baere (MUHKA, Antwerpen), Defne Ayas (Witte de With Center for Contemporary Art, Rotterdam) et Nicolaus Schafhausen, (Kunsthalle Wien), change de cap pour cette édition et concentrera ses activité sur 10 jours, du 22 septembre au 1er octobre.

biennale de Moscou

Under challenging circumstances, the Moscow Biennale of Contemporary Art opts for a radical format and changes its structure: the biennale will be condensed into ten days. Artistic, discursive and reflective moments will shape the space. Located in the Pavilion No.1 of VDNKh, it is here that the Moscow Biennale will evolve as a think tank in real time.

Bart De Baere, Director of MUHKA, Antwerp; Defne Ayas, Director of Witte de With Center for Contemporary Art, Rotterdam; and Nicolaus Schafhausen, Director of Kunsthalle Wien, Vienna, will co-curate the 6th Moscow Biennale of Contemporary Art, which will take place from September 22 to October 1, 2015.

The title of the biennale is How to Gather? Acting in a Center in a City in the Heart of the Island of Eurasia. The central pavilion of VDNKh will become a site to embrace art and thinking in action, encompassing daily keynotes by thinkers, in situ work and performances by artists as well as workshops with Russian and international cultural figures. Artists such as Flaka Haliti, Rana Hamadeh, Fabrice Hyber, Alevtina Kakhidze, Suchan Kinoshita, Hanne Lippard, Taus Makhacheva, Amalia Ulman, Anton Vidokle, Peter Wächtler and Qiu Zhijie; writers such as Robert Menasse and Mian Mian; and system thinkers such as Ulrike Guérot, Kirill Rogov, Maya van Leemput, Saskia Sassen and Yanis Varoufakis will convene to find answers to questions such as: What are the fundamentals of a better life?, What are the grounds on which to formulate a constituency? Who are we (people, city, nation, empire, etc.)? What will Moscow be like in the future? All these questions primarily address an urgent dilemma: How can we live together?

After this ten-day gathering, different archival formats will follow up on the biennale, including a feature documentary by Singaporean film director Ho Tzu Nyen, a website with annotated documentation, a book, and a documentary exhibition from October 3 until November 1, 2015 at the site where the biennale took place, the central pavilion of VDNKh.

The 6th Moscow Biennale unfolds as a declaration of intent and an invitation to engage. The project, organized and supported by the Ministry of Culture of the Russian Federation, advances the development of new cultural spaces in Moscow, while the question mark in its title requires discussion and participation.

The curators are not proposing answers; instead they aim to create a situation that addresses the futures of humankind, art in its numerous forms and the Eurasian tradition of Russia, all in the setting of the VDNKh, Moscow’s All-Russia Exhibition Centre. A site symbolic of the USSR’s bringing together of traditions, the VDNKh embodies a history of Soviet nationhood as a village of pavilions and fountains. As the curators put it, “Art offers the possibility to gather, the possibility to cease being one, to become two, and perhaps more. It bears the potential to transcend the interpersonal sphere into a veritable soviet.” The potential implied is that of a return to communal, proto-Soviet roots, a search for rapprochement without loss of individuality.

In addition, the Moscow Biennale will include the auxiliary programs Special Guests, Special Projectsand Parallel Program, presenting works by artists who define the face of Russian and Western art today. Projects by Special Guests will be presented at leading venues, including Louise Bourgeois at Garage Museum of Contemporary Art, Anish Kapoor at the Jewish Museum and Tolerance Center, and many others.

The biennale is organized by the Ministry of Culture of the Russian Federation, the Government of Moscow, VDNKh and the Moscow Biennale Foundation.

The commissioner of the biennale is Joseph Backstein.

Honoré d’O

Honoré d'O

Le deuxième commandement. 23 septembre.

The oeuvre van Honoré δ’O consists of sculptures, assemblages and chain-reactions. It is many-facetted to say the least, and always in motion. The artist was born in 1961 as Raf Van Ommeslaege and reborn in 1984 in Ghent as Honoré δ’O. This rebirth and choice of artist’s name is connected to his take on art and life which, according to him, are interchangeable. Honoré δ’O settles scores with the static nature of art. His art works are dynamic and know no definitive form – they are always in movement. The everyday objects and materials that he uses continually change, split and multiply in an endless variety of ways. Here the details are certainly as interesting as the whole. At first sight his installations indeed look like a disordered multiplicity of materials, but on closer view you see that it’s full of considered compositions and that the details contain an ordered chaos. The same elements also return in different combinations. Honoré δ’O’s art is not ponderous, but light-footed and playful. We are always invited to play along and become part of the composition. Because of the size of his installations, the visitor can contemplate it from different viewpoints and discover new meanings.

Honoré δ’O focusses on one of the ten biblical commandments every day. The commandment of the day is voiced at intervals; in Russian on the full hour, in English on the half hour, in Chinese or Hebrew/Flemish/Hindi on the quarter hours. Honoré composes 10 delineations on the Ten Commandments. Everyday a specific reflection on the commandment of the day will be performed. Honoré will edit the consecutive abidances into one screening The Ten Commandments: How To Gather. Besides Honoré offers a sign: a barrier. The barrier as symbol of human rule and regulation, but being placed on the height where it can also articulate our relation to upper strata.

Suchan Kinoshita

Before her career as an artist, Suchan Kinoshita, the child of a German mother and Japanese father, worked in the theatre as actor, director and set builder. These experiences informed her views, as an artist, on the role of the spectator as an active observer and the multiple and individual interpretation of a work of art. Kunoshita’s works of art unfold in the course of time, as dynamic processes in which the personal relationship between the spectator and the work take shape. The place and time of the presentation play an important part. As far as she is concerned, static depictions and representations of ‘something else’ are only a distraction. Kinoshita’s mixed background and her experience in multiple artistic disciplines are clearly visible in her work, in which she looks for boundaries, transgresses them, and ignores them. One theme that Kinoshita regularly addresses is the experience of time and space. Important here are both the different conceptions of time and space in the two cultures in which she is rooted, as well as the different ways in which time and space are employed and depicted in the disciplines of theatre, music and visual art. She combines the process-based approach of theatre and music with the generally more static nature of visual art.

‘To Whom It May Concern’, different contributions for different moments during the ten days of Moscow.

Alevtina Kakhidze

Alevtina Kakhidze

Alevtina Kakhidze was born in eastern Ukraine. Having lived in Kiev and in Muzychi (Central Ukraine) since 1995, with the exception of two years research term at the Jan Van Eyck Academy in Maastricht (2004-2006) she declares about her multi-level culture identity. Art practice’s of Kakhidze are based on personal experiences and imagination, talking about consumer culture, gender, love, culture of protest, experience of war, plants and dogs, experience of war, plants and dogs.

Alevtina Kakhidze will have three video-chanelled news broadcasts from VDNKh every day during the ten days of the Moscow biennial. At midday there will be Future News, which is all about vision. In the afternoon there will be Present News, about events happening at that moment in VDNKh. The Past News in the evening is based on a text about Strawberry Andreevna, who lives in Zhdanovka, a small town to the northeast of Donetsk that has seen some of the heaviest fighting in the war in 2014.

Tags: , ,

Au rayon des archives, ces trois photographies de Dominique Houcmant, images qu’il nous a aimablement transmises, d’une performance de Jacques Lizène accompagné par PHIL, qui eut lieu le 14 octobre 2010 dans un squat liégeois du quartier Saint Gilles.

Jacques Lizène & Phil

Jacques Lizène & Phil

Jacques Lizène & Phil

Et Lizène se souvient fort bien de cette soirée où il interpréta une petite chanson médiocre, « les Souliers » sans doute, dit-il. « Le décor du lieu, les toiles peintes par Gyuri Macsai et des amis, tout cela fait très New-york années 70. D’ailleurs ma veste en cuir aussi. Je ne bois pas sur la photo où je porte cette bouteille de Jupiler à mes lèvres. Elle doit sans doute me servir d’instrument de musique. Non, je ne bois jamais à la bouteille, je demande toujours un verre. Mais qu’est-ce qu’il y a sur mes souliers, deux lacets délacés…. En tout cas, on ne s’est pas ennuyé un seul instant ».

Tags:

Emilio Lopez-Menchero

Ce samedi 28 mars à 16h30, en guise de finissage à son exposition monographique à la Centrale for contemporary Art à Bruxelles

Emilio Lopez-Menchero
Claquettes

Un casque sur les oreilles, López-Menchero écoute la chanson Carmela de Camarón de la Isla. Il claque des doigts et bat la mesure avec les pieds. Vous n’entendez pas ce qu’il entend et vice-versa. Dans le cadre de Performatik 2015

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Quatre dates à bloquer dans le cadre de Performatik 2015 et de l’exposition solo d’Emilio Lopez Menchero à la Centrale for contemporary Art à Bruxelles :

Performatik 2015 – Performance Emilio Lopez-Menchero
20.03.15 – 20 h au Kaaïstudio
Kaaïstudio, Onze-Lieve-Vrouw van Vaakstraat 81 – 1000 Brussel / Notre-Dame du Sommeil 81 – 1000 Bruxelles.

Claquettes
Un casque sur les oreilles, López-Menchero écoute la chanson Carmela de Camarón de la Isla. Il claque des doigts et bat la mesure avec les pieds. Vous n’entendez pas ce qu’il entend et vice-versa.

Performatik 2015 – Salon#4
21.03.15 – 13.00 – Centrale for contemporary art
Conversation avec Esther Ferrer, Emilio López-Menchero, Bouillon Group, Marthe Ramm Fortun & Shannon Jackson.

Performatik opte pour la fascinante transversalité entre les arts de la performance et les arts plastiques. Choisir pour sous-titre « biennale de l’art de la performance » au lieu de « festival » souligne le fait qu’il est souvent compliqué de maintenir la vieille distinction entre « théâtre » et « arts plastiques » (paroles et action en direct par opposition aux images). Ce qui est en jeu est le chevauchement intéressant des disciplines et l’estompement de leurs frontières. Tous les artistes invités ont en commun de jouer avec les codes, les conventions et les attentes du monde des arts de la performance et des arts plastiques. Le point commun est l’événement en direct, la rencontre entre le public et le(s) performeur(s), dans l’ici et maintenant.

Dans cette série de salons, nous invitons des artistes, des commissaires d’expositions et des critiques d’art à réfléchir dans le cadre de conversations informelles sur différentes questions liées à ce dialogue interdisciplinaire. Dans quelle mesure, certaines de ces performances jouent-elles avec nos cadres de références et avec nos attentes ? Un spectateur de théâtre a-t-il un autre état d’esprit qu’un visiteur de musée ? Comment ces expériences interdisciplinaires perturbent-elles les perspectives classiques ? Et, étant donné qu’une visite d’exposition consiste en un parcours et un rythme différent de la tranche horaire consacrée à un spectacle de théâtre, quelle en est la conséquence pour un artiste qui travaille sur la ligne tangente ?

Performance Esther Ferrer & Emilio López-Menchero
22.03.15 – 15.00 – Centrale for contemporary art – espace urbain
Se hace camino al andar

Les animaux marchent, les humains aussi, tout le monde marche. Dans bon nombre de ses performances, Esther Ferrer marche. Vous marchez avec elle ou avec López-Menchero à travers la ville, avec à l’esprit les paroles du poète espagnol Antonio Machado : « Il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant ». Vous partez de la CENTRALE ou du Zsenne art lab.

Performance Emilio López-Menchero et finissage exposition
28.03.15 – 16.30 – Centrale for contemporary art
Claquettes

Un casque sur les oreilles, López-Menchero écoute la chanson Carmela de Camarón de la Isla. Il claque des doigts et bat la mesure avec les pieds. Vous n’entendez pas ce qu’il entend et vice-versa.
Dans le cadre de Performatik 2015

Tags:

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita réactive « Operation Theatre », un dispositif créé lors de la Biennale de Moscou en 2013.

A.VE.NU.DE.JET.TE – INSTITUT DE CARTON vzw est une initiative de quelques artistes qui, deux fois par an, organisent une présentation spéciale dans une maison privée à Bruxelles.

Vernissage le 14 mars
Operators: Sabine Huzikiewiz, Suchan Kinoshita, Inga Krüger, David Polzin
Dressers: Joerg Franzbecker, Alima de Graaf

Accessible lors des performances et activations que l’artiste organisera. Infos/agenda
A.VE.NU.DE.JET.TE – Institut de Carton vzw
Avenue de Jette 41 – Jetselaan 41
1081 Brussels (Koekelberg)

Tags:

Berlin, la Plaque Tournante, Sonnealle 99, avant-garde music and exhibitions. 12 novembre 2014, 20h45.
Soirée Tabule Rasa. Exposition de Bernard Heidsieck. Performance de Tomomi Adachi. Téléprésence de Jacques Lizène

Liège, galerie Nadja Vilenne, 12 novembre 2014. 20h45. Jacques Lizène intervient téléphoniquement en temps réel tandis que le public berlinois visionne : Jacques Lizène, DVD style best off, 59′.59″ de médiocrité », un film réalisé et monté par Dominique Castronovo et Bernard Secondini en 2009.

A Berlin, Frédéric Acquaviva mixe le son téléphonique, le son de la video projetée, tandis qu’il traduit en anglais l’un et l’autre. A Liège, Jean-Michel Botquin sert des bières au Petit Maître. Performance joyeusement lamentable, mais on ne s’est pas ennuyé un seul instant.

Cacophonie de Aïe Aîe Aïe Aïe Aïe Aïe, Oula la la la la la la. Quelques Youppie.

Liège

Jacques Lizène

Berlin

Jacques Lizène

Liège

Jacques Lizène

Berlin

Jacques Lizène

Liège

vid5

Berlin

JL1

Liège

Jacques Lizène

Berlin

Jacques Lizène

Photos et photogrammes des vidéos captées de part et d’autre, à Berlin par le lettriste Broutin.

Tags:

Jacques Lizène

Performance de Jacques Lizène ce mercredi 12 novembre, par téléphone, à La Plaque Tournante à Berlin, avant garde music and exhibition in Sonnenallee, 99.
Répondant à l’invitation de Frédéric Acquaviva, le petit maître interviendra par téléphone depuis Liège tandis que le public à Berlin assistera à la projection de « Jacques Lizène, DVD style best off, 59′.59″ de médiocrité », un film réalisé et monté par Dominique Castronovo et Bernard Secondini en 2009.

A l’occasion de :

La plaque tournante

BERNARD HEIDSIECK OPENING NOV 12, 6.30PM
30 OCTOBRE 2014 LAISSER UN COMMENTAIRE
SOIREE TABULE RASA WITH TOMOMI ADACHI’S PERFORMANCE + JACQUES LIZENE BY TELEPRESENCE!!!!!!!!!
DOORS + EXHIBITION (WITH SOUNDS) 6.30PM / PERFORMANCES 8PM / POLICE 10PM
FREE ENTRY + FREE FOOD + FREE DRINKS = KOMMT IN MASSEN!

Tags:

Jacques Lizène - Thérèse Malengreau

Jacques Lizène - Thérèse Malengreau

Jacques Lizène - Thérèse Malengreau

Jacques Lizène - Thérèse Malengreau

Jacques Lizène - Thérese Malengreau

Jacques Lizène - Thérese Malengreau

Jacques Lizène - Thérese Malengreau

Jacques Lizène - Thérese Malengreau

Jacques Lizène - Thérese Malengreau

Tags:

Ce dimanche 30 mars à 15h

Vanités / vacuités musicales en forme de miniatures / mignardises
Jacques Lizène, Sculpture nulle 1980, Remake 2014
Interprétation par Thérèse Malengreau

Nadia et Jean-Michel ont provoqué la rencontre, ils ont le goût du risque, Jacques Lizène m’invite à donner vie à sa sculpture nulle. Comment pourrais-je ? ni chair à animer, ni vêtement dont se revêtir, un squelette n’est pas un rôle à endosser. Reste à entrechoquer ses os avec ceux du piano : osselets et touches d’ivoire, c’est vrai qu’ils sont un peu pareils. En les faisant jouer, je vais partir en quête de mes os.
De la musique à l’envers ? ne croyez-vous pas que c’est déjà assez risqué d’interpréter de la musique à l’endroit ? La reconnaissance d’une création d’un compositeur nul était à ce prix, dictée par la fourbe société des auteurs. Je ne les saluerai pas.
Pour accepter une entreprise aussi déçue et décevante, j’ai apporté à Jacques une oeuvre de circonstance : une marche funèbre pour une marionnette. De bois, cette dernière restera et la marche résonnera immuablement funèbre quelles que soient les vicissitudes qu’elle traversera.
L’état de l’instrument est catastrophique et j’ai souhaité qu’on lui refuse tout traitement. Il vous est livré en direct de sa vie longuement (tré)passée. Les registres de fabrication de la noble maison Erard, archives conservées au Musée de la musique à Paris, me renseignent : il s’agit du Piano Erard n°85858, « piano à queue n° 0 en palissandre », entré dans le répertoire en mars 1903 et
vendu à une « maison de Bruxelles » en juin 1903. S’ils avaient pu pressentir son destin !

Salut national à Magritte, à Souris et aux autres

Démembrement et autopsie d’une pièce-maîtresse :
Gounod, Marche funèbre d’une marionnette, 1872.
Et voici venir le temps de la Passion :
J.-S. Bach, Canon a 2 (Musikalisches Opfer BWV 1079, Canones diversi super thema regium,
1747).

Oh la la !,
Thérèse Malengreau.
23 mars 2014.

A propos de Thérèse Malengreau

Thérèse Malengreau est une pianiste-concertiste belge, également chercheur en esthétique comparée et auteur de réalisations dans le domaine des relations entre musique, arts et littérature. Son grand-père est le compositeur et organiste Paul de Maleingreau. Le peintre symboliste Jean Delville et son fils l’architecte Raphaël Delville sont ses arrière-grand-père et grand-père par alliance.
Au Conservatoire royal de musique de Bruxelles, élève de Nicole Henriot-Schweitzer, elle a obtenu des premiers prix de piano, musique de chambre, harmonie écrite, contrepoint, histoire de la musique et analyse musicale ainsi que les diplômes supérieurs de piano et de musique de chambre. À l’Université libre de Bruxelles, elle a obtenu la Licence en philologie romane. Au terme de ses études musicales, elle s’est perfectionnée auprès de Maria João Pires, Yevgeni Malinin et Leon Fleisher.
Thérèse Malengreau donne de nombreux concerts de piano en Europe : en Belgique (Festival van Vlaanderen, Festival de Wallonie, Festival de l’Été mosan, Ars musica…), en France (Musée d’Orsay, Ircam, Centre Wallonie-Bruxelles, Centre culturel suisse, Flâneries musicales de Reims, Musée Debussy, Musée Matisse, Musée Calvet…), aux Pays-Bas (Amsterdam VPRO-Nederland 3, Cathédrale de Haarlem, Philips Zaal à Eindhoven…), en Suisse (Fondation Alain à Romainmôtier, Musée Jenisch à Vevey… ), ou encore en Allemagne. Pour ses concerts, en récital, en musique de chambre et en concerts-lectures, elle s’attache particulièrement au répertoire fin xixe siècle – début xxe siècle et au domaine contemporain. Son intérêt pour les liens entre musique, arts visuels et littérature guide souvent ses choix et la construction de ses programmes. Elle écrit des essais publiés en livrets de CD ou à l’occasion de concerts.
Thérèse Malengreau a composé et enregistré au piano la musique pour un film d’animation (Morgenglanz de X. Gorgol ) ; a conçu la bande-son (montage musique et son) pour la vidéo Burgundy (commande du BSC). Un de ses enregistrements live a été intégré dans un film documentaire sur le peintre Rik Wouters (Le Testament de Nel).
Elle a conçu et réalisé des projets musicaux pour des événements d’art contemporain : Loss of control (Martamuseum, Herford, Allemagne), Colossal. Kunst-Fakt-Fiction (Osnabrücker land, Allemagne : projet avec vidéo).
Elle enseigne l’esthétique comparée des arts à l’Institut royal d’histoire de l’art et d’archéologie de Bruxelles (Musées royaux d’art et d’histoire).

Jacques Lizène

Jacques Lizène, le chanteur en dessous de tout interprétera une petite chanson médiocre écrite pour l’occasion :
Chanson sans mélodie. La danse des horribles peaux (Aie! Ah! Ah! Ah!)

Chanson sans mélodie
La danse des horribles peaux (Aie ! Ah Ah Ah Ah !)

Dansez dansez les osselets (bis)
La lointaine Laure de Pétrarque est morte et enterrée
Dansez, dansez les osselets
Petrarque pleura en composant des poèmes en italien toscan versifié

Dansez, dansez les osselets
L’Anne Aimée du Petit Maître elle aussi
tout le temps éloignée mais jamais oubliée

Dansez dansez les osselets (bis)
Gesticulez, gesticulez les squelettes

Avec vos os insérés dans la chair sous la peau
Secouez vos oripeaux les rigolos

Dansez dansez les osselets (bis)
Vous tomberez bientôt dans vos tombeaux

Oooh ! Oooh ! Ohlalalalala ! Aie Aie Aie Aie Aie !

Jacques Lizène

Tags:

Il y a trois ans, Emilio Lopez Menchero introduisait dans la foire Art Brussels un tube de canalisation en PVC noir, long de 12 mètres porté par une douzaine d’hommes. Comme l’on glisse le fil dans le chas d’une aiguille, ces porteurs  déambulèrent dans la foire suivant un itinéraire programmé, tentant de se frayer un chemin parmi les amateurs d’art, de négocier d’improbables virages, de déjouer les pièges posés par les escalators, les comptoirs d’accueil ou les bars à champagne. « Exposé là où il est vu », pour reprendre la célèbre assertion d’André Cadéré déambulant avec ses célèbres barres de bois rond sur l’épaule, « The pipe » et ses porteurs prirent ainsi la mesure de toute chose, y compris celle d’un espace social compact. Hommage à la réalité du travail, sculpture horizontale au caractère énigmatique, ce tube s’est ainsi vu conférer une monumentale capacité d’expression.

Cette année, sur le même principe, Emilio Lopez Mechero travaille aux dimensions de la ville : il met en scène la déambulation d’un rail de chemin de fer tout au long du tracé de la Jonction Nord – Midi. C’est tout aussi incommode, inconfortable et envahissant.

Emilio Lopez Menchero répond à une invitation de Recyclart et du commissaire Michel Dewilde. Huit plasticiens sont, en effet, sollicités pour déployer de nouvelles créations le long des 2,8km de la voie ferrée qui relie les gardes du Nord et du Midi. A ciel ouvert, et/ou à l’intérieur, dans les gares qui jalonnent ce tracé. Ils plongeront dans leur imaginaire pour y analyser et y canaliser l’histoire de cette faille urbaine ainsi que les forces sociales, architecturales et émotionnelles sous-jacentes. « La jonction Nord – Midi, précise les promoteurs de l’initiative, est avant tout un espace conflictuel, tant par ses origines qu’en raison de son avenir: son aménagement a contraint personnes et bâtiments à disparaître tandis que son destin est source de rêves et d’opinions antithétiques. Son implantation a imposé de nouvelles frontières, divisé et marginalisé certains quartiers, mais permet aussi des expériences et des appropriations nouvelles. En ce sens, nous présentons la jonction ferroviaire comme un vaste espace ‘liminal’, une zone de transition où seuils et intervalles guident les voyageurs, les visiteurs et les habitants vers d’autres fonctions et dimensions ».

Ce vendredi 12 avril, à l’aide de sangles, une dizaine  d’ouvriers intérimaires tireront un rail d’acier qu’un camion grue aura auparavant déposé à l’entrée de la gare du Midi. Le rail, long de 18 mètres, posé sur des roulettes, sera tracté comme l’étaient les péniches, depuis les chemins de halage sur les berges des canaux.  Cortège, action collective, procession, ce convoi exceptionnel, qui d’ailleurs à ce titre sera escorté, rejoindra, dans l’effort, et en rythme, le parvis de la Gare du Nord, où le rail sera exposé pendant tout la durée de l’exposition, tel une sculpture, un monument horizontal. L’intention première d’Emilio Lopez Menchero est de signifier et de rappeler la présence de la Jonction à l’échelle humaine, d’un point de vue historique, urbanistique et social au sein de la ville. Rituel contemporain, cette déambulation est comme une tentative de résilience par rapport à cette cicatrice urbaine que représente toujours cette jonction souterraine et ferroviaire.

Le rail quittera la gare du Midi à Bruxelles ce vendredi 12 avril entre 9 et 10h

Tags:

Orla Barry, Mountain. Stuk Leuven

PERFORMANCE

Mountain

Orla Barry, with Derrick Devine, Marcus Lamb, and Einat Tuchman
25 & 26 January, 8.30pm
Het Veem Theater, Amsterdam
Tickets: €15 (discount €12/ €5), order via Het Veem Theater

Language shapes our structured world, but in fact every sentence we utter is an improvisation. That is the starting point for the new work, Mountain, of Irish visual artist Orla Barry. She has worked with 57 words, an actor, a dancer and a musician to devise a work in which chance, fate, and a little witchcraft play equal roles in a performance that is never the same on any night. It is a show of shows, set in a décor of language objects, these objects were used to produce the script for the show.

Orla Barry, now shepherdess as well as artist, returns to performance after The Scavenger’s Daughters (2008) with her new knowledge of primal materials and customs to create particular works of art that play with different forms of text production such as speech, monologue, interview, poem or song to create a series of intentionally unplanned crossovers between text, meaning and performance.

Mountain
90 minutes, English spoken

Concept & text: Orla Barry
Performance & music: Derrick Devine, Marcus Lamb, and Einat Tuchman.

A co-production of STUK kunstencentrum; Playgroundfestival, Leuven; If I Can’t Dance, Amsterdam; and Het Veem Theater, Amsterdam Mountain is commissioned by: the Centre d’Art Contemporain, Brétigny; If I Can’t Dance, Amsterdam; STUK kunstencentrum (Playgroundfestival), Leuven; and Tate Modern, Londen, and co-funded by the European Union.

Orla Barry’s work focuses on language, both written and spoken, as well as on visual deconstruction and displacement of language; via frequently associative techniques, she researches the semantics of her mother tongue and its cultural imbedding and implications. Orla Barry lived in Belgium for sixteen years and has now returned to live and work in Wexford, Ireland. She has recently had performances at Tate Modern, London; Playground Festival, STUK, Leuven; and De Appel arts centre in Amsterdam. She has also had large solo shows of her work at the CCB, Museu Bernardo, Lisbon (2011, with Rui Chafes); Irish Museum of Modern Art in Dublin (2006); SMAK, Ghent (2005); Camden Arts Centre, London (2005); and W139, Amsterdam (2005). She has taken part in Manifesta 2 and in group shows such as Sense and Sensibility in Sao Paulo and Some Parts of this World in Helsinki. She has been awarded the prize of the Palais de Beaux Arts in the ‘Prix de la Jeune Peinture Belge’ in 2003 and was shortlisted for the Glen Dimplex Prize in 1999.

Tags:

Ce samedi 24 novembre, Emilio Lopez Menchero était l’invité du festival de performances “Acción!MAD12”  au Mataderos,  salle de spectacle installée dans les anciens abattoirs de Madrid.

“Claquettes”, titre de sa  performance, est régie par une protocole précis :  “je m’installe sur un tabouret, explique Emilio Lopez Menchero, torse nu avec des bottes de flamenco au pieds et sur mes oreilles des « Headphones » relié à un Ipod. Je lance la lecture d’une chanson de Camaron de la Isla. Le public n’entend rien. Je réagi à la musique, avec mes doigts , mes pieds, mon torse , tout mon corps. Moi j’entend à peine ce que je fais et je n’entend rien du public. Cette « distance » est la base du protocole que je me suis obligé à suivre. Chaque interprétation de cette performance est totalement unique”.

Tags:

Mountain

Orla Barry (IRL)

thu 8 & fri 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Language shapes our structured world, but in fact every sentence we utter is an improvisation. That is the starting point for the new work of Irish visual artist Orla Barry. She has worked with 57 words, an actor, a performer and a musician to devise a work in which chance, fate, and a little witchcraft play equal roles in a performance that is never the same on any night. It is a show of shows, set in a décor of language objects, these objects were used to produce the script for the show.

Orla Barry, now shepherdess as well as artist, returns to performance after “The Scavenger’s Daughters”(2008) with her new knowledge of primal materials and customs to create particular works of art that play with different forms of text production such as speech, monologue, interview, poem or song to create a series of intentionally unplanned crossovers between text, meaning and performance.

Mountain will also be shown as an installation during the exhibition Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in the Centre for Fine Arts (BOZAR) in Brussels, as a part of the Irish chairmanship of the European Commission, from February 28 to May 19, 2013. An adapted version of the performance that premieres during Playground Festival at STUK will take part on the opening night of the BOZAR exhibition on February 27, 2013.

concept & text: orla barry performance & music: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. production: stuk, playgroundfestival leuven production management: ilse van essche commision: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern london; co-funded by the european union.

Orla Barry (IRL)

do 8 & vr 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Taal geeft vorm aan onze gestructureerde wereld, maar in feite is iedere zin een nieuwe improvisatie. Dat is het uitgangspunt van het nieuwe werk van Orla Barry. Ze ging aan de slag met 57 woorden, een acteur, een performer en een muzikant om een werk uit te denken waarin geluk, het lot en een beetje tovenarij een even grote rol spelen. De voorstelling verschilt daarenboven iedere avond. De taalobjecten op de scène vormen niet alleen het decor, maar liggen ook aan de basis van het script.

Orla Barry is ook schaapsherderin en ze gebruikt haar kennis van de materialen en gebruiken van het Ierse platteland om bijzondere kunstwerken te maken. Door te spelen met de verschillende vormen van tekstproductie zoals poëzie, liedjes, monologen, interviews of speeches ontstaan er onverwachte verbanden tussen tekst, betekenis en performance.

Mountain zal tevens als installatie-werk deel uitmaken van de tentoonstelling  Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in het Paleis voor Schone Kunsten (BOZAR) van Brussel in het kader van het Ierse Voorzitterschap van de Raad van de Europese Unie, van 28 feburari tot 19 mei 2013. Een aangepaste versie van de performance die in STUK tijdens het Playground festival in première te zien is, zal plaats vinden op de openingsavond van de tentoonstelling op 27 feburari 2013.

concept & tekst: orla barry performance & muziek: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. productie: stuk, playgroundfestival leuven productie management: ilse van essche commisie: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern londen; co-funded by the european union.

Tags:

« Older entries