L’actualité à la galerie

You are currently browsing the archive for the L’actualité à la galerie category.

chantier d'été

Vue d’exposition, Antoine Nessi, Loïc Moons, Agende ED (Société offshore Chiffonniers)

Antoine Nessi, Loïc Moons

Antoine Nessi, Loïc Moons

Antoine Nessi
Bulles spéculatives, 2017
Résine polyester, fibre de verre, (4) x 120 x 50 x 50 cm

Loïc Moons
Sans titre, 2016
Huile et émail sur toile, 210 x 205 cm

Loïc Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2016
Huile et émail sur toile, 230 x 190 cm

Antoine Nessi, Agence ED

Antoine Nessi, Agence ED

Vues d’exposition, Antoine Nessi, Agence ED (Société offshore Chiffonniers)

Agence ED

Agence ED (société offshore Chiffonniers)
ENT * Max green, 2017
Peinture au couteau sur bâche, 195 x 298 cm

Agence ED

Agence ED (société offshore Chiffonniers)
SEP project * Fluo yellow, 2017
Peinture au couteau sur bâche, 180 x 180 cm

Antoine Nessi

Antoine Nessi
Bulles spéculatives, 2017
Résine polyester, fibre de verre, (4) x 120 x 50 x 50 cm

Tags: , ,

Antoine Nessi, Agence ED

Chantier d’été, vue d’exposition, Antoine Nessi, Agence ED (société offshore Chiffonniers)

Il y a des expositions qui peuvent, très vite, s’accorder de géométries très variables. La galerie accueillait à la mi-juin Martin Chaumont et Loïc Moons, deux jeunes peintres liégeois, à l’occasion de leur jury de fin d’année et de fin d’études à l’Ecole supérieure des Arts de la Ville de Liège. Les voici rejoints, deux semaines plus tard, par quelques autres jeunes artistes. Il y a là Piera Fontaine, qui comme Martin Chaumont et Loïc Moons, quitte également l’Académie des Beaux-Arts de Liège, diplôme – et journal intime – sous le bras. D’autres horizons proviennent Letizia Romanini, Jot Fau et Antoine Nessi. Letizia Romanini (1980) est originaire d’Esch sur Alzette au Luxembourg, elle vit et travaille à Strasbourg. Jot Fau (1987) est belge, mais elle a fait ses études à Marseille. Antoine Nessi (1985) vit et travaille à Dijon.
Tous trois viennent de terminer une résidence au RAVI, Résidences Ateliers Vivegnis International, à quelques encablures de la galerie. Quelques-unes des œuvres qu’ils ont produites durant ce séjour de trois mois ont ainsi trouvé une nouvelle villégiature d’été. Enfin, durant sa résidence, Antoine Nessi a invité trois membres du collectif Chiffonnier à le rejoindre. Egalement basé à Dijon, ce collectif est lui aussi à géométrie variable. Voici donc Agence ED, société Offshore Chiffonier, Wolf Cuyvers, Victor Daamouche et Jean-Baptiste Janisset, trois déambulateurs urbains et men at work qui complètent l’équipe. Ainsi, les invitations cascadent et du tout émerge aujourd’hui, une exposition en chantier, au propre comme au figuré, un chantier d’été. Jeune et en prise directe sur leurs perceptions à tous de l’art, de l’imaginaire et du réel.

Commençons peut-être par ces derniers arrivés, l’Agence ED, société Offshore Chiffonnier. Le jeune collectif Chiffonnier occupe à Dijon un lieu improbable, une ancienne usine de radiateurs automobiles, un atelier friche appartenant aux Chemins de fer. « Ce collectif, écrit Marion Payard, ce sont quatre potes des beaux-arts réunis autour d’une idée commune de l’art et des moyens à mettre en œuvre pour donner à leur vie et leur ville un peu plus de sens. Ça débat, ça gueule, ça boit des bières, et on sent une saine émulation se dégager de tout ça. S’ils se sont rencontrés à l’école, c’est en donnant un coup de main à une vieille dame tenant une usine de chiffons (oui oui), qu’ils ont développé leur envie de partir sur la base de la récup’ et du troc pour fonder leurs actions. Rejetant l’idée d’institution, se positionnant quelque part entre les communautés Emmaüs et les leaders de l’Arte Povera, ils ont commencé par mener des initiatives telles que vendre des plats préparés à l’arrache sur un réchaud posé sur un cadis, grâce à des invendus du marché couvert de Dijon. Progressivement, ils ont souhaité apporter une cohérence et une légitimité à leurs actions en se constituant en association. Ça, c’était en juin 2014 ». Depuis, les lieux ont été rénovés. Entres autres activités, quatorze artistes s’y retrouvaient au printemps dernier pour une première exposition collective : «Ein / off, Merci pour la lumière».

Agence ED société offshore, ce ne sont ni les Emissaires, ni les Evadés de Dijon. L’appellation est l’abréviation d’ « Effroyable Dévastation », référence au passage de Victor Hugo à Liège et à son ouvrage « Le Rhin » publié en 1842. Lisons ou relisons donc : « Plus loin, à l’entrée de cette vallée enfouie dans l’ombre, il y a une gueule pleine de braise qui s’ouvre et se ferme brusquement et d’où sort par instants avec d’affreux hoquets une langue de flamme. Ce sont les usines qui s’allument, écrit Victor Hugo à un ami alors qu’il aborde Liège par la vallée. Quand on a passé le lieu appelé la Petite-Flemalle, poursuit l’écrivain, la chose devient inexprimable et vraiment magnifique. Toute la vallée semble trouée de cratères en éruption. Quelques-uns dégorgent derrière les taillis des tourbillons de vapeur écarlate étoilée d’étincelles ; d’autres dessinent lugubrement sur un fond rouge la noire silhouette des villages; ailleurs les flammes apparaissent à travers les crevasses d’un groupe d’édifices. On croirait qu’une armée ennemie vient de traverser le pays, et que vingt bourgs mis à sac vous offrent à la fois dans cette nuit ténébreuse tous les aspects et toutes les phases de l’incendie, ceux-là embrasés, ceux-ci fumants, les autres flamboyants. Ce spectacle de guerre est donné par la paix ; cette copie effroyable de la dévastation est faite par l’industrie. Vous avez tout simplement là sous les yeux les hauts fourneaux de M Cockerill ». Ces quelques lignes ont marqué l’imaginaire des trois membres de l’Agence chiffonnière. A l’heure où l’on célèbre le bicentenaire de la présence de ce Monsieur Cockerill à Liège et donc toute l’histoire de la sidérurgie, « Effroyable dévastation » sera titre de la sculpture que produira le collectif de passage en bord de Meuse, un dispositif composé de barrières Nadar dressées verticalement, assemblées en épis, évoquant les tourniquets d’un check point sécuritaire, inquiétantes cimaises galvanisées pour quelques empreintes faites sur des monuments de la ville, classiques et appartenant à l’inconscient collectif local, entre autres la Porteuse d’eau de la fontaine Montefiore en Neuvice ou encore le monument aux Liégeois morts pour la liberté dont ils ont prélevé l’empreinte du coq de Pierre Caille. L’errance urbaine, la déambulation (nuitamment surtout, précise le collectif), la récup’, l’exploration de bâtiments abandonnés, le troc, l’emprunt font partie de leur pratique artistique. Wolf Cuyvers, Victor Daamouche et Jean-Baptiste Janisset sont attentifs aux lancinances et brusques polarisations qui caractérisent le rythme d’une ville, de son histoire, de ses friches et de l’espace urbain. Ainsi ont-ils également durant leur séjour à Liège déambulé sur quelques chantiers de bâtiments en construction (ils sont nombreux) afin d’emprunter (nuitamment, on s’en doute) quelques bâches accrochées aux échafaudages des promoteurs immobilier et entrepreneurs investissant (en) ces lieux. Non, ils ne les ont pas tagguées in situ ; je pense même qu’ils les ont sélectionnées pour leur fraicheur et j’entends par fraicheur qu’elles n’ont pas souffert du temps. Bref, ils les ont ramenées à l’atelier. Là, ils les ont peintes au couteau, se sont approprié leurs compositions graphiques, ont détourné leur champ lexical, leur conférant ainsi une nouvelle dynamique des mots et de l’espace transfigurés par la couleur. Deux de ces bâches ont très naturellement trouvé place dans l’exposition. Elles sont idéales, lucides et tranchantes et peut-être d’une belle inertie.

Agence ED

Agence ED (société offshore Chiffonniers)
SEP project * Fluo yellow, 2017
Peinture au couteau sur bâche, 180 x 180 cm

Je ne sais pas si Antoine Nessi a lu cette « lettre à un ami » publiée par Hugo dans «Le Rhin». La suite du texte que se sont approprié ses camarades de l’Agence ED ne peut que l’intéresser. Et je cite : «Là, j’ai admiré véritablement l’industrie. C’est un beau et prodigieux spectacle, qui, la nuit, semble emprunter à la tristesse solennelle de l’heure quelque chose de surnaturel. Les roues, les scies, les chaudières, les laminoirs, les cylindres, les balanciers, tous ces monstres de cuivre, de tôle et d’airain que nous nommons des machines et que la vapeur fait vivre d’une vie effrayante et terrible, mugissent, sifflent, grincent, râlent, reniflent, aboient, glapissent, déchirent le bronze, tordent le fer, mâchent le granit, et, par moments, au milieu des ouvriers noirs et enfumés qui les harcèlent, hurlent avec douleur dans l’atmosphère ardente de l’usine, comme des hydres et des dragons tourmentés par des démons dans un enfer».

Le travail d’Antoine Nessi se concentre autour de la confrontation de deux univers, celui de l’art et de l’industrie ou de la manufacture. Des univers qui pourraient paraître antagonistes. Oui mais voilà, il y a ces phrases de Fernand Léger, que le peintre publie dans « L’Esthétique de la Machine ». (1924) « La vie plastique est terriblement dangereuse, l’équivoque est perpétuelle. Aucun critérium n’est possible, aucun tribunal d’arbitrage n’existe pour trancher le différend du beau ». Fernand Léger vante là le Salon de la Machine, plutôt que celui de l’Art et poursuit : « S’ils (les fabricants de machines) pouvaient faire crever le stupide préjugé, s’ils savaient que les plus beaux Salons annuels sont les leurs, ils feraient confiance aux hommes admirables qui les entourent, les artisans, et ils n’iraient pas chercher ailleurs des incapables prétentieux qui massacrent leur œuvre ». Tout cela date, direz-vous. Toutefois, ces mots, « une vie plastique terriblement dangereuse, cette équivoque, ce différend », ces mots résonnent si j’évoque les quatre barils ou quatre bidons qui ont roulé sur le sol de la galerie, trouvant naturellement leur géométrie (toujours variable) entre les bâches de l’Agence ED et les grands formats de Loïc Moons. Non ce ne sont pas des ready-made, ils sont post-formés, moulés, usinés. Et surtout postindustriels. Dûment estampillés, produits en série et à l’identique, ils sont néanmoins privés de leur fonctionnalité. En déplaçant la notion de production, Antoine Nessi renoue avec l’équivoque évoquée par Léger et déjoue la paresse duchampienne. Ses créations rendent hommage au travail qualifié ; il n’y a plus de différend. Dans son atelier des moulages, il met en oeuvre le principe d’une production mimétique et interroge la perfection productiviste. Ici, l’inachevé, la matière résiduelle, cette irrégulière dentelle de résine polyester excroissante qui n’a pas été ébarbée aux jointures des barils, prend tout son sens. Singulière beauté, « là j’ai admiré véritablement l’industrie » pour citer Victor Hugo. Ces bidons ou barils sont devenus, déclare Antoine Nessi, des bulles spéculatives : c’est leur titre ; flottant en quelque sorte. Et c’est leur finalité. Enfin, il y a cette « vie plastique terriblement dangereuse ». Les mots de Fernand Léger prennent aussi, aujourd’hui, un tout autre sens, car tandis que je regarde ces quatre bidons – oui, sur le sol de la galerie, ils sont objets de contemplation –, je repense à cette semaine caniculaire toute récente. Ces bidons flottent dès lors comme de précieux contenants. Le jour même où ils ont été installé s’organisait une chaîne humaine de 90 kilomètres entre les centrales nucléaires de Tihange et Doel en Belgique et Aix la Chapelle en Allemagne, une réaction en chaine passant par Liège, revendiquant l’arrêt d’activité immédiat de ces réacteurs épuisés et dangereux. Du coup, ces quatre barils scellés pourraient renfermer d’inquiétants contenus. Contenants, contenus qu’ils ne sont pas ou plus, leur présence singulière, étrange, énigmatique est, on le voit, en prise réelle avec le monde.

Antoine Nessi, Agence ED

Antoine Nessi
Bulles spéculatives, 2017
Résine polyester, fibre de verre, (4) x 120 x 50 x 50 cm

(à suivre)

Tags: , ,

chantier d'été

Il y a des expositions qui peuvent, très vite, s’accorder de géométries très variables. La galerie accueillait à la mi-juin Martin Chaumont et Loïc Moons, deux jeunes peintres liégeois, à l’occasion de leur jury de fin d’année et de fin d’études à l’Ecole supérieure des Arts de la Ville de Liège. Les voici rejoints, deux semaines plus tard, par quelques autres jeunes artistes. Il y a là Piera Fontaine, qui comme Martin Chaumont et Loïc Moons, quitte également l’Académie des Beaux-Arts de Liège, diplôme – et journal intime – sous le bras. D’autres horizons proviennent Letizia Romanini, Jot Fau et Antoine Nessi. Letizia Romanini (1980) est originaire d’Esch sur Alzette au Luxembourg, elle vit et travaille à Strasbourg. Jot Fau (1987) est belge, mais elle a fait ses études à Marseille. Antoine Nessi (1985) vit et travaille à Dijon.
Tous trois viennent de terminer une résidence au RAVI, Résidences Ateliers Vivegnis International, à quelques encablures de la galerie. Quelques-unes des œuvres qu’ils ont produites durant ce séjour de trois mois ont ainsi trouvé une nouvelle villégiature d’été. Enfin, durant sa résidence, Antoine Nessi a invité trois membres du collectif Chiffonnier à le rejoindre. Egalement basé à Dijon, ce collectif est lui aussi à géométrie variable. Voici donc Agence ED, société Offshore Chiffonier, Wolf Cuyvers, Victor Daamouche et Jean-Baptiste Janisset, trois déambulateurs urbains et men at work qui complètent l’équipe. Ainsi, les invitations cascadent et du tout émerge aujourd’hui, une exposition en chantier, au propre comme au figuré, un chantier d’été. Jeune et en prise directe sur leurs perceptions à tous de l’art, de l’imaginaire et du réel.

Vernissage ce dimanche 2 juillet de 11 à 18h
Exposition accessible sur RV uniquement jusqu’au 15 août

Tags: , , , , , ,

Collectif Chiffonnier

Agence ED (société offshore Chiffonniers)
SEP project * Fluo yellow, 2017
Peinture au couteau sur bâche, 180 x 180 cm

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous inviter ce dimanche 2 juillet, de 11 à 18h au vernissage de l’exposition « Chantier d’Eté », scène émergente de l’art.

AGENCE ED (société offshore Chiffonniers)
MARTIN CHAUMONT
PIERA FONTAINE
JOT FAU
LOÏC MOONS
ANTOINE NESSI
LETIZIA ROMANINI

Exposition du 1er juillet au 15 août 2017, uniquement sur rendez vous au 00.32.475.90.52.26.

Tags: , , , , , ,

La galerie sera accessible durant ce week-end des 24 et 25 juin. Portes ouvertes de 11 à 18h à l’occasion des expositions de Martin Chaumont est Loïc Moons, « sortants » de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège.

A noter également à l’agenda : les portes ouvertes à l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège samedi et dimanche de 10 à 18h ainsi que les ouvertures d’ateliers des RAVI, Résidences Ateliers Vivegnis International samedi et dimanche de 14 à 18h.

Martin Chaumont - Loïc Moons

Tags: ,

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2016
Huile et alkyde sur toile, 140 x 140 cm.

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2016
Huile et alkyde sur toile, 140 x 140 cm.

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile et aérosol sur toile, 150 x 130 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Fusain sur toile, 40 x 40 cm

Tags:

OUTOFACA. Dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège, Académie royale des Beaux-Arts.

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 200 x 200 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 150 x 130 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Fusain sur toile, 20 x 20 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 60 x 50 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 150 x 130 cm

Martin Chaumont

Martin Chaumont
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 50 x 40 cm

Tags:

OUTOFACA. Dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège, Académie royale des Beaux-Arts.

Loin Moons

Loin Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2016
Huile et émail sur toile, 230 x 190 cm

Loin Moons

Loic Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2016
Huile et émail sur toile, 210 x 205 cm

Loin Moons

Loin Moons

Loin Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2017
Huile sur toile, 210 x 200 cm

Loic Moons

Loic Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2017
Huile et émail sur toile, 198 x 181 cm

Loin Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2017
Huile et émail sur toile, 134 x 155 cm

Loin Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2017
Huile sur papier, 29,7 x 21 cm

Tags:

Dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège, Académie royale des Beaux-Arts
la galerie Nadja Vilenne a le plaisir d’accueillir :

MARTIN CHAUMONT

Martin Chaumont

Sans titre, 2017, huile sur toile, 200 x 200 cm

LOIC MOONS

Loïc Moons

Sans titre, 2016, huile et émail sur toile, 200 x 210 cm

Vernissage ce vendredi 16 juin à 19 heures
Exposition du 17 juin au 1er juillet.

Tags: ,

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
21 mars 1975
36 photographies NB / couleurs accompagnées d’un protocole tapuscrit.

L’œuvre est régie par un protocole strict : l’artiste demande à plusieurs personnes de prendre une photo noir et blanc de l’endroit où ils se trouveront le 21 mars à 17h23 précises.
La série réunit ces photos banales prises au même instant. Leurs moments se superposent et rendent compte de l’infinie diversité des points de vue et des attitudes à un moment donné. Jacqueline Mesmaeker délègue les prises de vue de ces petites images singulières liées ainsi à d’autres vies que la sienne. Il s’agit tant ici d’une utilisation conceptuelle de la photographie que d’une déclinaison des principes du mail’art, très en vogue durant les années 70.

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Tags:

A l’occasion du finissage de l’exposition « Résonances »,
la galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous convier à assister à la performance de

Pit Therre

Au programme :

« Ligaturen », 2017

Mit fließenden Übergängen. Für Klangerzeuger und einen Vorhang
Avec des transitions en douceur. Pour un générateur de son et un rideau

« Quadro-Phonie », 2016

Für 4 mal 16 gleiche Instrumente, 4 Lautsprecherattrappen, 4 Musiker
Pour quatre fois les mêmes instruments, 4 haut parleurs factices, 4 musiciens

« Takt – voll », 2017

Wandelkonzert für Schlagzeuger – Instrumentarium: 34 hängende Rohre
Concert Promenade pour un percussionniste – Instrumentarium: 34 tubes suspendus

Interprètes : Gereon Bründt, Stefan Hölker, Dieter Kaletta, Björn Kiehne, Stefan Otto-Bach, Pit Therre.
Une production du TAM, Theater am Marienplatz, Krefeld-Fischeln

Une proposition – invitation de Suchan Kinoshita

Le samedi 27 mai 2017 à 20 heures
Finissage de l’exposition « Résonances » dès 18h

Pit Therre, dans une vidéo de Suchan Kinoshita

Producteur de théâtre et metteur en scène, conférencier, pianiste et virtuose du bandonéon, Pit Therre a fondé et dirige le TAM, Theater am Marienplatz, une institution privée située dans une ancienne école communale à Krefeld en Allemagne. Le TAM, fondé en 1976, fut l’ensemble de référence de Mauricio Kagel, depuis sa fondation et jusqu’à la disparition du Maître en 2008. De très nombreuses pièces de Kagel et de son élève Carola Bauckholt, qui fut elle-même membre du TAM de 1976 à 1984, ont été créée au Theater am Marienplatz.

Véritable laboratoire de la musique expérimentale et du texte, croisant les approches performatives, le TAM est depuis plus de quarante ans une plateforme importante de création, parallèle à la Musikhochschule de Cologne. TAM a, au fil des ans produit des oeuvres de Gerhard Rühm, compositeur viennois et artiste visuel, inspiré par August Stramm, Kurt Schwitters, Gertrude Stein, ou Carl Einstein, du poète Ernst Jandl, des compositeur Karlheinz Stockhausen et Urs Peter Schneider Bieler. Côté textes, le Tam mit en scène Urs Widmer, Tiziano Scarpa, René de Obaldia, Samuel Beckett et bien d’autres.

TAM œuvre dans la discrétion et l’exigence. Une dizaine d’interprètes, sans compter les artistes invités, animent le lieu. L’amateur rallie le théâtre le vendredi soir, y découvre des expositions, passe au bar foyer où se déroulent parfois des lectures et performances, y découvre épinglé au mur l’impressionnant archivage d’affiches et invitations qui jalonnent l’activité de ce lieu quadragénaire, avant de pénétrer dans la salle de spectacle. L’écot à payer est symbolique. On est là, comme à la maison ou presque et les discussions d’après spectacle se poursuivent loin dans la nuit. Cette discrétion est toute relative : le TAM jouit d’une importante réputation internationale et s’est produit à Paris, Tel Aviv, Turin, Lille, Zurich, Vienne, Aix en Provence. Il fut invité à la Biennale de Venise, à la Biennale de Berlin pour la musique contemporaine. Au festival du Printemps des Arts de Monaco, en 2007, TAM interpréta et enregistra « Acustica », une œuvre de Mauricio Kagel composée entre 1968 et 1970, sans aucun doute l’une des œuvres les plus radicales du musicien, dans laquelle sa volonté constante d’échapper aux contraintes et conventions de la performance musicale traditionnelle l’a amené a explorer une vaste, étonnante et singulière gamme de sources sonores.

Sur une proposition de Suchan Kinoshita, qui elle-même a suivi l’enseignement de Kagel à la Musikhochschule de Cologne, avant de collaborer avec TAM où elle a produit et produit encore œuvres et performances, la galerie Nadja Vilenne a le plaisir d’accueillir le Theater am Marienplatz pour trois créations récentes de Pit Therre : « Ligaturen » (2017), une pièce avec des transitions en douceur, pour un générateur de son et un rideau (Mit fließenden Übergängen. Für Klangerzeuger und einen Vorhang), « Quadro-Phonie » (2016), pour quatre fois les mêmes instruments, 4 haut parleurs factices, 4 musiciens (Für 4 mal 16 gleiche Instrumente, 4 Lautsprecherattrappen, 4 Musiker) et « Takt – voll » (2017), concert Promenade pour un percussionniste. Instrumentarium: 34 tubes suspendus (Wandelkonzert für Schlagzeuger – Instrumentarium: 34 hängende Rohre)

Pit Therre sera accompagné par Gereon Bründt, Stefan Hölker, Dieter Kaletta, Björn Kiehne et Stefan Otto-Bach.

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Cerbère, 2017
huile sur toile marouflée sur panneau, 43 x 31 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Interlope, 2017
huile sur toile marouflée sur panneau, 43 x 31 cm

Tags:

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad
Undecided frames, 2016 (Porto 2011) colors photography, 41 x 54 cm.Edition 1/1

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad
Undecided frames, 2016 (Creteil 1999) colors photography, 41 x 54 cm. Edition 1/1

(…) In refusing to choose, Konrad also reclaims her position as an intermediary between image and viewer. Bringing the differences between the two images (however small they might be) to the notice of the viewer, she makes clear that every photographic image is the result of her subjective choices. Moreover, by naming these double takes « undecided » she manoeuvres the viewer into a situation he normally never has to deal with, the moment of choosing being a solitary moment, safely hidden from the prying eyes of the public. Now the question of choosing becomes our problem: are we supposed to make the choice Konrad didn’t want to make? Maybe, but for us, this idea of choosing is even more senseless than it was for her, because we have no stake in this choice. The only option we are left with is to nod our head from left to right (and back again), searching in vain for a way out of this either/both/neither dilemma. We find ourselves forever stuck in the impossible logic of the photographic system. (…)

Tags:

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (La ville que c’est en béton), 1998
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre, 2008
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 2/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Ca fait du bien d’oter ses choses sûres), 1998 Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 1/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre ( Prisons), 2008
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Utile), 2005
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Tags:

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Noir c’est boire), 2007
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (En char et en os), 2006
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 1/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Sauter au plafond), 2000
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 5/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre ( si la mort c’est le néant, c’est toujours mieux que rien), 2008 Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Tabous les morts), 2001
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 3/10

Pol Pierart

Pol Pierart
Sans titre (Terre à taire), 2007
Photographie NB, tirage argentique sur papier baryté, 9,8 x 14,2 cm Edition 10/10. Exemplaire 2/10

Tags:

« Older entries