Archives de catégorie : Des expositions d’ailleurs / exhibitions artists

Messieurs Delmotte, All You Can Eat !, Design Station Liège, Fake Drawings

Messieurs Delmotte
Carrefour Logo Deco
de la Série “Fake Drawings”, aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
Cute Cardboard Box Brillo, 2018-19
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
Surrealism doesn’t exist – Tribute to Salvador Dali, 2019
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
Sexcuritas, 2019
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
Tinder Surprise, 2016 – 2019
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
Ridiculous Drawing Board, 2019
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)
Messieurs Delmotte
When 2D prenteds 3D, 2019
de la Série “Fake Drawings”, crayon et aquarelle sur papier 480 gr, 80 x 60 cm (encadré 88 x 68 cm)

Maen Florin, playing at being human, musée Hof van Busleyden, prolongation jusqu’au 25 mai

L’exposition monographique Playing at being human de Maen Florin est prolongée jusqu’au 25 mai prochain, en combinaison avec la nouvelle exposition du musée, Kinderen van de Renaissance (Les enfants à la Renaissance). Les sections de l’exposition à l’église St-Jean et au Garage sont, elles, fermées. 

 

Oude en hedendaagse kunst vormen hier geen synthese maar een gebalanceerde antithese. Ze ontdekken elkaar, versterken elkaars eigenheid en het begrip voor die eigenheid of creëren ruimte voor het nieuwe. Op die manier draagt het werk van Maen Florin bij tot het bewustzijn van de stille meerstemmigheid. Het zorgt voor een disruptie die de toeschouwer uitnodigt om steeds opnieuw te kijken.

Sigrid Bosmans

L’art ancien et l’art contemporain ne forment pas ici une synthèse, mais une antithèse équilibrée. Ils se découvrent mutuellement, renforcent l’individualité de chacun et la compréhension de cette individualité ou créent un espace pour le nouveau. De cette manière, le travail de Maen Florin contribue à la prise de conscience de la polyphonie silencieuse. Il crée une perturbation qui invite le spectateur à regarder encore et encore.

Sigrid Bosmans

Benjamin Monti, Paradis perdu, musée des Beaux Arts de Tournai, revue de presse et derniers jours

L’exposition Paradis PerduRegard sur les collections du musée à partir d’Arbres à Montmajour, un dessin de Vincent van Gogh au musée des Beaux-Arts de Tournai, exposition dont Benjamin Monti est l’invité se termine ce 21 mars. 

Revue de presse, cet article dans Flux News

Messieurs Delmotte, All You Can Eat !, Design Station Liège, We are happy where we are not ! (2)

The Sea : Back / Forth
Video / 00:05:21 / Col. / Sound
Empty Rescue
Video / 00:01:25 / Col. / Sound
Blurred Tourism
Video / 00:00:33 / Col. / Sound
Beach Dance 3
Video / 00:00:47 / Col. / Sound
Sleeping siren
Video / 00:00:19 / Col. / Sound
Low Tide
Video / 00:00:33 / Col. / Sound
Golden Tourist
Video / 00:02:46 / Col. / Sound
The Gift Doll
Video / 00:01:13 / Col. / Sound
Centour from Ardennes
Video / 00:00:34 / Col. / Sound
Provisory Trash Sculpture
Video / 00:00:33 / Col. / Sound
Urban Fourniture
Video / 00:00:16 / Col. / Sound
Misses Elegance
Video / 00:00:37 / Col. / Sound
2D Property Investment
Video / 00:01:00 / Col. / Sound
Deceptive Figurehead
Video / 00:00:39 / Col. / Sound
Wind Bag
Video / 00:01:02 / Col. / Sound

A voir : 

Du 5 mars au 4 avril 2021

A la Design Station : Rue Paradis 78 – 4000 Liège

Du mardi au vendredi de 10 à 18h – Samedi et dimanche de 14 à 18h

Messieurs Delmotte, All You Can Eat !, Design Station Liège, We are happy where we are not ! (1)

Unregistered Fake gull
Video / 00:02:03 / Col. / Sound
Walk on a bike
Video / 00:00:43 / Col. / Sound
Lunch on the Sand
Video / 00:00:49 / Col. / Sound
Turn on yourself
Video / 00:01:23 / Col. / Sound
The Love / Hate Ball
Video / 00:00:39 / Col. / Sound
Forbidden Fried
Video / 00:00:39 / Col. / Sound
Trash Can
Video / 00:00:59 / Col. / Sound
Casino Courtship Ritual
Video / 00:00:56 / Col. / Sound
Beach Danse I
Video / 00:00:30 / Col. / Sound
Provisory Scupture 1
Video / 00:00:20 / Col. / Sound
Towel under the beach 1
Video / 00:01:28 / Col. / Sound
Top Pedestrian
Video / 00:01:02 / Col. / Sound
Sea Watering
Video / 00:02:08 / Col. / Sound
Under construction
Video / 00:00:42 / Col. / Sound
Towel under the beach 2
Video / 00:00:48 / Col. / Sound
Provisory Scupture 2
Video / 00:00:38 / Col. / Sound
Beach Dance 2
Video / 00:00:39 / Col. / Sound
Under the boat
Video / 00:01:03 / Col. / Sound
Fake Horse
Video / 00:01:07 / Col. / Sound
Indomitable Kite
Video / 00:01:16 / Col. / Sound
Property Death
Video / 00:00:39 / Col. / Sound
Empty Courtship Ritual
Video / 00:02:53 / Col. / Sound

A voir : 

Du 5 mars au 4 avril 2021

A la Design Station : Rue Paradis 78 – 4000 Liège

Du mardi au vendredi de 10 à 18h – Samedi et dimanche de 14 à 18h

Jacqueline Mesmaeker, De Page en Page, musée Raveel, les images (11)

Couloir est une série de 11 dessins sur des rouleaux de papier. Fixés en haut des murs, ils se déroulent jusqu’au sol et se prolongent parfois sur celui-ci. Ils sont recouverts d’un quadrillage régulier réalisé aux crayons de couleur, chaque tracé est multicolore. Avec cette oeuvre, on rejoint le minimalisme singulier de l’artiste, la relation qu’elle entretient avec son appartement-atelier (le quadrillage correspond à celui des pavés de son couloir) et l’importance du dessin, le seul médium qu’elle a pratiqué tout au long de sa vie.

Messieurs Delmotte, All You Can Eat !, Design Station, Liège, 5 mars – 4 avril 

A l’invitation du Service Culture de la Province de Liège

Dans le cadre de l’exposition Wharol, The American Dream Factory

Sophie Langohr, Pain / Roses, Art au Centre, Liège

Sophie Langohr et Orto Botanico Studio – Pain / Roses – Art Au Centre 5, Rue de l’Université 29, Liège > 30 avril

Mon travail repose sur l’étude et l’interprétation d’œuvres patrimoniales. Je m’approprie des images ou des objets chargés d’histoire et m’exprime à travers leurs propres modes de construction et de production de sens. Par différents procédés de refabrication, je les revisite, les détourne et les subvertit pour les faire parler autrement dans de nouveaux contextes.

Pour cette installation, réalisée en collaboration avec Orto Botanico Studio[1]et conçue spécialement pour Art Au Centre 5, je me suis inspirée de l’ancienne tradition des vases de mariées. Ces vases en porcelaine blanche furent abondamment produits en France et en Belgique entre le milieu du 19èmeet le début du 20èmesiècle. Ils faisaient partie du rituel du mariage et étaient conservés, ornés des fleurs de la couronne ou du bouquet de la mariée, sous un globe de verre posé sur un socle en bois peint. Leur ornementation fait appel au registre de l’amour éternel, de la fécondité et de la prospérité tandis que leur forme de coquille ou d’éventail largement ouvert est un symbole de réceptivité aux influences célestes. L’organicité de ces vases que j’ai, ici, librement réinterprétés, témoigne de la pensée naturaliste du 19èmesiècle.

Cette idéologie a également nourriune édifiante littérature misogyne qui, à l’époque, participait au maintien des femmes artistes hors de la sphère publique et dont ce texte est exemplaire: « Les femmes sont encore rarement enclines aux activités intellectuelles (…). Parce qu’elles ont en général un agréable sens de la forme, des perceptions rapides, de la fantaisie et une imagination souvent vive, il n’est pas surprenant que le modelage de l’argile tente leurs jolis doigts. De même, leur nature incite les femmes à sculpter des motifs fantaisistes et sentimentaux plutôt que (…) des œuvres de pure imagination créatrice »[2].

En réaction et pour la chanson, j’ai donc adopté cette marche à suivre : « Du pain et des roses ! Du pain et des roses ! [3] » Et j’ai laissé mes mains se souvenir du meilleur et du pire pour sculpter des pains de terre et de mousse.

Sophie Langohr

[1]Amanda Petrella

[2]John Jackson Jarves, 1871.

[3]La chanson populaire Bread and Roses a été composée à l’occasion de grèves ouvrières aux USA en 1912, ce slogan féministe a été repris par la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence.

Sophie Langohr et Orto Botanico Studio – Pain / Roses – Art Au Centre 5, Rue de l’Université 29, Liège > 30 avril

Art au Centre est un projet de revitalisation des cellules vides du centre-ville de Liège par l’art. Il consiste à investir les vitrines des commerces vides pour y installer des œuvres d’artistes liégeois, belges et étrangers afin de dynamiser les quartiers en offrant au visiteur un parcours artistique à travers la ville.

Le projet s’appuie sur un recensement des vitrines vides du centre de Liège réalisé et mis quotidiennement à jour par notre asbl, qui se charge également de la sensibilisation des propriétaires et agences immobilières au projet.

Un comité de sélection composé de commissaires d’exposition, de galeristes et de critiques d’art a été constitué par l’asbl Mouvements Sans Titre, qui dirige la réalisation des vitrines. Peinture, sculpture, installation, œuvres participatives, performance, vidéo… Toutes les formes d’art actuel sont représentées.

Jacqueline Mesmaeker, De la Collection | Why Are You Angry?, Smack, Gent, jusqu’au 30 mai 2021

Jacqueline Mesmaeker participe à l’exposition De la Collection, Why are you Angry au SMAK à Gent. Du 13 février au 30 mai 2021. 

Jacqueline Mesmaeker
Enkel Zicht naar Zee, naar West, 1978.
Films 8 mm et 16 mm numérisés, couleurs, son.
Collection SMAK, Gent

Why Are You Angry?’ rassemble une sélection des acquisitions les plus récentes du S.M.A.K. Le titre prend la forme d’une question ouverte à laquelle les visiteurs sont encouragés à répondre pour eux-mêmes. Il peut aussi se lire comme une invitation à interroger la crise sociale mondiale actuelle du point de vue des émotions. Le questionnement – que ce soit des artistes, des œuvres d’art, du musée ou des autres visiteurs – est au cœur de l’exposition. Les œuvres d’art servent de fil conducteur dans la quête de réponses, l’espoir étant qu’elles agissent comme catalyseur de tout un éventail de pensées et de sentiments, du regret au plaisir et de l’aversion à l’émerveillement.

L’exposition comprend des œuvres de Sine Van Menxel, Jacqueline Mesmaeker, Sofia Hultén, Rosalind Nashashibi et Lucy Skaer. Elle doit son titre à un film collaboratif éponyme du duo d’artistes britanniques Nashashibi/Skaer, lequel figure à la fin l’exposition. Dans leur travail, les deux artistes se sont inspirées du tableau ‘No te aha oe riri’ de l’artiste français Paul Gauguin (1848–1903), dont le titre peut se traduire par ‘Why Are You Angry?’ (Pourquoi êtes-vous en colère?). Gauguin a peint l’œuvre à Tahiti et le film revisite le séjour historique du peintre sur l’île. La vision des Tahitiennes d’aujourd’hui présentée par Nashashibi/Skaer remet en question les notions d’exotisme, de colonialisme et de vie quotidienne, tandis que le titre de leur film encourage les spectateurs à poser leurs propres questions tout en cherchant une forme de narration.

Avec son installation vidéo ‘Enkel Zicht Naar Zee, Naar West’ (Vue unique sur la mer, en direction de l’ouest) (1978), l’artiste belge Jacqueline Mesmaeker révèle des fragments de ses souvenirs personnels et invite les spectateurs à pénétrer dans un nouveau monde où ils s’immergent dans une sensation de liberté totale. L’artiste suédoise Sofia Hultén présente un ensemble d’œuvres poussant à la réflexion, depuis la vidéo ‘Fuck It Up and Start Again’ (2001) jusqu’à des pièces sculpturales comme ‘With Added Dimensions’ (2010), ‘Nu Cave’ (2011), ‘Gatefold 10’ (2012) et ‘Particle Boredom II’ (2017). Hultén transforme des objets ordinaires en formes nouvelles par le biais de gestes subtils. Dans cette exposition, par exemple, les matériaux semblent avoir été récupérés dans des brocantes urbaines. Son approche est humoristique et sérieuse à la fois. Sine Van Menxel est présente avec une série de photographies récentes intitulée ‘speekselsporen, tongstreken’ (traces de salive, coups de langue) (2020). L’artiste a léché les photographies avec la langue afin de laisser des traces de sa salive sur les tirages. Ces marques inattendues ajoutent une dimension supplémentaire aux paisibles images de la nature. Van Menxel aime les expérimentations photographiques et ses interventions à la surface des photos ressemblent à des coups de pinceau.

Philippe Van Cauteren est le commissaire de l’exposition ‘Why Are You Angry?’, dont les textes explicatifs et outils interprétatifs ont été élaborés par des étudiants du cours de Curatorial Studies, la formation de troisième cycle proposée à la KASK ou School of Arts de Gand, en collaboration avec l’Université de Gand et le S.M.A.K. Margot Bossy, Sofie Frederix, Yimeng Wang et Julie Wyckaert ont mené à bien ce projet en tant que travail pratique dans le cadre du module Audiences and Learning, qui apprend aux futurs conservateurs et commissaires d’expositions à penser et à travailler en fonction du public.

Jacqueline Mesmaeker, De Page en Page, musée Raveel, les images (10)

Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2020
Gouache et crayon de couleurs sur papier, 29,7 x 21 cm.