25 janvier 2012

You are currently browsing the daily archive for 25 janvier 2012.

Vernissage ce vendredi 27 janvier au Centre de la gravure et de l’Image Imprimée à La Louvière, dès 18h.

 

Il y a quarante ans donc que débutait l’aventure de CAP. C’était au mois de juin 1972 et c’était à Bruxelles. Jacques Lennep, l’artiste, Jacques Van Lennep, le collaborateur scientifique auprès des musées royaux des Beaux Arts de Belgique se met en quête d’une équipe d’artistes « motivés par l’esprit d’expérimentation ».  Courtois, Herreyns, Horvat, parmi d’autres, sont présents dès la première réunion ; l’esprit est plutôt constructiviste, peut-être sous l’influence de Phil Mertens qui accompagne ces premiers travaux, mais les choses se décanteront rapidement. On parle d’association, d’action, de projets conceptuels, très vite d’art prospectif, d’où cette appellation de Cercle d’Art Prospectif, ce qui deviendra d’ailleurs l’un des fondements même de l’action de CAP : mettre en évidence la valeur prospective de l’art dans une société en mutation sans aucune exclusive de style ou de technique. Le vidéaste Jacques Louis Nyst rejoindra le groupe quelques mois plus tard, entrainant avec lui l’avant garde liégeoise, Jacques Lizène et Jean Pierre Ransonnet, en tête. C’est bien évidemment Jacques Lennep, en grand pédagogue du tableau noir, lui qui a tout l’art de dépeindre, qui soumettra les essais théoriques et affinera les objectifs communs. Collectif d’avant-garde émergeant du bain structuraliste ambiant, le groupe jettera les bases d’un art relationnel étymologiquement fondé, projetant, quels que soient les moyens mis en œuvre,  la pratique artistique comme ensemble structural, donnant la prépondérance à la notion de récit, ce que l’on appelle l’art narratif, accordant une attention particulière aux liens qui tissent les relations que l’artiste entretient avec la société. CAP ambitionnera très vite d’être une sorte de laboratoire au large éventail de recherches relationnelles, n’excluant aucun médium. Ces relations impliquent, ajoute Lennep, cette ‘participation‘  qui était quasi un mot d’ordre à l’époque et qui favorisa chez l’un ou l’autre et à des degrés divers un intérêt pour le fait social ».

Les années 70 sont, on le sait, des années charnières et particulièrement fécondes dans l’histoire de la création contemporaine ; dans le domaine de l’art conceptuel, la Belgique est à l’époque une importante plaque tournante au cœur de l’Europe. Le groupe CAP s’y créa une place active. Il organise ses propres expositions aux quatre coins du pays, (se) délègue dans les biennales et triennales en Belgique et à l’étranger, organise des échanges, entretient des relations avec le milieu international ; c’est bien normal lorsqu’on occupe le champ relationnel. CAP est en relation tant avec Jean Le Gac que Fred Forest, Gina Pane, Christian Boltanski ou Jochen Gerz.  L’exposition « Le Jardin » en 1977 ou la publication « Relation et relation » en 1981, éditée par l’excellent Yellow Now,  sont, à cet égard, capitales. Nyst et Lizène sont aux avant-postes de l’art vidéo, CAP participera dès lors aux  émergentes  grand-messes internationales de la vidéo, de Lausanne à Knokke, d’Anvers à Buenos Aires où œuvre à l’époque Jorge Glusberg, figure majeure de la diffusion de l’art international en Amérique latine.

Autant la rétrospective CAP organisée à Namur en 2002 m’avait déçu, bien qu’elle fut l’occasion d’une publication qui reste remarquable par son abondante documentation, autant cette exposition produite par le Centre de la Gravure et de l’Image imprimée à La Louvière me séduit, et  par son esprit, et par la sélection des œuvres. Il y règne des poétiques singulières. Certes, tissant des relations entre les uns et les autres, on décèle très vite  un esprit commun, mais on assiste surtout à l’affirmation de fortes individualités.  Quant aux œuvres, bon nombre témoignent de la période d’activité la plus intense du groupe, 1973-1982, tout en laissant la porte ouverte à  des créations plus récentes. C’est bien là, aussi, l’esprit de CAP : rester un espace de liberté.

Jacques Lennep est bien sûr le plus orthodoxe, remettant sans cesse sur le métier relation structurelle, relation narrative, relation sociale. Tania, modèle de charme évoque son Musée de l’Homme, tandis que l’artiste chasse le cerf depuis 1976. Historien de l’art érudit, il sème des pensées dans le jardin de Monet à Giverny et rétablit la Fontaine de Marcel Duchamp dans sa fonction d’origine. L’incohérence, au sens où l’entendait Allais, ainsi que le burlesque ne lui sont pas étrangers. Il en va de même pour Lizène, bien évidemment. Ses 144 tentatives de sourire (1974) sont désespérantes. Dans la banlieue de l’art, l’artiste interroge le perçu et le non perçu (1973) et poursuit son interrogation génétique. Son bombardon sur pot de WC, sculpture nulle, évoque une performance réalisée pour l’exposition Le Jardin, exposition où il présentera ses toutes premières peintures à la matière fécale (1977). Même autarcique, le petit maître est un artiste relationnel, tragique parfois, mais relationnel. Vidéaste mais artiste multimédia, Jacques Louis Nyst sonde l’image, le texte, leur sémiotique. « L’ombrelle en papier ou le principe de non réalité » et « L’objet » sont parmi ses œuvres essentielles. Avec une rare poésie, Nyst sonde les codes de la représentation. Photographies et textes de Lierneux, « matières mentales » :  le choix des œuvres de Jean-Pierre Ransonnet est tout aussi judicieux. Ransonnet nomme l’univers affectif, il le raconte, c’est une manière d’en prendre possession. Horvat, Heyrrens et Courtois complètent, enfin, le tableau. De ce dernier, jalonneur de paysages réels et d’espace de mémoire, on découvrira quelques travaux graphiques anciens aussi précis que tracés au cordeau, tissant un réseau d’échanges entre le paysage et l’œuvre qui le représente.

CAP, quarante ans d’images réelles et virtuelles. Centre de la gravure et de l’image imprimée. La Louvière, jusqu’au 29 avril 2012

Le communiqué du Centre le la Gravure et de l’Image imprimée :

L’exposition
Le CAP [Cercle d’Art Prospectif ] désigne un groupe d’artistes oeuvrant depuis 1972 et constitué de Jacques Lizène, Pierre Courtois, Pál Horváth, Jacques-Louis Nyst, Gilbert Herreyns,, Jacques Lennep et Jean-Pierre Ransonnet. L’exposition retrace 40 ans de création commune, placée sous le signe de l’expérimentation et de la théorie relationnelle : un concept fondé sur les structures, les réseaux et les échanges, regroupant vidéos, images imprimées, photos et textes.
En collaboration avec le Service des Collections de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le catalogue
CAP 40 ans, images réelles et virtuelles
Ouvrage publié par la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Textes de Fadila Laanan, Catherine de Braekeleer, Pierre-Jean Foulon.

Présentation
Les artistes du CAP ont participé activement aux recherches et innovations des années 70, une des périodes fondamentales dans l’histoire de l’art contemporain. Le groupe a été le pionnier de la vidéo en Belgique, il a conçu des expositions et des publications originales, mais surtout il a imposé un art relationnel.
Dans les années qui suivirent, les artistes du CAP, tout en restant en contact, ont abandonné les manifestations collectives. Celles-ci n’ont repris régulièrement qu’à la fin du deuxième millénaire pour se poursuivre aujourd’hui.

Nous reviendrons bien sûr sur la contribution lizénienne à l’exposition.

Tags: