Jacques Lizène, No Design (Ah ! Ah ! Ah! ), OPMA, un satellite de Reciprocity Liège 2012

Jacques Lizène est l’invité de la Maison des Métiers d’Art à l’occasion de RECIPROCITY Design Liège 2012. Exposition du 5 au 28 octobre. Une coproduction Office de Promotion des Métiers d’Arts (OPMA) et galerie Nadja Vilenne. Avec une publication aux Editions L’Usine à Stars : Jacques Lizène, No Design (Ah Ah Ah). Vernissage mardi 9 octobre 2012.

« Croiser toutes sortes de choses, des animaux, des visages, des architectures, des arbres, des voitures, des chaises, des sculptures, découper et mélanger deux styles » : Jacques Lizène pratique l’art syncrétique depuis 1964.

Alors qu’il décide en 1965 de ne pas procréer, le Petit Maître liégeois, depuis, ne cesse de pratiquer l’accouplement, mais il altère, outrage, transgresse, se réjouit de la disharmonie et s’enthousiasme même de rendre celle-ci non perçue.
Naufrage de regards, submersion de salon pour collectionneur tendance, chavirage de commodes et buffets, sièges croisés, chaises boiteuses : Jacques Lizène réactive le ruinisme tout en brinquebalant les concepts de celui-ci. Il découpe chaises et meubles, les hybride, compose d’improbables croisements ; il orchestre des rencontres incongrues, organise des collisions d’éléments disparates et ajuste les télescopages ; il accroche les sièges aux murs ou les dresse en totems, déséquilibre le mobilier, pose sur les meubles des natures mortes dites « à la maladresse ».
Les chaises dansent, gondolent ou dorment assises tandis que les mobiliers sombrent et vacillent. Dans un chaos délibéré, le dérèglement est systématique.

Lizène renverse les meubles comme il renverse les valeurs. Et dans un grand éclat de rire, imagine des « AhAhArchitectures ! », des sculptures pénétrables sur grosses roues d’avion, avec escaliers dépliants, dotées de panneaux solaires, de cheminées en forme de priape, de jardins suspendus, de fontaines de fumée et d’écrans extra-plats qu’il préfère bien évidemment penchés !

Lorsque, à l’occasion de cette biennale de design, on lui propose d’exposer ses productions qu’il a soin de disqualifier lui-même, les déclarant (presque) nulles, il rétorque aussitôt : « Oui, mais ce sera No Design ».
Réactif, il organise cette exposition comme un show room de mobilier et réaffirme, inventeur de l’art auto publicitaire, sa déclaration de 1975 :
« Collectionneurs avertis, il vous faut acquérir un Lizène d’art médiocre pour mettre en valeur vos mobiliers de style et vos tableaux de maître ! » En remake donc.

L’exposition est l’occasion d’une publication : Jacques Lizène, No Design, Ah Ah Ah !
Format 21 x 27 cm, 48 pages, full colors
Conception : Jacques Lizène et Jean Michel Botquin
Texte : Jean Michel Botquin
Aux Editions L’Usine à Stars. Une coédition OPMA Maison des Métiers d’Art.