Archives quotidiennes :

Marie Zolamian, Mer Morte, La Centrale, Bruxelles, revue de presse

Lu dans HART, sous la plume de Colette Dubois :

Marie Zolamian

L’or de Birzeit
L’exposition de Marie Zolamian fait suite à une résidence à Birzeit, en Cisjordanie d’où l’artiste a ramené une photographie qui sert d’emblème à l’exposition et qui représente trois oliviers étêtes et déracinés et un film. Il réfère directement à la question brûlante de l’eau en Palestine : un plan fixe montre une tasse en verre posée devant une fenêtre. A travers un liquide chargé de paillettes d’or, on peut observer le coucher du soleil sur Birzeit. L’eau est devenue or et le coucher du soleil amène l’espoir d’un autre jour. Dans le prolongement de la projection, des dessins mêlant sable doré et eau poursuivent l’attente. Sur les murs, une succession de dessins inspirés des miniatures persanes, des portraits de femmes esquissées une à une, souvent munies d’une cruche ou d’un flacon, se transforme en un long cortège silencieux. Ici, comme ailleurs dans son travail, Marie Zolamian juxtapose l’intime et le collectif, la représentation du présent et sa mise en relation avec des éléments presque immémoriaux pour nous donner à penser autrement le monde et son chaos.