décembre 2014

You are currently browsing the monthly archive for décembre 2014.

Season’s Greetings

Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes
et une excellente année 2015

We wish you happy holidays
and a lot of joy and happiness in 2015

Rachel Laurent, Manège, 2014

Rachel Laurent, Manège, 2014

Rachel Laurent, Manège, 2014

La galerie sera fermée du 21 décembre au 5 janvier 2015
The gallery will be closed from December 21 to January 5, 2015

Nous serons heureux de vous accueillir dès début janvier !
We look forward to welcoming you in January !

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Le Nul descendant un escalier, 2014
Performance improvisée au Palais de Tokyo, photos de Jean-Baptiste de Beauvais
Et dessin raté d’un escalier en double colimaçons… projet de sculpture qui n’est pas du Léonard de Vinci.
Photographies numériques couleurs et copies numériques de dessins, 150 x 50 cm

Lu dans l’entretien que Marcel Duchamp accorde à Pierre Cabanne en 1966 :

– Vous avez fait beaucoup d’illustrations d’après Laforgue ?
– Une dizaine. Je ne sais même pas où elles sont. Je crois que Breton en a une qui s’appelait « Médiocrité ». Il y avait aussi un « Nu remontant un escalier » d’où est sortie l’idée du tableau que j’ai exécuté quelques mois après…
– C’est « Encore cet astre »?
– Oui c’est cela. Dans le tableau, j’ai représenté le nu en train de descendre. C’était plus pictural, plus majestueux.

Tags:

Valérie Sonnier

A l’avant-plan :
Jeroen Van Bergen
Composition de tours 003. Carrefour, 2011 Carton, bois et vernis.
Échelle : 1 : 100

Valérie Sonnier

Valérie Sonnier
24 juin, 22h20, 2014
Pierre noire et cire sur papier, 200 x 123 cm

Tags:

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
The King, 2014
Huile sur toile, 75 x 65 cm

Emilio Lopez-Menchero

Vue de l’exposition

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Cadere, quartier Manhattan, Bruxelles, (index B57, code14003002, dit le bâton de New York), 2013
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 80 x 60 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to John Lennon 2007-2008
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 75 x 75 cm
Edition 5/5

Tags:

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Marie Zolamian

(…) Dans sa pratique artistique, Marie Zolamian collecte, juxtapose, compose les éléments mémoriels, qu’ils soient proches ou lointains, singuliers et collectifs. Ainsi occupe-t-elle ce nouveau territoire d’expérience sensible, intime et inscrit dans le monde, enrichi de sens. Et comme dans un continuum, Marie Zolamian complète ici le dispositif mis en place d’une lente procession de femmes, esquisses sur papier inspirées de miniatures orientales et persanes. Elles sont prêtresses et servantes, évoquent à la fois le don, l’altérité, l’ivresse des sens et la soumission. Il fut question de l’huile et de l’eau ; toutes, cette fois, font l’éloge et l’offrande du vin, ce rituel séculaire, qui tout comme ceux qui concernent l’eau lustrale, se situe au carrefour des cultures et des civilisations.

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sans titre, de la série A Servir, 2013
gouache sur papier, 21 x 13,5 cm

Tags:

Lu dans LE SOIR / MAD, sous la plume de Jean-Marie Wynants :

Emilio Lopez Menchero

EMILIO LOPEZ-MENCHERO : QUESTION DE CORPS ET D’IDENTITE

Il y a le David de Michel Ange, la Mona Lisa de Leonardo Da Vinci, les silhouettes tendues de Goya, les corps éclatés de Bacon, la Cicciolina de Jeff Koons… Autant d’artistes qui ont abordé la question du portrait et du corps d’une façon instantanément reconnaissable. Et puis il y a l’œuvre d’Emilio López-Menchero. Insaisissable et protéiforme, passionnante et iconoclaste.
Reconnu internationalement, Emilio López-Menchero reste méconnu du grand public belge. La très belle rétrospective que lui consacre actuellement la Centrale, au cœur de Bruxelles, devrait changer les choses.

Lorsqu’on évoque son nom dans le milieu de l’art, les réponses sont aussi variées que définitives. Pour les uns, il est avant tout un performeur aussi fantaisiste que gonflé. Pour d’autres, il est essentiellement le créateur d’installations abordant souvent de manière inattendue des questions politiques ou sociétales. Pour d’autres encore, il est un peintre merveilleux mais méconnu. Pour la plupart, il est toutefois l’homme des « Trying to be… », cette série d’autoportraits où on le retrouve en Pablo Picasso, Fernand Léger, Carlos, Che Guevara, Marc Dutroux ou Frida Kahlo.

Si cette série a marqué bon nombre d’esprits, c’est peut-être parce qu’elle concentre tous les aspects du travail de l’artiste : performance, installation, références picturales et surtout, recherche sur le corps et la notion d’identité. Loin des petits jeux auxquels se livrent certains à partir de trucages divers, loin également de la performance d’un John Malkovich qui vient de réaliser une série de photos où il se déguisait en divers personnages connus, Emilio López-Menchero cherche moins à ressembler qu’à « essayer d’être… », comme le précise le titre de la série. Il s’agit dès lors pour lui de travailler à partir de son propre corps et de la transformation bien réelle de celui-ci : se laisser pousser la barbe du Che ou d’Arafat, les cheveux de Balzac ou des Beatles. Retrouver l’état d’esprit de Rrose Sélavy ou la force douloureuse de Frida Kahlo…
Mais il s’agit aussi de regarder le monde dans lequel nous vivons par le moyen le plus approprié. En cela, le parcours de la Centrale est une totale réussite mettant côte à côte des œuvres jusqu’ici éparses et dont les liens semblent soudain évidents. Le Trying to be Balzac voisine le portrait peint intitulé In Balzac’s mind.
De grands dessins à l’encre de Chine restituent à partir d’un détail tout un phénomène de société. Des performances réalisées dans l’espace public nous interrogent sur le monde de l’art, à Venise, dans les couloirs feutrés d’Art Brussels ou en pleine ville avec cet extraordinaire check-point installé en 2010 sur le pont du Canal séparant la très branchée rue Dansaert de la Chaussée des Gand nettement plus populaire. Avec toujours, le corps au centre du jeu, « normé, agité, identifié, fantasmé » comme l’explique l’artiste au fil du parcours.

Architecte de formation, Emilio López Menchero a su magistralement utiliser toutes les ressources de la Centrale, plaçant au centre du parcours une maison à la silhouette typiquement brugeoise réalisée en fil de clôture. Une manière d’évoquer ce monde où certains visiteurs, les touristes, sont les bienvenus tandis que d’autres, les réfugiés, sont parqués dans des camps. Camps où les normes d’occupation d’un lieu, soigneusement établies en architecture, sont rarement prises en compte.
Autant de sujets surgissant au fil d’un très riche parcours, tant dans la forme que dans le fond comme le montre dès l’entame ce film où, déguisé en gardien de musée, l’artiste reproduit au bic quatre couleurs une série d’œuvres des Musées royaux avant d’abandonner son travail à même le sol sous le regard interloqué des visiteurs. Un questionnement parmi tant d’autres dans une œuvre qui allie honnêteté, modestie, clairvoyance, ambition et talent.

Entendu sur Musiq3, la chronique des arts plastiques de Pascal Goffaux le 4décembre 2014

 

Lu dans la LIBRE, sous la plume de Claude Lorent :

Emilio Lopez Menchero

EMILIO LOPEZ-MENCHERO, L’INCLASSABLE ARTISTE BRUXELLOIS

Convié par La Centrale à réaliser une expo monographique, le plasticien bruxellois retrace rétrospectivement son cheminement. Il pose un regard politique sur son environnement tout en plaçant l’humain au centre de son art. Et il invite l’artiste espagnole Esther Ferrer, connue pour son engagement.

En invitant le plasticien bruxellois Emilio Lopez-Menchero pour une exposition monographique à caractère rétrospectif, La Centrale confirme sa volonté de soutenir des artistes belges dont la réputation déjà bien établie mérite une mise en exergue conséquente. L’institution occupe ainsi un créneau spécifique qui valorise nos artistes et les place dans un contexte favorisant une meilleure connaissance de leur œuvre pour le public autant que pour l’ensemble du milieu artistique belge et étranger. Un rôle indispensable pour la reconnaissance de nos plasticiens d’autant plus que le centre d’art de la Ville s’inscrit dans un contexte international. Une marque présente par l’invitation, au sein de l’exposition, d’Esther Ferrer, une artiste espagnole vivant et travaillant à Paris.

Le rôle de l’artiste

Architecte et plasticien, Emilio Lopez-Menchero (1960, vit à Bruxelles) manifeste une double préoccupation. D’une part un engagement humain très présent, de l’autre une relation à l’espace qui se traduit souvent par des interventions visuelles et auditives dans le contexte urbain. Son cri de Tarzan retentira à nouveau dans la ville pendant l’expo. Sa double formation produit des interactions et des interrogations dans lesquelles, très fréquemment, il intervient physiquement dans une nécessité d’implication personnelle.

Les questions qu’il se pose, il les projette vers nous tous de manière à nous les faire partager dans un contexte qui inclut le vivant, le vécu, la narration et le réel. Artiste, il se place dans le social, comme acteur dans cette société, et examine quelle est sa place, quel est son rôle et comment en tant qu’artiste il peut intervenir pour pointer des sujets qu’il estime importants et sensibles. Plusieurs vidéos témoignent d’actions, d’interventions, de performances, par lesquelles, sans être moralisateur, il conscientise les visiteurs par le partage de son implication. La question de l’identité, la sienne et celle des autres, est au cœur de sa démarche. Une identité mondialisée.

D’entrée de jeu, une vidéo le montre dans un musée d’Art ancien dessinant frénétiquement d’après des œuvres exposées. Nerveux, rapides, approximatifs, ses multiples dessins jonchent le sol. Il joue son propre rôle, il apprend au contact des maîtres et réalise des copies qui n’en sont pas réellement. Est-ce que ce sont des œuvres ? Quelle posture occupe-t-il dans ce vaste champ de l’art ? La réponse ce sont finalement les œuvres qu’il réalise, choisit de nous montrer et de mettre en action pour qu’elles agissent sur nous.

Essayer d’être

Sa série de photographies qu’il intitule « Trying to be » est symptomatique de son positionnement. En prenant la pose connue de personnages quasi iconiques, il s’interroge davantage sur son identité que sur la leur et il s’insère dans leur monde en essayant d’y trouver sa place entre Picasso, Frida Kahlo, Ensor, Cadere… Ou Carlos, un bandit notoire. Par ce biais, on perçoit le questionnement personnel et la mise à nu bien concrète d’ailleurs, pas que symbolique, dans son Balzac. Partant, il nous pose la question de notre insertion en tant qu’individu dans le rôle que nous sommes supposés jouer dans la société d’aujourd’hui !

Implication altruiste

Parmi les œuvres les plus emblématiques de cette démarche interventive et foncièrement humaine, on comptera « Brugse Huis » (part of Indonesie !) construction d’un centre fermé où résonnent des voix de femmes face à une série de dessins qui se passent de tout commentaire. Egalement son intervention urbaine (voir les photos) « Checkpoint Charlie » par laquelle il coupe la ville en deux : les beaux quartiers et les autres. Ou encore cette vidéo de sa déambulation à Venise lors de la Biennale : pour vendre des Atomium de pacotille il prend place parmi les marchands ambulants illégaux. L’artiste ne milite pas, il s’implique et sa cause, à travers l’art, c’est plus d’humanité, plus de respect et compréhension de l’autre, des autres, c’est plus de justice humaine. Il agit en observant le monde autour de lui, ici, au quotidien. Et sa peinture qui trouve enfin depuis peu son propre ton, dit surtout l’émotion et resserre les liens les plus intimes. Ceux de la famille, des proches, des gens qui le touchent. Et le monde de l’art avec ses dérives, heureusement, n’échappe pas à sa vigilance. Une œuvre qui s’accomplit sans détour. Belle, très belle, par sa force intérieure.

L’Espagne, la mère patrie

Invitée par Emilio Lopez-Menchero à participer à l’exposition, Esther Ferrer (1937, vit à Paris), artiste d’origine espagnole tout comme lui, y a placé une œuvre qui aurait dû participer à une exposition critique sur les commémorations du 500e anniversaire du débarquement en Amérique de Christophe Colomb, suivi d’une prise de possession des territoires, de l’obligation de conversion et de l’extermination des Indiens. Un cercueil noir en suspension comme un animal menaçant, une araignée dont on dit qu’elle dévore sa progéniture. Sur le cercueil est posée une épée plutôt qu’un crucifix, signe de violence, de guerre, d’un état militaire, et non de paix. L’annexion des territoires conquis sera sanglante. En fond, un drapeau espagnol avec les armoiries des rois catholiques, les monarques de l’époque. A l’audition, une voix qui s’exprime faiblement, qui chantonne, qui lit, qui raconte. Des chansons populaires, des poèmes et surtout un récit : Les Chroniques de la Conquête. Une œuvre qui selon l’artiste illustre « une période noire de l’Histoire de la péninsule Ibérique » et qui s’érige « contre le fétichisme de l’identité nationale » et contre les exclusions. Une œuvre puissante, « Madre Patria » ou « Invasion », qui rejoint pleinement la démarche d’Emilio Lopez-Menchero. Une œuvre éminemment politique vis-à-vis d’une Espagne qui, en 1492, entreprend un processus d’unification en centralisant le pouvoir dans une unité religieuse et linguistique et en excluant nombre d’étrangers. Une Espagne qui se ferme aux autres dans l’affirmation d’une identité nationale. « Les leçons de l’Histoire ont-elles été entendues ? », s’interroge aujourd’hui l’artiste.

Sur le site de Cobra.be (VRT)

DE VELE GEDAANTEN VAN EMILIO LÓPEZ-MENCHERO

Emilio Lopez Menchero

De Centrale for Contemporary Art in Brussel is gestart met een lovenswaardig initiatief. De retrospectieve rond de Brusselaar met Spaanse roots Emilio López-Menchero, die deze week van start gaat, wordt de eerste in een reeks van overzichtstentoonstellingen van levende kunstenaars die in Brussel en omstreken actief zijn.
centrale for contemorary art emilio lopez-menchero geengageerde kunst esther ferrer retrospectieve
Vorig jaar was er al de solotentoonstelling van Johan Muyle, maar die bracht hoofdzakelijk nieuwer werk. De retrospectieve rond López-Menchero tracht een volledig beeld van het oeuvre van deze kunstenaar te brengen. En het moet gezegd, Emilio López-Mechero heeft al een behoorlijk indrukwekkend parcours afgelegd. Deze zoon van twee Spaanse wetenschappers, die eerst in België en later in Oostenrijk aan de slag gaan, wordt in 1960 in Mol geboren. Eens volwassen besluit hij zich in Brussel te vestigen, waar hij architectuur en kunsten studeert.

Tarzankreten en een roephoorn
Al in zijn eerste werken toont de kunstenaar een voorliefde voor ingrepen in de alledaagse werkelijkheid, vooral in de stad. Bezoekers die in 2000 naar Gent afzakken om er tijdens ‘Over The Edges’ de fameuze vleeszuilen van Jan Fabre te zien, zullen zich misschien nog de Tarzankreten herinneren die om de haverklap door de stad weerklonken. Dat is dus een van de ideeën van López-Menchero. En wie heeft aan het Zuidstation in Brussel nog niet de enorme roephoorn (La Pasionaria) gezien die daar sinds 2006 de bezoekers van de stad Brussel verwelkomt? Ook van López-Menchero.

Over de grens
De kunstenaar gebruikt de stad als zijn canvas voor sociaal geëngageerde ingrepen en acties. Zo liet hij in 2010 op de grens van de stad Brussel met de gemeente Molenbeek een replica oprichten van de befaamde controlepost van het Amerikaanse leger in Berlijn, ‘Checkpoint Charlie’. López-Menchero trachtte met deze ludieke actie de voorbijgangers bewust te maken van de absurditeit van grenzen. Zoals eens tussen Oost en West is er ook aan de Vlaamsepoort een denkbeeldige grens tussen de hippe Dansaertstraat en de verderop gelegen volkswijk voorbij het kanaal. De spanning tussen deze imaginaire en werkelijke, geografische afbakeningen vormt een aanleiding om even stil te staan bij dit soort conventies.

Het Brugse huis
Datzelfde jaar wordt Emilio aangegrepen door het verhaal van een vriendin. De Indonesische Madé, die met Engelse vrienden in België belandde maar van wie de papieren niet helemaal in orde waren, kwam na een reeks misverstanden over vermeende mensenhandel terecht in een gesloten asielcentrum in Brugge. Het meest frappante aan de behandeling die Madé daar te beurt viel, was de manier waarop zij aangesproken werd. Niemand sprak haar aan met haar echte naam, maar met haar nationaliteit: “Hé Indonesia!”. Het ‘Brugse huis’, dat de grote hal van de oude elektriciteitscentrale in beslag neemt, is op die ervaring van Madé gebaseerd. De vorm van een traditioneel middeleeuws trapgevelhuis wordt gecombineerd met afsluithekken die de gekooide asielzoekers van de buitenwereld moeten afschermen. Als kers op de taart weerklinkt er vanuit de vier luidsprekers een constante stroom van barse landsnamen: ‘Lithuania!”, “Ghana!”, enz.
In dezelfde ruimte zweeft er een grote wolk die uit een hele reeks kussens bestaat, een verwijzing naar de dood van Semira Adamu, die tijdens een repatriatie de verstikkingsdood stierf. Als de bezoeker met enige moeite onderaan de wolk zijn of haar hoofd in de opening steekt, klinkt daar op enigszins cynische wijze het stukje uit de musical ‘Cabaret’: « Wilkommen, bievenue, welcome ».

Verkleden voor gevorderden

En dan is er de kameleon die in Emilio López-Menchero huist. Een deel van zijn onderzoek naar de rol van de kunstenaar in de maatschappij heeft te maken met het ontkrachten van mythes en clichés. Om die van binnenuit te begrijpen kruipt hij letterlijk in de huid van een aantal iconische figuren. Zo zien we Emilio López-Menchero achtereenvolgens als Frida Kahlo, Cindy Sherman, James Ensor en Honoré de Balzac. Wat bij deze keuze van personages telkens opvalt, is de “tweedegraads” incarnatie. Al deze figuren spelen op zich al een rol, zijn zelf al verkleed. López-Menchero is dus telkens iemand die lijkt op iemand die op iemand anders lijkt … volgt u nog? Voor de kunstenaar is deze verkleedpartij – die soms tot verbluffende resultaten leidt zoals een griezelig echte Marc Dutroux – meer dan een narcistisch spektakel. Het is een manier om de grenzen tussen echtheid en fictie, tussen feit en verhaal scherp te stellen. In een interview vat hij zijn houding wat dat betreft op deze manier samen: “Het is de rol van de kunstenaar om met grenzen te werken. De kunstenaar is ergens tussen een clown en een crimineel die de bestaande grenzen overschrijdt.”
Dit is geen tentoonstelling die het moet hebben van esthetische hoogstandjes, maar die op een heel ander niveau werkt. Eens te meer heeft de Centrale gekozen voor een geëngageerd kunstenaar die de bezoeker uitdaagt, die aanzet tot reflectie.

Tags:

Sophie Langohr

Vue d’exposition

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Saint Jean par Gérémie Geisselbrunn (1595 – 1660) photographié comme Gaspard Ulliel par Martin Scorcèse pour Chanel, de la série Glorious Bodies, photographies noir et blanc marouflées sur aluminium, 2 x (37 x 52 cm), 2013 -2014.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Saint Mathias par Gérémie Geisselbrunn (1595 – 1660) photographié comme Ricky Hall, de la série Glorious Bodies, photographies noir et blanc marouflées sur aluminium,
2 x (55 x 44 cm), 2013 -2014.

Je repense à Ludwig Feuerbach, disciple et critique de Hegel, à cet extrait que Guy Debord n’hésita pas à placer en exergue de sa « Société du Spectacle » en 1967 : « Et sans doute notre temps préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être, écrit le philosophe. Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi le comble du sacré » . Sophie Langohr, a parfaitement perçu cette dialectique, cette dichotomie – et cette confusion – entre illusion et sacré, jusqu’à la profanation, dirais-je, dans le plein sens du terme : rendre l’image sainte et pieuse plus profane encore que ce qu’elle est, réduire cette image, tout en la sublimant, à une image du désir et du bonheur que l’on ne peut que désirer sans jamais l’atteindre. Corps glorieux, corps du Bienheureux et de la Bienheureuse, celui de la résurrection de la chair, serait-ce celui de la résurrection christique ou celui d’un jeunisme effréné, d’un idéal starifié, d’un modèle égériaque, arty, auréolé de toute la gloire et du mystère de la création comme de la transfiguration ? (…)
Lire la suite

Tags:

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Lotissement de cimaise 1970, partage de cimaise 1975, en remake, 2014. “L’Ecole de Malaucène”. Cordelette, clous, copies d’oeuvres et contributions diverses. Dimensions variables. Avec des contributions de Denyse Beaulieu, Aranza Belliard, Stéphane Bérard, Olivier Blanckart, Véronique Boudier, Xavier Boussiron, Noël Dolla, Pauline Jambet, Vincent Labaume, Arnaud Labelle-Rojoux, Rachel Laurent, Jacques Lizène, Saverio Lucariello, Bérénice Mayaux, Philippe Mayaux, Guy Scarpetta, Jean-Luc Verna.

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe de Gobert)

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Balzac à la bretelle, 2008
Photographie NB marouflée sur aluminium et encadrée, 150 x 125 cm.

Comme dans le cas de Cindy Sherman, les mises en scène de ces « Trying to be » ne sont destinées le plus souvent qu’à la photographie, plus rarement à la vidéo. Emilio López-Menchero se transforme par le maquillage, le costume, les accessoires, il tente de surveiller son régime avec pondération, contrôle le poil, et surtout prend la pose, la pose la plus proche de l’icône de référence, mais dans une totale réappropriation personnelle, le plus souvent fondée sur une recherche documentaire qui bien souvent oriente le processus de (re)création. Ainsi, lorsqu’il découvre la physionomie du portrait de Balzac aux bretelles, dit de Nadar, Napoléon des lettres, main sur le cœur, photographié par Buisson en 1842, c’est la question de physionomie et le hasard d’une éventuelle ressemblance qui l’incite. En même temps, il abordera également les clichés du Balzac Monumental de Rodin pris par Edward Steichen, diverses études préparatoires que réalise Rodin, ce qui le mènera à la sculpture du Balzac elle-même. En fait, ce redoublement entre la sculpture et ses avatars photographiques, entre la physionomie de Balzac et l’œuvre de Rodin condense le processus d’incarnation qu’il entreprend. Celui-ci débouchera sur cette exhibition qui dénude le génial geste sculptural de Rodin, autant que le corps de l’artiste. Exhibant nudité et virilité, López-Menchero démonte le geste de synthèse de Rodin qui sculpta d’abord le corps nu de l’écrivain avant de le couvrir de sa robe de bure. Il est dès lors autant Balzac que la sculpture de Rodin.

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Pater, 2012
Huile sur toile, 150 x 133 cm

Emilio López-Menchero
In Balzac Mind , 2011
Huile sur toile, 75 x 65 cm.
Collection privée

(…) Il me faut encore citer « Térésa » (2012), ce puissant portrait de la sœur de l’artiste ou encore « Pater » (2012), un portrait de son père, s’auréolant d’une couronne de pinces à linge, inattendu « Trying to be » paternel dans le rôle du grand Manitou. Ou encore cette bonne balle de visage, quasi transgenre, qu’il nomme –fort justement « Autoportraits » (2013).

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Pater, 2012
Huile sur toile, 150 x 133 cm

Tags:

Rachel Laurent, Manège

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition collective

EXERCICES DE STYLES

Une exposition collective avec :
Eleni Kamma, Sophie Langohr, Rachel Laurent, Jacques Lizène, Capitaine Lonchamps, Emilio Lopez-Menchero, Benjamin Monti,
Sébastien Plevoets, Pol Pierart, Valérie Sonnier, Jeroen Van Bergen, Marie Zolamian

Vernissage le samedi 13 décembre 2014 à 18 h.
Exposition du 14 décembre 2014 au 31 janvier 2015. La galerie sera fermée du 21 décembre au 5 janvier

Rejoignez l’événement sur Facebook

Tags: , , , , , , , ,

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Another resonant ‘act of naming’, Jacqueline Mesmaeker’s work produces an imbalance between the emptiness of the photographed landscape and the plethora of associations and acts of imagination triggered by the work’s title. Conceptually framed as the moment ‘before the construction’, the melancholic landscape brims with the metaphysics of inauguration, of the primordial gesture – the first thought before the first, the foundation of the foundation – that institutes a new reality, that replaces nothingness with form and meaning. The axes of the landscape indistinctly suggest the topography of the architectural complex, of the ‘actual’ Versailles, producing a chronological continuum between inauguration and oblivion, between the moment when Versailles does not yet exist and a déjà-vu that spontaneously brings it back to mind, that recuperates it from forgetting.

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker, Versailles avant sa construction, 1980
Versailles version argentée, 2014
80,9 x 104 cm

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Torero torpédo, col d’Aubisque, 2008
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 120 x 100 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Toréro Torpédo, face à Miroir d’époque Regency de Marcel Broodthaers (1973), 2005
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 105 x 130 cm. Edition 5/5
Collection privée

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition

D’origine belgo-espagnole, lorsqu’il enfourche son vélo torero torpédo, revêtu du costume de lumière du toréador, les mains bien appuyées sur les cornes acérées de sa monture, le voici hybride d’Eddy Merckx et de Manolete, rendant hommage à Picasso. La performance le mènera durant l’été 2008 au sommet du col d’Aubisque , cela mérite, sur fond sonore de paso-doble, d’être salué. Le corps et son émancipation, à commencer par le sien, a toujours été au centre de ses préoccupations, qu’il s’agisse de se prendre pour un sumo dandinant, magnifique combat du lutteur contre son reflet dans un miroir (Ego Sumo, 2003), d’être, à quelques jours de la remise d’un projet, figé par le stress et le doute, sans voix et la tête prête à éclater, ce qui lui donnera l’idée de se couvrir du bonnet à poil et d’endosser l’uniforme d’un garde du Palais de Buckingham devant les Halles de Schaerbeek à Bruxelles (Garde de Schaerbeekingham, 2010), ou de s’exhiber nu, debout sur une table ronde, campant la stature de Balzac déshabillé par Rodin (Trying to be Balzac, 2002) . On l’a même vu à diverses reprises dans un numéro de claquettes (mais oui, assurément, il peut faire quelque chose de ses dix doigts), assis torse nu sur un tabouret, un casque audio sur les oreilles, claquant des doigts et des talons sur des rythmes de Camarón de la Isla. Le public n’entend pas la musique, tandis que l’artiste n’entend pas même le son qu’il produit : la performance est quasi autistique (Claquettes, 2010). Cette question de l’émancipation du corps — et de l’esprit — l’amènera à reconsidérer de façon critique l’œuvre de l’architecte théoricien Ernst Neufert, auteur du célèbre « Bauentwurfslehre » (Éléments des projets de construction), cette base méthodologique de la mesure, de la norme et des prescriptions, publiée pour la première fois en 1936 à Berlin, bible dont les architectes se servent encore aujour¬d’hui. Les silhouettes idéalement normées qui parsèment les croquis domestiques et vernaculaires de Neufert, traversent depuis longtemps les œuvres et dessins d’Emilio López-Menchero qui, par ailleurs, cite volontiers un autre architecte, Hans Hollein, et son Manifeste de 1968 : « Alles ist Architektur » . Oui, tout est architecture, y compris la construction de soi.

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Ensor, 2010.
Concept & performance : Emilio López-Menchero, photo : Emilio López-Menchero & Carmel Peritore. Costume et maquillage : Carmel Peritore.
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 76,5 x 61,5 cm. Edition 10/10

Au fil de cette série de portraits – autoportraits, ces tentatives réitérées de se mettre dans l’esprit du modèle, son « Trying to be James Ensor » (2010) occupe une place singulière. Jamais Ensor n’a cessé de se représenter : on lui doit plus d’une centaine d’autoportraits. « Jeune, fringant, plein d’espoir et de fougue, triste mais somptueux parfois, ainsi apparaît-il dans ses premiers tableaux, commente Laurence Madeline . Bientôt cependant il laisse exploser sa rancœur en soumettant son image à de multiples métamorphoses. Il est un hanneton, il se déclare fou, il se « squelettise »… Il s’identifie au Christ, puis à un pauvre hareng saur. Il se caricature, se ridiculise… Il est l’auteur et la marionnette de comédies ou de tragédies ». Parmi ces autoportraits, il y a celui au chapeau fleuri de 1883-1888 où James Ensor se prend lui-même pour Pierre Paul Rubens. James Ensor a ironiquement troqué le chapeau — avec panache — du maître, contre un bibi à fleurs et à plumes. « En ce temps-ci ou chacun est tout le monde, le poète, le peintre, le sculpteur, le musicien ne vaut que s’il est authentiquement lui-même », écrira Emile Verhaeren à propos du baron ostendais.
Cet autoportrait au bibi est une sorte de « Trying to be » avant la lettre ; il ne pouvait évidemment échapper à Emilio López-Menchero. Quelques mois plus tard, dans la foulée, il se précipitera dans la salle Rubens du Musée Royal des Beaux-Arts de Bruxelles et y proposera une performance qu’il titre, non sans lyrisme : « Autoportrait adolescent de mon éblouissement jaloux et de mon ébahissement illimité face à l’Histoire de la Peinture ! » (2011). Le film qui résulte de cette intervention nous fait découvrir l’artiste dessinant, s’inspirant des peintures du maître. La peinture est, en effet, fantasme de gamin qui contraint son père à lui acheter des tubes de couleurs, sans délai ni retard, à la sortie d’une visite familiale au musée des Offices à Florence. Emilio López-Menchero avait alors quinze ans ; il se réfugia à l’hôtel pour peindre. Depuis, il n’a jamais quitté les champs de la peinture. Ce n’est, finalement, qu’en 2012 qu’il osa, enfin, la rendre publique lors d’une première exposition qu’il consacra exclusivement à la peinture. (JMB)

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition

Emilio López-Menchero
Autoportrait adolescent de mon éblouissement jaloux et de mon ébahissement illimité face à l’Histoire de la Peinture ! 2011
Vidéo HD, 16 :9, son, couleurs

L’Autoportrait adolescent de mon éblouissement jaloux et de mon ébahissement illimité face à l’Histoire de la Peinture ! ( 2011), vidéo représentant Emilio López-Menchero habillé en gardien de musée dans la salle Rubens des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, projette d’emblée le spectateur dans l’univers de l’exposition artistique par une transgression des codes de comportement et d’identification de ses acteurs. Le gardien de musée (López-Menchero) ne contrôle pas les visiteurs, il copie au bic quatre couleurs sur des dizaines de feuilles A4 les tableaux du maître puis les jette par terre, suscitant ainsi la curiosité des visiteurs, certains les ramassent et les emportent. La référence au maître évoque le Chef d’oeuvre inconnu d’Honoré de Balzac (personnage omniprésent dans l’oeuvre de López Menchero, Trying to be Balzac) qui rassemble trois générations de peintres dans un atelier parisien en 1612 : le jeune Nicolas Poussin qui rend visite à Frans Pourbus, (qui vient de se distancer de son maître Rubens) et Frenhofer, vieillard grisonnant, qui se débat à son tour avec l’héritage de son maître à penser, Mabuse. Entre les trois peintres s’installe une alchimie particulière qui allie vécu et art, humeur et inspiration. Des tableaux voient le jour sur la toile qui cherche à être réalité. Poussin « regarde » l’image de Frenhofer au travail pour pouvoir « être » lui – et imite ainsi le fonctionnement même de l’art. Comme l’écrit Georges Didi-Huberman, cette nouvelle fonctionne comme un mythe et permet une multiplicité d’entrées : mythe sur l’origine, les moyens et l’extrémité de la peinture. Les limites de l’oeuvre entre être et représentation. Elle met en exergue la question esthétique de « l’incarnat » en peinture ainsi qu’elle met en jeu le statut même du rapport qu’entretient la peinture figurative (un plan, des couleurs) avec son objet (une peau, des humeurs).8 N’est-ce pas aussi la motivation qui anime Emilio López-Menchero ? Ses Trying to be ne reflètent-ils pas ce passage incessant entre l’objet et le sujet ? Entre soi et son double « l’artiste » ? (Carine Fol)

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Phlippe De Gobert)

Tags:

Jacques Lizène a été invité par la Space à relooker la borne de la SPAC, sculpture publique d’aide culturelle. Le Petit Maître prend ainsi le relais des relookings assurés par Nicolas Kozakis (2010) et Michaël Nicolaï (2012). Le making of :

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Tags:

Benjamin Monti

Benjamin Monti, sans titre, encre de chine sur papier, 2014
Dessin original pour l’affiche « Les Fugueurs du Livre 2014, salon de la petite édition.

Tags:

Les Fugueurs du Livre

L’Usine à Stars – galerie Nadja Vilenne participe à la deuxième édition des Fugueurs du Livre, salon du livre dédié à la petite édition, ces 06 et 07 décembre, au Grand Curtius à Liège.

Consulter notre catalogue

Le Comptoir du livre organise en collaboration avec la ville de Liège, le samedi 6 et le dimanche 7 décembre 2014, un salon du livre dédié à la petite édition.

Le salon se tiendra dans les locaux du Grand Curtius, le samedi de 10 h. à 18h. et le dimanche de 10 h. à 17 h.

Les Fugueurs du livre
Salon de la petite édition 2014

Auditorium du Grand Curtius
Féronstrée 136 – 4000 Liège

Entrée libre au salon et aux collections du musée les deux jours.

Seront présents L’Âne qui butine, L’Arbre à paroles, Au crayon qui tue, La Belle Époque, Les Branquignols éditeurs, Cactus inébranlable éditions, Le Cagibi, La Camaraderie, 100 titres, Le chat sauvage, Le Cormier, Daily-Bul, Eastern Belgium at Night, Éditions Les Carnets du Dessert de Lune, Les éditions du Céphalophore entêté et la revue Nouvelles Hybrides, Les éditions du Cerisier, Les éditions du Chemin de fer, Les éditions « Et ta sœur ! », Les éditions de l’Usine et la revue Empreintes, Les éditions du Caïd, Esperluète éditions, Fanzinorama, Frémok, Le Garage L , George, Hypnotisme, Indekeuken & PTTL/Chez Rosi, Les Inéditions, Jaja, K1L/ Magazine ‘Actuel’, Le Kabinet, Lindé, maelstrÖm, Maison du rock, Patate éditions, La Petite Fanzinothèque belge, Points de suspension, Poisson soluble, Quadrature, Revers asbl, La « S » Grand Atelier/CEC La Hesse, Salade de frites, Science Infuse, Tandem, Temps mêlés, Tétras Lyre, Une poignée d’Loups en laisse, United Dead Artists, L’Usine à stars, Venus d’ailleurs, Yellow Now.

Et les librairies Le Comptoir du livre, Entre- Temps/Barricade, Le livre aux Trésors, Espace Livres et Création et La Zone.

Entrée gratuite • Accès libre aux collections du musée tout le week-end • Ouverture officielle et verre de l’amitié le samedi à 11h30.

Le Grand Curtius, 136 Féronstrée, 4000 Liège

« Older entries