janvier 2015

You are currently browsing the monthly archive for janvier 2015.

Jacques Charlier
– La Havane (Cuba), The importance of being, Museo Nacional de Bellas Artes, curator : Sara Alonso, 13 février – 26 avril 2015

Honoré d’O
– Ostende (B), La Mer, hommage à Jan Hoet, MuZee, 23 oct-19 avril 2015

Suchan Kinoshita
– Madrid (E), Arco 2015, galerie Nadja Vilennne, du 25 février au 1er mars 2015

Sophie Langohr
– Liège, Drapery, galerie Saint Luc (solo), du 6 février au 7 mars 2015
– Sittard (Nl), Like a Virgin, Maria als Wonder Woman, Oda Park, du 21 septembre au 15 février 2015
– Paris (F), Pixels of paradise, Centre Wallonie Bruxelles, du 30 janvier au 15 mars 2015
– Flémalle (B), Noir Chantilly, Féminisme(s), du 14 février au 5 avril 2015

Jacques Lizène
– La Havane (Cuba), The importance of being, Museo Nacional de Bellas Artes, curator : Sara Alonso, 13 février – 26 avril 2015
– Bruxelles (B), Si tu veux voir le monde, ferme tes yeux, Argos, du 8 février au 5 avril 2015
– Madrid (E), Arco 2015, galerie Nadja Vilennne, du 25 février au 1er mars

Emilio Lopez Menchero
– Bruxelles (B), Emilio Lopez Menchero & Esther Ferrer, Centrale for contemporary art, du 4 décembre au 29 mars 2015 (solo)
– Madrid (E), Arco 2015, galerie Nadja Vilennne, du 25 février au 1er mars 2015

Jacqueline Mesmaeker
– Ostende (B), La Mer, hommage à Jan Hoet, MuZee, 23 oct-19 avril 2015
– Madrid (E), Arco 2015, galerie Nadja Vilennne, du 25 février au 1er mars 2015
– Bruxelles (B), D’après Picasso et Dürer, JAP galerie Rivoli, Bruxelles, du 15 janvier au 14 mars 2015

Benjamin Monti
– Bruxelles, E² 001, L’Appât,du 6 février au 1er mars 2015
– Bruxelles, Vénus s’entête, le choeur s’emballe, galerie 100 titres, du 24 janvier au 15 février 2015
– Bruxelles, Prix Jeunes Artistes, Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, du 15 janvier au 13 février 2015
– Bruxelles, le Kabinet du dessin, le Kabinet, du 14 février au 7 mars 2015

John Murphy
– Madrid (E), Arco 2015, galerie Nadja Vilennne, du 25 février au 1er mars

Valérie Sonnier
– Paris (F), Cocteau contemporain, une proposition de Dominique Païni, galerie Coullaud & Koulinsky, du 16 janvier au 28 février 2015

Walter Swennen
– La Havane (Cuba), The importance of being, Museo Nacional de Bellas Artes, curator : Sara Alonso, 13 février – 26 avril 2015

Marie Zolamian
– Flémalle (B), Noir Chantilly, Féminisme(s), du 14 février au 5 avril 2015
– Liège (B), Espace jeunes artistes, rétrospective 2009-2014, musée des Beaux-Arts, du 11 février au 15 mars 2015

Benjamin Monti

Dans le cadre de sa politique d’accueil, 100 Titres reçoit Venus d’ailleurs, lieu d’exposition nomade et maison d’édition du Gard (France) qui pour une exposition réunit une palette d’artistes de France et de Belgique. Collages, dessins, livres et multiples à voir à la galerie du 24 janvier au 15 février de 14 à 18h.

A l’origine, il y a l’invention, en 2006, d’une revue par des artistes et des écrivains réunis autour d’Aurélie Aura et Yoan Armand Gil. Suivie très vite de la création d’une maison d’édition. En huit années, quinze numéros de la revue verront le jour, plus d’une soixantaine d’ouvrages (et autres projets éditoriaux) seront réalisés par plus de quatre-vingts auteurs et artistes. Plus quelques expositions…
Ce qui unit toutes ces personnalités dans Venus d’Ailleurs réside dans un esprit et une esthétique. Une conception du livre comme merveille, musée portatif, utopie libertaire à s’approprier, entreprise sans fin et espace collaboratif d’expérimentation graphique et littéraire. De beaux ouvrages, souvent de petits formats, peu chers, très soignés, sortent de l’Atelier Venus d’Ailleurs, imprimés par In Octo.
Ces Alice-là n’ont jamais douté de la qualité du lait de l’autre côté du miroir et, s’ils défi ent la rationalité, ils mettent en oeuvre des dispositifs rigoureux tout en opérant des déplacements renversants, générant une lecture du monde à l’endroit et à l’envers. Ils partagent l’attrait pour des pratiques artistiques dans l’ordre de la combinatoire, du collage et du montage. Ils fréquentent les alentours du surréalisme, du dadaïsme, de Fluxus, et les formes liées à l’art de l’illusion, du rêve, du brut et du kitsch. Ils abusent du dissonant, de la circulation entre les arts et de l’exploration sans GPS.

Aurélie Aura – Claude Ballaré – Cédric de Batz – Christoph Bruneel – Michel Cadière – Darnish – Fabien Delvigne – Marie Noël Döby – Charles Dreyfus – Agnès Dubart – Elzo Durt – Guy Ferdinande – Bruno Garrigues – Yoan Armand Gil – Philippe Lemaire – Mo Xia – Charlotte Massip – Susan Mende – Patrice Mériot – Benjamin Monti – Nathalie Moulin – Yves Reynier.

GALERIE 100titres
2, rue Alfred Cluuysenaar – 1060 Bruxelles

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Fernand Léger, 2014
Photographie NB marouflée sur aluminium, 110 x 88 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be American Indian (Warhol’s Russell Means), 2005
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 74,5 x 91,5 cm

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Arafat, 2010
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 110 x 90 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Frida, 2005
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 105 x 128 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchrero

Emilio López-Menchero
Trying to be Pablo Escobar en Pancho Villa, 2014
Photographie couleurs marouflée sur aluminium
Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Che, 2001
Photographie N.B marouflée sur aluminium, 75 x 75 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Dutroux, 2009
Concept & performance : Emilio López-Menchero, portrait de commande de Laurent d’Ursel, costumes, accessoires : Hélène Taquet photo : Annabelle Guetatra, Hélène Taquet & Emilio López-Menchero.
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 79,5 x 63,7 cm, 2009. Edition 5/5.

Since the early 2000s, Emilio López-Menchero has been regularly trying out different incarnations: appropriating the fascinating gaze of Pablo Picasso (2000); inhabiting Rrose Selavy (2005); substituting himself for Harald Szemann (2007); incarnating Warhol’s 15 minutes of fame, Russell Means style (2005); laying bare Rodin’s Monument to Balzac (2002); changing sex and composing a Frida Kahlo with herself as the subject (2005); taking on Rasputin’s hieratic pose (2007); conquering the Christ-like face of Che Guevara (2001); wearing Arafat’s keffiyeh (2009); turning himself into Carlos the Jackal, terrorist and master of cunning and disguise (2010); posing like Fernand Léger (2014), who also swapped the architect’s drawing pen for the painter’s brush. What motivated Emilio López-Menchero to attempt these successive incarnations, some 20 in all? After he shot his self-portrait of Pablo Picasso bare-chested in boxer shorts (2000), based on a photograph taken in the artist’s studio in Rue Schoelcher in 1915 or 1916, he said that the challenge was all about recreating this photographic self-celebration, of both his body and his artistic genius, which is something Picasso did regularly. The aim was not to create a pastiche of the photograph, or to imitate Picasso, but to incarnate both this ‘painter being’ and the archetype of the virile, macho Spaniard. Through these references, the artist initiates a process of reflexivity and recreation, mixing the familiar and the unfamiliar, recognition and surprise, erudition and facetiousness. A somewhat eccentric, even extravagant transformer, while changing his identity, López-Menchero finds his own. ‘Being an artist,’ he says, ‘is a way of expressing your identity; it’s the act of constantly inventing yourself.’ Each piece is unique, each Trying to be (the title of the series) is a specific adventure, an existential construction composed of autobiographical elements, references to other artworks, self-depiction, and a reflection upon the signals given out by the icon he has envisaged in detail. Ultimately it is self-construction via a continuous reflection on identity and its hybridities, exploring certain myths, their lies and their truths. The artist offers up a combination of exposure, disguise and domestic heroism. ‘Every true artist is a naive hero,’ wrote Émile Verhaeren of James Ensor, whose portrait in a woman’s hat with flowers and feathers Emilio López-Menchero revisited (2010). A naive hero is exactly what he is. On this topic I am reminded of the letter André Cadere wrote to Yvon Lambert in 1978, just before his death: ‘I would also like to say about my work and its multiple realities that there is another fact: the hero. You could say that the hero is in the midst of people, among the crowd, on the pavement. He is a man exactly like any other. But he has a conscience, maybe a way of seeing that, somehow or other, allows things to come to the fore, almost through a sort of innocence.’ This is a very accurate definition of artistic practice: it applies just as much to Emilio López-Menchero who, moreover, incarnated André Cadere (2013), carrying on his shoulder one of the Romanian artist’s round bars of wood, inspired by a now famous photograph taken by Bernard Bourgeaud in 1974. I would add that heroism can indeed be domestic: proof of this lies in the film that Emilio López-Menchero called Lundi de Pâques (Easter Monday, 2007), a ‘making of’ video of his Trying to be John Lennon, inspired by the Let it Be album cover. This film, made with a low budget, which gives it an undeniable intimacy, is a long series of almost pathetic attempts to pose as and inhabit Lennon in a private, homely setting that is strikingly realistic. Here, Trying to be becomes LET ME BE, while Easter Monday is an unusual day, a day, a new day, a regenerative metamorphosis.

Emilio López-Menchero simply had to appropriate Man Ray’s famous photo of Marcel Duchamp dressed as a woman – the identity photo of Rrose Selavy, ‘stuck up and disappointing’, the artist’s ‘alter ego’, Duchamp’s ‘Ready Maid’. Trying to be Rrose Selavy (2005) is the archetype of the genre, in this case a change of gender. Similarly, it was in some way expected, or understood, that he would also incarnate Cindy Sherman (2009). Since her earliest works over 30 years ago, the American artist has almost exclusively used herself as her model and the basis for her compositions. Examining identity, a frenetic need to reproduce her ‘me’, her work represents the ultimate challenge of deconstructing genres, using farce, theatrics and hybridisation. Emilio López-Menchero chose one of Cindy Sherman’s Centerfolds from 1981. These horizontal images, like the double-page spreads in fashion and girly magazines, were commissioned by Artforum but never published, because the editor of the famous art journal believed they reaffirmed too many sexist stereotypes. The American artist – and therefore Emilio López-Menchero as well – is depicted as a vulnerable, fragile woman with no means of escape, held captive by the gaze of others.

Like Cindy Sherman, the Trying to be compositions are mostly photographs rather than videos. Emilio López-Menchero transforms himself with make-up, costumes and accessories. He carefully monitors every aspect of the process, down to the tiniest detail. But the most important thing is the pose – to make his pose as close as possible to the icon he is referencing, but while completely reappropriating it in his own personal way. Mostly, these transformations are based on documentary research, which often guides the process of (re)creation. For example, in the portrait of Balzac in braces – photographed by Bisson in 1842 and owned by Nadar – the Napoleon of the arts has his hand on his heart. When the artist discovered it, the chance of possibly being able to reproduce his physiognomy was what motivated him. At the same time, he was looking at photos of Rodin’s Monument to Balzac taken by Edward Steichen, and various preparatory studies made by Rodin, which led him to the sculpture of Balzac itself. In fact, this duplication, of the sculpture and its photographic avatars, and of the physiognomy of Balzac and the work by Rodin, condenses the process of incarnation he is undertaking. That process ended up as the exhibitionist work that lays bare not only Rodin’s magnificent sculptural gesture, but the artist’s body as well. Exhibiting nudity and virility, López-Menchero strips back the process of synthesis conducted by Rodin, who sculpted the author’s naked body before covering it with a monk’s cowl. He is now as authentically Balzac as Rodin’s sculpture.
To personify Mexican artist Frida Kahlo, he does not choose one of her numerous self-portraits; instead he uses a photograph by Nickolas Muray, entitled Frida on White Bench, taken in 1938, which is both a frontal portrait and a composition. It is the political and cultural manifesto for an autonomous Mexican culture that interests Emilio López-Menchero. The intimate, the artistic, and social and political engagement transfigure Frida, who said that she often painted portraits of herself because she was the person she knew the best. When it was recently suggested to him that he incarnate Fernand Léger, he set his sights on a photo taken in 1950 by Ida Kar, a Russian photographer of Armenian heritage, who lived in Paris and London. Ida Kar took numerous portraits of artists and writers, including Henry Moore, Georges Braque, Gino Severini, Bridget Riley, Iris Murdoch and Jean-Paul Sartre. With a cap jammed on his head, and a salt-and-pepper moustache, Emilio López-Menchero stares down the lens, sitting astride a chair, his elbow resting on its back – a pose that Fernand Léger liked to assume. Reinhart Wolff and Christer Strömholm photographed him in the same pose. Once again, as in many of his Trying to be portraits, Emilio López-Menchero seeks to capture Fernand Léger’s gaze – a gaze full of curiosity for all forms of modernity.

Within this series of portraits – these self-portraits, these reiterated attempts to put himself inside the mind of the model – his Trying to be James Ensor (2010) occupies a unique place. Ensor painted images of himself throughout his career: he left behind over 100 self-portraits. ‘In his early paintings, he appeared young, dashing, full of hope and spirit, at times sad but still splendid,’ wrote Laurence Madeline. ‘Soon, however, he vented his rancour by subjecting his image to a number of metamorphoses. He became a May bug, he declared himself mad, he “skeletonised” himself. He identified himself with Christ, and then with a humble pickled herring. He caricatured himself, made himself look ridiculous… He was both puppet master and puppet, in comedies and tragedies.’ Among these self-portraits is one in a flowery hat from 1883–1888, in which James Ensor modelled himself on Peter Paul Rubens. James Ensor ironically swapped the master’s hat – with panache – for a woman’s hat with flowers and feathers. ‘In these times, when anyone is everyone, the poet, the painter, the sculptor and the musician is only worthwhile if he is authentically himself,’ Emile Verhaeren said of the baron from Ostend. This self-portrait in a woman’s hat is a sort of Trying to be avant la lettre: clearly, he could never have escaped the Emilio López-Menchero treatment.

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Rasputin, 2007
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 108 x 129 cm. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Engels, 2011
Photographie N.B marouflée sur aluminium, Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Carlos, série, 2011
Concept & performance : Emilio López-Menchero, photo : Emilio López-Menchero, Jonathan Rosic, Annabelle Guetatra, costumes, accessoires, décor : Emilio López-Menchero, Jonathan Rosic, Annabelle Guetatra. Coiffure, maquillage : Urteza da Fonseca, Annabelle Guetatra. Technique lumière : Philippe Leclercq
Photographies couleurs et NB, marouflées sur aluminium, (9) x 22,2 x 30 cm.
Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Vue d’exposition (photo Philippe De Gobert)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Rrose Sélavy, 2005 -2006
Photographie N.B marouflée sur aluminium, 74,5 x 91,5 cm. Edition 5/5

Depuis le début des années 2000, Emilio López-Menchero tente de régulières incarnations . S’approprier le fascinant regard de Pablo Picasso (2000). Habiter Rrose Selavy (2005). Se substituer à Harald Szemann (2007). Incarner les quelques minutes de célébrité wharolienne façon Russell Means (2005). Mettre à nu le monumental Balzac de Rodin (2002). Changer de sexe et composer une Frida Kahlo qui, elle-même, se met en scène (2005). Prendre la pose hiératique de Raspoutine (2007). Conquérir la face christique de Che Guevara (2001). Coiffer le keffieh d’Arafat (2009). Se transformer en Carlos, terroriste et maître de la ruse ou du travestissement (2010). Prendre la pose comme Fernand Léger (2014) qui, lui aussi, troqua le tire-ligne de l’architecte pour les pinceaux du peintre. Quelles motivations peuvent bien pousser Emilio López-Menchero à ces tentatives d’incarnations successives, une petite vingtaine déjà au total ? Lorsqu’il campe l’« autoportrait de Pablo Picasso torse nu en culotte de boxeur » (2000), une photographie prise dans l’atelier de la rue Schoelcher en 1915 ou 1916, tout l’enjeu, dit-il, est de restituer cette autocélébration photographique, tant celle du corps que du génie artistique, dont usa fréquemment le peintre espagnol. Il ne s’agit pas de pasticher le cliché photographique, de singer Picasso, mais bien d’incarner cet « être peintre » autant que les archétypes de l’Espagnol viril et macho. Ainsi, l’artiste initie par ces citations une réflexivité et une recréation, mêlant le familier et l’inédit, la reconnaissance et la surprise, l’érudition et la facétie. Transformiste un brin excentrique, voire même extra¬vagant, López-Menchero, tout en changeant d’identité, trouve la sienne. « Être artiste, dit-il, c’est une façon de parler de son identité, c’est le fait de s’inventer tout le temps » . Chaque œuvre est singulière, chaque « Trying to be » — c’est le titre de la série — est une aventure particulière, chacun est une construction existentielle, composée d’élé¬ments autobiographiques, de renvoi à d’autres productions, d’une mise en scène de soi-même, d’une réflexion sur les signaux émis par l’icône précisément envisagée. C’est, in fine, une construction de soi au travers d’une permanente réflexion sur l’identité et ses hybridités, explorant quelques mythes, leurs mensonges et leurs vérités. L’artiste déambule entre exhibition, travestissement et héroïsme domestique. « Tout artiste vrai est un héros ingénu » écrit Émile Verhaeren, à propos de James Ensor dont Emilio López-Menchero revisitera le portait au bibi à fleurs et plumes (2010). Un héros ingénu, certes. A ce sujet me revient cette lettre d’André Cadere à Yvon Lambert, écrite quelques temps avant sa mort en 1978 : « Je veux dire aussi de mon travail et de ses multiples réalités, il y a un autre fait : c’est le héros. On pourrait dire que le héros est au milieu des gens, parmi la foule, sur le trottoir. Il est exactement un homme comme un autre. Mais il a une conscience, peut-être un regard, qui d’une façon ou une autre, permet que les choses viennent presque par une sorte d’innocence » . C’est sans aucun doute, une juste définition de la pratique artistique ; elle sied tout autant à Emilio López-Menchero qui incarnera d’ailleurs André Cadere (2013), portant sur l’épaule l’une des barres de bois rond de l’artiste roumain, s’inspirant d’une photographie désormais célèbre prise par Bernard Bourgeaud en 1974. On ajoutera que l’héroïsme peut, en effet, être domestique : j’en veux pour preuve ce film qu’Emilio López-Menchero intitule « Lundi de Pâques » (2007), making off vidéographique d’un « Trying to be John Lennon », inspiré de la pochette du LP « Let it be ». Ce film, réalisé avec les moyens du bords, ce qui lui confère une indéniable intimité, est une longue série de tentatives quasi pathétiques de prendre la pose et d’habiter Lennon au cours d’un huis clos familial d’un réalisme saisissant. Le « Trying to be » se décline ici en « Let me be » tandis que le lundi de Pâques est un jour d’exception, un jour, un nouveau jour, une métamorphose régénératrice.

Emilio López-Menchero ne pouvait que s’emparer du célèbre cliché que Man Ray fait de Marcel Duchamp déguisé en femme, cette photo d’identité travestie de Rrose Selavy, « bêcheuse et désappointante, altière égo » de l’artiste, « Ready Maid » ducham¬pienne. Habiter Rrose Selavy (2005) est l’archétype du genre, du transgenre. De même, il était en quelque sorte attendu, ou entendu, qu’il incarne également Cindy Sherman (2009). Depuis ses tout premiers travaux il y a plus de trente ans, l’artiste américaine se sert presque exclusivement de sa propre personne comme modèle et support de ses mises en scène. Regard sur l’identité, frénésie à reproduire son moi, son travail est ultime enjeu de déconstruction des genres entre mascarade, jeu théâtral et hybridation. De Cindy Sherman, Emilio López-Menchero a choisi l’un des « Centerfolds » réalisés en 1981, ces images horizontales, comme celles des doubles pages des magazines de mode et de charme, commanditées par Artforum mais qui ne seront jamais publiées, la rédaction de la célèbre revue d’art estimant qu’elles réaffirment trop de stéréotypes sexistes. L’artiste américaine — et du coup Emilio López-Menchero — incarne une femme vulnérable, fragile, sans échappatoire, captive du regard porté sur elle.

Comme dans le cas de Cindy Sherman, les mises en scène de ces « Trying to be » ne sont destinées le plus souvent qu’à la photographie, plus rarement à la vidéo. Emilio López-Menchero se transforme par le maquillage, le costume, les accessoires, il tente de surveiller son régime avec pondération, contrôle le poil, et surtout prend la pose, la pose la plus proche de l’icône de référence, mais dans une totale réappropriation person¬nelle, le plus souvent fondée sur une recherche documentaire qui bien souvent oriente le processus de (re)création. Ainsi, lorsqu’il découvre la physionomie du portrait de Balzac aux bretelles, dit de Nadar, Napoléon des lettres, main sur le cœur, photographié par Buisson en 1842, c’est la question de physionomie et le hasard d’une éventuelle ressem¬blance qui l’incite. En même temps, il abordera également les clichés du Balzac Monumental de Rodin pris par Edward Steichen, diverses études préparatoires que réalise Rodin, ce qui le mènera à la sculpture du Balzac elle-même. En fait, ce redou¬blement entre la sculpture et ses avatars photographiques, entre la physionomie de Balzac et l’œuvre de Rodin condense le processus d’incarnation qu’il entreprend. Celui-ci débouchera sur cette exhibition qui dénude le génial geste sculptural de Rodin, autant que le corps de l’artiste. Exhibant nudité et virilité, López-Menchero démonte le geste de synthèse de Rodin qui sculpta d’abord le corps nu de l’écrivain avant de le couvrir de sa robe de bure. Il est dès lors autant Balzac que la sculpture de Rodin.
Pour personnifier l’artiste mexicaine Frida Kahlo, il ne choisit pas l’un des nombreux autoportraits de l’artiste, mais bien une photographie de Nickolas Muray, « Frida on Withe Bench », datée de 1938, un portrait frontal, une mise en scène également. C’est ce manifeste politique et culturel en faveur d’une culture mexicaine autonome qui intéres¬se Emilio López-Menchero. L’intime, l’artistique, l’engagement social et politique trans¬figurent Frida qui, par ailleurs, déclare qu’elle s’auto portraiture souvent parce qu’elle est la personne qu’elle connaît le mieux. Lorsque tout récemment, on lui propose d’in¬car¬ner Fernand Léger, il jette son dévolu sur un cliché pris en 1950 par Ida Kar, photo¬graphe russe d’origine arménienne qui vécut à Paris et à Londres. Ida Kar est l’auteure de très nombreux portraits d’artistes et d’écrivains parmi lesquels Henri Moore, Georges Braque, Gino Severini, Bridget Riley, Iris Murdoch ou Jean Paul Sartre. Casquette vissée sur la tête, moustache poivre et sel, Emilio López-Menchero fixe l’objectif, assis à califourchon sur une chaise, le coude appuyés sur le dossier, une pose qu’appréciait Fernand Léger. Reinhart Wolff ou Christer Strömholm le photographièrent dans la mê¬me attitude. Une fois encore, comme dans bon nombre de ses « Trying to be », c’est le re¬gard de Fernand Léger qu’Emilio López-Menchero cherche à capter, un regard empli de curiosité pour toutes les formes de la modernité.

Au fil de cette série de portraits – autoportraits, ces tentatives réitérées de se mettre dans l’esprit du modèle, son « Trying to be James Ensor » (2010) occupe une place singulière. Jamais Ensor n’a cessé de se représenter : on lui doit plus d’une centai-ne d’autoportraits. « Jeune, fringant, plein d’espoir et de fougue, triste mais somptueux parfois, ainsi apparaît-il dans ses premiers tableaux, commente Laurence Madeline . Bientôt cependant il laisse exploser sa rancœur en soumettant son image à de multiples métamorphoses. Il est un hanneton, il se déclare fou, il se « squelettise »… Il s’identifie au Christ, puis à un pauvre hareng saur. Il se caricature, se ridiculise… Il est l’auteur et la marionnette de comédies ou de tragédies ». Parmi ces autoportraits, il y a celui au chapeau fleuri de 1883-1888 où James Ensor se prend lui-même pour Pierre Paul Rubens. James Ensor a ironiquement troqué le chapeau — avec panache — du maître, contre un bibi à fleurs et à plumes. « En ce temps-ci ou chacun est tout le monde, le poète, le peintre, le sculpteur, le musicien ne vaut que s’il est authentiquement lui-même », écrira Emile Verhaeren à propos du baron ostendais. Cet autoportrait au bibi est une sorte de « Trying to be » avant la lettre ; il ne pouvait évidemment échapper à Emilio López-Menchero.

Tags:

Sophie Langohr participe à l’exposition « Pixels of Paradise », au Centre Wallonie Bruxelles à Paris, exposition sélection de quelques contributions à la dernière édition de la Biennale Internarionale de la Photographie de Liège.
Du 30 janvier au 15 mars 2015. Vernissage le jeudi 29 janvier 2015 de 18h à 20h.

Photographies, vidéos et installations de : Robbie Cooper (UK), Damien Hustinx (B), Cyril Porchet (CH), Philippe Chancel (F), Sébastien Reuzé (F/B), Zoé Van Der Haegen (B), Sophie Langohr (B), Alexandre Christiaens (B), Ronald Dagonnier (B), Matthieu Gafsou (CH) et Raoef Mamedov (RUS).

Commissaire : Anne-Françoise Lesuisse, directrice artistique de BIP – Biennale internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège
Entre voir et croire, le lien est puissant et tortueux. Le pouvoir ne s’y est pas trompé, qu’il soit politique, médiatique ou financier. Aujourd’hui, en effet, la persuasion visuelle est intimement nouée à la manipulation, à la propagande ou à l’envoûtement. Le religieux, quant à lui, entretient vis-à-vis de l’image une relation ambigüe, faite d’adoration et de rejet. Entre la spiritualité de l’icône et le fétichisme idolâtre, le chemin est oblique et trouve jusqu’à aujourd’hui, dans l’image la plus contemporaine, des résonances…

L’image, et en particulier la photographie, fait preuve et nous porte à croire, à y croire. Or, nous le savons pour mieux l’oublier, l’image subjugue, ensorcèle, fascine et ne tient pas toujours ses promesses. Si l’image dit la vérité et ment en même temps, si l’image est mystique et triviale à la fois, ce paradoxe n’a pas échappé aux artistes qui, dans cette exposition, prennent un malin plaisir à le mettre pleinement en lumière, nous obligeant ainsi, ne fût-ce qu’un instant, à regarder autrement le charme agir…

L’exposition réunit une sélection d’œuvres présentées lors de BIP2014, la 9e édition de la Biennale internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège en Belgique (15 mars – 25 mai 2014). Construite depuis ses origines, en 1997, autour d’une thématique qui associe question de société et problématique d’image, la Biennale internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège – BIP soutient les artistes émergents, en menant un important travail de prospection en Fédération Wallonie-Bruxelles, et à l’étranger, tout en invitant des créateurs de renommée internationale.

Sophie Langohr proposera une sélection de sa série Drapery

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Louis Vuitton advertising campaign Fall/Winter 2013 de la série Drapery,photographie couleur (tirage jet d’encre), 2014.. Edition 5/5.

Alors que Sophie Langohr reçoit dans son atelier une équipe de télévision, la première image que capte la caméra est celle d’une table où s’amoncellent les revues de mode. Vu leur nombre, coiffeurs et manucures peuvent se faire attendre, il y a de la lecture en suffisance. Oui, l’artiste excelle dans la lecture de « Vogue » et d’autres magazines du genre. Sans cesse, elle en scrute les images. Et il me semble qu’après s’être intéressée aux Vierges, saintes et statues mariales, elle s’est soucié du sort des nymphes, ces divinités mineures irradiantes d’une véritable puissance à fasciner. Celles-ci traversent l’histoire depuis l’antiquité, obsolètes, renaissantes, survivantes, nymphes drapées, souvent érotiques, parfois inquiétantes, Vénus et jeunes vierges de la Renaissance, Ménades chrétiennes, martyres baroques, nymphes hystériques de Charcot. A la suite d’Aby Warburg qui voyait dans la «Ninfa» un fantôme féminin sans cesse retrouvé, Georges Didi Huberman, les a poursuivies de ses assiduités, considérant au travers des siècles la draperie, ce drapé tombé, comme « un outil pathétique ». Jusqu’à jeter la robe de la nymphe, en tas, chiffonnée.«Drapery» (2013-2014) est le titre générique d’une toute récente série de travaux de Sophie Langohr.

Abordant ces nouvelles photographies, me revient en mémoire cette singulière exorde de Léonard de Vinci. «Et fais peu de plis, sauf pour les vieillards en toge et plein d’autorité» . Le conseil, émis par l’un des maîtres du plissé semble étonnant. Souvenons nous de cette «Draperie pour une figure assise» du Louvre, elle est en tout point remarquable. Au pinceau, à la tempera et avec des rehauts de blancs, Léonard, par le seul drapé, nous donne à voir un corps à peine indiqué, tant le peintre a étudié ce que l’on peut appeler le tombé des plis, la chute et la retenue de l’étoffe, par déploiements successifs, comme si l’impulsion du mouvement demeurait intacte même loin de sa source. Vasari lui-même en témoigne : «Léonard étudiait beaucoup sur nature, écrit-il, et il lui arrivait de fabriquer des modèles en terre glaise sur lesquels il plaçait des étoffes mouillées, enduites de terre, qu’il s’appliquait ensuite à peindre patiemment sur des toiles très fines ou des lins préparés : il obtenait ainsi en noir et blanc à la pointe du pinceau des effets merveilleux ; nous en avons des témoignages authentiques dans notre portefeuille de dessins» . Le conseil de Léonard, qui ajoute «imite autant que possible les Grecs et Latins dans leur manière de montrer les membres quand le vent presse les draps contre eux» tranche par sa singularité. C’est la reproduction de la nature des choses qui intéresse l’artiste, la nature même de la nature. Et cet art de la suggestion, où le fait de cacher met en valeur, n’est pas véritablement un concept qui appartient à la nature. Il est le produit de la main humaine qui tisse.

L’image actuelle, arty, sophistiquée, piochant d’ailleurs sans cesse dans les réserves des musées, happant le regard sur ce qui est rare et donc précieux a bien sûr perçu tout le potentiel de désir qu’un plissé peut contenir. Sophie Langohr a concentré son regard sur les mains, celles qui dans l’image publicitaire retiennent un drapé prêt à tomber, qui froissent le voile, le drap, l’étoffe. Ces mains caressent, dévoilent, protègent, étreignent, retiennent, s’alanguissent ou se crispent, incarnant l’éros et le langage du corps. Déjà, ce cadrage singulier ouvre notre regard sur de nouveaux territoires. Nous ne percevons plus le visible de la même façon ; le visible usuel est démonté, reconfiguré. Et c’est là comme un dévoilement, une autre façon de tomber le drap. Sophie Langohr accentue le trouble que ces images suggèrent, déroutant notre regard. Car comme Léonard plaçait des étoffes mouillées sur ses modèles de terre glaise, elle froisse, fripe, lisse et drape le papier glacé, singulières manipulations où chairs, draps et plis sur papier satiné finissent par se confondre dans la chute, la retenue, la crispation et l’étreinte. Entre consumation et consommation, elle renoue ainsi avec l’incarnation de l’icône et désincarne à la fois l’image de ces voiles et étoffes vides de corps, papier chiffonné, défroque de l’industrie de la consommation.
Derrière le voile qui se déploie, on attend qu’une vérité se révèle. Quand le voile sera tombé, aura-t-il vraiment disparu ? Y- aura-t-il une vérité sans voile, une chose nue enfin vue, enfin nommée ? En fait, n’est ce pas le voile lui-même qui dicte cette attente ? « En finir avec le voile, écrit Jacques Derrida , est le mouvement même du voile : il se dévoile, se réaffirme en se dérobant, et s’il en finit avec lui-même, il devient linceul ». Sophie Langohr réussit à entretenir le trouble, ambiguïté et l’équivoque. De la fabrique des images émane en effet une irrésistible attraction, une force persuasive capable d’emporter notre adhésion. C’est là son pouvoir d’envoûtement.

Tags:

Emilio Lopez Menchero

(…) Il en fut de même lorsqu’Emilio López-Menchero installa son « Checkpoint Charlie » (2010) à Bruxelles, porte de Flandres, précisément entre un quartier « gentry », ses bars branchés, galeries d’art et boutiques de mode et l’au-delà du canal, là où la densité de population immigrée y est l’une des plus fortes de la capitale, ghetto émigrant d’abord pakistanais, puis marocain, plus précisément du Rif. La performance de l’artiste, dans un décor quasi cinématographique, cette reconstitution, ce déplacement de l’historique Checkpoint Charlie berlinois, met bien évidemment l’accent sur une fracture urbaine ; elle condense les constats économiques, sociologiques et urbanistiques. Elle est aussi, comme en témoigne le film réalisé durant l’événement, une intervention en contexte réel, se définissant comme un art de l’action, de la présence et de l’affirmation immé¬diate. Impeccablement sanglé dans un uniforme militaire américain, arrêtant d’un geste martial piétons, cyclistes, automobilistes, avec sérieux et un remarquable naturel, Emilio López-Menchero interpelle, explique, ouvre le dialogue, suscite les réactions les plus di¬ver¬ses. La fiction se confond au réel, le dispositif du Checkpoint Charlie est devenu à la fois un espace relationnel et un champ conflictuel, stigmatisant une problématique dé¬pas¬sant de loin une situation locale et singulière.(…)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López Menchero
Checkpoint Charlie, 2010-2014
Ensemble de documents relatifs à la performance « Checkpoint Charlie », intervention performative organisée dans le cadre du Festival Kanal à Bruxelles du 17 au 19 septembre 2010. Production Platform Kanal et Art2work/Bellevue-Creative Brewery.
Concept : Emilio López Menchero. Performance : Emilio López-Menchero et Souleimane Benaisa. 2 tables MDF 194 x 80 X 4 cm, sur tréteaux, documents sous verre. 2 lampes de bureau, une projection vidéo

Tags:

Sophie Langohr

Sophie Langohr
La Perla advertising image, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 36 x 22 cm.

Sophie Langohr

Vue de l’exposition à la Châtaigneraie, Flémalle

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Irfé advertising image – Burn tool, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 54 x 40 cm.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Valentino advertising image – Burn tool, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 34 x 51 cm.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Devernois advertising image – Shift, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 50 x 61 cm.

Sophie Langohr

Vue de l’exposition à la Châtaigneraie, Flémalle

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Numero advertising image – Free transform, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 47 x 53 cm.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Dondup advertising image – Perspective warp, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 31 x 41 cm.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Escada advertising image – Gradient tool, photographie couleur marouflée sur aluminium, de la série Touching Up, 2014, 59 x 43 cm.

Tags:

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

IMG_2856

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Tags:

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Lundi de Pâques, 2007
Vidéo, 4 :3, son, couleurs, 00 :22 :40

(…)« Tout artiste vrai est un héros ingénu » écrit Émile Verhaeren, à propos de James Ensor dont Emilio López-Menchero revisitera le portait au bibi à fleurs et plumes (2010). Un héros ingénu, certes. A ce sujet me revient cette lettre d’André Cadere à Yvon Lambert, écrite quelques temps avant sa mort en 1978 : « Je veux dire aussi de mon travail et de ses multiples réalités, il y a un autre fait : c’est le héros. On pourrait dire que le héros est au milieu des gens, parmi la foule, sur le trottoir. Il est exactement un homme comme un autre. Mais il a une conscience, peut-être un regard, qui d’une façon ou une autre, permet que les choses viennent presque par une sorte d’innocence » . C’est sans aucun doute, une juste définition de la pratique artistique ; elle sied tout autant à Emilio López-Menchero qui incarnera d’ailleurs André Cadere (2013), portant sur l’épaule l’une des barres de bois rond de l’artiste roumain, s’inspirant d’une photographie désormais célèbre prise par Bernard Bourgeaud en 1974. On ajoutera que l’héroïsme peut, en effet, être domestique : j’en veux pour preuve ce film qu’Emilio López-Menchero intitule « Lundi de Pâques » (2007), making off vidéographique d’un « Trying to be John Lennon », inspiré de la pochette du LP « Let it be ». Ce film, réalisé avec les moyens du bords, ce qui lui confère une indéniable intimité, est une longue série de tentatives quasi pathétiques de prendre la pose et d’habiter Lennon au cours d’un huis clos familial d’un réalisme saisissant. Le « Trying to be » se décline ici en « Let me be » tandis que le lundi de Pâques est un jour d’exception, un jour, un nouveau jour, une métamorphose régénératrice.(…)

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Ego Sumo, 2003
Vidéo, couleurs, 4:3, son, 00 :05 :03. Edition 5/5

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Ego Sumo, 2003
Vidéo, couleurs, 4:3, son, 00 :05 :03. Edition 5/5

(…) D’origine belgo-espagnole, lorsqu’il enfourche son vélo torero torpédo, revêtu du costume de lumière du toréador, les mains bien appuyées sur les cornes acérées de sa monture, le voici hybride d’Eddy Merckx et de Manolete, rendant hommage à Picasso. La performance le mènera durant l’été 2008 au sommet du col d’Aubisque , cela mérite, sur fond sonore de paso-doble, d’être salué. Le corps et son émancipation, à commencer par le sien, a toujours été au centre de ses préoccupations, qu’il s’agisse de se prendre pour un sumo dandinant, magnifique combat du lutteur contre son reflet dans un miroir (Ego Sumo, 2003), d’être, à quelques jours de la remise d’un projet, figé par le stress et le doute, sans voix et la tête prête à éclater, ce qui lui donnera l’idée de se couvrir du bonnet à poil et d’endosser l’uniforme d’un garde du Palais de Buckingham devant les Halles de Schaerbeek à Bruxelles (Garde de Schaerbeekingham, 2010), ou de s’exhiber nu, debout sur une table ronde, campant la stature de Balzac déshabillé par Rodin (Trying to be Balzac, 2002)(…)

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Torero Torpédo, col d’Aubisque, 2008
Vidéo HD, 16 :9, son, couleurs, 00 :32 :30. Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Balzac
Suite de 40 photographies N.B, 15 x 23 cm marouflées sur aluminium, 2002-2009. Edition 3/3

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
P.P.bis n°1, 2000 ou Trying to be Pablo Picasso n°1.
Photographie NB marouflée sur aluminium, 87,5 x 129 cm. Edition 5/5

(…) Lorsqu’il campe l’« autoportrait de Pablo Picasso torse nu en culotte de boxeur » (2000), une photographie prise dans l’atelier de la rue Schoelcher en 1915 ou 1916, tout l’enjeu, dit-il, est de restituer cette autocélébration photographique, tant celle du corps que du génie artistique, dont usa fréquemment le peintre espagnol. Il ne s’agit pas de pasticher le cliché photographique, de singer Picasso, mais bien d’incarner cet « être peintre » autant que les archétypes de l’Espagnol viril et macho. Ainsi, l’artiste initie par ces citations une réflexivité et une recréation, mêlant le familier et l’inédit, la reconnaissance et la surprise, l’érudition et la facétie. Transformiste un brin excentrique, voire même extra¬vagant, López-Menchero, tout en changeant d’identité, trouve la sienne. « Être artiste, dit-il, c’est une façon de parler de son identité, c’est le fait de s’inventer tout le temps »(…)

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Balzac, 2002
Vidéo, N.B. 4 :3, son, 00:06 :38. Edition 5/5

(…) Emilio López-Menchero se transforme par le maquillage, le costume, les accessoires, il tente de surveiller son régime avec pondération, contrôle le poil, et surtout prend la pose, la pose la plus proche de l’icône de référence, mais dans une totale réappropriation person¬nelle, le plus souvent fondée sur une recherche documentaire qui bien souvent oriente le processus de (re)création. Ainsi, lorsqu’il découvre la physionomie du portrait de Balzac aux bretelles, dit de Nadar, Napoléon des lettres, main sur le cœur, photographié par Buisson en 1842, c’est la question de physionomie et le hasard d’une éventuelle ressem¬blance qui l’incite. En même temps, il abordera également les clichés du Balzac Monumental de Rodin pris par Edward Steichen, diverses études préparatoires que réalise Rodin, ce qui le mènera à la sculpture du Balzac elle-même. En fait, ce redou¬blement entre la sculpture et ses avatars photographiques, entre la physionomie de Balzac et l’œuvre de Rodin condense le processus d’incarnation qu’il entreprend. Celui-ci débouchera sur cette exhibition qui dénude le génial geste sculptural de Rodin, autant que le corps de l’artiste. Exhibant nudité et virilité, López-Menchero démonte le geste de synthèse de Rodin qui sculpta d’abord le corps nu de l’écrivain avant de le couvrir de sa robe de bure. Il est dès lors autant Balzac que la sculpture de Rodin.(…)

Tags:

Sébastien Plevoets

Vue d’exposition

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huile sur métal,16 x 13 cm

Sébastien Plevoets

Vue d’exposition

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Vue d’exposition

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Sébastien Plevoets

Sébastien Plevoets
Sans titre (Ciels), 2014
Huiles sur bois, 13 x 8,5 cm

Tags:

Emilio Lopez-Menchero

Vue de l’exposition

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Union Match, 2014
Huile sur toile, 240 x 200 cm

Emilio Lopez-Menchero

vue de l’exposition

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Mama
Acrylique sur toile, 2014

Emilio Lopez-Menchero

Vue de l’exposition

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Teresa, 2012
Huile sur toile, 130 x 115 cm

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Autoportraits, 2013
Huile sur toile, 60 x 40 cm

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero
Me thinking being Frida , 2011
Huile sur toile, 150 x 130 cm

Tags:

Benjamin Monti

Benjamin Monti
Sans titre, 2014
Encre de chine sur papier, 29,7 x 21 cm

Benjamin Monti

Benjamin Monti
Sans titre, 2014
Encre de chine sur papier, 29,7 x 21 cm

Benjamin Monti

Benjamin Monti
Sans titre, 2014
Encre de chine sur papier, 29,7 x 21 cm

Benjamin Monti

Vue d’exposition

Tags:

Emilio Lopez Menchero

Invité à Bruges en 2008, c’est la contradiction entre tourisme et immigration, hospitalité, mobilité et centre fermé qu’Emilio López-Menchero pointera du doigt (Indonésie, 2008). Il y confronte deux imposantes sculpture, un nuage d’oreillers et une maison brugeoise aux pignons en escaliers, tous les signes extérieurs d’une confortable hospitalité hôtelière. La maison est pourtant un enclos grillagé et quatre porte-voix diffusent quatre voix de femmes aux accents chinois, indien, arménien et guinéen énumérant les nationalités recensées au centre fermé installé dans l’ancienne prison pour femmes de la ville, prévu initialement pour la détention d’étrangers(ères) en séjour illégal, puis également pour celle de demandeurs(euses) d’asile débouté(e)s. Quant au nuage de coussins, il est un hommage à la demandeuse d’asile nigériane Semira Adamou, tuée à Bruxelles National par étouffement lors d’une tentative d’expulsion. Le spectateur qui glissera son corps au cœur de ces oreillers de plumes y entendra Liza Minelli chanter le « Willkommen, Bienvenue, Welcome », du film « Cabaret » (1972), un refrain en boucle, une rengaine étouffée. M, le Géant (2007), ce Monsieur Moderne sans visage et à la silhouette neufertienne, ce monsieur anonyme et hypermoderne, qu’un jour Emilio López-Menchero introduisit dans une procession de géants historiques et folkloriques, est témoin de toute l’affaire. Il a même servi de cheval de Troie à l’artiste, afin de pénétrer dans l’ancienne prison de Bruges à la rencontre des illégaux et déboutés. Il est sous diverses formes omniprésent dans l’œuvre de l’artiste.

Emilio Lopez-Menchero

Invited to Bruges in 2008, in the work Indonésie (2008), Emilio López-Menchero points out the contradiction between tourism and immigration, hospitality, mobility and detention centre. Here, he juxtaposes two imposing sculptures: a cloud of pillows and a traditional Bruges house with gables in the shape of staircases, with all the external signs of comfortable hotel hospitality. However, the house is a wire cage and from four loudspeakers come the sound of four women’s voices speaking with Chinese, Indian, Armenian and Guinean accents, reading out the different nationalities identified in the detention centre inside the city’s former women’s prison, which was initially intended for detaining illegal immigrants, then later for failed asylum seekers as well. The cloud of pillows is a memorial to the Nigerian asylum seeker Semira Adamou, who was suffocated to death at Brussels Airport during an attempt to expel her from Belgium. Viewers who stand in the centre of these feather pillows hear Liza Minnelli singing ‘Willkommen, Bienvenue, Welcome’, from the film Cabaret (1972) – a refrain on a loop, a stifled rendition of the same old song. M, le Géant (2007), a modern man with no face and a Neufert-like body, an anonymous, hypermodern man that one day Emilio López-Menchero introduced into a procession of historic and folklore giants, witnessed the whole thing. The artist even used him as a Trojan horse to get inside the former Bruges prison to meet illegal immigrants and failed asylum seekers. He is omnipresent in various forms in the artist’s oeuvre.

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Brugse Huis (part of Indonesie !), 2008
Technique mixte et dispositif sonore

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Sacs (de la série Indonésie !), 2008
Encre de chine sur papier, 185 x 150 cm

Emilio López-Menchero
Manifestation (de la série Indonésie !), 2008
Encre de chine sur papier, 185 x 150 cm

Emilio López-Menchero
Molenbeek, (de la série Indonésie !), 2008
Encre de chine sur papier, 185 x 150 cm

Emilio Lopez-Menchero

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Willkommen, Bienvenue, Welcome (part of Indonesie !), 2008
Oreillers et dispositif sonore, dimensions variables

IMG_2742_

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Tricot (Indonésie !), 2008
Photographie couleurs marouflées sur aluminium, 150 x 185 cm
Edition 5/5

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Cindy, 2009
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 122 x 60 cm. Édition 5/5

Emilio López-Menchero ne pouvait que s’emparer du célèbre cliché que Man Ray fait de Marcel Duchamp déguisé en femme, cette photo d’identité travestie de Rrose Selavy, « bêcheuse et désappointante, altière égo » de l’artiste, « Ready Maid » ducham¬pienne. Habiter Rrose Selavy (2005) est l’archétype du genre, du transgenre. De même, il était en quelque sorte attendu, ou entendu, qu’il incarne également Cindy Sherman (2009). Depuis ses tout premiers travaux il y a plus de trente ans, l’artiste américaine se sert presque exclusivement de sa propre personne comme modèle et support de ses mises en scène. Regard sur l’identité, frénésie à reproduire son moi, son travail est ultime enjeu de déconstruction des genres entre mascarade, jeu théâtral et hybridation. De Cindy Sherman, Emilio López-Menchero a choisi l’un des « Centerfolds » réalisés en 1981, ces images horizontales, comme celles des doubles pages des magazines de mode et de charme, commanditées par Artforum mais qui ne seront jamais publiées, la rédaction de la célèbre revue d’art estimant qu’elles réaffirment trop de stéréotypes sexistes. L’artiste américaine — et du coup Emilio López-Menchero — incarne une femme vulnérable, fragile, sans échappatoire, captive du regard porté sur elle.

Emilio López-Menchero simply had to appropriate Man Ray’s famous photo of Marcel Duchamp dressed as a woman – the identity photo of Rrose Selavy, ‘stuck up and disappointing’, the artist’s ‘alter ego’, Duchamp’s ‘Ready Maid’. Trying to be Rrose Selavy (2005) is the archetype of the genre, in this case a change of gender. Similarly, it was in some way expected, or understood, that he would also incarnate Cindy Sherman (2009). Since her earliest works over 30 years ago, the American artist has almost exclusively used herself as her model and the basis for her compositions. Examining identity, a frenetic need to reproduce her ‘me’, her work represents the ultimate challenge of deconstructing genres, using farce, theatrics and hybridisation. Emilio López-Menchero chose one of Cindy Sherman’s Centerfolds from 1981. These horizontal images, like the double-page spreads in fashion and girly magazines, were commissioned by Artforum but never published, because the editor of the famous art journal believed they reaffirmed too many sexist stereotypes. The American artist – and therefore Emilio López-Menchero as well – is depicted as a vulnerable, fragile woman with no means of escape, held captive by the gaze of others.

Tags:

Capitaine Lonchamps

Capitaine Lonchamps
Neige, 2012
Acrylique sur photographie imprimée sur toile, 78 x 105 cm

Capitaine Lonchamps

Vue d’exposition

Capitaine Lonchamps

Capitaine Lonchamps
Neige, 2012
Acrylique sur photographie imprimée sur toile, 78 x 105 cm

Capitaine Lonchamps

Capitaine Lonchamps
Neige (de la série Radar), 2009
technique mixte sur imprimé trouvé
30,8 x 24,4 cm

Tags:

Valerie Sonnier

Valerie Sonnier
Raray, mercredi 26 septembre.
crayon et cire sur papier, 42×55 cm, 2014.
Projet pour « Cocteau contemporain »

Valérie Sonnier participe à l’exposition « Cocteau Contemporain », une proposition de Dominique Païni, à la Galerie Coullaud & Koulinsky à Paris. Du 15 janvier au 14 mars 2015. Vernissage le jeudi 15 janvier 2015 de 18h à 21h.

Jean Cocteau fut probablement le premier artiste au 20eme siècle qui préfigura la posture des artistes contemporains du siècle actuel.
Nombreux sont parmi ces derniers ceux qui se décrivent et se définissent au-delà des statuts de peintre, de sculpteur, de cinéaste, de chorégraphe, de dramaturge, d’écrivain, de critique, de photographe et pourquoi pas d’historien de l’art ! En effet, le titre générique d’artiste désigne désormais la coexistence chez une même personne de la pratique de plusieurs arts, de plusieurs écritures. Il s’agit d’être « spécialiste en tout », plutôt que – et de manière péjorative lorsqu’il visa Jean Cocteau -, « touche-à-tout ». En recourant au mot poésie (poésie graphique, poésie de cinéma, poésie de théâtre, etc.), Jean Cocteau a créé une figure de laquelle se revendiquent délibérément de jeunes artistes.
Après des années de purgatoire très largement dues à l’opprobre surréaliste, les artistes osent à nouveau faire référence à Jean Cocteau. La fidélité que lui ont assuré quelques pères fondateurs de l’art contemporain, de Man Ray à Andy Warhol, autorise et déculpabilise ce retour à Cocteau dans cette seconde décennie du 21eme siècle.
Si les artistes sélectionnés dans la présente exposition appartiennent à des générations très différentes, tous retrouvent soit le plasticien, soit l’agitateur et créateur de passerelles entre les arts, ou encore, plus fréquemment, le cinéaste que fut Jean Cocteau.
Passée la référence aux deux pôles de l’art contemporain principalement incarnés par le dernier des peintres classiques et le premier conceptuel, à savoir Pablo Picasso et Marcel Duchamp, Jean Cocteau pourrait bien être aujourd’hui une troisième voie faite d’impertinence, et une variante du célibat en art.

Avec : Jean Cocteau, 
David Hockney, 
Hélène Delprat, 
Claude Lévêque, 
Margaux Bricler, 
Jérôme Borel
, Alan Vega
, Dorothée Smith, 
Scott Hunt, 
Mark Brusse, 
Françoise Pétrovitch, 
Danielle Schirman, 
Mehryl Levisse
, Valérie Sonnier, 
Marie Drouet, 
Henri Foucault, 
Stephan Balleux, 
Franko b, 
Alain Fleischer,  
Blind Adam alias Thanos Kyriakydes et Maison Fabre.

Tags:

« Older entries