Jacques Charlier, The importance of Being, Museo de Bella Artes de Cuba

Jacques Charlier

C’est en 1975 que Jacques Charlier dessine et publie ses premiers Sexes d’Artistes. Panamarenko est bien doté, il a le zizi aussi gros qu’une montgolfière, celui de Boltanski a la forme d’une tétine, souvenir, souvenir. Ben Vautier est affublé d’un décamètre, question d’ego sans doute. Le sexe de Daniel Buren mesure 8,7 cm. Christo sort couvert, la chose est évidemment emballée. Voilà le microphone de Ian Wilson, le pistolet à eau de Claes Oldenburg. Le zoom de Douglas Huebler a la goutte, tout comme le pinceau numéro cinquante de Niele Toroni, Gilbert & Georges ont deux mignons zizis jumeaux et partagent les mêmes bourses. « Zensur ! » pour le pénis de Hans Haacke, non vous ne le verrez pas. Le gland rieur et monté sur ressort d’Andy Warhol surgit de sa boîte à surprise. Quant au sexe de Lawrence Weiner, il peut être : 1. Saisi par l’artiste. 2. Coincé par quelqu’un d’autre. 3. Pas manipulé du tout. Joli statement conceptuel, tout comme l’est la définition du sexe de Joseph Kosuth.

Ces Sexes d’artistes sont un abrégé d’actualité artistique, l’observation des pratiques d’avant-garde, des traits saillants de caractère. C’est l’universelle leçon de la caricature et du portrait de charge. Ces dessins sont grivois, dans le sens où l’entend Freud, ils agissent comme autant de « mots d’esprit qui dénudent» (entblössenden Witz). L’ensemble tient de la chronique d’une époque et témoigne d’un sens aigu de l’observation du monde de l’art, il révèle d’une saine relativité entretenue par rapport aux discours théoriques en vogue, par rapport au marché, à ses acteurs, à ses gourous. En fait Charlier ne se distancie pas de ce qu’il observe, il démonte les systèmes et met le doigt dessus, en commençant par pointer le doigt sur lui-même. Activiste non exalté, satiriste du concept, caméléon du style, Charlier use de la parodie et du calembour avec une lucidité singulière. Pratiquant la caricature depuis 1969, il poursuit et s’approprie une tradition, celle des Salons Comiques du 19e siècle, ces salons pour rire de l’art, qui fleurissent dans la presse et qui mêlent souvent aux charges contre les œuvres elles-mêmes, des scènes de genre mettant en scène le jury du Salon, le public mondain des vernissages et les artistes eux-mêmes. Ces salons pour rire participèrent de près à la fortune critique des tableaux comme ils constituèrent un terrain d’expérimentation privilégié pour les pratiques de dérision, voire d’autodérision, qui se sont développées dès la fin du 19e siècle, notamment avec les Incohérents, plus tard le dadaïsme et ses multiples avatars.

En 2009, Charlier a remis en chantier ses sexes d’artistes. Il en dessine une centaine. L’abrégé d’actualité artistique se transforme en histoire de l’art illustrée, Un vrai panthéon ; rassemblant plusieurs générations d’artistes. L’enjeu, dès lors, est d’en être ou pas. La série sera censurée par la Biennale de Venise. Pierre Desproges avait bien raison : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Qu’à cela ne tienne, Jacques Charlier tentera, en pirate de l’art, de libérer Venise d’une incroyable pudibonderie.

Voir tous les Sexes : ici