Raphaël Van Lerberghe, Les Mondes Inversés, BPS 22 (3)

Raphaël Van Lerberghe

Raphaël Van Lerberghe

Nolleval, 2015
graphite sur papier et collage, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

L’entrée, 2012-2015
graphite sur papier découpé et carte postale, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Hegeso off (Flowchart), 2015
graphite sur papier découpé et carte postale, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Style chinois (La salle jaune), 2012-2015
graphite sur papier découpé et carte postale, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Face, 2012-2015
graphite sur papier découpé et carte postale, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Le bouquet, le cavalier et l’anneau, 2015
cartes de bonne aventure et bois, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Star on the rocks, 2015
graphite sur papier et collage, 21× 29,7 cm

Raphaël Van Lerberghe

Waldweg (Flowchart), 2015
graphite sur papier découpé et carte postale, 21× 29,7 cm

Sur de vieilles cartes postales, emblèmes d’une vision stéréotypée des lieux, régions, fêtes et héros (y compris du Tiercé), l’artiste appose des cadres; les éléments ainsi isolés se déforment et se reforment, acquérant un sens nouveau, amplifié par leur inscription dans un réseau de chaînes sémantiques mentales. D’un recadrage à un autre, d’un détail isolé à une phrase, d’une photographie à un dessin décalqué, d’un agrandissement à une découpe, de l’un à l’ensemble, du tout à la partie, Raphael Van Lerberghe élabore des séquences significatives, suggère des associations, induit des questionnements, reformalise les événements et coïncidences de l’existence de tout un chacun. Réorganisant plutôt par suggestions que par assertions, il compose des petites cartographies mouvantes, aux réminiscences multiples (psychanalytiques, biographiques, poétiques, humoristiques, formelles, etc.) qui résonnent bien au delà de leur cadre et trouvent écho dans les autres œuvres de l’exposition.