décembre 2015

You are currently browsing the monthly archive for décembre 2015.

Season’s Greetings

John Murphy

John Murphy
Man is not a bird, 2015
photocopy, gouache, pen and ink on board, 46 x 54 cm

La galerie Nadja Vilenne vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et ses meilleurs voeux

La galerie sera fermée du 24 décembre au 7 janvier 2016

Vient de paraître :

Ping-Pong
Eric Therer vs Benjamin Monti
Aux éditions Eastern Belgium at Night
Automne 2015

Benjamin Monti

Benjamin Monti

Benjamin Monti

Disponible au Comptoir du Livre, En Neuvice, 20, 4000 Liège
www.lecomptoir.be

Tags:

Raphaël Van Lerberghe

Gevart Editions

is pleased to invite you to the presentation of the edition

LES PREMIERS HAUTBOIS SONT LES MIEUX PAYÉS

by

RAPHAËL VAN LERBERGHE

on Saturday 19 December 2015 from 2 to 9 p.m.

Rue du Chapeau 10, 1070 Bruxelles
after this date only by appointment
+ 32 (0)471 67 90 34 — saskia.gevaert@gmail.com — www.gevaerteditions.be

————————————————

LES PREMIERS HAUTBOIS SONT LES MIEUX PAYÉS
[2015]

Book, 24 original black pencil drawings mounted on paper guards and bounded, 84.5 x 60 cm
Bookbinding by Clara Gevaert
Edition of 5 copies signed and numbered by the artist

Tags:

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy, What is past is prologue, 2015

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy,
What is past is prologue
postcard, courtesy UCL, photograph: Antony Hudek

Tags:

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Movement of the internal being (The Joseph Conrad serie), 2003
Etching on offset and serigraphy (text), 85 x 101 cm. Ed. of 2.

John Murphy

Tags:

new edition by:
RAPHAËL VAN LERBERGHE
‘cravate’
modified MDF backside of A4 photo frame
210 x 420 x 7 mm.
signed and numbered edition of 20 (+ 3 A.P.)

Raphaël Van Lerberghe

Raphael Vanlerberghe

IL NUOVO II
Open till 30.12.15
A temporary shop with new and existing editions/publications by
After Howl, Jacques André, Hugo Dinër, Etablissement d’en face, FOREST, Gevaert Editions, Filip Gilissen for Bunk Club, GROTTO, JAP, Keymouse Publishing, La Loge, LLS 387, MORE Publishers, Triangle Books and Richard Venlet for BOZAR.

Tags:

Emilio Lopez Menchero et Jacques Lizène participent à l’exposition « Espèces d’espaces »
Centre culturel de Namur. Abattoir de Bomel.
Rue Piret-Pauchet à 5000 Namur
Du 12 décembre au 16 janvier 2016

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1970, en remake 2015, Picasso croisé
Collection Space

Conçue par Lieux-Communs, cette exposition présente un large panorama de la création actuelle mettant l’accent sur les notions d’espace, de territoire, de ville, de quartier … Elle fait dialoguer une sélection d’oeuvres de la SPACE Collection avec des artistes de Namur et d’ailleurs. qui ont pour la plupart produit des pièces spécifiques. Cet événement est pensé comme une rencontre entre des démarches artistiques. citoyennes. associatives et publiques afin de faire découvrir les arts plasllques contemporains à un large public, un projet également porté par la future SPACE Namur. déja amorcée par la mise en place d’un comité de sélection local. La présentation du SPACE Founta1n Show d’Alain De Clerck, génératrice de culture mobile, vise à populariser l’idée que Namur rejoigne prochainement le réseau avec une sculpture interactive définitive.

Avec Bilal Bahir, Nina Berman, Jacques Charlier, Alexandre Christiaens, Eva Clouard, Fred Collin, Alain De Clerck, Alain Declercq, Paul Devens, Mathilde Denison, Tamara Erde, Marion Fabien, Benoît Félix, Michel François, Audrey Frugier, Michaël Guerra, Elodie Guillaume, Alice Janne, Florian Kiniques, Mehdi Georges Lahlou, Samuel Laloux, Sam Langelez, Jacques Lizène, Emilio Lopez-Menchero, Sylvie Macias-Diaz, Dorothée Maziers, Julien Morel, Romina Remmo, Stéphanie Roland, Pauline Tonglet, Dorothée Van Biesen, Nathalie Vanheule et Marc Wendelski.

Lancée en 2002 par l’artiste belge Alain De Clerck, la SPACE Collection construit un réseau culturel de villes liées entre elles par une collection transfrontalière d’art contemporain.
Les œuvres sont acquises grâce à des sculptures interactives implantées dans l’espace public. Quand un passant glisse une pièce dans une des bornes de la SPACE, il anime une sculpture « génératrice de culture » et reçoit, s’il est chanceux, un cadeau culturel. L’argent récolté est augmenté grâce à du mécénat et permet d’acheter des œuvres d’art. A Liège et à Maastricht, les deux premières génératrices de culture ont déjà permis d’acquérir 80 œuvres mélangeant les genres, les supports, les techniques et les artistes.

Tags: ,

John Murphy

John Murphy

John Murphy,
In The Midst of Falling, The Cry That Pierces Music, 2001
Picture postcard, pen and ink on board, 85.5 x 63.5 cm

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Man is not a bird, 2015
photocopy, gouache, pen and ink on board, 46 x 54 cm

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Gradually the body falls behind, 2006
Picture postcard, pen and ink on board, 85 x 64 cm

John Murphy

John Murphy

Tags:

Eleni Kamma participe à l’exposition L’Intru (Invaders) organisée à Londres par Rich Mix. Vernissage le 12 décembre.

L’INTRU (INVADERS) is a multidisciplinary exhibition and performance program that deals with issues of post-colonialism, memory, identity and narration.
Gathering together artists originally from Portugal, England, Rwanda, Greece, Germany, Argentine, Hungary, Spain, Serbia, Poland and Taiwan, who work in performance, object, photography, video and installation, L’INTRU aims to question these potent issues: postcolonialism, personal and collective memory, narration and identity. It not only asks who the invaders are, it also speaks of the personal narratives that these forces provoke within the individual. After a successful run in Vienna, the exhibition is being brought to London with the intention of engaging with local issues: capitalism, gentrification and the cuts. Join us for a packed performance program, on the front row will be some of the most prominent London artists.

Curated by Ana Mendes

ARTISTS
Anamaria Kardos, Ana Mendes, Carla Cruz, Antonio Contador, Eleni Kamma, Franziska Becher, Justyna Scheuring, Mario Asef, Ishimwa Muhimanyi, Rosana Antoli, Hsinyen Wei and Sandra Djukic.

Info

Eleni Kamma

It takes courage and breath to speak up
HD video, color, stereo sound, 16:9, NL, 2014, 5 min 59 sec

The work It takes courage and breath to speak up features autonomously as a possible prologue of the exhibition, encouraging a thoughtful approach from the start. In this video work, Kamma reflects on the Greek ‘parrhesia’ or freedom of speech, a notion that stands for the expression of opinion while also alluding to an obligation to speak out in service of the greater good — in spite of the vulnerability that the individual may experience as a consequence. The choreographic movement of the camera captures three performers who occupy a theatre space representing a typical public agora. They come together as a community and together summon the courage to voice their thoughts freely, ultimately disbanding to forge their own paths.
Yar bana bir eğlence’ is the customary opening sentence in traditional Turkish shadow theatre, Karagöz. The central theme in this form of street theatre, which remained immensely popular until the late 18th Century, is the amusing interaction between the two protagonists. Hacivat embodies the better- educated well-to-do in society, while Karagöz is the outspoken representative of the man on the street, venting his opinions through ‘parrhesia’. This projected image stokes the imagination, but it is the voice of the narrator that assumes the more dominant role. The narrator utters what the people dare not speak but still wish to hear. He airs their grievances regarding social injustices. He freely criticises from the shadows of local politics, commanding an almost preposterous level of expressive freedom in a totalitarian regime such as the Ottoman Empire. During her residency in Istanbul in 2013, Kamma witnessed the civil protests in Taksim Gezi Park. It struck her that a clear link could be made between the way in which the public space is currently taking a new shape and how it did so in the Ottoman era: through ‘parrhesia’ and political satire, public participation and humour. A keenly relevant observation of current affairs that she has translated into her most recent work.

Tags:

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Selected works #2, #3, #6, #23, 1973
Musical partitions, vitrine, h.99 cm

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Fall upward, to a height (Recto), 2015
Photograph, pen and ink on board. 78 x 54 cm

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Cadere. Waste and Cadavers All, 2015
photocopy, gouache, pen and ink on board, 46 x 54 cm

Tags:

presentation of new editions by

GUILLAUME BIJL
RAPHAËL VAN LERBERGHE
PETER WÄCHTLER

+ previously published editions by
Pavel Buchler, François Curlet, Denicolai & Provoost, Gaillard & Claude, Jakob Kolding, Mathieu Mercier, Tris Vonna-Michell
on the occasion of
Il Nuovo II*
Etablissement d’en face
Rue Ravensteinstraat 32
1000 Brussels

opening: Friday 4. December, 7 p.m.> December 23
Wednesday-Sunday, 2-6 p.m.

*A temporary shop with new and existing editions/publications by After Howl, Jacques André, Hugo Dinër, Etablissement d’en face, FOREST, Gevaert Editions,  Filip Gilissen for Bunk Club, GROTTO, JAP, Keymouse Publishing, La Loge, LLS 387, MORE Publishers,  Triangle Books and Richard Venlet for BOZAR.

Opening reception by POOR & RICH PEPPI!

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Can’t you hear it? Don’t you hear it? 2001
Postcard, pen and ink on board. 85 x 64 cm

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Fig.10, 2007
Litho, pen and ink on paper, 38.5 x 35.5 cm

Tags:

John Murphy

John Murphy
Opened in a Cut of Flesh, 2015
Stuffed Black Rooster, vitrine, publication, variable dimensions

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy

Tags:

Lu dans H.ART :

H.ART

Vertigineuse exposition de John Murphy

L’exposition de John Murphy {°1945), ‘Fall upward, to a height’, se déploie en deux lieux : à Liège et à Antwerpen. Le carton d’invitation reproduit une photographie d’archive. D’un côté, la danseuse de Flamenco Carmen Amaya bondit tête en bas, de l’autre, le dos de la même image apparait maculé, cacheté, numéroté, documenté. Le recto et le verso du document sont deux œuvres de l’exposition.

Colette DUBOIS

D’un lieu à l’autre, les œuvres se répondent. Un coq noir de Sumatra suspendu au plafond de la galerie Nadja Vilenne entre en relation avec une vitrine dans laquelle, sur la quatrième de couverture d’une revue, on peut voir l’actrice Delphine Seyrig, femme oiseau, vêtue d’une robe blanche bordée de plumes, les bras ouverts (comme les ailes) dans une scène du film d’Alain Resnais, ‘L’année dernière à Marienbad’. Quelques mots manuscrits sont tracés à l’encre noire sur le papier rose : ‘Opened in a Cut of Flesh’.
Chez Objectif Exhibitions, une reproduction de peinture montre un coq blanc suspendu par une patte ; devant lui, dans une vitrine identique, on trouve la même revue et la même image, les mêmes mots, mais tracés à l’envers. ‘Lines Drawn Between 1972 And the Present’, un trait de fusain au centre (mais pas tout à fait) d’une page blanche accroché au mur d’Objectif Exhibitions trouve son pendant dans la vitrine qui contient des partitions vierges chez Nadja Vilenne. Dans chacun des deux lieux, elles ouvrent à des configurations infinies si le spectateur veut bien laisser glisser son regard d’une œuvre à l’autre (à Antwerpen), déambuler et multiplier les points de vue (à Liège), s’abandonner au mélange des temps et des formes.

GESTE DE LA MAIN

Vertigineuse exposition, entre la légèreté de la pensée – sa vitesse, sa rapidité, son adresse – et la pesanteur de la condition humaine. C’est l’acte de créer qui cherche à dépasser cette condition humaine : le geste de la main qui avance sur la feuille avec le crayon ou sur la peau avec le couteau (‘Opened in a Cut of Flesh’). Comme le fil d’un équilibriste, une ligne est sans cesse tendue d’une œuvre à l’autre. Cette tension concentre le risque, le moment, l’évitement ou la plongée dans le vide. Cette chute, c’est le passage d’un univers mental à la prosaïque gravité terrestre. Le fragile équilibre du funambule est sans cesse mis en danger et dans l’exposition de John Murphy cela passe par la délinéation, le trait. Celui du dessin -les gravures de Tiepolo retravaillées à la gouache pour n’en garder que quelques lignes – des personnages ont chuté, un trapéziste s’apprête à le faire. Les portées musicales auxquelles répond magistralement le trait isolé, les mots calligraphiés comme la phrase ‘ln The Midst of Falling, The Cry That Pierce Music’ sous une reproduction d’Adam et Eve chassés du Paradis de Masaccio.
La ligne est peut-être aussi la délimitation entre les deux faces de la feuille, l’intérieur et l’extérieur de la peau, la surface de la feuille de papier regardée du côté de la tranche. Un trait comme une coupure infra mince qui ouvre à de multiples perspectives. Et tout cela passe par la musique : le papier à musique – des portées, des lignes, le mouvement – vitesse d’exécution et/ou partie d’une composition -, la chute – en musique, un ornement. Dans une des ses ‘Leçons américaines’, Italo Calvino écrivait : « Si la ligne droite est le plus court chemin entre deux points inévitables et fatidiques, les digressions en augmenteront la longueur ; et si ces digressions se compliquent, s’emmêlent, s’enchevêtrent au point de nous faire perdre la trace, qui sait si la mort ne nous oubliera pas ».

Tags:

Les Fugueurs

Le Comptoir du livre organise en collaboration avec la ville de Liège, le samedi 5 et le dimanche 6 décembre 2015, un salon du livre dédié à la petite édition.

Le salon se tiendra dans les locaux du Grand Curtius, le samedi de 10 h. à 18h. et le dimanche de 10 h. à 17 h.

Les Fugueurs du livre
Salon de la petite édition 2015

Auditorium du Grand Curtius
Féronstrée 136 – 4000 Liège

Entrée libre au salon et aux collections du musée les deux jours.

Seront présents Allemane, Artgo – Au coin de la rue de l’enfer, Au crayon qui tue, éditeur, Bashibouzouk asbl – Papier Machine, Brown brown brown, Cactus Inébranlable éditions, Collectif des métiers de l’édition – CMDE, D’une certaine gaieté – Magazine C4, Droséra, Eastern Belgium at Night, Éditions du Caïd, Éditions du Céphalophore entêté, Éditions du Cerisier, Éditions Esperluète, Éditions Habeas Corpus, Éditions Isabelle Sauvage, Éditions K1L, Éditions L’Or aux 13 îles, Éditions Le Coudrier, Éditions Le Daily-Bul, Éditions Les Carnets du Dessert de Lune, Éditions maelstrÖm, Éditions Tandem, Éditions Tétras Lyre, Éditions Trame, Espace Livres et Création, Fanzinorama, La petite fanzinothèque belge, Hypnotisme, Indekeuken & Chez Rosi, It’s gonna be cool, L’Âne qui butine, L’Appât, L’Arbre à parole, L’Usine à stars – Galerie Nadja Vilenne, La « S » Grand Atelier, La Camaraderie, Le Cagibi, Le Cormier, Le Corridor, Le Garage L., Les Branquignoles éditeurs, Maison du Rock, Paint, Patate édition, Revers, See you winter, Temps mêlés, The way of paradise, Yellow Now.

Entrée gratuite • Accès libre aux collections du musée tout le week-end • Ouverture officielle et verre de l’amitié le samedi à 11h30.

Le Grand Curtius, 136 Féronstrée, 4000 Liège, Belgique.

Le catalogue des éditions L’Usine à Stars / galerie Nadja Vilenne est : ici 

« Older entries