3 mars 2018

You are currently browsing the daily archive for 3 mars 2018.

Jacques Lizène, l’un des cinq fondateurs du Cirque Divers, participe bien évidemment à l’exposition Le Jardin du Paradoxe, Regards sur le Cirque Divers, au Musée de la vie Wallonne à Liège.

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Petit Maître à la fontaine de cheveux, 1980 – 2011
Photographie Pierre Houcmant
Courtesy galerie Nadja Vilenne, Liège.

Jacques Lizène

Collectif du Cirque Divers
L’Entonnoir d’Une Certaine Gaieté, 1977
Collection D’Une Certaine Gaieté, Liège.

Jacques Lizène

Collectif du Cirque Divers
Le couronnement de Mouna Ier, empereur débilissime, Paris, mars 1978. Jacques Lizène et Marie-Christine Vos. Michel Antaki et Brigitte Kaquet. Collection Province de Liège, fonds Cirque Divers.

 

(…) Et puis, bien sûr, il y a l’image d’une saine folie au cœur d’une crise « saine », du fou à l’entonnoir en guise de couvre-chef. Rappelons-nous le personnage à lunettes – attribut du fou à l’époque médiévale – coiffé d’un entonnoir, qui occupe le centre du Concert dans l’œuf de Jérôme Bosch. L’original a disparu, mais le Palais des Beaux-Arts de Lille en possède une belle copie du XVIe siècle. Comme dans La Nef des fous, constate Roger Van Schoute, grand spécialiste de l’œuvre de Bosch, on y retrouve un moine, des religieuses, des musiciens, des chanteurs réunis autour du fou dans une énorme coquille d’œuf posée sur l’herbe. Ils chantent à l’unisson une même musique, qu’ils déchiffrent dans un gros livre. Ce n’est pas un cantique, mais une chanson joliment paillarde, et tout à leur chant, ils ne se rendent pas compte des éléments inquiétants qui les entourent et les menacent. Jérôme Bosch a truffé son tableau de proverbes de son temps. Parmi eux : « Hij drinkt als een trechter », littéralement «Il boit comme un entonnoir». Au comptoir du Cirque Divers, ce seront d’abord sept, puis trente, enfin quatre-vingts ou cent sortes de bières qu’on enfilera, D’une certaine gaieté.

Pensons également à un autre tableau de Jérôme Bosch, L’Extraction de la pierre de folie, également appelé La Cure de folie, en fait une lithotomie par trépanation, quoi de plus commun, n’est-ce pas. Ce n’est pas le patient, de la tête de qui est extraite la pierre ou plutôt, ici, une fleur, tulipe ou nénuphar, qui est coiffé de l’entonnoir, mais bien le médecin qui le trépane. Roger Van Schoute rappelle que l’entonnoir renversé sur la tête a été interprété comme un signe de sagesse par les uns, de tromperie et de mensonge par d’autres. Bosch, en tout cas, explore le thème de l’excision de la pierre de folie sur le mode d’une dérision de la bêtise exploitée. Déclinerait-on là, déjà, le mensonge universel ?

Cette Cure de folie ne peut que nous faire penser au décervelage jarryque, je veux dire au décervelage tel que prôné par Alfred Jarry. « Merdre », au Cirque Divers, nous sommes bien en terre pataphysique. André Blavier, André Stas, Richard Tialans, Capitaine Lonchamps ou Fernando Arrabal ne seront jamais très loin. La machine à décerveler d’Alfred Jarry, partant de la mémoire, de l’oubli et de la vidange de l’esprit, tout comme des cours de philosophie de Bergson, grand spécialiste du Rire, est une étonnante métaphore du mécanisme de l’imagination19. Elle est « l’efflorescence transcendante des arts, poésies, sciences, industries de l’Homo Pataphysicus », écrit le docteur Irénée-Louis Sandomir. Au Cirque Divers, il s’agira toujours de « s’aérer le cerveau», d’en rire et de se décerveler, façon Jarry. J’emprunte cette expression aérée aux «Travaux pratiques d’Aliénation mentale » du culminant Régent Pascal Varejka, titulaire de la chaire d’Éléphantologie au Collège de ’Pataphysique. La coïncidence est drôle : je ne sais pas si le culminant Régent a eu vent de l’existence de l’éléphant du Cirque, celui qui était accroché, tel un trophée d’exception, non loin de la porte des coulisses, dans la salle du cabaret.

Enfin, on ne s’empêchera pas de tracer un parallèle entre l’entonnoir, la houppette orange des augustes, permettant qu’un jet d’eau gicle au sommet de leur crâne, et la Fontaine de cheveux de Jacques Lizène, gerbe capillaire qui, dans l’œuvre du Petit Maître, apparaît pour la première fois en 1980. La fontaine de cheveux lizénienne est le signe d’un excès de sens, d’une outrance manifeste, le jaillissement incessant de la turbulence. En 2012, au musée du Quai Branly à Paris, à l’occasion de l’exposition Les Maîtres du désordre, Jean de Loisy a accroché la Fontaine de cheveux à côté de l’Arlequin de 1927 de Pablo Picasso. L’identification de Picasso à Arlequin est récurrente. Et ils sont tous deux de célèbres tricksters, des briseurs de règles. Avec ce duo, Lizène dialogue à merveille.

Ainsi, comme certains ont l’esprit d’escalier, d’autres ont l’esprit d’entonnoir. De désordres transgressifs en turbulences collectives, le Cirque Divers est de ceux-là.

Il en exportera l’esprit jusqu’à Paris, cet eldorado liégeois. Des entonnoirs essaiment, en effet, sur bien des têtes du public qui assiste à Jussieu au sacre d’Aguigui Mouna Ier, empereur débilissime, le 2 mars 1978. Quelques photographies de l’événement en témoignent. Le Cirque Divers est à la manœuvre, il a initié ce couronnement burlesque, et joue les rôles de grand majordome et de chef du protocole. Un rôle de bouffon qui lui sied. Il adresse l’annonce de ce débile couronnement orchestré par des clowns et saltimbanques à cent septante chefs d’état dont cent quarante-quatre membres de l’ONU. Il envoie une délégation à Paris, entonnoir sur la tête; il fait tirer vingt-deux coups de canon à beurre en l’honneur de l’empereur. Car oui, le Cirque Divers est inventeur du canon à beurre. « Du beurre ou des canons, nous connaissons cette règle élémentaire qui explique le plein emploi. Avec le canon à beurre, la guerre sera spectaculaire. » Économiquement, il va de soi que le canon à beurre offrira un nouveau souffle à la sidérurgie wallonne et résoudra, dans une Europe verte, le délicat problème des excédents laitiers. Dans les affrontements sociaux qui se préparent, on remplacera avantageusement les gaz lacrymogènes et les balles en caoutchouc par des tirs de beurre: “Le beurre gera les manifestants dans un tableau hautement burlesque”. » (…)

Extrait de : Le Jardin du Paradoxe, Regards sur le Cirque Divers, 2018, Editions Yellow Now.

Tags: