Agenda décembre 2018

Jacques Charlier
– Oudenaarde (B), Charivari, église Notre Dame de Pamele, 15 septembre – 16 décembre 2018

Michael Dans
– Szczecin (Pol), Anywhere, but Here / 5. Media State of Emergency, The National Museum in Szczecin, du 8 décembre au 24 mars 2019

Alevtina Kakhidze
– Liège (B), Fragilitatis, des fragilités, galerie NadjaVilenne, du 18 octobre au 15 décembre 2018

Suchan Kinoshita
– Liège (B), Fragilitatis, des fragilités, galerie NadjaVilenne, du 18 octobre au 15 décembre 2018

Aglaia Konrad
– Berlin (D), The eggs abns other shells, galerie Thomas Fischer, du 24 novembre au 26 janvier 2019

Sophie Langohr
– Liège, Camp à la mermermer #2 Creux, Les Brasseurs, du 28 novembre au 11 décembre 2018.

Jacques Lizène
– Liège (B), Fragilitatis, des fragilités, galerie NadjaVilenne, du 18 octobre au 25 novembre 2018

Emilio Lopez Menchero
– Oudenaarde (B), Charivari, église Notre Dame de Pamele, 15 septembre – 16 décembre 2018
– Bruxelles (B), Résistance, Centrale for Contemporary Art, du 27 septembre au 27 janvier 2019

Benjamin Monti
– Paris (F), L’autre monde ou Les Etats et empires de la Lune, Librairie des éditeurs associés, du 14 novembre au 19 décembre (solo)

Sophie Langohr, CAMP À LA mermermer #2 – Creux, Les Brasseurs, Liège

Quatre artistes, Manon de la Kethulle, Sophie Langohr, Zoé Médard, Andrea Radermacher-Mennicken, et une critique d’art, Pauline Salinas, ont été invitées par mermermer à se réunir dans les Ardennes belges (Malmedy, août 2018) pour une semaine de vie commune et de production artistique intenses : Le camp à la mermermer #2. Cultivant l’esprit festif et (ré)créatif de l’imaginaire associé au « camp », cette résidence incite à la recherche et à la création personnelles, mais aussi collectives. Les intéressées échangent, créent, s’isolent, expérimentent… L’observation attentive portée aux pratiques et aux problématiques de chacun fait émerger un thème commun, articulant une réflexion propre au séjour. Ce processus aboutit à la réalisation d’une publication collective en tirage limité, envisagée comme espace de dialogue plastique.
L’exposition aux Brasseurs constitue le deuxième temps de la réflexion entamée durant la retraite estivale collaborative, entre mise en espace d’oeuvres individuelles et prolongement d’un travail en groupe.

28.11.18 – 15.12.18 CAMP À LA mermermer #2 – Creux

Vernissage ce samedi 23 novembre

Four artists: Manon de la Kethulle, Sophie Langohr, Zoé Médard, Andrea Radermacher-Mennicken, and an art critic: Pauline Salinas, were invited by mermermer to gather in the Belgian Ardennes (Malmedy, August 2018) for a week of intensive artistic production : Le camp à la mermermer #2. Cultivating a festive and creative (even recreational) spirit of the imagery of the « camp », this residence encourages to personal, but also collective, research and creation. Those concerned exchange views, create, withdraw, experiment… The attentive observation aimed at each of them practices and questions raises a common topic, articulating a proper reflection during the stay. This process results in the achievement of a collective publication in limited edition, conceived as a visual space for dialogue.
The exhibition at Les Brasseurs is the second phase of the reflection underway since the collaborative summer retreat, among the installation of individual artworks and the extension of a group work.

Suchan Kinoshita, David Polzin, Alevtina Kakhidze, Jacques Lizène, Reciprocitiy 2018, revue de presse

Lu dans H.ART cet article de Colette Dubois

Alevtina Kakhidze, Reciprocity 2018, les images (4)

Alevtina Kakhidze
Total installation: drawings on separate paper sheets, in notebooks, on fabric 2004-2018

Alevtina Kakhidze, Reciprocity 2018, les images (3)

Alevtina Kakhidze
Total installation: drawings on separate paper sheets, in notebooks, on fabric
2004-2018

Alevtina Kakhidze
Paper hats for gardener
5 types: to observe garden, to be lord of garden, to serve garden, to research garden, to receiver gifts
2018

Alevtina Kakhidze, Reciprocity 2018, les images (2)

Alevtina Kakhidze
Total installation: drawings on separate paper sheets, in notebooks, on fabric 2004-2018

Alevtina Kakhidze, Reciprocity 2018, les images (1)

Alevtina Kakhidze est née dans l’Est de l’Ukraine. Elle vit, depuis 1995, entre Kiev et Muzychi. Elle clame haut et fort son identité culturelle, à la fois ukrainienne, géorgienne et, de par son éducation, russe dans son incarnation soviétique. Sa pratique artistique est basée sur des expériences personnelles autobiographiques et sur l’imagination. Elle parle des consommateurs, des genres, de l’amour, de la culture de la contestation, de l’expérience de la guerre, des plantes et de la vie quotidienne, des plantes et des chiens, le sien s’appelle Marcel, des liens qu’elle tente quotidiennement de garder avec sa mère qui vit dans la zone du Donbass, région toujours en guerre. Durant l’hiver 2013-2014, Alevtina Kakhidze a été une partisane active des mouvements Maïdan, projet intellectuel le plus violemment paisible qui puisse exister, faisant le pont entre les langues et les cultures. La guerre de l’information entre l’Ukraine et la Russie, l’Orient et l’Occident, ainsi que sa biographie personnelle ont constitué la base complexe de l’oeuvre qu’elle a produite pour Manifesta 10 à Saint-Petersbourg, Where The Wild Things Are. Toute la pratique artistique d’Alevtina Kakhidze témoigne de solutions fragiles et quotidiennes imaginées en temps de guerre et de contestation.

Alevtina Kakhidze
Total installation: drawings on separate paper sheets, in notebooks, on fabric 2004-2018

Suchan Kinoshita – David Polzin, Reciprocity 2018, les images (4)

Suchan Kinoshita
Verschnitt A2, 2018
Textile, argile, pigment, 34 x 11 cm

David Polzin
Holz Liege, 2018

Suchan Kinoshita
Platzhalter, 2018
Technique mixte, 240 x 200 cm

Suchan Kinoshita,
Eintagsfliege 1, Ephémère 1, 2018
Lineal mit wäscheklammer, strickstange, überfahrene pappe, samtpunkte
Règle, pince à linge, carton rehaussé, aiguille à tricoter, points de velours
115 x 25 x 29 cm

Suchan Kinoshita
Eintagsfliege 2, Ephémère 2, 2018
Kleiderhaken, schnierstange, leimklemme, spiegelconfetti
Patère, ficelle, pince à colle, confettis miroir
55 x 5 x 9 cm

David Polzin
Viennese yellow – jaune viennois, 2018
Métal récupéré

Jacques Lizène, sculptures génétiques 1971 en remake 2018, croiser toutes sortes de choses…, 1964, les images (4)

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé yucca. Technique mixte, h. 145 cm

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Emile Delperée croisé Frans Depooter

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Mathieu Nisen croisé Mathieu Nisen

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Pierre Balten croisé Jean Guillaume Carlier

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
André Derain croisé Léonard Defrance

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
James Ensor croisé François Joseph Navez

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser
Marcel Caron croisé Jean-Guillaume Carlier

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser
Lambert Lombard croisé peintre inconnu

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser
Creten-George croisé Marcel Caron

Suchan Kinoshita – David Polzin, Reciprocity 2018, les images (3)

A l’avant plan :
David Polzin
Straigh Edge, 2018

David Polzin
C’est encore une chaise II, 2018

David Polzin
Unfolded Chair, 2017

Benjamin Monti illustre Cyrano de Bergerac, Paris, Librairie des Editeurs associés

Benjamin Monti illustre L’autre monde ou Les états et empires de la Lune de Cyrano de Bergerac aux Editions du Chemin de Fer.

Présentation de l’ouvrage et exposition des dessins originaux du 14 au 19 novembre à la Librairie des éditeurs associés – 11 Rue de Médicis, 75006 Paris.

“Songez à librement vivre.”
Il me quitta en achevant ce mot, car c’est l’adieu dont, en ce pays-là, on prend congé de quelqu’un comme le “bonjour” ou le “monsieur, votre serviteur” s’exprime par ce compliment : “Aime-moi, sage, puisque je t’aime.”

Imaginez un monde inverse de notre Terre, où les parents obéissent à leurs enfants, où les arbres et les oiseaux parlent, où les guerres ne se pratiquent que si les combattants sont de force totalement égale : vous êtes dans L’autre monde ou Les états et empires de la Lune. Les voyages interplanétaires, la montgolfière et le parachute, le magnétophone, la théorie de l’évolution : Cyrano de Bergerac, en visionnaire, a déjà tout anticipé. Et s’il ne s’embarrasse pas des considérations techniques ou pratiques, c’est qu’en poète il affirme le pouvoir absolu de l’imagination. Persuadé que l’astre lunaire est un monde comparable au nôtre, le narrateur décide de s’y rendre. Une premier tentative le mène au Canada, d’où il parvient, presque par accident, sur la Lune, mais pour se voir aussitôt capturé par ses habitants. Les sélénites vont à quatre pattes, les uns communiquent au moyen d’un langage musical, les autres au moyen d’un langage gestuel. Ils pratiquent caresses et massages en tant que marques d’hospitalité, se nourrissent d’odeurs et dorment dans des lits de fleurs. La poésie est leur monnaie.

Iconophage, collecteur d’images de tous genres, recycleur d’un corpus iconographique qu’il hybride, Benjamin Monti est né en 1974 à Liège. Son travail graphique atypique se situe entre la bande dessinée et l’art contemporain. Il participe à la publication de nombreux fanzines. Pour les éditions du Chemin de fer, il a déjà illustré Vies d’un immortel, de Bernard Noël.

Prix : 23 euros TTC
Parution : novembre 2018
ISBN : 978-2-490356-03-4
Édition de luxe
Album cartonné, 160 pages, format 17×23

Jacques Lizène, sculptures génétiques 1971 en remake 2018, croiser toutes sortes de choses…, 1964, les images (3)

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé yucca. Technique mixte, h. 145 cm

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Gérard Douffet croisé Auguste Donnay

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Dessin sur copie laser, 38 x 29 cm encadré
? croisé Lizène

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Pieter Balten croisé Emile Deckers

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
André Derain croisé Jamme.

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 38 x 29 cm encadré
Adrien Dupagne croisé Michel

Nadja Vilenne, il y a 20 ans

29 octobre 1998, soit il y a juste 20 ans à quelques jours près, ouverture de la galerie Nadja Vilenne. Jacques Lizène, quelques remakes comme art d’attitude. 

Suchan Kinoshita – David Polzin, Reciprocity 2018, les images (2)

(…) Suchan Kinoshita a proposé au jeune artiste berlinois David Polzin de participer à cette présentation, d’y répondre en quelque sorte, de compléter le propos par ses propre interventions. Polzin remixe les meubles et les objets, des élements familiers qui par les transformations que l’artiste leur impose, s’enrichissent de nouvelles alternatives. Outre divers nouveaux projets répondant directement aux problématiques soulevées par Suchan Kinoshita, David Polzin exposera une singulière collection qu’il constitue depuis 2008, une Collection for body contact plastics, Section coffee stirrers, plus prosaïquement une collection composée de centaines de touilleurs à café, répertoriés suivant leurs formes et leurs origines, des objets à l’utilité éphémère et dont le souvenir n’existera qu’en fonction de la qualité et de la saveur du café qu’ils auront touillé. Le touilleur à café, j’allais écrire l’agitateur de café, est image du café partagé et de la réciprocité.

Exhibition view

David Polzin
Sammelstelle für Körperkontaktkunststoffe, 2016-2017
Collecte de matières plastiques pour contacts corporels, 2016 – 2017

Exhibition view

David Polzin
C’est encore une chaise I, 2018

David Polzin
Kitchen Discotheque – Cuisine discothèque, 2017

Jacques Lizène, sculptures génétiques 1971 en remake 2018, croiser toutes sortes de choses…, 1964, les images (2)

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Olivier croisé ananas.
Technique mixte, h. 160 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé cactus. Technique mixte, h. 220 cm

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 23 x 42 cm
Léonard Defrance croisé Emile Deckers

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 32 x 42 cm encadré
Nicolas La Fabrique croisé Nicolas La Fabrique croisé Hippolyte Daeye

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, en remake 2018, croiser tous les visages croisés dans les collections du musée de Liège. Collage de copies laser, 23 x 42 cm encadré
Edouard Agneessens croisé Jean-Joseph Ansiaux