Archives quotidiennes :

Luxembourg Art Fair, Werner Cuvelier, works

Werner Cuvelier
Canal de la Marne à la Saône, 2000
Technique mixte, (2) x 79,5 x 58,5 cm
Werner Cuvelier
Pachthof Melkerij Asse, 2005
Technique mixte, 37 x 220 cm
Werner Cuvelier
Cirkels, 2005
technique mixte sur plâtre. Dim. variables
Werner Cuvelier
Alle eitempera’s van Rowney (GB), 1999
tempera, 26 x 167 cm
Werner Cuvelier
Zonder titel, Sans titre,1997
Technique mixte, 115 x 16,5 x 12,5 cm

Au début des années 1970, Werner Cuvelier apparaît comme l’un des principaux artistes conceptuels de sa génération en Belgique. Il se fait connaître en produisant une série d’œuvres – conceptualisées comme des recherches – qui cherchent à transformer en forme visuelle les données « objectives » et les relations statistiques qui sous-tendent les mécanismes de la production, de la distribution et des échanges culturels. Son but ultime n’était pas la production d’une image en soi, mais plutôt la déconstruction, par des représentations visuelles, des relations quantitatives qui sous-tendent ce qu’il appelle « le problème de l’art ».

Werner Cuvelier a fréquenté l’école d’art Sint-Lucas de la ville de Gand, où il a obtenu son diplôme en 1963. Peu après, il est devenu membre du Visueel Opzoekcentrum [Centre de recherche visuelle] fondé en 1962 par Octave Landuyt et du Groupe IX de Gand, ce qui l’a mis en contact avec d’autres membres de sa génération, dont René Heyvaert, Leo Copers et le critique d’art, futur conservateur de musée, Jan Hoet.

Cuvelier commence très tôt à exposer ses œuvres à la Galerie Richard Foncke et à la Galerie Plus Kern à Gand, tandis que dans les années 80, il expose principalement à la Galerie l’A et chez Cyan, l’actuelle Galerie Nadja Vilenne, à Liège.

S’inspirant des œuvres de Joseph Kosuth, Sol Lewitt, Dan Van Severen, René Heyvaert et, surtout, des représentations abstraites d’Agnes Martin ainsi que des « enquêtes » de Hans Haacke, Werner Cuvelier a développé une stratégie artistique unique pour l’organisation, le catalogage et l’inventaire de toutes sortes de données objectives qu’il a utilisées pour révéler la nature finalement subjective et arbitraire des événements humains. Ces données étaient présentées sous forme de diagrammes, d’éditions de livres, de séries photographiques ou de notes.

Dans les années 1980, les travaux de Cuvelier se sont orientés vers une représentation plus picturale des relations géométriques et arithmétiques sous forme de purs indices minimalistes. Dans sa riche production de dessins, de peintures et d’œuvres conceptuelles, Cuvelier s’est éloigné de ses recherches sur les mécanismes du monde de l’art pour se concentrer plutôt sur les relations conceptuelles qui se cachent derrière des constructions mathématiques telles que le nombre d’or ou la série de Fibonacci.

Rejoindre la visite virtuelle de la foire

Rejoindre le catalogue des oeuvres exposées

Rejoindre notre online viewer room