Sophie Langohr, L’Image qui vient, Iselp, Bruxelles

L’exposition L’image qui vient explore le silence des images, leur pensée muette, leur secret. Les œuvres rassemblées ici ne prétendent pas clore une idée, une sensation, une investigation. Qu’elles poursuivent pourtant, ébauchent, tendent à formuler. Elles sont au bord d’atteindre quelque chose,mais ce «quelque chose» échappe au regard. Il est hors-champ, allusif, enlisé, au-delà de ce qui peut être représenté ou formulé. Il est pourtant là, actif, au cœur de cette image qui pense, médite, doute, débat avec elle-même. Il est ce que l’image pressent et fait pressentir. Par la voie de l’observation, de la réplique, de l’ellipse, de l’effacement, de la manipulation ou de la recherche méthodique, l’invisible est ce que l’image donne à ressentir sans pouvoir le circonscrire.
Laurent Courtens et Catherine Henkinet, commissaires de l’exposition

Dans le cadre de la thématique déployée cette année à L’iselp, autour de la question du regard, L’image qui vient rassemble des œuvres d’artistes contemporains qui questionnent le silence des images, leur pensée muette, leur secret.
Photographies, dessins, installations, sculptures, vidéos, les œuvres présentées ici revêtent différentes formes. Par fragmentations, indices, évocations, elles rendent compte d’une réalité invisible, d’une idée, d’une sensation.
L’image qui vient s’interroge sur le secret fondamental des images. Le hors-champ qu’elles suggèrent, qu’elles ébauchent. L’exposition consiste à rassembler des œuvres qui émettent cette vibration intérieure, témoin d’un conflit perceptible mais non explicitement visible, qui se situe au-delà de ce qui peut être représenté ou formulé. L’exposition s’articule autour de Bateau-Tableau de Marcel Broodthaers.

Bateau Tableau (1973) est une projection en boucle de quatre-vingt diapositives disséquant visuellement une marine anonyme chinée par l’artiste chez un antiquaire parisien. Datant sans doute des alentours de 1900, le tableau présente un voilier de commerce, une chaloupe et une balise sur les flots.
Une première photographie présente le tableau dans son cadre doré, puis sans. Suivent de multiples détails focalisant le regard sur une voilure, un fanion, un nuage, des effets de pâte, la texture de la toile… L’analyse photographique révèle la substance matérielle de la peinture, mobilisée pour la construction d’une image donnant à voir l’illusion d’une réalité. Emporté par l’enchaînement séquentiel, le tableau perd son unité pour se disloquer dans une temporalité narrative. Celle-ci transporte l’œuvre initiale dans une histoire de la peinture, depuis ses prescriptions réalistes jusqu’à ses diverses interprétations abstraites. Un voyage dans une peinture qui devient un voyage dans la peinture. À travers la photographie et l’ébauche cinématographique.
Le tableau a également fait l’objet d’un film 16 mm intitulé Un voyage en mer du Nord (1973), de même que d’un livre portant le même nom. Associés pour une partie des tirages, ces deux supports confrontent le tableau à une photographie d’un voilier de plaisance sur fond d’une métropole moderne. Nouveaux transports : entre le mercantilisme et la société des loisirs, entre la marine et la plaisance, entre la peinture d’histoire et la carte postale.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Image Valentin Yudashkin / Série Drapery, 2013-2014
Photographie couleur marouflée sur aluminium, 44 x 66 cm

Sophie Langohr

Comme d’autres séries photographiques recourant aux retouches, manipulations et recadrages d’images publicitaires (New Faces, Glorious Bodies, Touching Up…) l’ensemble Drapery (2013-2014) procède d’un protocole strict : découper dans des magazines de mode des pages reprenant des images de mains soigneusement sélectionnées, chiffonner le papier, photographier l’image froissée.
Il en résulte des compositions élégantes et mystérieuses où la main s’offre comme un épicentre animant l’action des matières et des étoffes, des ombres et des lumières. Dégagée de sa lisseur et de sa superficialité, l’image de mode est engagée dans une exploration de la matérialité picturale, des évocations symboliques, des éclats du sacré et des ellipses érotiques. C’est comme si l’histoire de l’art se réanimait dans les plis de l’image.
Cette série, indique Yves Randaxhe, confirme les préoccupations de Sophie Langohr : la représentation du corps et son usage, entre autres dans la publicité ; les manipulations de l’image; la dialectique de la surface et de la profondeur, illustrée puissamment par les drapés et les jeux d’apparition – disparition du support original de l’image, mais aussi par la présence récurrente de la peau (…).

Sophie Langohr (1974, BE) vit et travaille à Liège. Elle est diplômée en philologie romane de l’Université de Liège, puis en peinture à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. Lauréate du premier prix Lambert Lecrenier 2002 et du prix national de portrait photographique Fernand Dumeunier 2007. Ses recherches esthétiques et sociologiques s’appuient sur le pouvoir séducteur de l’image. Elle détourne des représentations humaines codifiées issues de la mode ou de la publicité afin de questionner leur propos au regard des rapports qu’elles entretiennent avec l’histoire de l’art.

L’exposition rassemble des oeuvres de :  Marcel Broodthaers (BE), Marco De Sanctis (IT), Sophie Langohr (BE), Yves Lecomte (BE), Chantal Maes (BE), Léa Mayer (FR) , Pauline M’barek (DE), Cédric Noël (FR), Oriol Vilanova (ES)

(source : dossier de presse de l’exposition)

Sophie Langohr

Sophie Langohr
Image Hugo Boss / Série Drapery, 2013-2014
Photographie couleur marouflée sur aluminium, 62 x 45,5 cm