Werner Cuvelier, Statistic Project XII, Las Hortichuelas, 1974

Werner Cuvelier, Tekenboek I
Werner Cuvelier, Statistic Project XII, Las Hortchuelas, technique mixte, 35 x 70 cm, 1974-94

(…)

 Classer, ordonner, collectionner sont pour Werner Cuvelier des activités centrales, critiques et cruciales. Le réel est partout, même en vacances. En témoigne ce Statistic Project XII, intitulé Las Hortichuelas, du nom de  cette bourgade espagnole où Werner Cuvelier réside durant l’été 1974. Situé au cœur du  parc naturel du Cabo de Gata et à seulement deux kilomètres de la côte méditerranéenne, Las Hortichuelas appartient à la municipalité de Níjar, dans la province d’Almería, communauté autonome d’Andalousie. Non loin se situent les villages de Las Negras, Rodalquilar et Fernán Pérez. Et ceci n’est pas un détail topographique anodin. Las Negras fera, en effet, l’objet du Statistic Project XXXVIRetrato de Las Negras, une analyse démographique et onosmatique de ce village de 138 âmes. Six carnets de dessins sont également consacrés à Las Negras. (1978-1982)

Pour ce douzième projet, Las Hortichuelas, il ne s’agira pas de collecter des données immatérielles mais des objets, des traces matérielles. Le projet est déambulatoire : Marcher de la mer à la maison, s’arrêter tous les cent pas afin de ramasser quelque chose à portée de main. Emballer ces objets dans des petits papiers numérotés. Les coller sur une grille, en marge d’une carte d’Europe, d’une carte d’Espagne, d’une carte locale et d’une photo du rambla où ces objets ont été trouvés. Respectant le protocole établi, Werner Cuvelier collecte donc, des cailloux, des brindilles, des fragments végétaux, un fossile de coquillage, des gravillons et de la terre, un fragment d’emballage de graines Carancha, un tesson et des fragments de carreaux de céramique. Prélève les-t-il à des fins d’analyses statistiques ou matérielles ?  En fait, il cultive plutôt son jardin imaginaire, celui du souvenir d’un lieu parcouru. Ne sommes-nous pas à Las Hortichuelas, ce qui évoque l’horticulture, le jardin et potager ? La collection restera en l’état durant vingt ans. Werner Cuvelier finit par renoncer aux multiples cartes géographiques envisagées et décide, en 1994, de flanquer cette grille d’artefacts et objets naturels d’une seule image, celle de la route sinueuse qui descend vers la Méditerranée et qu’il a lui même empruntée, s’arrêtant tous les cent pas. Le format de l’œuvre est désormais canonique : deux carrés de 35 x 35 cm, soit un ensemble de 35 x 70 cm, référence au module de William Graatsma et Jan Slothouber.

(…)