John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, revue de presse (2)

Lu dans le supplément Art de La Libre, ce vendredi 23 mai. Par Claude Lorent

La Libre

John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, les images (4)

John Murphy

John Murphy

John Murphy

E la nave va (The Joseph Conrad serie), 2003
Etching on offset and serigraphy (text), 85 x 101 cm. Ed. of 2.

John Murphy

John Murphy

Humanity’s Echo, The Parrot is Dead, 1998
Music partition, pen and ink, Stuffed Parrot. Variable dimensions

John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, les images (3)

John Murphy

John Murphy

…(Vela), 2002-2003.
oil on canvas, in two parts, (2) x 230 x 169 x 3 cm

John Murphy

John Murphy

On the Way… Are you dressed in the map of your travels ?, 2003
Stuffed parrot, post card and stand. Parrot: 24 x 32 x 23 cm. Stand: 83 x 73x 3,5 cm Framed postcard: 86,5 x 74,5 x 3,5 cm.

John Murphy

Movement of the internal being (The Joseph Conrad serie), 2003
Etching on offset and serigraphy (text), 85 x 101 cm. Ed. of 2.

 

Jacques Charlier, Himmelsweg, Glorious Bodies, IKOB Eupen (2)

Jacques Charlier

The beauty of the devil

(…) Jacques Charlier appeals to yet another mystic, and not one of the least important, Teresa of Avila, when he installs “Himmelsweg” (1987) in Pierreuse in Liège, in the Chapelle Saint-Roch in 1991. A passage written by Therese of Avila catches his attention: “All the books say about the agony and various tortures the demons subject upon the damned, all this is nothing compared to reality: there is between the one and the other the same difference as between an inanimate portrait and a living person, and to burn in this world is nothing in comparison to the fire in which we burn in the other.” “Himmelsweg”, the road to paradise, evokes the resurrection of the flesh, sin, hell, the genius of evil and his deceptive schemes, like the tunnel of death of the Nazi extermination camps. These give the ramp made of sticks and barbed wire that leads to the door of the gas chambers the name Himmelsweg.

Ah, the image of the Evil One can be so appealing! Jacques Charlier revives a major work of romantic sculpture, the two versions of “Triomphe de la Religion sur le Génie du Mal” (Triumph of Religion over the Genius of Evil), one by Joseph Geefs, the other by his brother Guillaume, the first kept in the Royal Museum of Fine Arts in Brussels, the other sitting at the foot of the ornate gothic pulpit of St. Paul’s Cathedral in Liège, in the very place where we should find … the first. Yes, but guess what: the fallen angel sculpted by Joseph Geefs was considered too sublime. “Joseph portrays a youthful dreamer who, with a broken sceptre, crown held in a weary hand, seduces by his ambiguous beauty, » writes Jacques Van Lennep to whom we owe a fascinating study on the subject. Apart from the wings of a bat, it is a man of great classic beauty, almost naked, a drape covering the groin; his form following a serpentine curve. He is young, smooth and graceful, almost androgynous. Even the snake at his feet seems to languish. The parishioners will not remain unmoved by this sculpture which looks more like Adonis than Lucifer, and which will apparently also inspire an unusual devotion and popular fervour. Faced with this much carnal intensity, the Fabrique d’église (Church Council) will commission a second version of the Genius of Evil, this time from Guillaume Geefs. The latter will represent the angel of darkness a little less bare, hips draped and covered, closer to the satanic iconography, horned so as to dehumanize him, at his feet the Apple of the Fall, consumed since marked with a bite. Chained and therefore more Promethean than his predecessor, his face contorted, Lucifer protects his head from divine punishment, which of course, is more consistent with the original order and reassures the clergy.

In Jacques Charlier’s installation, the framed photograph of the sculpture of William Geefs hangs above a small pedestal table draped in black. Chains are arranged on the bottom shelf. On the table, there are three books: a Carmelite study on Satan, an old science book on Air and the Memorial of Belgian Jews exterminated at Auschwitz. This is the reality of the genius of evil; and the greatest mistake would be to forget.
It is obviously not insignificant that Charlier would place a Carmelite study among the three books on the table. In fact, he creates this work while the controversy known as the Auschwitz Cross (1984-1993) fully rages – the installation of a congregation of Carmelites in the extermination camp, the starting point of a serious crisis that quickly transcended the religious conflict to embed itself within the very fabric of Polish and world history.

Appropriation of memory, instrumentalisation of images, “Auschwitz”, in the words of Annette Wieviorka, “has increasingly become disconnected from the history it produced”. Some realize that the saturation of memory threatens the very effectiveness of memory, and that it is difficult to know what it takes to desaturate memory by something other than forgetting. How then shall memory be reinvented, a working memory, a memory that is not a mere result, knowing that forgetting causes the eternally repeated fall. (…)

Jacques Charlier

Le Merveilleux et la périphérie, Chapelle St-Roch, Liège 1991.

Jacques Charlier

Himmelseg, chemins de paradis, Maastricht 2008

John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, les images (2)

John Murphy

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Sunk into solitude, 2013
Photo work, 239 x 179,5 cm.

John Murphy

John Murphy

John Murphy
Sunk into Solitude, 2003
Envelop addressed to the artist, postmark and stamp, 86,5 x 74,5 x 3,5 cm.

John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, revue de presse

Lu dans H.ART l’article de Colette Dubois

H.ART

John Murphy : Voyage dans l’espace entre mot et image

La première exposition de John Murphy (°1945), un artiste britannique majeur, à la galerie Nadja Vilenne s’intitule ‘Such are the Vanished Coconuts of Hidden Africa’. Les peintures, les gravures, les installations, les très petits et les très grands formats, les oeuvres très récentes ou plus anciennes forment une nouvelle constellation toute entière axée sur l’idée du voyage conçu comme un défrichement d’espaces inconnus, souvent nichés au coeur de chaque être.

Colette DUBOIS

Le travail de Murphy est constitué d’emprunts utilisés à la manière des ready-mades (cartes postales, affichettes, objets) ou transformés (recadrés, modifiés dans le format, le support ou le médium ). A ces éléments trouvés, l’artiste associe un fragment de texte ; ces quelques mots, souvent partie de l’oeuvre, en deviennent le titre. Ils produisent un jeu dialectique dans lequel l’association, l’intervalle et l’ellipse – trois opérations typiquement cinématographiques et plus particulièrement liées au montage – ont un rôle primordial. Ce qui se passe dans l’entre-deux de l’image et des mots – cette zone spatiale et temporelle où se crée le sens – est précisément ce qui intéresse l’artiste.
L’intervalle, comme l’ont remarqué les cinéastes Dziga Vertov et Jean-Luc Godard ou encore le philosophe Gilles Deleuze, est une affirmation du présent, celui du regardeur tout autant que celui du créateur. C’est donc d’un présent variable qu’il s’agit et qui est toujours à rejouer dans le moment du regard ; le temps – un temps anachronique et toujours renouvelé – devient un matériau formel au même titre que l’image, le papier ou la toile. Chez Murphy, ces intervalles entre mots et image sont présents dans chaque pièce et ils se multiplient dans le rapport entre les différents travaux de l’exposition. En effet, l’artiste envisage chaque présentation comme une nouvelle configuration des oeuvres qui deviennent alors chacune le fragment d’une nouvelle constellation : tout se passe entre l’image et son titre, la relation aux autres images/titres dans un espace qui devient oeuvre à son tour.

‘Such are the Vanished Coconuts of Hidden Africa’ s’organise comme une suite logique à ‘Of Voyage, Of Other Places’, une exposition dans laquelle les pièces de Murphy s’imbriquaient dans celles de la collection du Musée de Trondheim (Norvège). Les deux oeuvres nouvelles, de très grande taille, représentent un rhinocéros, elles sont présentées face à face. Les images, recadrées verticalement, ‘sortent’ du film de Federico Fellini ‘E la nave va’. Dans l’une, le pachyderme se laisse emporter dans une barque (‘Sunk into solitude’), dans l’autre, il est soulevé par des cordes (‘E la nave va’). En contrepoint affirmé, la grande peinture intitulée ‘The Deceptive Caress of a Giraffe’ ne laisse voir que les seules oreilles de l’animal ; en contrepoint discret, une enveloppe adressée à l’artiste porte un timbre représentant deux rhinocéros. Les ellipses, la fragmentation, les recadrages répondent à la puissance poétique des titres. Mais la propriété singulière des éléments empruntés consiste aussi à transporter avec elles tout ce qui appartient à leur source. Ainsi, les deux eaux-fortes représentant le trois-mâts ‘Joseph Conrad’ réfère évidement à un des plus importants écrivains anglais du 20ème siècle, mais aussi à sa qualité marin et sans doute à son roman, ‘Au coeur des ténèbres’, l’odyssée d’une lente remontée du fleuve Congo de la civilisation à la plongée dans une nature dense et inquiétante. La toile ‘…(Vela)’ renvoie à la constellation homonyme, partie de l’immense constellation du ‘Navire Argo’, lequel, dans la mythologie grecque, emportait Jason et ses compagnons à la recherche de la Toison d’or…
Cette remarquable exposition de John Murphy nous invite à voyager dans les intervalles qu’il ouvre pour nous, c’est-à-dire aussi en nous-mêmes.

John Murphy, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, les images (1)

John Murphy

John Murphy
Such are the vanished coconuts in hidden Africa (The Joseph Conrad serie), 2003
Etching on offset and serigraphy (text), 85 x 101 cm. Ed. of 2.

John Murphy

John Murphy

John Murphy
The Deceptive Caress of a Giraffe, 1993
Oil on canvas, 264 x 168 cm.

John Murphy

John Murphy

John Murphy
E la nave va, 2013
Photo work, 239 x 179,5 cm.

Jacques Charlier, Himmelsweg, Glorious Bodies, IKOB Eupen

Jacques Charlier

Jacques Charlier

(…) C’est à une autre mystique et non des moindre, Thérèse d’Avila, que Jacques Charlier fait appel lorsqu’il installe « Himmelsweg » (1987) en Pierreuse à Liège, chapelle Saint-Roch, en 1991. Un passage écrit par Thérèse d’Avila retient toute son attention : « Tout ce que les livres nous disent des déchirements et des supplices divers que les démons font subir aux damnés, tout cela n’est rien auprès de la réalité : il y a entre l’un et l’autre, la même différence qu’entre un portrait inanimé et une personne vivante, et brûler en ce monde est très peu de chose, en comparaison de ce feu où l’on brûle dans l’autre » (1). « Himmelseg », chemin du paradis, évoque la résurrection de la chair, la faute, l’enfer, le génie du mal et ses entreprises séductrices, tout comme le tunnel de la mort des camps d’extermination nazis. Ceux-ci donnent le nom d’« himmelsweg » à la rampe d’accès composée de barbelés et de branchages qui mène à la porte des chambres à gaz.

Ah, que l’image du Malin peut en effet être séduisante ! Jacques Charlier réinvestit une oeuvre majeure de la sculpture romantique,  deux versions du « Triomphe de la Religion sur le Génie du Mal », l’une par Joseph Geefs, l’autre par son frère Guillaume, la première conservée aux musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, l’autre assise au pied de la chaire de vérité de style gothique fleuri de la cathédrale Saint-Paul à Liège, là même où l’on devrait trouver… la première. Oui mais voilà : l’ange déchu sculpté par Joseph Geefs fut considéré comme trop sublime. « Joseph campe un éphèbe songeur qui, le sceptre brisé et la couronne au bout d’une main lasse, séduit par sa beauté ambiguë », écrit Jacques Van Lennep à qui l’on doit une passionnante étude sur le sujet (2). A part les ailes de chauve-souris, c’est un homme à la grande beauté classique, quasi nu, un drapé lui frôlant l’aine ; sa taille a la courbe serpentine. Il est jeune, lisse et gracieux, presque androgyne. Même le serpent semble s’alanguir à ses pieds. Les paroissiennes ne resteront pas de marbre devant cette sculpture plus proche d’Adonis que de Lucifer et qui, d’ailleurs, semble provoquer une singulière dévotion et ferveur populaire. Devant tant d’intensité charnelle, la fabrique d’église commandera une seconde version de cet ange déchu, cette fois à Guillaume Geefs. Celui-ci représentera l’ange des ténèbres un tout petit peu moins dénudé, hanches drapées et dissimulées, cornu afin de le déshumaniser, plus proche ainsi de l’iconographie satanique. A ses pieds, roule la pomme de la faute consommée puisque marquée d’une morsure. Enchaîné et donc plus prométhéen que son prédécesseur, visage crispé, Lucifer se protège la tête du châtiment divin, ce qui bien sûr, est plus conforme à la commande d’origine et rassurera le clergé. Dans l’installation de Jacques Charlier, la photographie encadrée de la sculpture de Guillaume Geefs surplombe un guéridon drapé de noir. De lourdes chaines sont disposées sur l’étagère inférieure. Sur le guéridon, il ya trois livres : une étude carmélitaine sur Satan, un vieux livre scientifique sur l’Air ainsi que « Le Mémorial des Juifs belges exterminés à Auschwitz ». C’est là, la réalité du génie du mal ; et la plus grande faute serait l’oubli.

Il n’est évidemment pas anodin que Charlier choisisse une étude carmélitaine parmi les trois livres déposés sur le guéridon. Il crée, en effet, cette oeuvre alors que bat son plein la polémique du Carmel d’Auschwitz (1984 – 1993), installation à l’intérieur du camp d’extermination d’une congrégation de Carmélites, point de départ d’une crise grave qui dépassa très vite le conflit religieux, pou s’installer dans le sens même de l’histoire polonaise et mondiale. Appropriation de la mémoire, instrumentalisation des images, « Auschwitz est de plus en plus déconnecté de l’histoire qu’il a produit », pour reprendre les termes d’Annette Wieviorka. (3) D’aucuns se rendent compte qu’une mémoire saturée est une mémoire menacée dans son effectivité même, et qu’il est difficile de savoir ce qu’il faut faire pour désaturer la mémoire par autre chose que l’oubli. Comment dès lors réinventer la mémoire, une mémoire en processus, une mémoire qui ne soit pas qu’un résultat, sachant que l’oubli provoque la chute éternellement recommencée.(…)

(1). Cité dans « Le Merveilleux et la périphérie, Espace 251 Nord, Liège, 1991.
(2). Ibidem
(3). Voir à ce sujet la remarquable contribution de Georges Didi-Huberman, Ouvrir les Camps, Fermer les yeux, Editions de l’E.H.E.S.S. Annales, Histoire, Sciences sociales. 2006/5, pages 1001 à 1049.

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Himmelsweg, 1986-1991. Technique mixte, 2 photographies encadrées (Joseph Geefs, L’ange déchu et Guillaume Geefs, Le génie du mal) 120 x 95
cm et 90 x 130 cm, sellette, chaînes, livres sous verre. Dimensions suivant installation

Jacques Charlier

Joseph Geefs, L’Ange du mal, marbre blancn 1842; MRBAB.

Jacques Charlier

Guillaume Geefs, Le Génie du Mal, 1848. Marbre blanc, 165 x 77 x 65 cm, cathédrale Saint-Paul à Liège. Photographie NB intégrée à Himmelsweg de Jacques Charlier

Jacques Charlier, Sophie Langohr, IKOB, Nuit européenne des musées ce 17 mai & revue de presse

Glorious bodies IKOB (photo Laurence Charlier)

Dans le cadre de la Nuit européenne des musées.

Le 17 mai, l’ikob vous accueille chaleureusement de 13 à 22h et vous propose un programme à ne pas manquer.

16h. Traversée guidée de l’exposition Glorious Bodies par la curatrice et directrice Maïté Vissault.
19h. Projection en grand format du film Jacques Charlier « Pirate de l’art » suivie d’une discussion avec les artistes Jacques Charlier et Sophie Langohr.

Glorious Body

Cette soirée sera également l’occasion de découvrir la publication qui accompagne l’événement.
« Jacques Charlier – Sophie Langohr, Glorious Bodies », une publication sous forme de magazine.
64 pages, format 31,5 x 21,5 cm, nbr ill couleurs, texte : Jean-Michel Botquin. Français / English. Disponible à la galerie et à l’IKOB. Prix public : 12 euros.

A propos de l’exposition, Jean-Marie Wynants écrit dans LE SOIR de ce mercredi 14 mai :

A ma gauche, la Vierge au visage doux, apaisé, au regard extatique tourné vers le ciel. A ma droite, Morgane, sanglée dans son armure, entourée de corbeaux, le regard fier, l’épée à la main dans un inquiétant paysage brumeux. Deux visages, deux corps, deux images ayant traversé le temps. Deux personnalités au cœur de l’exposition de Sophie Langhor et Jacques Charlier à l’Ikob d’Eupen. Un parcours riche en œuvres mais particulièrement aéré et agréable dans sa circulation.

Au cœur du propos, ces Glorious Bodies qui donnent son titre à la manifestation. « Depuis toujours, explique Jacques Charlier, l’obsession première de l’homme est de durer, de défier la mort et de se donner une assurance contre celle-ci. C’est le sens de bon nombre d’images issues de notre tradition judéo-chrétienne. » Se sachant mortel, l’homme cherche de petits arrangements pouvant le mener vers une vie éternelle. Même par procuration. « On trouve la consolation par les images, poursuit Jacques Charlier. Aujourd’hui comme hier. La communion des people a juste remplacé la communion des saints. Mais c’est le même principe. Les people ont des fans, donc il y a un acte de foi et ils ont leurs martyrs comme Marylin Monroe ou James Dean. » Et plus récemment Kurt Cobain, Amy Winehouse ou Paul Walker.

Et chez les people comme chez les saints, on parle de transfiguration, même si les supposés événements miraculeux d’hier ont été remplacés par Photoshop et la chirurgie esthétique. C’est ce que montre magistralement le travail de Sophie Langhor. « Dans un premier temps, explique-t-elle, j’ai découvert dans les caves du musée Curtius, à Liège, une série de statues de la Vierge confiées au musée par les fabriques d’Eglise. Je les ai photographiées en gros plan, à la manière des images publicitaires pour les cosmétiques. Ensuite, j’ai recherché sur internet des images se rapprochant le plus possible de mes Vierges. J’ai ainsi constitué des diptyques et remis une couche en traitant les images de façon similaire. »

L’effet est saisissant. Dans un premier temps, le visiteur croit voir des portraits reproduits deux fois. Puis en s’approchant, on note les légères différences mais aussi et surtout l’incroyable similitude entre les icônes d’hier et les people d’aujourd’hui. Sophie Langhor a ensuite fait le même type de travail avec les hommes, photographiant une quinzaine de statues de saints de l’église Saint-Nicolas d’Eupen et leur trouvant des correspondances dans les célébrités masculines d’aujourd’hui. Un travail de longue haleine, aussi fascinant et déroutant que révélateur. « Il y a plusieurs dizaines d’années de différence entre ces portraits, constate l’artiste, mais les codes de l’image n’ont guère changé. »

De son côté, Jacques Charlier mêle pièces anciennes (sa sainte Rita ou sa Jeanne d’Arc revisitées, bien loin de celle du Front national) et récentes comme sa Morgane, pour montrer une autre facette plus noire, plus agressive de ces corps glorieux qui servent aussi ceux qui les manipulent. « Les gens ont besoin de mythes, conclut-il, et ceux qui s’approprient et manipulent le mythe, cherchent à s’en approprier la force et l’impact sur le public. » Une manipulation ayant existé de tout temps mais que l’on peut aujourd’hui décoder grâce au travail superbe et profond d’artistes tels que Jacques Charlier et Sophie Langhor.

Valerie Sonnier, Distant proximity, Eric Clemens

Valerie Sonnier

Valerie Sonnier,
sans titre, 2006
crayon et cire sur papier
27,5 x 26 cm

Valerie Sonnier

Valerie Sonnier
Sans titre, 2006
crayon et cire sur papier
27 x 25,5 cm

Ce 14.05.2014 à 19:00

Soirée rencontre autour de l’exposition Distant Proximity avec le philosophe Eric CLEMENS et les artistes, Peter BUGGENHOUT, Michel MAZZONI et WILMES & MASCAUX.
Une occasion unique de voir ou revoir l’exposition à travers un dialogue avec des artistes et un philosophe autour de l’art et du regard.
« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité ». Cette phrase attirante de NIETZSCHE, que peut-elle bien nous promettre ? Que l’art peut encore être une expérience, une chance de découverte… Et d’abord que l’artiste fait cette expérience ! Mais laquelle exactement ?
Extrait du texte d’Eric CLEMENS dans le cahier Distant Proximity.

Né en 1945, à Bruxelles, Eric Clémens poursuit une double activité fictionnelle, de poésie et de philosophie, marquée par l’interrogation et la passion du langage. Ou plutôt, du geste à la couleur en passant par les notes ou les nombres, des langages, car tous – et singulièrement le langage verbal – constituent pour lui l’espace-temps où notre liberté et notre égalité peuvent se risquer dans leur plus grande intensité génératrice. La fiction, mieux : le fictionnel (distinct du fictif qui se situe dans l’imaginaire) est ce creuset humain où les langages façonnent notre relation au réel pour former notre monde.
Avec Christian Prigent et Jean-Pierre Verheggen, il a participé à l’aventure, d’écriture et de performance orale, courue pendant plus de 20 ans par la revue TXT. Dans la foulée de Mai 68, il a subi l’épreuve de vérité du militant révolutionnaire. Il a été conseiller dramaturgique de « L’Infini Théâtre », dirigé par Dominique Seron. Il a donné et donne des cours de philosophie dans diverses universités et institutions de Belgique, de France et du Québec.
ôté philosophique, à partir de la phénoménologie et de la déconstruction, il ne cesse de rechercher l’ouverture pour notre temps des pensées politique ou éthique, poétique ou artistique et physique ou biologique… Il a publié Le même entre démocratie et philosophie (aux éditions Lebeer-Hossmann, coll. Philosophiques, Bruxelles, 1987), La fiction et l’apparaître (aux éditions Albin Michel, coll. Bibliothèque du Collège International de Philosophie, Paris, 1993), Un mot seul n’est jamais juste. Pour une démocratie des alternances (aux éditions Quorum, Louvain-la-Neuve/Gerpinnes, 1998), Façons de voir (aux Presses Universitaires de Vincennes, coll. Esthétique/hors cadre, Paris, 1999), La démocratie en questions, avec Erwin Jans (aux éditions La Lettre volée, Bruxelles, 2010), Les brisures du réel. Essai sur les transformations de l’idée de « nature » (Editions Ousia, Bruxelles, 2010).
l a publié un choix des Ecrits de Magritte avec une postface “Ceci n’est pas un Magritte” (aux éditions Labor, coll. Espace Nord, Bruxelles, 1994) ; de Max Loreau, il a publié une anthologie, De la création avec une postface “Pour introduire à la création” (éd. Labor, coll. Espace Nord, 1998) et son chef-d’oeuvre posthume, Genèses, rassemblé avec Francine Loreau à partir de plans et de fiches (éd. Galilée, Paris, 2000). (Source Bela)

Place Sainte-Catherine 44 Sint-Katelijneplein – Bruxelles 1000 Brussel

Exposition accessible jusqu’au 8 juin 2014