Jacques Lizène, Un point complet sur la situation, hommage à Eric Duyckaerts, Espace à Vendre, Nice

Esther Ferrer, Jean-Yves Jouannais, Jacques Lizene, Gauthier Tassart, Arnaud Labelle Rojoux, Qing Mei Yao
16 octobre – 05 décembre 2020

En parallèle de l’exposition Eric Duyckaerts, Funambule élémentaire, Espace A VENDRE présentera dans la Galerie et le Showroom des œuvres de six artistes liés à l’artiste liégeois pour Un point complet sur la situation

L’absurde sera convoqué par Esther Ferrer et sa performance Questions avec réponses dans laquelle l’artiste espagnole tente de répondre spontanément à des questions qu’elle se pose à elle-même mais pour lesquelles elle n’a pas préparé de réponses.

Jean-Yves Jouannais et Qingmei Yao exploreront comme à leur habitude le lien entre conférences et performance, savoir scientifique et renversement artistique – exercice cher à Eric Duyckaerts. L’autoproclamé « petit maitre liégeois de la seconde moitié du XXè siècle » Jacques Lizène se mettra en scène pour réaffirmer le lien inextricable entre sa « danse nulle » et les chorégraphies fantaisistes de RDFD. Enfin, l’incontournable artiste Arnaud Labelle Rojoux s’attaquera aux idées reçues et retrouvera Gauthier Tassart – qui a lui-même créé un Sudoku sur mesure pour Eric Duyckaerts – pour une performance. 

Aglaia Konrad, The Unruly Apparatus, Koninklijke Academie voor Schone Kunsten Antwerpen

Aglaia Konrad participe à l’exposition The Unruly Apparatus à l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers. Exposition du 16 au 31 octobre.

Aglaia Konrad Projekt: Skulptur, 2017
BW prints on ecoboard, stones, 178 x 120 cm

The exhibition The Unruly Apparatus presents the outcome of a six months long research project organized at the Royal Academy of Arts Antwerp. The aim of the research project is to bring a group of sculptors and photographers together to explore the possible meeting points between the two art practices. Starting from a survey of historical and contemporary artistic practices where sculpture and photography meet, the researchers were asked to respond in kind to these collected examples. After a careful study of the key concepts at work in the artistic practices of renowned artists like Walead Beshty, Noémie Goudal, Liz Deschenes, Bernard Voïta, Thomas Ruff, Asta Gröting and several others, the group of 11 researchers jointly developed a conceptual framework for their own exhibition. The works of the participating researchers will be shown next to some reference works of artists that inspired the project.

The exhibition will feature work by Thomas Ruff, Sine Van Menxel, Ine Kools, Filip Vervaet, Bram Rinkel, Spiros Hadjadjanos, Anton Cotteleer, Elias Asselbergh, Walead Beshty, Fabien Silvestre Suzor, Athar Jaber, Liesbet Grupping, Bernard Voïta, Aglaia Konrad, Kaat Somers, Azuli Peeters, Geert Goiris, Alix Manon, Seth Price, Bernadette Zdrazil, Miguel Cipriano and Wade Guyton, e.

 

Messieurs Delmotte, The Spirit of The Clown, De Rossaert, Antwerpen

Messieurs Delmotte participe à l’exposition The Spirit of The Clown à De Rossaert (galerie Ronny Van de Velde). Commissaires : Joanna De Vos.  Du 16 octobre au 20 décembre 

Messieurs Delmotte,
Ugly Sesame Street Man, 2017,
photo on pearl paper, dibond, ed. 1/5, 42 x 29,7 cm
Messieurs Delmotte,
I Represent My Own Ego, Nobody Is Perfect (In Reverse), 2011.
photo on pearl paper, dibond, ed. 1/5. 42 x 29,7 cm

From a playful imagination, a family history related to the circus, and close connections with contemporary artists, the desire erupted to bring the clown and the artist together in ‘The Clown Spirit’.

Many artists have at least some affinity with the existence of the clown. The melancholic artist, the serious clown, the comical artist, the tragic clown, the idiotic artist, the subversive clown, the comforting artist, … They all have the gift to transcend life. To make their fellow humans see, feel, or think differently. The clown/artist gives tragic life a comical face, and vice versa.

The artist/clown is a clone and a canvas of various symbols. In their own extremes, the artist/clown is both modest and elated. That contradiction forms the energy flowing through ‘The Clown Spirit’.

‘The Clown Spirit’ shows contemporary artworks at De Rossaert in Antwerp, a space owned by Ronny Van de Velde Gallery, between 16 October and 27 December 2020. The heartbeat of the exhibition is due to the especially created self-portraits of many artists: Marina Abramović, Hugo Alonso, Homa Arkani, Uldus Bakhtiozina, Fred Bervoets, Guillaume Bijl, Christian Boltanski, Elke Andreas Boon, Muhiba Botan, Oona Bovri, Carlos Caballero, Paolo Canevari, Jacques Charlier, Samuel De Maré, Wim Delvoye, Peter Depelchin, Robert Devriendt, Jorik Dzobava, Sidi El Karchi, Manfred Erjautz, Dodi Espinosa, Che Go Eun, Jan Fabre, Mike Figgis, Flexboj & L.A., Michael Fliri, Sasha Frolova, Kendell Geers, Oda Jaune, Pieter Jennes, Fermín Jiménez Landa, Marie-Jo Lafontaine, Mous Lamrabat, Sigalit Landau, William Ludwig Lutgens, Fernando Marques Penteado, Kris Martin, Enrique Marty, Fabien Mérelle, Messieurs Delmotte, Elena Minyeyevtseva, Pieter Laurens Mol, Jorge Molder, Mothmeister, Sofie Muller, Johan Muyle, Maryam Najd, Nadia Naveau, Katie O’Hagan, Hans Op de Beeck, ORLAN, Ria Pacquée, Javier Pérez, Petrovksy & Ramone, Antonis Pittas, Viktor Popov, Daniele Puppi, Antoine Roegiers, Julião Sarmento, Rob Scholte, Raoul Servais, Nedko Solakov, Berend Strik, Elly Strik, Koen Theys, Rosemarie Trockel, Jan Van Imschoot, Yves Velter, Nils Verkaeren, Fabien Verschaere, Henk Visch, Vadim Vosters, Andy Wauman, Santiago Ydañez.

A classical and modern take on the theme will be on view simultaneously at Ronny Van de Velde Gallery in Knokke. The two parts of the exhibition can be experienced separate from one another, but are also a perfect addition and contextualization of each other.

‘The Clown Spirit’ is a prelude to a large-scale exhibition for the city of Namur where the theme of the circus will be celebrated on several locations (such as Musée Félicien Rops, The Delta, and others – opening May 2021). This exhibition will be an instantaneous, spontaneous activation of the acrobatics of the spirit and the body. The concept will be created by Ronny and Jessy Van de Velde, and myself. (Joanna De Vos, spring 2020).

 

Hannah Kalaora, Un Automne à Dess(e)ins, les images

Hannah Kalaora, récemment diplômée en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, Ecole supérieure des Arts de Liège, est la benjamine de cet Automne à Dess(e)ins. Invitation entre rose, jaune et photos. 

Un Automne à Dess(e)ins
Hannah Kalaora, Ange 2020. Huile sur toile, 25 × 15cm
Hannah Kalaora, Veste 2020, Huile sur toile, 63: × 53 cm
Hannah Kalaora, 2020, Malette flamand rose. Huile sur toile 33: ×26 cm
Hannah Kalaora, Grenade sur tabouret 2020. Huile sur toile

« Rose » se compose de peintures et de divers objets utilisés dans mon quotidien. Ce qui relie toutes ces oeuvres est la couleur « Rose » et l’attachement que je porte à elles. Le sac ‘flamand rose’ de ma petite fille, ma veste rose pâle d’adolescente, l’ail rose et la grenade sont des objets qui ont une valeur affective forte pour moi ; souvenirs de l’enfance, de la maternité, de la douceur des fruits de la terre de Palestine, et de la cuisine méditerranéenne. La peinture transforme ces objets et les rends moins matériels qu’ils ne le sont, moyen paradoxal de transformer le souvenir en réalité matérielle artistique. Le souvenir, l’affect, deviennent peinture permettant ainsi le détachement et la naissance d’une exploration nouvelle grâce à une installation évolutive. Grâce à ces souvenirs, je découvre une nouvelle palette, celle du rose. Le rose dans toutes ses coutures, dans toutes ses nuances. La totalité est insaisissable. Les nuances infinies. (Hannah Kalaora)

 

Sophie Langohr, Inside – Out, art cares covid, musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles

Sophie Langohr, Sans titre ( d’après Marie-­Madeleine, Anonyme, 17ème, Collection de l’Hôpital Notre-­Dame à Lessines), 2019, photographie couleur marrouflée sur MDF, 79 x 95 cm

Le secteur des arts plastiques a été durement touché par la crise générée par la COVID-19. Fermeture des galeries, absence d’expositions : un groupe d’artistes de différentes générations, toutes et tous basé.es en Belgique, s’est constitué à travers une plateforme virtuelle, à l’initiative d’une artiste et d’une commissaire indépendante.

Art Cares Covid permet de présenter leurs travaux, de les mettre en vente, mais également de collecter des dons pour l’ a.s.b.l. À Travers les Arts! soutenant des projets culturels pour les personnes âgées. Les Musées royaux des Beaux-Arts ont décidé d’offrir une vitrine à cette initiative qui crée un pont entre la création contemporaine et les aînés, en invitant via une carte blanche la commissaire d’exposition à réaliser une exposition avec ces différent.es artistes.

Artistes participant à l’exposition :

Younes Baba-Ali, Léa Belooussovitch, Nicolas Bourthoumieux, Antoine Carbonne, Caspar, Nelleke Cloosterman, Samuel Coisne, Hannah De Corte, Laure Cottin Stefanelli, Céline Cuvelier, Julien Daffe, Delphine Deguislage, Sébastien Delvaux, Julia Eva Perez, Laure Forêt, João Freitas, Olivia Hernaïz, Hervé Ic, Antone Israël, Céleste Joly, Florian Kiniques, Diego Lama, Sophie Langohr, Julie Larrouy , Gaëlle Leenhardt, William Ludwig Lutgens, Maëlle Maisonneuve, Léa Mayer, Michel Mazzoni, Sabrina Montiel-Soto, Sandrine Morgante, Selçuk Mutlu, Elisa Pinto, Arnaud Rochard, Stéphanie Roland,  Lucien Roux, Pedro Ruxa, Elina Salminen, Amélie Scotta, Cléo Totti, Catherine Warmoes.

Exposition Focus –  >

Marie Zolamian, Un Automne à Dess(e)ins, Bienvenue (3)

Marie Zolamian
Sans titre, 2015
Gouache sur papier d’après Peter Van der Borcht, « Allegory on the difficulty to gouverne a diverse nation »
Marie Zolamian
Sans titre, 2015
Gouache sur papier d’après Peter Van der Borcht, « Allegory on the difficulty to gouverne a diverse nation »
Marie Zolamian, Bienvenue, technique mixte et dimensions variables, 2017-2020 (détail)
Marie Zolamian, Bienvenue, technique mixte et dimensions variables, 2017-2020 (détail)
Marie Zolamian, Bienvenue, technique mixte et dimensions variables, 2017-2020 (détail)

Un Automne à Dess(e)ins, deux week-ends portes ouvertes à la galerie Nadja Vilenne

Hannah Kalaora, Malette flamand rose, 2020

La galerie a le plaisir de vous inviter à deux week-ends portes ouvertes

Samedi – dimanche 10 et 11 octobre 2020 de 11 à 18h

Samedi – dimanche 17 et 18 octobre 2020 de 11 à 18h

ou sur rendez-vous au 475.90.52.26

à l’occasion de l’exposition

UN AUTOMNE À DESS(E)INS

Brecht Koelman – Sophie Langhor – Hannah Kalaora – Emilio López-Menchero – Benjamin Monti – Loic Moons – David Polzin – Valérie Sonnier – Raphaël Van Lerberghe  Gaetane Verbruggen – Marie Zolamian

 

Marie Zolamian, Un Automne à Dess(e)ins, Bienvenue (2)

Marie Zolamian, Bienvenue, technique mixte et dimensions variables, 2017-2020
Marie Zolamian
Est-Ouest-Sud-Nord, 2017
huile sur toile sur panneau,  31 x 43 cm
Marie Zolamian
Sans titre, 2019
Huile sur toile sur panneau, 32 x 26 cm
Croquis à échelle 1/1 réalisé in situ afin d’envisager les questions d’échelle. La tour de Babel de Breughel dans la barque du pêcheur de James Ensor.
La carte d’Antwerpen tracée par Virgile Bononiensis en 1565. Colorée à la main, monumentale lithographie imprimée sur  vingt feuilles de papier fabriqué à la main – hand made-, cette lithographie est conservée au musée Plantin Moretus, ce haut lieu fondateur de l’histoire de la diffusion du savoir. 
inspiré d’une mosaïque de Ravenne
inspiré d’une mosaïque de Ravenne
inspiré d’une mosaïque de Ravenne
inspiré d’une mosaïque de Ravenne, Saint Appolinaire
inspiré par  la mosaïque nilotique de Palestrina ou de Préneste

Marie Zolamian, Un Automne à Dess(e)ins, Bienvenue (1)

Tandis que les mosaïstes Gino Tondat et Sarah Landtmeters s’activent dans leur atelier, assemblant peu à peu des milliers de tesselles soigneusement choisies  au cœur des carrières de Carrare, Marie Zolamian compile une somme de dessins et documents qui ont accompagné sa réflexion au fil de la conception de cette monumentale mosaïque destinée à accueillir le visiteur au KMSKA, le musée royal des Beaux-Arts d’Anvers. Le musée anversois est, en effet, actuellement en pleine rénovation, un chantier titanesque entamé en 2011, mené par le bureau Kaan Architecten de Rotterdam. Marie Zolamian s’est vu confiée la mission de créer une nouvelle mosaïque pour le péristyle extérieur du musée, sous la grande colonnade de l’entrée principale donnant sur la place Léopold De Wael, une surface de plus de 70 mètres carrés, une première du genre pour l’artiste qui, dès lors, s’est plongée entre les muses, le musée et l’art de la mosaïque. Aujourd’hui, elle cite volontiers le De Ordine de Saint Augustin qui constate que l’accidentel, l’imprévisible, voire l’absurde semble régner sur l’univers, mais que ce chaos devient composition ordonnée pour celui qui sait regarder le système du monde avec un certain recul. L’art de la mosaïque devient alors un dialogue de l’un et du multiple. Tel est son paradoxe : paradoxe de l’unité malgré la fragmentation, de la cohérence de l’ensemble à partir de l’individuel et d’un ordre savamment caché derrière la monotonie apparente des alignement de tesselles. « Mon projet, explique Marie Zolamian, s’apparente à une grande tapisserie posée au sol dont le déroulement temporal et géographique renvoie à la fonction de l’édifice, reflétant l’intérieur à l’extérieur ; comme une introduction au musée. Elle appartient à notre époque qui brasse des histoires et informations en provenance de divers horizons, sans hiérarchie de styles ou de genres. L’histoire y est évoquée comme une suite de combinaisons, faite de conquêtes et progrès, d’évolutions et de rencontres. C’est un voyage dans l’histoire de l’art, combinant l’art de la mosaïque, de la tapisserie et de la peinture, préfigurant un message humaniste de la rencontre et de la célébration du mélange, de l’hybridation, des croisements et du vivre ensemble. Je l’appelle pour le moment Tapis de bienvenue ». « L’ensemble donne à voir une grande scène similaire à une scène mythologique, une vision paradisiaque, poursuit Marie Zolamian. Son centre est la vue topographique de la ville portuaire abstraite et géométrique, une dentelle monochrome blanche. Nous assistons en direct à son enrichissement intellectuel, artistique et environnemental. Au nord l’ondulation des eaux de l’Escaut est accompagnée par deux phénix d’Ensor, un soleil levant, comme le reflet dans l’eau d’une rosace du plafond du péristyle dont la couleur dorée d’origine a été redécouverte lors de la restauration. Au sud, une végétation sauvage, un paysage exotique foisonnant d’eau, de plantes et de rochers rappelle les mosaïques antiques de l’Afrique du Nord. Les fleurs de ce jardin suspendu à nos pieds sont minutieusement choisies et proviennent de plantes observées lors de mes voyages. Une chimère y embarque l’art, la culture, la création, toute une série de motifs observés dans les collections du musée ».

Préfiguration de cette œuvre monumentale qui sera posée dans quelques mois, Marie Zolamian agence dans un désordre soigneusement choisi, plans, croquis, notes, dessins, esquisses qui témoigne des multiples aspects, points de vue et sources du projet bientôt mené à son terme. Bienvenue.

Marie Zolamian, Bienvenue, technique mixte et dimensions variables, 2017-2020

LA CARTE EST LE TERRITOIRE

« En cet Empire, l’Art de la Cartographie fut poussé à une telle Perfection que la carte d’une seule Province occupait toute une Ville et la Carte de l’Empire toute une Province. Avec le temps, ces Cartes Démesurées cessèrent de donner satisfaction et les Collèges de Cartographes levèrent une Carte de l’Empire, qui avait le Format de l’Empire et qui coïncidait avec lui, point par point ». Ces quelques lignes, profondément métaphoriques, emblématiques même des sciences sociales auxquelles appartient la géographie, rédigées par Suarez Miranda et que reprend Jorge Luis Borgès dans son opus De la Rigueur de la Science me reviennent à l’esprit tandis que je scrute l’esquisse tracée par Marie Zolamian pour le péristyle du Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen. Oui, la géographie, c’est d’abord de l’imagination, oui la carte portée à l’échelle 1/1 est une utopie, oui, en ce sens, la carte est le territoire même, pour paraphraser le titre du roman de Michel Houellebecq. Elle l’est tant ici, aux portes du Musée, que dans le parcours personnel de l’artiste.

D’origine arménienne, née à Beyrouth au Liban, installée en Belgique, Marie Zolamian pratique un cheminement entre cultures du Nord, civilisations méditerranéennes et traditions orientales, une mise en intrigue de territoires réels et fictionnels, collectifs et personnels. Elle n’a de cesse de vouloir témoigner de l’histoire des autres, abordant les questions d’identité, d’accueil, de mémoire et d’enracinement. Et nous arpentons l’atlas de ses œuvres, erratiquement, sans intention précise, à travers son dédale. C’est là, pour reprendre les mots de Maria Kodama à propos de l’Atlas de Borgès « un prétexte pour enraciner dans la trame du temps nos rêves faits de l’âme du monde ».

Cette carte n’est ici, aux marches du musée, pas n’importe laquelle. Marie Zolamian s’inspire de la carte d’Antwerpen tracée par Virgile Bononiensis en 1565. Colorée à la main, monumentale lithographie imprimée sur  vingt feuilles de papier fabriqué à la main – hand made-, cette lithographie est conservée au musée Plantin Moretus, ce haut lieu fondateur de l’histoire de la diffusion du savoir. Ainsi rend-elle indirectement hommage à cet autre Anversois, Abraham Ortelius (1527-1598) qui rassembla les meilleures cartes maritimes et terrestres de son temps, élabora le premier atlas de l’Histoire, son Theatrum Orbis Terrarum, son Théâtre du Monde. Gillis I Coppens de Diest, qui édita la carte de Virgile Bononiensis, imprima les premières éditions, suivi par Christophe Plantin lui-même. Quarante deux éditions de ce best seller cartographique du monde connu se succédèrent entre 1570 et 1612.

Le Musée lui-même, ce haut lieu de la conservation, d’étude et de diffusion de l’art, de la culture, de leurs histoires intimement liées, n’est-il pas également Théâtre du Monde? Il est au cœur de la ville ceinte de ses remparts ; y entrer, en sortir, c’est franchir l’Escaut. Il fut et reste au cœur de tous les réseaux, lieu de rencontre, de conviction, et de dialogue où les arts et les sciences se renforcent mutuellement. Le plan d’Antwerpen, stylisé par Marie Zolamian, fin réseau de places, de rues et des artères de la ville, est enraciné dans l’histoire de la cité scaldienne comme il nous catapulte au creux même de l’ère du numérique.

Et ce plan est au cœur du monde, inscrit dans une nature foisonnante, à la fois locale et exotique, un tapis végétal, au croisement des arts de la mosaïque, cette haute tradition antique et méditerranéenne, de la tapisserie – que l’on évoque le domaine de la lice, les riches ateliers de nos régions ou le raffinement persan de l’art du tapis -, ainsi que de la peinture, ici, bien sûr, si richement omniprésente. Marie Zolamian y glisse de nombreux motifs, des mains entre autres, référence à la légende fondatrice de Brabo, à l’étymologie du nom de la ville, à son héraldique également, de gueules au château à trois tours ouvertes crénelées d’argent, ajourées et maçonnées de sable, la tour du milieu accompagnée en chef de deux mains appaumées, celle à dextre en bande, celle à senestre en barre, toutes les deux d’argent. Sur mode allégorique, Marie Zolamian s’inspire du patrimoine conservé par le musée, scrute les tableaux et en extrait des mains protectrices, des mains en prière, des paumes ouvertes, des détails infimes qu’elle emprunte à Lucas Cranach l’Ancien, à Frans Floris, au Maître de Frankfurt, à Marinus Van Reymerswale, à Conrad Faber von Kreuznach, à la Sainte Thérèse d’Avila de Gerard Seghers, à la Madone de Jean Flouquet, entourée de ses séraphins et chérubins, au pasteur Eleazar Swalmius peint par Rembrandt ou encore à la Lady Godiva représentée par Jozef Van Lerius. Il y a là même la main de Rik Wouters. Et une mouche qui a quitté la coiffe de l’épouse du Maître de Frankfurt pour voleter aux portes du musée.

Cette cartographie fantasmée du musée et de ses collections s’onirise d’autant plus sur la partie droite de la mosaïque conçue comme un vaste triptyque posé au sol. Oui, dans ce voyage à la découverte de l’art, on peut embarquer avec le rameur de James Ensor, même si la tour de Babel de Jan Breughel a été déposée au fond de la frêle embarcation, même si l’éléphant blanc mendiant de Rembrandt Bugatti danse sur la proue de la barque, défiant toutes les lois physiques de l’équilibre. Et puis, il y a cette chimère monumentale, inspirée d’une gravure de Pieter van der Borcht l’Ancien, animal fantastique habité d’une foule de têtes d’autres animaux, bestiaire illustrant « la difficulté de gouverner les peuples ». Redessinée par Marie Zolamian, cette chimère transporte tant d’autres motifs et détails peints par Rubens, Breughel, Ensor, Wouters, Memling, Ziesel, Van Elst ou Delvaux, des masques et des visages, des fleurs et des animaux. Cette chimère – et c’est bien le sens même de son existence – se transforme en paysage mental, entre imagination et représentation. L’enfourcher  sera l’occasion de contempler la terre depuis un point merveilleux situé hors d’elle, « comme porté soi-même aux ailes du coursier et survolant joyeux les peuples et la terre », pour reprendre les mots du poète L’Arioste. Oui, entrer au musée, c’est survoler la carte et son territoire façon Borgès, embrasser le monde d’un coup d’œil, se fondre enfin, au territoire, cheminant de salle en galerie, saisissant tout par le détail, dans la simultanéité, le passé, le présent et l’avenir, mais aussi tous les possibles.

Jean-Michel Botquin

Agenda octobre 2020

Maen Florin

– Mechelen (B), Maen Florin, Playing at being Human, De Garage, Museum Hof van Busleyden en Sint-Janskerk, 19 septembre – 22 novembre 2020.

Olivier Foulon & Suchan Kinoshita

– Martens-Latem (B), Inner Space, Biennale van de Schilderkunst, Musée Dhont-Dhaenens, du 26 juillet au 18 octobre 2020 (réservations)

Olivier Foulon

– Bielefeld (D), The immanent Horizon, Kunstverein Bielefeld, 5 septembre – 1 novembre 2020

Suchan Kinoshita

-Bruxelles (B) , Risquons-Tout, Wiels , 12 septembre 2020 – 10 janvier 2021

-Bruxelles (B), Inspire, Iselp, 18 septembre – 28 novembre 2020

Brecht Koelman

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Aglaia Konrad

– Wien (AUT), Aglaia Konrad, Headers and Footers, Scheule,  29 août 2020

– Salzburg (AUT), Während alle fotografieren können sich manche mit der Fotografie beschäftigen. , Fotohof Salzburg , 6 octobre – 21 novembre 2020

Sophie Langohr

–  Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

– Bruxelles (B), Inside – Out, art cares covid, musées royaux des beaux-arts de Belgique, 2 octobre, 24 janvier 2021

Jacques Lizène

-Nice (F), Un point complet sur la situation, hommage à Eric Duyckaerts, du 16 octobre au 5 décembre 2020

Emilio Lopez Menchero

– Liège (B),  Art Public, divers lieux, 1 août – 31 octobre 2020

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Jacqueline Mesmaeker

– Charleroi (B), La Colère de Ludd, Acquisitions récentes, BPS22, du 19 septembre 2020 au 3 janvier 2021

– Bremen (D), gerlach en Koop, Was machen Sie um zwei? Ich schlafe. GAK, Gesellschaft für Aktuelle Kunst, du 18 septembre au 20 décembre 2020

Messieurs Delmotte

– Antwerpen (B), The Spirit of the Clown, De Rossaed (galerie Ronny Vazn de Velde), du 16 octobre au 20 décembre 2020

Loic Moons

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Benjamin Monti

– Morlanwelz (B), Bye Bye Future! L’art de voyager dans le temps, Musée royal de Mariemont, prolongée jusqu’au 25 octobre 2020 (réservations)

– Tournai (B), Paradis Perdus, Musée des Beaux Arts de Tournai, 3 octobre – 17 janvier 2021

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Pol Pierart

– Liège (B),  Art Public, divers lieux, 1 août – 31 octobre 2020

David Polzin

– Osnabrück, David Polzin, Ossi Osnabrück, Kunsthalle Osnabrück, du 29 août au 18 octobre 2020  (réservations)

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Valérie Sonnier

– Domaine de Rentilly (F), Le Cabaret du Néant, Frac Île-de-France, le Château, Gentilly, 18 septembre au 13 décembre 2020.

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Raphaël Van Lerberghe

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Gaetane Verbruggen

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)

Marie Zolamian

– Liège (B), Un Automne à dess(e)ins, galerie Nadja Vilenne (B)