Werner Cuvelier, Art on Paper, preview

SP XXIV Pyramide de Cestius, 1975 – 1985

(…) Werner Cuvelier nous a désormais habitué à multiplier les approches sur un même sujet, à décliner ses œuvres en questionnant le réel suivant des protocoles autonomes et complémentaires. Ainsi, ce livre d’artiste qui lui aussi fait la part belle au dessin, lui conférant un rôle de premier plan dans cette transcription de la réalité. L’ouvrage est de grand format, puisqu’ici aussi, Werner Cuvelier a accepté la contrainte de laisser ses documents photographiques à l’échelle 1/1 par rapport à leur reproduction originelle. Il s’ouvre sur la retranscription des deux inscriptions gravées dans le marbre du monument : C. CESTIUS L.F. POB. EPULO PR. TR.PL. VII VIR EPULONUM. OPUS APSOLUTUM EX TESTAMENTO DIEBUS CCCXXX ARBITRATU L. PONTI P.F. CLA. MELAE HEREDIS ET POTHI L. S’en suivent plus de 70 planches : Werner Cuvelier reprend toutes les reproductions et les confrontent à une nouvelle série de dessins : pour chacune, il redessine la pyramide mais cette fois complète, vue de profil. Il la dessine également vue du dessus, inscrite en son carré, orientant précisément le monument, simple forme géométrique dès lors, l’apex et les cinq sommets aux croisement des deux diagonales. On se souviendra ici de la déclaration fondamentale de Sol LeWitt, publiée dans ses Paragraphs in conceptual Art : utiliser une forme simple de façon répétée limite le champ de l’œuvre et concentre l’intensité, l’arrangement de la forme. Cet arrangement devient la finalité de l’œuvre, tandis que la forme n’en est plus que l’outil. 

(…)

Toute publication archéologique s’accompagne habituellement de dessins de l’objet étudié. Le Mémoire – j’ai choisi de l’appeler ainsi – de Werner Cuvelier n’échappe pas à la règle. Et c’est là, sans aucun doute, que surgit la nécessité même du travail mis en œuvre. Werner Cuvelier a fait photographier en studio l’ensemble des documents récoltés. Le photographe Piet Ysabie fournira les clichés à dimensions réelles de chaque image, de chaque reproduction. Pour chacune, Werner Cuvelier retracera la silhouette de la pyramide sur papier de soie, au crayon, puis à l’encre de chine, un parfait décalque de ce qu’on voit réellement du monument, dès lors l’exact point de vue, ou supposé tel, choisi par chacun des peintres, dessinateurs, graveurs, photographes qui, avant lui, ont représenté l’objet étudié. Un cyprès, un mur, un panneau de signalisation s’interpose-t-il entre la pyramide et l’œil qui la scrute ? Tous ces éléments qui cachent une partie du tombeau de Cestius sont laissés vierges sur le dessin, la pyramide prenant dès lors parfois des allures très singulières. Cette transcription tombe tellement sous le sens que celui-ci aurait bien pu nous échapper. Oui, bien sûr, ces éléments du paysage nous empêche de voir la totalité du monument. Dès lors surgit la question :  qu’est ce qui est visible, ou plutôt, de façon infiniment plus fondamentale, qu’est ce qui relève de l’invisible ? Que percevons-nous ?  Ne cherche-t-il pas à susciter l’imaginaire au-delà de la perception, invitant le regardeur à sonder le mystère même de l’objet, à scruter le réel afin de s’en abstraire dans la dimension intellectuelle d’une masse qui de tout temps, en toute culture, fut habitée d’une dimension spirituelle ? En fait, écrit Marie Anne Thunissen dans l’introduction du Mémoire, Werner Cuvelier ne laisse filtrer de la pyramide que sa part de mystère, ce qu’elle garde pour elle, ce qu’elle ne livre pas.

Jacqueline Mesmaeker, Variables, Circus, Couloirs, Art On Paper preview

Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
acqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
acqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
Jacqueline Mesmaeker
Circus, 2021
Technique mixte sur papier 42 x 29,7 cm
 
Jacqueline Mesmaeker
Couloir, 2021
Technique mixte sur papier, 500 x 50 cm

Raphaël Van Lerberghe, Art on paper 2021, preview

Je choisissais deux mots presque semblables […] Par exemple billard et pillard. Puis j’y ajoutais des mots pareils mais pris dans deux sens différents, et j’obtenais ainsi deux phrases presque identiques. » Exemple : Les lettres du blanc sur les bandes du vieux billard et Les lettres du blanc sur les bandes du vieux pillard. Raymond Roussel

 

Raphaël Van Lerberghe
Coup peu connu, 2021
crayon noir sur papier, 59,4 x 84,1 cm
Raphaël Van Lerberghe
Coup dur, 2021
crayon noir sur papier, 59,4 x 84,1 cm 
Raphaël Van Lerberghe
Coup très joli, 2021
crayon noir sur papier, 59,4 x 84,1 cm 

32 pages d’un même livre correspondants à ses 32 planches illustratives

Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 1, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 2, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 3, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 4, 2021
21 x 29,7 cm 2021
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 5, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 6, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 8, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 9, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 10, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 11, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 12, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 13, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 14, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 15, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 16, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 17, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 18, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 19, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 20, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 21, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 22, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 23, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 24, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 25, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 26, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 27, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 28, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 29, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 30, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 31, 2021
21 x 29,7 cm
Raphaël Van Lerberghe
Sans titre (10/18) P. 32, 2021
21 x 29,7 cm

Werner Cuvelier, Jacqueline Mesmaeker, Raphaël Van Lerberghe, Art on paper, BOZAR, 15 – 19 septembre

La galerie Nadja Vilenne participe au Brussels international Contemporary Drawing Fair Art on Paper et exposera des oeuvres sur papier de : 

Werner Cuvelier – Jacqueline Mesmaeker – Raphaël Van Lerberghe

Dates 15 > 19.09.21

Adresse BOZAR
23 Rue Ravenstein, B-1000 Bruxelles

Informations et réservations : https://www.artonpaper.be/fr

Benjamin Monti, Cuest’Art, Virton, ces 11 et 12 septembre

Benjamin Monti participe à Cuest’Art, dixième édtion à Virton, manifestation organisée par La Commission Culturelle de Virton.

L’accès aux différentes expositions est gratuit. Le catalogue et le plan du parcours sont disponibles aux Vatelottes et dans les Caves de l’hôtel de Ville, au prix de 3€. La manifestation se déroule dans différents lieux de patrimoine de Virton (Vatelottes, Villa Saint-Lucie, CNDB, Parc Foncin, Presbytère, Caves de l’hôtel de Ville) et Ruette (Presbytère).

https://www.cuestart.be.

Benjamin Monti  expose dans une des Salle de classe des Vatelottes sur Esplanade de l’Avenue Bouvier. Cette dixième édition se déroule le temps de deux week-ends, les 4 et 5 septembre et les 11 et 12 septembre 2021, de 13.00 à 18.00.

 

Aglaia Konrad, Japan Works and Other Books by Aglaia Konrad, Enter enter, space for books, Amsterdam, 11.09 -10.10

Enter Enter,  space for Books, consacre à Amsterdam une exposition aux livres d’Aglaia Konrad. A l’occasion de la sortie récente de Japan Works, dernier opus de l’artiste aux éditions Roma Publication. Nieuwe Herengracht 11 Amsterdam,  du 11 septembre au 10 octobre.

Presentation of book projects by photographic artist Aglaia Konrad, including Elasticity (NAi 2002), Iconocity (König 2005) Desert Cities (JRP Rignier 2008), Carrara (Roma 2011), From A to K (König 2016) and Japan Works (Roma 2021). The exhibition includes a new large wall piece developed after making the book Japan Works, which derived from a study trip by the artist across central Japan in September 2019. The work of Aglaia Konrad is driven by her interest in urbanity and architecture in general, and cultural difference in particular. A comparative practice that runs equally warm for every possible experience of the local. The presentation runs from 11 September to 10 October, and is curated by Roger Willems.

The work of Aglaia Konrad is driven by her interest in urbanity and architecture in general, and cultural difference in particular. A comparative practice that runs equally warm for every possible experience of the local. Previous experiences, in 1994 and 2010, intrigued her to undertake a severe study trip across central Japan in September 2019, mainly in search of Metabolist projects. Such historical, iconic architectures were also the excuse to explore the unspecific and the non-iconic of their urban setting, with the same intensity. In Japan Works, free associations of full-page photographs alternate with contact sheets that follow the chronology of this last itinerary. These are illuminated by texts written by architect and Japan scholar Julian Worrall. Design: Roger Willems. ISBN 9789492811912

https://www.romapublications.org/Roma201-400.html

Charlotte Lagro, En Piste, La Boverie, Liège, les images

The Beginning and Ending is Always Ambiguous centers around an umbilical cable used to supply oxygen, as well as light and communication signals, to deep sea divers. From a hundred meters below, divers climb the umbilical, hand over hand, to make their way back to the surface. In water, its air-filled tubes have just the right amount of added mass to gently sink. Out of water, the cable is less at ease. It twists and twirls in all directions. To hold one is to wrestle with it. The 115-meter-long cable is comprised of bright blue, red, orange, and yellow tubes, like veins entwined. (It is a snake of mythical proportions.) This hallowed lifeline makes visceral the fragility of our bodies and the precarity of wedding them to machines. If something goes wrong, it goes terribly wrong.

Video 4K, 04:44 min. Color. Sound.
Installation with umbilical cable, rubber, metal, tape, copper, nylon, 120 meter

Loïc Moons, Jeune Création Liège, La Boverie, les images

Loïc Moons participe à l’exposition du prix de la Jeune Création de la Ville de Liège au musée de la Boverie. 

Valérie Sonnier, Habiter le lieu, château de Montrésor, les images (2)

Le grand salon

Le Grand Salon, vue d’exposition
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Le Grand Salon, vue d’exposition
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Le Grand Salon, vue d’exposition
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Le Grand Salon, vue d’exposition
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm , 2020
Le fantôme du Grand Salon, photographie argentique sur transparent, 2021
Le fantôme du Grand Salon, photographie argentique 2021

Valérie Sonnier, Habiter le lieu, château de Montrésor, les images (1)

« Montrésor » est une vaste installation (dessins, film, photographies, son) que le spectateur est amené à découvrir au fil de sa déambulation dans l’espace intérieur du château. Les dessins se mêlent aux objets du château, s’ajoutent aux photographies de famille encadrées et posées sur des commodes. Le dessin permet à l’artiste d’établir « un portrait » du lieu en l’explorant dans ses moindres détails. Le film et les photographies poursuivent la description des lieux et rendent hommage aux vies les ayant traversés sous la forme d’un fantôme. Une forme blanche fidèle à la  première idée que l’on peut se faire d’un fantôme dès l’enfance, et qui représente tous les fantômes du lieu. Valérie Sonnier s’attache, non seulement, à évoquer la mémoire de lieux, mais également à lier intimement mémoire individuelle et mémoire collective.

Réunis par Anne-Laure Chamboissier, commissaire artistique, une dizaine d’artistes, ont été invités à habiter des lieux* en Touraine du printemps  à  l’automne 2021 à la suite d’une résidence de création. La thématique « Habiter le lieu » prend tout son sens en une période où chacun revoit ses modes de vie et les espaces qui l’entourent. Les artistes réinterrogent ce qui constitue ces lieux, que cela soit à travers le prisme de leur histoire, de leur architecture ou de leur fonction. Ces oeuvres dessinent une nouvelle cartographie sensible du territoire via leur regard singulier posé sur ces lieux.

Le Boudoir italien

Valérie Sonnier, La dame d’Or, photogramme sur transparent, 2021
Valérie Sonnier, La dame d’Or, photogramme sur transparent, 2021

Bibliothèque :

Valérie Sonnier, Ouija, ensemble de mains en plâtre céramique, 2000
Valérie Sonnier, Ouija, ensemble de mains en plâtre céramique, 2000
Valérie Sonnier, Ouija, ensemble de mains en plâtre céramique, 2000

Grand Salon 

Valérie Sonnier, Fantasmagories, photographies argentiques et photogrammes sur transparents dans cadres anciens, 2021
Valérie Sonnier, Fantasmagories, photographies argentiques et photogrammes sur transparents dans cadres anciens, 2021
Valérie Sonnier, Fantasmagories, photographies argentiques et photogrammes sur transparents dans cadres anciens, 2021

Chambre

Valérie Sonnier, Couleur de Soleil (titre emprunté à peau d’âne de Jacques Demy), installation scénographique, 2021
Valérie Sonnier, Couleur de Soleil (titre emprunté à peau d’âne de Jacques Demy), installation scénographique, 2021
Valérie Sonnier, Couleur de Soleil (titre emprunté à peau d’âne de Jacques Demy), installation scénographique, 2021
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm, 2020
Valérie Sonnier, Montrésor, crayon, crayons de couleur et cire sur papier, 31,5 x 43,5 cm, 2020

Salle de billard

Valérie Sonnier, Entre chien et loup, d’après la chasse au loup d’alexandre-françois desportes, fusain sur papier, 150 x 215 cm, 2021
Valérie Sonnier, Entre chien et loup, d’après la chasse au loup d’alexandre-françois desportes, fusain sur papier, 150 x 215 cm, 2021

Salle à manger

Valérie Sonnier, La colère de Diane, d’après la sculpture d’antoine-louis barye, fusain sur papier, 150 x 215 cm, 2021
Valérie Sonnier, La colère de Diane, d’après la sculpture d’antoine-louis barye, fusain sur papier, 150 x 215 cm, 2021

Lire l’entretien entre l’artiste et sa commissaire