Art Antwerp 2021, preview, Marie Zolamian, Brecht Koelman

Marie Zolamian, Plurivocité, 2021. Huile sur toile, 50 x 60 cm
Marie Zolamian, Vivoter, 2021. Huile sur toile sur panneau, 62 x 40 cm
Marie Zolamian, Liminal, 2021, Huile sur toile sur panneau, 29 x 39 cm
Brecht Koelman, 2021-08-1 oil on linen on panel, with artist’s frame 20 x 25cm, 2021
Brecht Koelman, 2021-08-7, oil on linen on panel, with artist’s frame, 22 x 27cm, 2021

Art Antwerp, 16 – 19 décembre 2021

La galerie a le plaisir de vous annoncer sa participation à la foire Art Antwerp (by Art Brussels) qui se tient du 16 au 19 décembre à Antwerp Expo 

OLIVIER FOULON – BRECHT KOELMAN – JACQUELINE MESMAEKER –

JOHN MURPHY – MARIE ZOLAMIAN 

Antwerpen Expo – Jan van Rijswijcklaan 191, 2020 Antwerp

OPENING DAY
Thursday 16 December 2021
Preview |
10 am – 4 pm
Vernissage | 4 pm – 8 pm

PUBLIC DAYS
Friday 17 December 2021
Saturday 18 December 2021
Sunday 19 December 2021 
11 am – 7 pm

CST+
Covid Safe Ticket, identity card and mouth mask are required to enter Art Antwerp. More info on our commitment to your safety

Réservations 

 

Paintings ! Gaëtane Verbruggen

Gaëtane Verbruggen, née en 1994, a terminé un master en peinture à l’ESAVL – Académie des Beaux-Arts de Liège. Son travail s’inscrit pleinement dans cette quête des choses absentes qui, par l’image, retrouvent une présence : « extérioriser, dit-elle, des souvenirs intraduisibles et fragiles, un peu flous. » Cela peut être des moments du passé, des attitudes, des situations d’autrefois, des lieux simplement entrevus ou au contraire durablement fréquentés, des espaces aujourd’hui à l’abandon ou désaffectés, qui tous s’inscrivent dans une sorte de continuum mental : car ce qui intéresse Gaëtane Verbruggen, ce sont également des choses absentes plus indéfinissables, des sensations et des émotions personnelles, ou encore certaines atmosphères liées à des couleurs, des odeurs, dont seule une image pourra rendre la présence, et lui donner un ou plusieurs sens. (Alain Delaunois)

[sociallinkz]

Paintings ! Wang Xiaochuan

Wang Xiaochuan, Perdu de vue, 2021. Huile sur panneau, 40 x 26 cm.
Wang Xiachuan, Fin d’automne, 2021. Huile sur toile marouflee sur carton, 29 x 26 cm.
Wang Xiachuan, Fin d’automne, 2021. Huile sur toile marouflee sur carton, 29 x 26 cm.
Wang Xiaochuan, Springs, 2021. Huile sur toile marouflée sur bois, 20 x 15 cm.

Wang Xiaochuan (b.1987, Chine)  » L’inspiration de base pour la série Puzzle de mémoire vient d’un album de famille personnel. Les photos de famille sont des objets extrêmement personnels, ils enregistrent de manière objective et véridique les histoires, les personnes, les moments et les lieux qui ont parsemés mon passé. Essayer d’utiliser la perspective et la compréhension actuelle, comme jouer à un puzzle. Dans le processus de création, briser de vrais souvenirs en y ajoutant des émotions subjectives, utiliser un tout nouveau langage de peinture pour expliquer les émotions privées, permettant aux spectateurs de voyager et traverser dans chaque histoire — réelle ou imaginaire, passé ou présente ».

Paysage (Saint Aubert), 2020. Encre de chine sur papier, 19 x 26 cm.
Paysage (Saint Aubert), 2020. Encre de chine sur papier, 19 x 26 cm.
Paysage (Saint Aubert), 2020. Encre de chine sur papier, 19 x 26 cm.
Paysage (Saint Aubert), 2020. Encre de chine sur papier, 19 x 26 cm.

[sociallinkz]

Agenda Décembre 2021

Jacques Charlier 

– Bruxelles (B), Hahaha. L’humour de l’art, ING Art Center, du 15 septembre 2021 au 16 janvier 2022.

– Antwerpen (B), Une histoire non-u-mentale, ce qu’il faut entendre, Muhka, du 11 septembre au 9 janvier 2022

Werner Cuvelier

– Veurne (B), Abstrakte Kunst bestaat niet, Emergent, 31 octobre – 9 janvier 2022

Olivier Foulon 

– Antwerpen (B), Art Antwerp, galerie Nadja Vilenne, du 16 au 19 décembre 2021

Aglaia Konrad

– Düren (D), Vom Leben in Industrielandschaften – Den Strukturwandel im Blick, Leopold-Hoesch-Museum, 12 décembre – 3 mars 2022

Brecht Koelman

– Liège (B), Paintings ! galerie Nadja Vilenne, du 25 novembre au 23 décembre 2021

– Antwerpen (B), Art Antwerp, galerie Nadja Vilenne, du 16 au 19 décembre 2021

Sophie Langohr

– Genève (CH), Art au Centre, du 25 novembre au 29 février 2022

Jacques Lizène

– Besançon (F), Danser sur le volcan, FRAC Franche Comté, jusqu’au 2 janvier 2022

– Bruxelles (B), Hahaha. L’humour de l’art, ING Art Center, du 15 septembre 2021 au 16 janvier 2022.

– Marseille (F), Des choses vraies qui font semblant d’être des faux-semblants,  la Friche La Belle de Mai, du 12 novembre au 13 février 2022

Jacqueline Mesmaeker

– Antwerpen (B), Art Antwerp, galerie Nadja Vilenne, du 16 au 19 décembre 2021

Loïc Moons

– Liège (B), Paintings ! galerie Nadja Vilenne, du 25 novembre au 23 décembre 2021

Messieurs Delmotte

– Liège (B) Focus Video, collection de la Province de Liège, Crealab, du 18 novembre au 10 décembre 2021

John Murphy 

– Antwerpen (B), Art Antwerp, galerie Nadja Vilenne, du 16 au 19 décembre 2021

Pol Pierart

– Liège (B) Focus Video, collection de la Province de Liège, Crealab, du 18 novembre au 10 décembre 2021

Gaetane Verbruggen

– Liège (B), Paintings ! galerie Nadja Vilenne, du 25 novembre au 23 décembre 2021

Marie Zolamian

– Liège (B), Paintings ! galerie Nadja Vilenne, du 25 novembre au 23 décembre 2021

– Antwerpen (B), Art Antwerp, galerie Nadja Vilenne, du 16 au 19 décembre 2021

 

 

 

 

Paintings ! Eric Deprez

Eric Deprez
Sans titre, 2019. 
Huile et laque sur panneau métallique, 181,5 x 118 cm. 
Exhibition view
Eric Deprez,
Daniel, 2019 – 2020.
Huile sur panneau de bois, 115 x 77,5 cm.
Exhibition view
Eric Deprez
Capense, 2018 – 2019.
Huile et laque sur toile – bois, 42 x 32,5 cm.
Exhibition view

[sociallinkz]

Paintings ! Marie Zolamian

Marie Zolamian 
Falot, 2019 
Huile sur toile sur panneau, 32,5 x 26,5 cm
Marie Zolamian 
Thérianthropie, 2021
Huile sur toile, 70 x 50 cm
Marie Zolamian
Rubis sur ongle, 2022
Huile sur toile sur panneau, 61,5x 41,5 cm
Marie Zolamian 
Prosodie, 2021 
Huile sur toile sur panneau, 29 x 39 cm
Marie Zolamian
Pousser de la fonte, 2021
Huile sur toile, 80  x 60 cm

Marie Zolamian. With a soft fragility, her works feature prominently small formats. Small canvases that the artist sees herself as so many fragments that could be assembled. Very instinctive, the painter shares her artistic will to get out of the border, getting rid of the frame or forcing it to unusual shapes. On the canvas, a slow and patient work rooted in the history of art: Marie Zolamian draws her inspiration from Persian and Oriental miniatures, from the Flemish Primitives, but also from emblematic personalities such as Puvis de Chavannes, Matisse, Balthus, Le Douanier Rousseau, Cézanne… Her pieces multiply the references. Sometimes we find the symbolist delicacy of the Pre-Raphaelites, sometimes the power of contrasts, vivacious and sharp, dear to the Fauves. A very open approach which borrows as much from Eastern as from Western history, in which the artist collects and recomposes according to the sense of the moment. (Gwenaelle Gribaumont)

Exhibition view

[sociallinkz]

Paintings ! Brecht Koelman

Brecht Koelman, 2021-08-7
oil on linen on panel, with artist’s frame, 22 x 27cm
2021
exhibition view
Brecht Koelman, 2021-08-8
oil on panel with artist’s frame, 20 x 25cm
2021
exhibition view
Brecht Koelman, 2021-08-1
oil on linen on panel, with artist’s frame
20x25cm
2021
Brecht Koelman, 2021-04-7
oil on linen on panel, with artist’s frame, 20 x 25cm
2021
Brecht Koelman, 2021-07-9
oil on linen on panel, with artist’s frame
20x25cm
2021
exhibition view
Brecht Koelman, 2021-07-15
oil on panel with artist’s frame 20 x 25cm
2021

La lumière dans plusieurs tableaux est argentée. Je ne sais pas comment j’ai fait ça, et ce n’était pas intentionnel. Puis, j’ai pensé aux peintures argentiques de Corot. Peut-être est-ce la particularité de la lumière française que d’avoir un reflet argenté ?

7 août : C’est une peinture avec cette lumière argentée. Si vous voyez le tableau à l’ombre, il a l’air assez orageux. Si vous voyez le tableau à la lumière du soleil, le paysage semble également ensoleillé. C e jour là, le temps était orageux,  jusqu’à environ trois heures. Et à partir de là, il est devenu très ensoleillé, avec parfois cette lumière fraîche que l’on peut avoir après un gros orage. La peinture est partie du grand arbre sur la gauche. Tout le reste a dès lors trouvé  sa place sur la toile. En fait, la composition semble être basée sur rien. Il ne se passe pas grand-chose. Vous êtes juste confronté à une plaine dénudée.

8 août : Il s’agissait de très grands chardons. J’ai placé la toile sous l’objet plutôt qu’à côté. Le tout a été mis en place de manière très libre. Ce tableau est différent de mes autres peintures : de loin, le sujet semble peu clair. C’est de près qu’elle révèle son effet spécifique : j’ai remarqué que lorsqu’on se déplace devant la toile, elle s’anime, comme si les choses se remettaient en place.

15 juillet : La vache ruminait. Je n’ai jamais eu un aussi bon modèle. Je pense avoir travaillé sur cette peinture pendant environ 45 minutes. Pendant tout ce temps, elle n’a pas bougé, et elle ne s’est pas souciée de ma présence. Elle était complètement vache. À un moment donné, le vent a fait tomber le chevalet et la toile. Une autre vache a sauté de frayeur et s’est enfuie en se soulageant. La vache, elle, est restée calme. C’est l’une de mes peintures les plus détaillées, jusqu’aux brins d’herbe et aux sabots. Je suis aussi très satisfait de la tête.

9 juillet : Ici, la possibilité d’une histoire semble entrer en ligne de compte. Le ciel et le paysage me font penser aux premiers peintres paysagistes flamands, comme Bruegel, ou même Patinir, mais lorsque je cherche, je ne trouve pas d’exemple concret. L’ensemble montre un paysage avec des toits rouges en bas. Au loin (le point blanc) se trouve un hameau. Je l’ai peint depuis un chemin de terre. 

1er août : Ce jour-là, j’ai été frappé par les nuages et la lumière, et je suis allé dans un champ non loin de l’endroit où j’ai peint le tableau du 9 juillet. J’y ai installé mon chevalet et j’ai essayé de peindre des nuages pour la première fois de ma vie. Le terrain est une sorte de plateau. Ici aussi, la lumière argentée. Le nuage respire. Au deux tiers du nuage, il y a comme un diaphragme. Le poids du nuage au-dessus fait expirer avec force tout ce qui se trouve au dessous.

Brecht Koelman

Het licht in verschillende schilderijen is zilverig van aard. Ik weet niet hoe ik dat heb gedaan, en het was ook niet intentioneel. Maar ik moest daarna denken aan de zilverkleurige schilderijen van Corot. Misschien is het eigen aan het Franse licht dat er een zilverachtige glans in zit?

7 augustus: dit is een schilderij met dat zilverkleurige licht. Als je het schilderij in de schaduw ziet, lijkt het tamelijk stormachtig. Zie je het schilderij in het zonlicht, dan lijkt het landschap ook zonnig. Het was die dag tot een uur of drie ook onweersachtig. En vanaf dan werd het heel zonnig, met soms dat frisse licht dat je
na een fiks onweer kunt hebben. Het schilderij vertrok aan de grote boom links in beeld. Al de rest heeft vervolgens zijn plaats gevonden op het doek. In feite lijkt te compositie nergens op te berusten. Er gebeurt per slot niet veel. Je kijkt vooral naar een kale vlakte.

8 augustus: dit waren zeer grote distels. Ik plaatste het doek onder het voorwerp in plaats van ernaast. Het geheel werd zeer los opgezet. Het schilderij werkt anders dan mijn andere schilderijen: vanop een afstand lijkt het onderwerp onduidelijk. Het is van dichtbij dat het zijn specifieke werking openbaart: het viel me op dat, wanneer je beweegt voor het doek, het tot leven komt, alsof dingen opnieuw op hun plaats vallen.

15 juli: de koe was aan het herkauwen. Ik heb nooit zo’n goed model gehad. Ik schat dat ik zo’n drie kwartier aan het schilderij heb gewerkt. Al die tijd heeft ze niet bewogen, en het interesseerde haar niet dat ik er was. Ze was volledig koe. Op een gegeven moment blies de wind de ezel met het schilderij tegen de grond. Een andere koe sprong van schrik op, en rende, zich ontlastend, weg. Deze koe bleef rustig liggen. Het is een van mijn meest gedetailleerde schilderijen: er zijn grassprietjes, en hoefjes. Ik ben ook erg tevreden over de kop.

9 juli: Hier lijkt de mogelijkheid van een verhaal in het beeld te komen. De hemel en het landschap doen me denken aan een Vlaamse vroege landschapsschilder, zoals Bruegel, of zelfs Patinir, maar als ik zoek vind ik geen concreet voorbeeld. Het geheel toont een landschap met onderaan de rode daken. In de verte (het witte puntje) ligt een gehucht. Ik schilder het vanaf een onverhard weggetje.

1 augustus: die dag werd ik getroffen door de wolken en het licht, en ben een veld ingetrokken, niet ver van de plaats waar ik het schilderij op 9 juli heb geschilderd. Ik heb er mijn ezel opgesteld en voor het eerst in mijn leven getracht wolken te schilderen. Het veld is een soort hoogvlakte. Ook hier weer het zilverige licht.
De wolk ademt. In de wolk zit op twee derde een middenrif. Het gewicht van de wolk daarboven laat alles daaronder krachtig uitademen.

Brecht Koelman 

[sociallinkz]

Paintings ! Loïc Moons

Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte, 80 x 60 cm
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte, 181 x 130 cm
Exhibition view
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte, 81 x 66 cm
Exhibition view
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte, 90 x 70 cm
Exhibition view

Loic Moons. Cette silhouette fraichement bombée, c’est lui, c’est Loic Moons; c’est lui et son double. Librement, la silhouette occupe la toile comme le peintre balise son terrain de jeu, une friche permanente qu’il met en œuvre. Loïc Moons n’est pas bon client des magasins de toiles et couleurs. Non, il n’est pas propre sur lui. Il récupère, collecte, recycle les toiles et châssis usagés des amis peintres, les fonds de pots, quels qu’ils soient, de peintures industrielles. « J’aime à salir le support que j’ai choisi », dit-il. Si celui-ci est grand, tant mieux, le terrain de jeu n’en sera que plus ample, le geste aussi, les potentiels accidents plus nombreux. Un circuit court donc, qui trouve son naturel prolongement dans sa façon de regarder les choses et le monde, des images, des signes, qu’il happe sur les partages en réseaux, des images à portée de main ou plutôt d’écran, des « images d’ici et là », dit-il, qu’il s’approprie, réinterprète, triture, use jusqu’à ce qu’elles soient siennes, vocabulaire dès lors personnel, des images qui lui servent de béquilles, de « grigris, précise-t-il, qui me rassurent quand je ne sais plus trop où je vais ». Car, il est vrai, la peinture est une aventure, une émancipation continuelle, se libérer des images captées, s’affranchir de la toile, là où en strates et dans une permanente jubilation surgit la couleur.

Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte sur papier marouflé sur toile, 29,7 x 21 cm
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte sur papier marouflé sur toile, 29,7 x 21 cm
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte sur papier marouflé sur toile, 29,7 x 21 cm
Loïc Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte sur papier marouflé sur toile, 29,7 x 21 cm

[sociallinkz]

Jacqueline Mesmaeker, Quelle Aventure ! sortie de presse

Attendu avec impatience, il est sorti de presse…

Jacqueline Mesmaeker: Quelle aventure!

Luk Lambrecht, Lieze Eneman, Michel Baudson, Jean-Michel Botquin, Saskia De Coster, Anne Pontégnie, Melanie Deboutte, Sophie Lauwers, Philippe Van Cauteren

L’œuvre de l’artiste belge Jacqueline Mesmaeker (née en 1929) est immatérielle, discrète et captivante. Partant d’intentions analytiques et de protocoles expérimentaux liés à la perception et à la représentation, sa pratique est ancrée dans un univers littéraire et poétique, incluant des références à Lewis Carroll, Mallarmé, Melville ou Paul Willems. Minimal, parfois même inaperçu, son travail rare et précis n’en est pas moins présent. Elle s’empare volontiers de l’espace, jouant avec l’architecture réelle et symbolique, révélant les structures et les lignes de force, mais aussi les erreurs, en déjouant leurs perspectives ou en les corrigeant par touches délicates.
En 2020, le CC Strombeek, BOZAR et le Musée Roger Raveel ont exposé de nouvelles sélections des ensembles délicats de Mesmaeker, des œuvres poétiques qui échappent à toute description sémantique. Le CC Strombeek a réussi, en concertation avec l’artiste, à reconstituer l’œuvre Enkel Zicht Naar Zee, Naar West (1978) dans sa présentation originale, après 35 ans. L’œuvre se compose de 5 projections capturées sur des grilles transparentes en soie naturelle. Elles montrent une volée d’oiseaux volants, circulant et se mêlant dans l’espace, apparaissant et disparaissant à travers les voiles.
Ce livre constitue le catalogue de la trilogie d’expositions individuelles de Mesmaeker en 2020 : Ah, Quelle aventure ! Bozar (mai-juillet 2020) et CC Strombeek (janvier-mars 2020) et De page en page au Musée Roger Raveel (décembre 2020-mars 2021).
ISBN : 9789463932790
232 pages, illustrations en couleurs et en noir et blanc, 28 x 21,5 cm, broché, anglais/néerlandais/français.

Disponible à la galerie au prix de 39 euros

Jacqueline Mesmaeker: Quelle aventure!

Luk Lambrecht, Lieze Eneman, Michel Baudson, Jean-Michel Botquin, Saskia De Coster, Anne Pontégnie, Melanie Deboutte, Sophie Lauwers, Philippe Van Cauteren

CC Strombeek, Bozar, Roger Raveel Museum, S.M.A.K. & MER. B&L, 2021

The work of Belgian artist Jacqueline Mesmaeker (b. 1929) is intangible, discreet and captivating. Starting from analytical intentions and experimental protocols linked to perception and representation, her practice remains anchored in a literary and poetic universe, including references to Lewis Carroll, Mallarmé, Melville or Paul Willems. Minimal, sometimes even unnoted, her rare and precise work is nonetheless present. It willingly takes over space, playing with the actual and symbolic architecture, revealing the structures and lines of force, but also the errors, by thwarting their perspectives or correcting them with delicate touches.
In the year of 2020, CC Strombeek, BOZAR and Roger Raveel Museum have exhibited new selections of Mesmaeker’s fragile ensembles; poetic works that evade every semantic description. CC Strombeek succeeded—in consultation with the artist—to reconstruct the work Enkel Zicht Naar Zee, Naar West (1978) to its original presentation, after 35 years. The work consists of 5 projections captured on transparent, natural silk scrims. They show a flock of flying birds, circulating and mingling in space, appearing and disappearing through the veils.
This book forms a catalogue of Mesmaeker’s trilogy of solo-exhibitions in 2020: Ah, Quelle aventure ! at Bozar (May–July 2020) and CC Strombeek (January–March 2020) and De page en page at Roger Raveel Museum (December 2020–March 2021). 

ISBN: 9789463932790

232 pages, illustrations in color & b/w, 28 x 21,5 cm, paperback, English/Dutch/French

Available at the gallery. 39 euros

[sociallinkz]