Brecht Koelman, Raphaël Van Lerberghe, vernissages ce jeudi 11 avril @ Nadja Vilenne

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous inviter aux vernissages des expositions :

BRECHT KOELMAN
The cool of the day

RAPHAËL VAN LERBERGHE
Conséquences (dessins)

Vernissage le jeudi 11 avril 2019 à 19h
Exposition du 12 avril au 19 mai 2019

On the Road, les images (15), Marie Zolamian

Étoile polaire, 2018
Acrylique sur papier, 29,7 x 21 cm
Audio, 13min15sec

Ecouter un extrait : garba extrait

Marie Zolamian
Aquarius, 2018
Huile sur papier, 50 x 70 cm

Marie Zolamian
Vicissitudes, 2018
Huile sur toile, 24 x 30 cm

Marie Zolamian
Ban, 2017
Huile sur papier, 24 x 17 cm

On the Road, les images (14), Jacques Charlier, Hommage à Pierre Dac, la fin

Jacques Charlier
Hommage à Pierre Dac, 2017-2018
Acryliques sur toile, 29 toiles de formats divers

Dès l’âge de douze ans, Charlier est sensibilisé, grâce à son père, à l’humour ravageur de Pierre Dac et de Francis Blanche. Faut dire qu’à l’époque, à Ersange, dans le fin fond du Grand Duché du Luxembourg, la radio était une bénédiction.
Pour Charlier, cette manière de donner du sens au non-sens va de pair avec sa constante tentative de désangoisser la réalité. Il découvre la littérature dès l’âge de 9 ans, au travers des contes extraordinaires d’Edgar Poe. De dix-sept à vingt ans, Kafka devient un frère d’arme, vu l’influence de sa profession administrative sur ses écrits. La porte du Service technique provincial de Liège ressemblant étrangement à celle des Assurances générales de Prague.
Plus tard après Teilhard de Chardin et Cioran, viendra son intérêt pour la sociologie et la philosophie qui le conduira à se passionner pour Baudrillard et Bourdieu.
Mais périodiquement, en guise d’interlude, il revient toujours vers le grand maître soixante trois de son enfance. Son journal hilarant, ses sketchs, le font inlassablement mourir de rire. Pour lui, le Schmilblick fait bon ménage avec la broyeuse de chocolat de Duchamp, l’art des incohérents, Jules Levy et ses hydropathes, Alphonse Allais, et enfin Picabia son peintre préféré.
C’est ceux là qu’il considère comme sa famille humoristique d’adoption. C’est en s’appuyant sur leur mémoire, qu’il a construit patiemment  l’aventure risquée des identités multiples artistiques.
Pierre Dac a toute son affection admirative, car grâce à son génie, il a cautérisé ses blessures de guerre et conjuré la noirceur de la vie.
Charlier a longuement hésité avant d’oser imager les petites annonces de l’os à moelle. Mais l’envie de remettre en lumière leur fulgurance, était plus forte.
Comme l’a dit Claes Oldenburg, le rire élargit la vision.
Pour Charlier, c’est plus qu’un réflexe, c’est un mode d’emploi.

Sergio Bonati

On the Road, les images (12), Messieurs Delmotte

Messieurs Delmotte
Simple Minded Snow-White, Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

Messieurs Delmotte
The invisibles, Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

Messieurs Delmotte
Smurf Without Qualities, Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

Messieurs Delmotte
Fake Twins, Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

Messieurs Delmotte
Penis in « Hupla Hup Barbatruc », Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

Messieurs Delmotte
Playmobize Me !? Fake drawings Series, 2014
Technique mixte sur papier, 87 x 67 cm

On the Road, les images (10), Benjamin Monti, Emilio Lopez Menchero, Herman van den Boom

Benjamin Monti, sans titre, encre de chine sur papier, 29,7 x 21 cm, février 2018.

Emilio Lopez Menchero
Cabezudo, Coco (2017),
Huile sur toile, 150 x 100 cm

Herman van den Boom
Sans titre (de la série Wachtgevels)
Photographie couleurs, marouflée sur aluminium, 70 x 85 cm

Herman van den Boom
Sans titre (de la série Neighbours)
Photographie couleurs, marouflée sur aluminium, 70 x 85 cm

Herman van den Boom
Sans titre (de la série Neighbours)
Photographie couleurs, marouflée sur aluminium, 70 x 85 cm

Emilio Lopez Menchero
Trying to be Jeromeke, 2019
Photographie couleurs, marouflée sur aluminium, 120 x 95 cm

 

 

On the Road, les images (9), Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Les péripéties, 2014 – 2017
Cartes postales, cartel, 43 x 61 cm

On the Road, les images (8), Messieurs Delmotte

Messieurs Delmotte
Neither « In », neither « Off »
In between Venice & Biennale, 2013
Vidéo. 00 :25 :55. Couleurs / Son
Réalisation Messieurs Delmotte
Images Alessandro Biasotto
Assistant : Rossella Cosimato


San Marco is a Fucking Tourist. Videostill.
video, color, sound, 00:00:56


Venetian Postcard. Videostill.
video, color, sound, 00:01:00


Child’s Lion. Videostill.
video, color, sound, 00:00:30


Venice Beach. Videostill.
video, color, sound, 00:01:12


Spitting Fountain. Videostill.
video, color, sound, 00:00:15


Wathever You (Tourist) Want. Videostill.
video, color, sound, 00:00:49


The Famous Little Italian Chief. Videostill.
video, color, sound, 00:00:54


Venetian Flag. Videostill.
video, color, sound, 00:01:18


Mini Dog. Videostill.
video, color, sound, 00:00:23


Caddies. Videostill.
video, color, sound, 00:00:33


Another Incredible Story Of Foot. Videostill.
video, color, sound, 00:01:25


Container Head. Videostill.
video, color, sound, 00:00:38


Two Ways To Be “Gondola”. Videostill.
video, color, sound, 00:00:18


Flower Park. Videostill.
video, color, sound, 00:00:53


Human Petrification. Videostill.
video, color, sound, 00:00:56


Gondola’s Man. Videostill.
video, color, sound, 00:01:18

 

On the Road, les images (7), Messieurs Delmotte

Messieurs Delmotte
Neither « In », neither « Off »
In between Venice & Biennale, 2013
Vidéo. 00 :25 :55. Couleurs / Son
Réalisation Messieurs Delmotte
Images Alessandro Biasotto
Assistant : Rossella Cosimato

Boat is floating. Videostill.
video, color, sound, 00:00:56

Pink Ball Bridge. Videostill.
video, color, sound, 00:00:02

Turn Around Tourism. Videostill.
video, color, sound, 00:00:49

Piece of Wood. Videostill.
video, color, sound, 00:00:42


Asian Couple. Videostill.
video, color, sound, 00:00:22


House on the Water. Videostill.
video, color, sound, 00:00:55


Feet on the Water. Videostill.
video, color, sound, 00:00:56


Bizarre Carnaval. Videostill.
video, color, sound, 00:00:45


Up ? ! Videostill.
video, color, sound, 00:00:43


Head of the Sculpture. Videostill.
video, color, sound, 00:00:44


Stairs in Reserve. Videostill.
video, color, sound, 00:00:45


Fucking Venitian Mask. Videostill.
video, color, sound, 00:00:40


Suicide In Venezia. Videostill.
video, color, sound, 00:00:39

Two Charlies Chaplin “Off”. Videostill.
video, color, sound, 00:00:46


From The Sky To Venezia “off”. Videostill.
video, color, sound, 00:01:54


You Are Not Sun In Person. Do Not Dream ?!  Videostill.
video, color, sound, 00.00.44

On the Road, les images (6), Sophie Langohr, Jacques Lizène

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé cactus. Technique mixte, h. 220 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé yucca. Technique mixte, h. 145 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Olivier croisé ananas. Technique mixte, h. 160 cm

Sophie Langohr
Sans titre, plâtre polychrome, XIXe siècle, Liège, Grand Curtius (détail)
Photographie couleur, 90 x 50 cm, 2016

Sophie Langohr
Sculpture en chêne d’après le moulage du creux dorsal de « Piéta »
Bois sculpté polychrome, fin du XVIe siècle, Liège, Grand Curtius,
46 x 20 x 24 cm, 2016.

Sophie Langohr
Sans titre. Image d’origine : statue de sainte par Jan van Stefferweert, 1509,
Photographie couleur, 42 x 32 cm, 2018

Sophie Langohr
Sans titre. Image d’origine: vierge à l’enfant d’origine catalane, XIVe s,
Photographie couleur, 42 x 32 cm, 2018

Sophie Langohr
Sans titre. Image d’origine: statue d’un saint, XVe s, Mosan,
Photographie couleur, 42 x 32 cm, 2018

Photos : Caroline Hannicq

On the Road, les images (4), Jacques Charlier, Hommage à Pierre Dac, la suite

Jacques Charlier
Hommage à Pierre Dac, 2017-2018
Acryliques sur toile, 29 toiles de formats divers

 

On the Road, les images (3), Jacques Charlier, Hommage à Pierre Dac

Dès l’âge de douze ans, Charlier est sensibilisé, grâce à son père, à l’humour ravageur de Pierre Dac et de Francis Blanche. Faut dire qu’à l’époque, à Ersange, dans le fin fond du Grand Duché du Luxembourg, la radio était une bénédiction.
Pour Charlier, cette manière de donner du sens au non-sens va de pair avec sa constante tentative de désangoisser la réalité. Il découvre la littérature dès l’âge de 9 ans, au travers des contes extraordinaires d’Edgar Poe. De dix-sept à vingt ans, Kafka devient un frère d’arme, vu l’influence de sa profession administrative sur ses écrits. La porte du Service technique provincial de Liège ressemblant étrangement à celle des Assurances générales de Prague.
Plus tard après Teilhard de Chardin et Cioran, viendra son intérêt pour la sociologie et la philosophie qui le conduira à se passionner pour Baudrillard et Bourdieu.
Mais périodiquement, en guise d’interlude, il revient toujours vers le grand maître soixante trois de son enfance. Son journal hilarant, ses sketchs, le font inlassablement mourir de rire. Pour lui, le Schmilblick fait bon ménage avec la broyeuse de chocolat de Duchamp, l’art des incohérents, Jules Levy et ses hydropathes, Alphonse Allais, et enfin Picabia son peintre préféré.
C’est ceux là qu’il considère comme sa famille humoristique d’adoption. C’est en s’appuyant sur leur mémoire, qu’il a construit patiemment  l’aventure risquée des identités multiples artistiques.
Pierre Dac a toute son affection admirative, car grâce à son génie, il a cautérisé ses blessures de guerre et conjuré la noirceur de la vie.
Charlier a longuement hésité avant d’oser imager les petites annonces de l’os à moelle. Mais l’envie de remettre en lumière leur fulgurance, était plus forte.
Comme l’a dit Claes Oldenburg, le rire élargit la vision.
Pour Charlier, c’est plus qu’un réflexe, c’est un mode d’emploi.

Sergio Bonati

Jacques Charlier
Hommage à Pierre Dac, 2017-2018
Acryliques sur toile, 30 toiles de formats divers

 

 

On the Road, les images (2), Jacques Charlier, La Route de l’Art

Jacques Charlier
La Route de l’Art, 1978
49 planches à l’encre de chine sur papier, 40 x 36,5 cm
La bande dessinée est parue en 1982 aux Editions Moretti dans une collection dirigée par J.P. Bucquoy

On the Road, les images (1) Benjamin Monti, Emilio Lopez Menchero, Jacques Charlier

Benjamin Monti
Sans titre, 2018
Encre de chine sur papier, (5) x 29,7 x 21 cm

Benjamin Monti
Sans titre, 2017 (le collectionneur)
Encre de chine sur papier, 29,7 x 21 cm

Emilio Lopez-Menchero
Dream, Lafayette Avenue, New York (2016), 2017
Acier émaillé, dimensions variables

Jacques Charlier
Soldes, 2017
Pastel sur papier, 58 x 48 cm

Jacques Charlier
La Route de l’art, 2018
Feutres et tampons sur papier, 29,7 x 21 cm

Arco Madrid 2019, les images (1)

Emilio Lopez Menchero
Cabezudo « Mona lisa », 2015
oil on canvas, 130 x 115 cm

Emilio Lopez Menchero
Cabezudo, Coco (2017), 
oil on canvas,150 x 100 cm

Emilio Lopez Menchero
Cabezudo, Le Bavarois, 2015
oil on canvas, 130 x 115 cm

Emilio Lopez Menchero
Cabezudo mentiroso, 2016
oil on canvas, 24 x 18 cm

 

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé yucca. Technique mixte, h. 145 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Olivier croisé ananas.
Technique mixte, h. 160 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé cactus. Technique mixte, h. 220 cm

 

Jacques Lizène @ Arco Madrid, une introduction

Jacques Lizène dessine dès 1964 de petites choses en les croisant : « Croiser toutes sortes de choses comme des animaux, des visages, des architectures, des arbres, des voitures, des chaises, des sculptures ». Ou encore : « Découper et mélanger deux styles ». Il pratique une forme d’Art syncrétique, un syncrétisme de collage, le haut d’une sculpture hindoue adoptant la triple flexion végétale et les jambes d’une statue africaine, un sapin et un palmier, un chameau et un bovidé, des avions ou des autos qui s’hybrident, des visages qui se transforment en masques.  Le syncrétisme, terme de souche religieuse et philosophique, est une combinaison d’éléments hétérogènes ainsi que l’être ou l’objet qui en résulte, un mélange; aujourd’hui on parlerait de métissage ou de sampling et le croisement de ces végétaux mutant défie toutes les lois de la nature. Lizène croise, ici, trois arbres qui restent vivaces toute l’année et qui bien sûr sont, en termes de religions et de civilisations, hautement symboliques. Le Petit Maître précise toutefois que les métissages qu’il propose n’ont rien de politiquement correct. « Je me contente de faire des petites fantaisies d’art plastique en attendant la mort, a-t-il l’habitude de préciser ». Il n’empêche que cet hybride croisement débridé et accroché à l’envers, car l’artiste apprécie les retournements de situation, évoque bien des fragilités d’un monde actuel déboussolé. 

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé yucca. Technique mixte, h. 145 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Olivier croisé ananas.
Technique mixte, h. 160 cm

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, sculpture génétique 1971, en remake 2018. Palmier croisé olivier croisé cactus. Technique mixte, h. 220 cm