Suchan Kinoshita, Operation Theatre, Institut de Carton, Bruxelles

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita réactive « Operation Theatre », un dispositif créé lors de la Biennale de Moscou en 2013.

A.VE.NU.DE.JET.TE – INSTITUT DE CARTON vzw est une initiative de quelques artistes qui, deux fois par an, organisent une présentation spéciale dans une maison privée à Bruxelles.

Vernissage le 14 mars
Operators: Sabine Huzikiewiz, Suchan Kinoshita, Inga Krüger, David Polzin
Dressers: Joerg Franzbecker, Alima de Graaf

Accessible lors des performances et activations que l’artiste organisera. Infos/agenda
A.VE.NU.DE.JET.TE – Institut de Carton vzw
Avenue de Jette 41 – Jetselaan 41
1081 Brussels (Koekelberg)

Jacques charlier, Photographies de Vernissage, Art Press 2

Les expositions à l’ère de leur reproductibilité, artpress 2 n° 36.
Art conceptuel : le danger de la patrimonialisation par Erik Verhagen.

Quelques Photographies de Vernissages (1974-1975) de Jacques Charlier

Art Press

Art Press

Art Press

Art Press

Art Press

Jacqueline Mesmaeker, vernissage ce samedi 14 mars à 18h

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mythologie du Naufrage
Vernissage le samedi 14 mars à 18h
Exposition du 15 mars au 30 avril 2015
Je. Ve. Sa. de 14 à 18h ou sur rendez-vous

Emilio Lopez-Menchero, Cherchez le garçon, Mac Val, Vitry sur Seine, les images

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Rrose Sélavy, 2005 -2006
Photographie N.B marouflée sur aluminium, 74,5 x 91,5 cm.
Edition 5/5

Emilio Lopez-Mechero

Depuis le début des années 2000, Emilio Lopez-Menchero a entrepris une série au processus invariant intitulée « Trying to be ». Che Guevara, Pablo Picasso, Frida Kahlo, Marc Dutroux, Raspoutine ou Carlos… autant de personnages qu’il habite et incarne d’après une photographie, en imitant en tout point le cadrage, la position, le costume et l’apparence physique de celui-ci, allant jusqu’à modifier son propre corps. Avec son alter go féminin Rrose Sélavy, Marcel Duchamp fut un des premiers artistes hommes à utiliser le travestissement comme une stratégie d’émancipation et d’affirmation de soi. La photographie de ce personnage, prise par Man Ray en 1920, est devenue une image archétypale du trans-genre, de la remise en cause des frontières entre le féminin et le masculin

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Cindy, 2009
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 122 x 60 cm. Édition 5/5

Emilio Lopez Mechero

Depuis le début des années 2000, Emilio Lopez-Menchero a entrepris une série au processus invariant intitulée « Trying to be ». Che Guevara, Pablo Picasso, Frida Kahlo, Marc Dutroux, Raspoutine ou Carlos… autant de personnages qu’il habite et incarne d’après une photographie, en imitant en tout point le cadrage, la position, le costume et l’apparence physique de celui-ci, allant jusqu’à modifier son propre corps. A l’image de Marcel Duchamp, Cindy Sherman réutilise dans les années 90 la mascarade pour incarner elle-même les personnages qu’elle met en scène dans ses photographies. Trying to be Cindy met en en abîme la question du travestissement et du simulacre comme outil d’interrogation de la notion d’identité.

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Cadere, de dos (avec barre index 04 code B 12003000, d’après « André Cadere 1974 », de B.Bourgeaud), 2013
Photographie N.B marouflée sur aluminium, 82 x 130 cm. Edition 5/5

Depuis le début des années 2000, Emilio Lopez-Menchero a entrepris une série au processus invariant intitulée « Trying to be ». Che Guevara, Pablo Picasso, Frida Kahlo, Marc Dutroux, Raspoutine ou Carlos… autant de personnages qu’il habite et incarne d’après une photographie, en imitant en tout point le cadrage, la position, le costume et l’apparence physique de celui-ci, allant jusqu’à modifier son propre corps. A l’instar du bâton clandestin et intrusif d’André Cadéré (Peinture sans fin, 1972-78), les « tentatives d’être » d’Emilio Lopez-Menchero mettent en question l’identité de l’auteur et parasitent l’équivalence supposée entre corps, objet d’art et identité du créateur.

Emilio Lopez-Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Balzac
Suite de 40 photographies N.B, 15 x 23 cm marouflées sur aluminium, 2002-2009. Edition 3/3

Emilio Lopez-Menchero

Depuis le début des années 2000, Emilio Lopez-Menchero a entrepris une série au processus invariant intitulée « Trying to be ». Che Guevara, Pablo Picasso, Frida Kahlo, Marc Dutroux, Raspoutine ou Carlos… autant de personnages qu’il habite et incarne d’après une photographie, en imitant en tout point le cadrage, la position, le costume et l’apparence physique de celui-ci, allant jusqu’à modifier son propre corps. Avec Trying to be Balzac, Emilio-Lopez Menchero prend pour référence une quarantaine de dessins préparatoires d’Auguste Rodin pour réaliser le Monument à Balzac (1898). Emilio Lopez Menchero décuple ainsi l’incarnation, en habitant à la fois la figure corpulente et symbolique de cet écrivain et le processus même de la création de cette sculpture de Rodin.

Jacques Lizène, Jacques Charlier, le Rire, les Incohérents

Lu dans Daniel Grojnowski | Denys Riout, Les Arts incohérents et le rire dans les arts plastiques, éditions Corti, 2015
A propos de Broodthaers, Lennep, Lizène, Charlier :

Les Incohérents

les incohérents

Daniel Grojnowski | Denys Riout
Les Arts incohérents et le rire dans les arts plastiques
éditions Corti, Édition José Corti.
Dans les années 1880, les expositions impressionnistes mettent à mal le système académique, toujours dominant. Alors que Paris tente d’oublier les plaies de la guerre et de la Commune, un groupe de jeunes gens organise une exposition d’amusements en tous genres réalisés par « des personnes qui ne savent pas dessiner ».

Sous le titre d’« Arts incohérents », une série de manifestations égaient la capitale durant une dizaine d’années. Elles seront par la suite oubliées et la plupart des réalisations ont disparu. Par exception, sont demeurées les œuvres « monochroïdales » imaginées par A. Allais qui expose en 1883 une Première communion de jeunes filles par un temps de neige : un simple bristol blanc.

De la moquerie à l’instauration d’une conception nouvelle de l’œuvre plastique, des Incohérents à Yves Klein en passant par Picasso, Marcel Duchamp, Francis Picabia et tant d’autres (groupes et individus), l’ouvrage rend compte d’une révolution silencieuse : une transformation radicale de la production artistique dont nous sommes aujourd’hui les héritiers.

Audrey Frugier, « Noir Chantilly, Féminisme(s) », La Chataigneraie, Flémalle

Audrey Frugier

Audrey Frugier, Desesperate Housewives, balai, pampilles en verre 2014

Audrey Frugier manipule avec ironie les codes de la consommation en détournant des objets ordinaires de notre quotidien et en reprenant les codes de l’ornement du luxe. Elle opère un renversement de sens et d’esthétique, en parodiant des objets souvent à valeur d’usage. Le travail d’Audrey Frugier offre ainsi une large palette d’objets, de couleurs et de matières qui joue avec l’appréciation des goûts décoratifs et esthétiques et le jugement de goût qui lui est associé.
Cette œuvre cible avec précision le hiatus entre réalité austère et vie fantasmée, où l’imaginaire s’affole dans l’outrance ornementale et la mise en scène. Elle est l’illusion d’une représentation fausse et mensongère de la réalité et de la capacité de l’Homme à vivre une vie rêvée, riche d’utopie.

Audrey Frugier

Audrey Frugier

Audrey Frugier, Unicorn, technique mixte, 2013

Sophie Langohr, Drapery, galerie Saint-Luc, les images (3)

Sophie Langohr

Sophie Langohr

Image Maison Martin Margiela
de la série Drapery
photographie couleur sur aluminium 86 x 60 cm, 2014

Sophie Langohr

Image Valentin Yudashkin
de la série Drapery
photographie couleur sur aluminium 44 x 65 cm, 2014

Sophie Langohr

de gauche à droite :

Image Gianmaria Buccellatti
de la série Drapery
photographie couleur sur aluminium 62 x 50 cm, 2014

Image Chanel
de la série Drapery
photographie couleur sur aluminium 50 x 34 cm, 2013

Image Nina Ricci
de la série Drapery
photographie couleur sur aluminium 51 x 79 cm, 2014

Jacques Lizène, revue de presse, Le Monde diplomatique

Jacques Lizène illustre deux pages du Monde Diplomatique de ce mois de mars !

le monde diplomatique

le monde diplomatique

Jacques Lizène. Découper des meubles, 1964, naufrage de regard, toile morcelée, 1971, cadre penché, bord de cadre, en remake 2011.
Jacques Lizène, Art Syncrétique 1964, chaises découpées et croisées, en remakes, 2008-2011.

Emilio Lopez Menchero, Cherchez le garçon, Mac Val, Vitry sur Seine

Emilio Lopez Mechero

Emilio López-Menchero
Trying to be Balzac, 2002-2009
D’après Balzac, étude de nu au gros ventre, le bras droit tendu, le bras gauche plié derrière le dos, dite étude de nu A, d’Auguste Rodin.
extrait d’une suite de 40 photographies N.B, 15 x 23 cm marouflées sur aluminium. Edition 3/3

Emilio Lopez Menchero

Emilio López-Menchero
Trying to be Cindy, 2009
Photographie couleurs marouflée sur aluminium, 122 x 60 cm. Édition 5/5

Pour le premier grand rendez-vous de la programmation de l’année de ses 10 ans, le MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne présente une exposition thématique pluridisciplinaire. Qu’est ce qui définit la masculinité aujourd’hui ? Et comment proposer des alternatives à la figure du mâle dominant dans la société patriarcale ?
Pour répondre à ces questions, le commissaire Frank Lamy invite plus de cent artistes hommes, autant de pistes de réflexion autour des modèles culturels de la représentation masculine… de quoi faire tomber certaines idées reçues, aussi tenaces que fragiles. De l’acception de soi et des autres.

L’exposition « Chercher le garçon » réunit une centaine d’artistes mâles qui, d’une manière ou d’une autre, interrogent et déstabilisent les modèles établis. Rejetant tout autoritarisme, questionnant les valeurs traditionnellement associées à la masculinité (efficacité, autorité, héroïsme, conquête, force, etc.), les œuvres rassemblées proposent toutes des stratégies de résistance et de redéfinition du paradigme masculin. Le masculin y est mis en questions dans toute sa plasticité. L’anthropologie nous a appris que la différence minimale et irréductible entre le mâle et la femelle tient dans les différentes places occupées dans la chaîne de procréation. Le reste est construction sociale, ancré et dépendant des lieux, des époques, des cultures.

Privilégiant la lenteur, la chute, l’échec, l’invisible, jouant des codes de représentation de l’idéal masculin qui selon George L. Mosse « imprègne toute la culture occidentale», mettant en crise toute une histoire utopique et moderniste de l’art, questionnant ainsi les place et fonction de l’artiste, ces œuvres font bégayer l’histoire de l’art, et se situent plutôt du côté du mineur (Gilles Deleuze) et des révolutions moléculaires chères à Félix Guattari. L’exposition développe une approche tournée vers des artistes et des œuvres que l’on peut appréhender à partir des théories et postures féministes depuis les années 1960. Ou comment le féminisme, envisagé comme une entreprise de déconstruction des systèmes de domination de tous ordres, irrigue la création contemporaine dans une perspective nécessaire d’ancrage de l’art dans un espace de réflexion et d’analyse du réel contemporain.

Dans son introduction à l’ouvrage de Carla Lonzi, Autoportrait (1969, JRP/Ringier 2013), Giovanna Zapperi formule l’apport des études féministes à l’histoire de l’art comme le passage de « l’énoncé d’un moi autoritaire à l’expression d’un sujet multiple et fragmenté » (p. 18). Elle poursuit : « Produire de la connaissance à partir de l’expérience subjective est un des traits distinctifs des pratiques féministes. » (p. 30) qui s’ancre dans « le récit de soi, la primauté de la subjectivité et le plaisir de la conversation » (p. 12). Les œuvres ici rassemblées ressortent de cette dynamique : les artistes s’y expriment à la première personne du singulier, prenant en charge la narration de leurs propres subjectivités.

Car, comme l’écrit Virginie Despentes : « Le féminisme est une révolution, pas un réaménagement des consignes marketing […]. Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes, et pour les autres. Une révolution, bien en marche. Une vision du monde, un choix. Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l’air. » (Op. cit., p. 156).

Si l’on considère le féminisme comme entreprise théorique et pratique de résistance à TOUTE forme de domination, si l’on considère que le patriarcat et la masculinité hégémonique sont des formes idéologiques à combattre, alors, il semble important et urgent de se questionner sur le masculin. De le déconstruire. Et d’ouvrir un espace où les hommes parleraient d’eux- mêmes et de leur condition, en toute conscience. Il ne s’agit pas, bien évidemment, de régler la question – l’exposition est partielle, partiale et subjective, mais, bien au contraire, d’amorcer une réflexion que l’on espère fertile. L’exposition se veut plurivoque, voire même contradictoire. Les œuvres y sont critiques, distanciées, analytiques. Il y est question d’images, de représentations, de déconstructions, de plasticités, de corps. Constatant une similarité entre la figure de l’artiste moderne (génial, utopique, conquérant, novateur…) et celle du mâle dominant, il s’agit de les interroger dans un même mouvement. On y trouve des attaques en règle contre les figures et formes d’autorité, explorant la plasticité des corps, théâtres des forces idéologiques en présence.

du 7 mars au 30 août 2015
Vernissage le vendredi 6 mars à 18h30
Commissariat : Frank Lamy
MAC VAL
Musée d’art contemporain du Val-de-Marne
Place de la Libération 94400 Vitry-sur-Seine

Arco Madrid 2015, les images (3)

 

Arco 2015

Arco 2015

Arco

Emilio López-Menchero
Autoportrait adolescent de mon éblouissement jaloux et de mon ébahissement illimité face à l’Histoire de la Peinture ! ( Teenage self-portrait of my jealous bedazzlement and my limitless amazement at the History of Painting ! ), 2011. Vidéo HD, 16:9, son, couleurs 00:09:47, Edition 5/5

Walter Swennen
Le Fanion Rouge, 2003
Oil on canvas, 120 x 100 cm

Sophie Langohr, « Noir chantilly, Féminisme(s) », La Chataigneraie, Flémalle

Sophie Langohr

Sophie Langohr
sans titre, photographie couleur, 150 x 100 cm, 2015.

Sophie Langohr

Sophie Langohr
sans titre, photographie couleur, 150 x 100 cm, 2015.

Sophie Langohr