Archives de catégorie : Olivier Foulon

Olivier Foulon, Walter Swennen, Le Souffleur, Schürmann meets Ludwig, Ludwigforum, Aachen

Walter Swennen

Walter Swennen, Those who are from here are from here, 2013

Walter Swennen

Walter Swennen, Stoled from a zoo, 2013

Walter Swennen et Olivier Foulon participent à l’exposition :

Le Souffleur
Schürmann meets Ludwig

22.03.15–31.01.16
Ludwigforum, Aachen

Where Peter and Irene Ludwig say “Jeff Koons”, Gaby and Wilhelm Schürmann answer “Mike Kelley” or “Christopher Williams”. The major currents in art followed by the Ludwigs were counteracted by the Schürmanns who were drawn to context oriented positions informed by Institutional Critique and political art. In “Le Souffleur” these two different attitudes walk a path together: Wilhelm Schürmann was invited to curate an exhibition with the Ludwig collection in mind. The result is an open and agile conception of art spaces in which works from both collections meet on level footing, an arrangement full of subtleties and interactive comments. Together both collections provide an unusually precise and comprehensive view of contemporary art since 1960. Into the early 1990s Peter and Irene Ludwig continually expanded their collection, guided by an inquiring spirit that seems absolutely unique today. In particular the upheavals impacting on global society in the late 1980s and early 1990s resonated in their collection. And it is precisely here that the collection of Gaby and Wilhelm Schürmann sets a “turning point”, considering the history of art from the perspective of the collector.

The collection Gaby and Wilhelm Schürmann have assembled since the mid-1980s, is today one of the finest of contemporary art worldwide. Their focus is completely different, reflecting that they belong to a younger generation; along with the enormous political and social developments, their interest is how the art of their own and a younger generation have responded to such changes. The notion of world art needs to be explained in their view, and it is in any case very much shaped by its political implications.

Artists featured in the exhibition (selection): Monika Baer, Fiona Banner, Alice Creischer, Lygia Clark, Guerilla Girls, Richard Hamilton, On Kawara, Lee Lozano, Jewyo Rijh, Joelle Tuerlinckx, Walter Swennen, Franz West, Heimo Zobernig, Heinrich Dunst, Anna Oppermann, Chuck Close, Valie Export, and many more.

Olivier Foulon

Olivier Foulon, sans titre (le souffleur 1 & 2), 2012

Walter Swennen

Walter Swennen, sans titre (les danseurs), 1987

Walter Swennen

Walter Swennen, Tweed, 2004

OFF(ICIELLE) FIAC 2014, les images (1)

Off(icielle) Fiac

Off(icielle) Fiac

Walter Swennen
Le fanion rouge, 2003
Huile sur toile, 100 x 120 cm

Off(icielle) Fiac

Jacqueline Mesmaeker
L’Androgyne, 1986
2. Avion en phase d’approche
Technique mixte, 161 x 35 cm et 210 x 50 cm

Off(icielle) Fiac

Off(icielle) Fiac

Off(icielle) Fiac

Jacques Lizène
AGCT (1971), sculpture génétique en chromosome X, mettre n’importe quoi sur la tête, en totem, remake 1997. Collages de copies laser, 140 x 58 cm

Off(icielle) Fiac

Olivier Foulon, 2014
Ad Reinhardt in Paris 1953 (2X), 2007 ou 2008 (?)
Diapositives, film plastique, pince

fiac08

Off(icielle) Fiac

Suchan Kinoshita
Variation sur Tokonoma (musée)
Technique mixte, 2014

Off(icielle) Fiac

Suchan Kinoshita
Archive diagonale, 2014
Technique mixte

Olivier Foulon, Suchan Kinoshita, Walter Swennen, OFF(icielle) – FIAC, preview

Olivier, Foulon, petits et grands formats

Olivier Foulon

Olivier Foulon

Olivier Foulon

Olivier Foulon, 2014
Ad Reinhardt in Paris 1953 (2X), 2007 ou 2008 (?)
Diapositives, film plastique, pince

Olivier Foulon

Olivier Foulon, 2013
Les Trois Baigneuses » (Courbet), 2008
Diapositives, pince.

Olivier Foulon

Olivier foulon

Olivier Foulon, 2013
MUSEE/Château de Sourches, 1944 + grotte de Lascaux + carton « redites et ratures » (2 x) + sous verre Frankenheim Alt (3 x) + capsule de bouteille de bière, 2006/2007
diapositives, pince

Olivier Foulon

Suchan Kinoshita, variations sur Tokonoma

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita
Variation sur Tokonoma (musée)
Technique mixte, 2014

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita
Archive diagonale, 2014
Technique mixte

Walter Swennen

Walter Swennen
Barque funèbre, 2014
Huile sur toile, 60 x 80 cm

OFF(icielle) – FIAC, les Docks Paris, booth A37

offlogo

La galerie a le plaisir de vous annoncer qu’elle participe au nouveau satellite de la FIAC : OFF(icielle) du 22 au 26 octobre, Les Docks, Cité de la Mode et du Design.

OLIVIER FOULON, SUCHAN KINOSHITA, JACQUES LIZÈNE, JACQUELINE MESMAEKER, JOHN MURPHY, VALERIE SONNIER, WALTER SWENNEN
stand / booth A37

Avant-première le mardi 21 octobre de 15 h à 21 h, uniquement sur invitation. Ouverture public du mercredi 22 au dimanche 26 octobre 2014 de 13 h à 20 h. Nocturne le vendredi 24 octobre jusqu’à 21 h.

utamaro

John Murphy
.. reflecting skin … or painted image 2006
C-print, 150 x 198 cm

Le communiqué de presse

Dessiné par l’architecte Georges Morin-Goustiaux, les Docks – alors appelés les Magasins Généraux – ont été mis en œuvre en 1907 pour participer au développement commercial de Paris. Ce sont les premiers docks parisiens modernes. Leur construction en béton armé témoigne d’une composition radicalement novatrice pour l’époque.
En 2005, les architectes Jakob et MacFarlane ont été sélectionnés pour la réhabilitation du site. Inspiré par le flux de la Seine, le projet interpelle directement les principes fondateurs de ce prototype de l’architecture rationaliste, révélant et magnifiant la structure existante, celle d’un monument historique aux sources de l’architecture moderne.
Les Docks – Cité de la Mode et du Design prolongent les promenades publiques de la Seine et prennent place dans le contexte urbain en tant qu’espace ouvert, espace de vie, véritable concentré de la création à Paris. Les Docks accueillent l’IFM (Institut Français de la Mode), le Nüba, le M.O.B., et le Wanderlust – parmi d’autres résidents – qui sont étroitement associés à (OFF)ICIELLE.
Dans un contexte résolument international regroupant 13 nationalités, une soixantaine de galeries ont été sélectionnées pour participer à (OFF)ICIELLE. Parmi elles, Samy Abraham (Paris), Rod Barton (Londres), Nicelle Beauchene (New York), Brand New Gallery (Milan), The Breeder (Athènes), Lisa Cooley (New York), Eleven Rivington (New York), Green Art Gallery (Dubai), Frutta (Rome), Kavi Gupta (Chicago), Josh Lilley (London), Limoncello (London), Taro Nasu (Tokyo), M+B (Los Angeles), Messen De Clercq (Bruxelles), Sabot (Cluj), Joseph Tang (Paris), Tianrenheyi Art Center (Hangzhou), Schwarz Contemporary (Berlin), Tanya Wagner (Berlin) pour ne citer qu’eux.
Dans un esprit d’ouverture, (OFF)ICIELLE revendique un regard à 360° à l’opposé de la standardisation. Ainsi la sélection d’(OFF)ICIELLE comprend deux galeries spécialisées en art brut : Ritsch-Fisch (Strasbourg) et Christian Berst (Paris, New York), une partie de la création contemporaine trop rarement exposée mais également mise à l’honneur pendant la semaine de la FIAC dans l’exposition de la collection Bruno Decharme à La maison rouge – Fondation Antoine de Galbert, lui-même passionné d’art brut. De la même manière (OFF)ICIELLE présente des galeries tels que Nadja Vilenne (Liège) dont la programmation traduit une vision singulière de l’art contemporain ou encore André Magnin (Paris), spécialiste de l’art contemporain africain.
Axée sur le principe de la découverte, (OFF)ICIELLE participe à la nouvelle maturité de la FIAC.

Suchan Kinoshita (et alii), Tokonoma, Ludlow 38, Goethe Institut New-York

Tokonoma

Tokonoma I, 2012, détail

MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38 is pleased to present the exhibition Tokonoma with Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Suchan Kinoshita, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen.

A tokonoma is a built-in recessed space in a traditional Japanese room in which items are displayed for artistic appreciation. Derived from the concept of the personal Buddhist altar, it has become a standard domestic feature with a decorative purpose. One only enters this space in order to change the display following a strict etiquette. Toko literally means « raised floor » or « bed », while ma describes the gap, space, or pause between two structural parts. A tokonoma is not created by compositional elements, but rather refers to one’s consciousness of place and awareness of form and non-form. It creates an experiential space emphasizing the interval, the in-between.

Suchan Kinoshita has been using her ongoing, continuously changing series Tokonoma to open similar in-between spaces of thought between the practices of different collaborators since 2012. Tokonoma functions as an open score to be performed by and negotiated with invited interpreters. The only preconditions of the Tokonoma are a set of fragile architectural elements, composed of a diagonal line that is supported by vertical planes. Together, these form an open structure of intervals to be punctuated by works chosen by the respective contributors. This installational setting facilitates a negotiation of the given conditions and positions, while challenging the status and manifestations of artistic media via various transitions: from sculpture to installation, to gesture, to presence and participation. Tokonoma thus opens a microcosm of inquiry into who, where, how, and what is being negotiated while on view—a microcosm for the investigation of how to confront the various realities and materialities of artwork, how to compose its different aspects, and finally of how to present individual works without granting one more importance than the other.

Tokonoma operates as an archive as well as an exhibition, bringing together varying working methods, processes, and works. Beside the notion of collaboration, it allows an approach towards performativity and the timeline of a show beyond singular events. Influenced by her study of musical composition, Suchan Kinoshita has been concerned with the possibilities of integrating time as a structural part of a total entity throughout her career. In relation to other artistic strategies and interpreters, she uses Tokonoma to destabilize claims for completeness via a structural embrace of transformation and change within the course of the presentation.

For Tokonoma at Ludlow 38 in New York, Suchan Kinoshita, Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen—all of whom have collaborated in different constellations in recent years—come together during the month of May to enter a visual and spatial dialogue within a new interpretation of Tokonoma for a second time.

Tokonoma with Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Suchan Kinoshita, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen

Opening: Sunday, May 11, 6:00pm
Exhibition
05/12/14 – 06/14/14
MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38
38 Ludlow Street
New York, NY 10002

MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38 is the Goethe-Institut New York’s contemporary art space, made possible with the generous support of MINI. Located on Manhattan’s Lower East Side, it has provided for curatorial experimentation in the tradition of the German Kunstverein since 2008. Its mission is to introduce new international perspectives to the downtown art community and to foster dialogue within the greater aesthetic and political context of New York and the United States. In the last three years, the trajectory of exhibitions has been determined by annually rotating curatorial residents from Germany, who bring their own unique perspectives to the art space. Ludlow 38 was initially programmed by a different German Kunstverein each year: Kunstverein München in 2008, followed by the European Kunsthalle Cologne and Künstlerhaus Stuttgart. In 2011, a residency program for young curators from Germany was launched in partnership with MINI. Since then, exhibitions and events have been organized by curatorial residents Tobi Maier (2011), Clara Meister (2012), Jakob Schillinger (2013), and Eva Birkenstock (2014) respectively.

Eva Birkenstock is the 2014 MINI/Goethe-Institut Curatorial Resident at Ludlow 38. Since 2010, she has been Curator of the KUB Arena at Kunsthaus Bregenz, Austria. Previously, she was the Artistic Co-Director of the Halle für Kunst, Lüneburg, Germany. Together with Galit Eilat and Eyal Danon she initiated the Mobile Archive, a growing video archive that has been touring the world since 2007. She has curated and co-curated exhibitions with artists including Yona Friedman, Dani Gal, Dora Garcia, Nick Mauss, Katrin Mayer, Ulrike Müller, Emma Hedditch, Falke Pisano, Tris Vonna-Michell and Ian White. Notable group projects include On Performance, 2010 (curated with Joerg Franzbecker); Nairobi – A State of Mind, 2012; and Beginning Good. All Good. – Actualizations of the Futurist Opera ‘Victory Over the Sun’, 2011 (with Kerstin Stakemeier & Nina Koeller). She most recently co-edited Art and the Critique of Ideology After 1989 and On Performance (2012), both for Kunsthaus Bregenz, as well as the artist books Tris Vonna-Michell (JRP|Ringier, 2011) and Dani Gal – Chanting Down Babylon (Argo, 2009). Birkenstock holds an MA in Art History and Cultural Anthropology from the Freie Universität Berlin

 

Art Brussels 2014, les images (2)

Art Brussels

Olivier Foulon

Olivier FOULON & Ella KLASCHKA
Stoffbild (Lancetti), 2009,
Polyester, dimension variable

Olivier Foulon

Olivier FOULON
Les trois baigneuses (Courbet), 2008
technique mixte, diapositive, pince

Olivier FOULON
Par delà le M et le B aussi (le dimanche), 2013
technique mixte, diapositives, pince

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline MESMAEKER
Versailles n°4, première version en double élément (1980-2014)
Photographie NB, cartel, encadrement, 69 x 84 cm et photographie C, tape, 20 x 29 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline MESMAEKER
Holy River, d’après les Bords de la Seine – Georges Seurat, 2014
Impression photo et texte imprimé, 42 x 30 cm

Olivier Foulon, Eleni Kamma, Aglaia Konrad, Villa Romana, Das Künstlerhaus in Florenz, à Bonn

Olivier Foulon, Eleni Kamma et Aglaia Konrad, tous trois anciens résidents de la Villa Romana à Florence participent à :

Villa Romana 1905–2013. Das Künstlerhaus in Florenz
22.11.2013 – 9.3.2014
Art and Exhibition Hall of the Federal Republic of Germany, Friedrich-Ebert-Allee 4, 53113 Bonn

Villa Romana

Founded by the German painter Max Klinger in 1905, the Villa Romana awards Fellowships, which include a stipend and a residency in Florence, to four outstanding German-based artists every year. The exhibition reflects the history of this site of artistic production and international exchange with reference to Villa Romana Fellows from the early years of the institution to today, and with works that specifically engage with the city of Florence.

Participating artists: Shannon Bool, Mariechen Danz, Heide Hinrichs, Daniel Maier-Reimer, Nine Budde, Sophie Reinhold, Yorgos Sapountzis, Eleni Kamma, Aglaia Konrad, Henrik Olesen, Thomas Kilpper, Rebecca Ann Tess, Martin Pfeifle, Anna Heidenhain, Anna Moeller, Eske Schlüters, Olivier Foulon, Kalin Lindena, Benjmain Yavuzsoy, Clemens von Wedemeyer, Asli Sungu, Dani Gal, Michail Pirgelis, Silke Markefka, Ines Schaber / Stefan Pente, Maya Schweitzer, Mario Rizzi, Edi Hila, Amelie von Wulffen, Max Neumann, Inge Höher, Superstudio, Ketty La Rocca, Georg Baselitz, Horst Antes, Karl Georg Pfahler, Anna Oppermann, André Thomkins, Artur Stoll, Norbert Tadeusz, Gotthard Graubner, Hans Purrmann, Rudolf Riester, Richard Pietzsch, Kurt Tuch, Max Klinger, Arnold Boecklin, Karl Stauffer-Bern
An exhibition of the Art and Exhibition Hall of the Federal Republic of Germany in cooperation with the Villa Romana e.V.

Olivier Foulon, curated by_vienna, Krinzinger Projekte, curated by Antony Hudek, Wien

As part of this year’s curated by_vienna, Krinzinger Projekte would like to announce the opening of “Cover-Up“ on October 10th 2013, curated by Liverpool-based art historian Antony Hudek. For the 2013 edition of curated by_, selected Viennese galleries host exhibitions under the title « Why Painting Now?” conceived by international curators. In addition to the question “Why Painting Now?”, “Cover-Up” addresses the long-term program initiated by Galerie Krinzinger: Curators
Collectors Collaborations. Through CCC, Galerie Krinzinger brings together curators and collectors in dialogue, allowing the former to work with objects usually kept behind closed doors and the latter to submit these objects to wider scrutiny. As the first exhibition in CCC, “Cover-Up“ features loans from seven private collections in and around Vienna. These privately-owned pieces are shown besides work by other international artists.

“Cover-Up“ focuses on painting’s relationships with value, subjectivity and abstraction. The more a painting (small “p”) questions its relation to the three concepts, the less likely it is to buttress Painting’s (capital “P”) presumed autonomy, status as privileged outlet for creativity, and transcendence. The numerous works in this exhibition—mostly paintings, but not all—collectively ask “Why Painting Now?” when the medium lends itself to such sophisticated games of covering up its ties to contemporary social and political concerns.

For Painting to appear as a timeless and disinterested product of the imagination, it must strive toward an impossible balance between the concealment of its inherent connections to market value and the acknowledgment of its indebtedness to it—Clement Greenberg’s famous “umbilical cord of gold”. As with value, Painting needs to manage its mythical relationship to subjectivity: in order to enshrine the primacy and immediacy of the subject, it must aim to suppress any prosthesis—paintbrush, title, frame, or gallery. Beyond value and subjectivity, however, abstraction remains painting’s ultimate cover-up, for no matter how “non-representational”, a painting’s abstraction inevitably gives way to the materiality of its object condition (be it of an idea).

Antony Hudek is research curator at Tate Liverpool and senior lecturer at Liverpool John Moores University. He also co-directs the independent non-profit press Occasional Papers (www.occasionalpapers.org).

curated by_vienna 2013: „WHY PAINTING NOW?“
COVER UP_CURATED BY ANTONY HUDEK
Part of CCC – Curators Collectors Collaborations
Duration: October 11th – December 21st 2013
Artists: Marc Adrian, Irene Andessner, Eleonor Antin, Siegfried Anzinger, Hans Bischoffshausen, Erwin Bohatsch, Peggy Buth, Merlin Carpenter, Plamen Dejanoff, Heinrich Dunst, Thomas Feuerstein, Olivier Foulon, Inci Furni, Gilbert & George, Joachim Grommek, Georg Herold, Franz Hubmann, Martha Jungwirth, Tillman Kaiser, Brigitte Kowanz, Angelika Krinzinger, Elke Krystufek, John Latham,Thomas Locher, William Mackrell, Jonathan Meese, John Murphy, Albert Oehlen, Bernard Pifaretti, Rudolf Polanszky, Arnulf Rainer, Franz Ringel, Marianne Sayn-Wittgenstein, Erik Schmidt, Allison Schulnik, Lucie Stahl, Elaine Sturtevant, Wolfgang Walkensteiner, Franz West.

krinzinger projekt

Au fond de la pièce, à gauche :
Olivier Foulon, Catalogue / Katalog. Tourne disque et 45 tours édité par Olivier Foulon. Redite de « L’interview avec un chat ». L’enregistrement est réalisé le 12 mars 2006 dans les studios de KS Musik à Bottrop, à l’occasion de l’exposition d’Olivier Foulon, « redites et ratures », Künstlerstipendium Just, à Düsseldorf. Sur la pochette : Leonard Bramer, Les Curieux, Museum Kunst Palast, Samlung der Kunstakademie, Düsseldorf. Sur la face B de la pochette du 45 tours édité pour l’occasion, on découvre une photo du 12 Burgplatz.

Olivier Foulon

A propos de l’interview avec un chat, ce texte récemment publié dans DITS : (extraits)

Donner sa langue au chat, tout l’art de la conversation

Barry Barker, qui a bien connu Marcel Broodthaers au début des années 70 et qui a collaboré à divers projet de l’artiste, le rappelle dans un texte récent1 : avec un rare sens de l’écoute, Marcel Broodthaers excellait dans l’art de la conversation. Il ne s’enquérait pas seulement de votre santé, se souvient Barry Barker, mais se lançait régulièrement dans de vrais débats d’idées, vous questionnant, demandant votre opinion, y répliquant de telle sorte que la conversation prenne, dans bien des cas, le tour d’une création en soi.
Cet art de la conversation, Marcel Broodthaers l’entretient même avec son chat. Rappelons les faits : ils se déroulent à Düsseldorf en 1970, au 12 Burgplatz, siège du Musée d’Art Moderne, Département des Aigles. Broodthaers converse avec un chat domestique et enregistre l’interview2. Il interroge le félin :
– Est-ce un bon tableau celui-là ? Correspond-il à ce que vous attendez de cette transformation toute récente qui va du Conceptual Art à cette nouvelle réaction d’une certaine figuration, pourrait on dire ? Après un temps d’hésitation, le chat répond :
– Miaou.
– Vous croyez ? insiste M.B.
Le chat se fait dès lors plus disert, affirmatif et concerné par le sujet. Nouvel académisme, audace contestable de l’art, marché, évolution d’une collection, utilité des musées : en deux minutes précisément, Broodthaers et le chat abordent une série de questions épineuses qui, précise Broodthaers, « préoccupent beaucoup d’artistes ». Le chat a réponse à tout ; à tout le moins semble-t-il avoir un avis autorisé sur ces questions.

Je repense, bien sûr, à cette performance de Joseph Beuys qui eut également lieu à Düsseldorf, cinq ans auparavant, en la galerie Schmela : « Wie man dem toten Hasen die bilder erklärt » (1965), « comment expliquer les tableaux à un lièvre mort ». Durant les trois heures que durent cette performance, Joseph Beuys est seul à l’intérieur de la galerie en compagnie d’un lièvre mort tandis que le public observe la scène, depuis l’extérieur, par les fenêtres. Beuys a la tête couverte de miel et de feuilles d’or. A son pied droit est attachée une longue semelle d’acier contre laquelle est déposée une semelle de feutre de même dimension. Au lièvre mort, il murmure des choses inaudibles pour l’auditoire, lui montrant les tableaux accrochés aux murs de la galerie. La performance est célèbre, elle sera réinterprétée, entre autre, par Marina Abramovic (2006).

A Düsseldorf toujours, mais beaucoup plus tard, Olivier Foulon réinterprètera l’ « Interview avec un chat », cette fois en allemand, avec la complicité de la curatrice Suzanne Tits dans le rôle de Marcel Broodthaers, Olivier Foulon s’attribuant le rôle du félidé (2005). Sur la face B de la pochette du 45 tours édité pour l’occasion, on découvre une photo du 12 Burgplatz ; sur la face A, un singulier dessin de Léonaert Bramer, actif à Delft durant la première moitié du 17e siècle. Il représente une façade de maison et sa porte en bois, percée en son centre d’un trou circulaire aussi singulier qu’inattendu, non pas un vrai judas percé dans la porte, mais un trou tout rond, irréel, bordé d’un motif décoratif. De part et d’autre de cet orifice, des curieux se pressent. Que regardent-ils ? Le vinyle sous la pochette ? Nul ne sait. Il n’est pas impossible que ce dessin de Bramer soit la maquette d’une façade d’une boîte optique comme le suggère ce curieux œilleton pour curieux, presque duchampien, si l’on fait référence à « Etant donné. 1. La chute d’eau. 2. Le gaz d’éclairage ». Peu de temps avant le moment où il réinterprète l’interview avec un chat, Olivier Foulon retrace un dessin trouvé dans une revue satirique du 19e siècle, représentant un visiteur du Salon parisien faisant le poirier devant les œuvres exposées. Le dessin est légendé : « Le plus difficile n’est pas de faire le tableau mais de savoir le regarder ».

L’humour et l’ellipse brotharciens, le rituel beuyssien, la question de la traduction et de l’interprétation –y compris celles des images – chez Foulon : on l’aura compris, tout tourne autour de l’art de la conversation, de la conversation sur l’art et, surtout, de sa compréhension. « Sans le caractère ostentatoire de la performance beuyssienne, constate Barry Barker, Broodthaers fait avec finesse et humour référence à toute la complexité de l’entendement de l’art, de sa valeur d’échange contemporaine ». Donner sa langue au chat, gardien de tous les secrets, suppose que l’on renonce au jeu de la devinette. La parole du chat serait donc de valeur considérable, et il pourrait s’agir en « donnant sa langue au chat », de lui prêter la parole pour qu’il nous donne réponse aux devinettes posées. Lui prêter la parole, oui, mais n’oublions pas que seul le Chat Botté de Charles Perrault parle le langage des humains, du moins sur le 45 tours de mon enfance, où je l’entend encore répondre au marquis de Carrabas.

Ne nous restera-t-il dès lors que le langage des signes ? Je repense à cette autre œuvre finement féline de Marcel Broodthaers : « La souris écrit Rat (à compte d’auteur) » (1974), les doigts d’une main projetant l’ombre chinoise d’un chat noir sur la feuille blanche. D’Esope à Jean de la Fontaine, rat et souris, ces deux rongeurs, sont souvent confondus et partagent bien souvent un même aspect culturel. Dans un texte capital qu’il rédige en 1975, « Etre bien pensant ou ne pas être. Etre aveugle »3, Marcel Broodthaers écrit : « Actuellement ‘Tel quel’ et les recherches linguistiques intempestives se confondent dans une même glose que ses auteurs voudraient critiques. Art et littérature… des faces de la lune, laquelle est cachée ? Que de nuages et d’images éphémères… Je n’ai rien, rien découvert, pas même l’Amérique. Je fais le choix de considérer l’art comme un travail inutile, apolitique et un peu moral ». « L’art, déclare-t-il encore, accompagne les péripéties de notre histoire comme un jeu d’ombres artistiques. A lire tout ce qui s’écrit de byzantin sur le sujet, on pense au sexe des anges, à Rabelais et aux débats de la Sorbonne ». Et faisant référence à l’ « Alphabet » qu’il montre dans l’exposition « Le privilège de l’art » (1975), Marcel Broodthaers conclut : « Mon alphabet et peint. Tout cela est obscur, les lecteurs sont invités à entrer dans cette nuit pour y lire une théorie ou éprouver des sentiments fraternels, ceux-là unissent les hommes et particulièrement les aveugles ».

On ne peut ici que faire référence à « Pense-Bête » (1964), œuvre ô combien fondatrice, cette assomption ouvertement ironique et cynique d’un but commercial revendiqué, ces quarante quatre recueils de poèmes identiques, à moitié emballés, coulés dans le plâtre, flanqués d’une sorte de queue, queue de rat, queue de chat ; elle aussi est de plâtre, ponctuée, d’une part, d’une nacrée sphère en plastique et, de l’autre, d’un œuf. Pense-Bête, le terme est mnémonique. Il fait également référence à ces fables et contes où les animaux protagonistes reflètent le monde des humains. Dans les fables de La Fontaine, pas moins de douze d’entre elles mettent des rats en scène, cinq des souris, dont « la querelle des chiens et des chats, et celle des chats et des souris ». Rebondissons : L’installation « Le Corbeau et le renard » (1967–1972) de Marcel Broodthaers est articulée autour de la projection d’un film sur un écran recouvert de lettres imprimées. Ces lettres correspondent à une section d’un poème que Broodthaers a écrit en relation à la fable de La Fontaine. Pour l’artiste, ce film constitue un « prolongement du langage » : « Mon film est un rébus qu’il faut avoir le désir de déchiffrer », nous dit-il. L’œuvre a été conçue comme « une tentative de nier, autant que possible, le sens des mots comme celui des images »5. On retrouvera ce rapport complexe entre image et texte est également au centre de la double projection « ABC – ABC Images » (1974), composée de diapositives présentant différentes combinaisons entre des lettres et des images extraites d’un alphabet d’écolier.

La seconde partie de l’entretien entre Broodthaers et le chat prend des allures plus singulières encore. Broodthaers répète en français et en anglais, sur des tons les plus divers : « Ceci est une pipe. Ceci n’est pas une pipe ». Le chat miaule à chacune de ces affirmations, donnant à l’échange un ton plus polémique. Barry Backer le souligne dans le texte précité : si Marcel Broothaers respectait particulièrement l’avis de ses amis et de son auditoire, singulièrement en ce qui concerne toute contribution à ses créations, il voulait aussi, inévitablement, avoir le dernier mot. Aigle, pipe, urinoir, le chat l’a-t-il compris ? Ceci est une œuvre d’art. Ceci n’est pas une œuvre d’art. A Düsseldorf toujours, en 1972, chaque objet rassemblé dans l’exposition, « L’Aigle, de l’Oligocène à nos jours », est accompagné d’un cartel en trois langues : « Ceci n’est pas une œuvre d’art ». Marcel Broodthaers confronte, ici, l’urinoir duchampien et la Trahison des Images de René Magritte. « Non seulement Broodthaers a compris que le geste de Duchamp a été de réduire l’œuvre d’art à la phrase qui la consacre, et que cette phrase ce n’est pas l’artiste qui a autorité de la prononcer, mais bien son présentateur institutionnel, mais il a aussi compris que le geste de Magritte avec la trahison des images était d’avoir réduit la représentation à la présentation »6. Cette interview avec le chat est un objet d’art. Cette interview avec le chat n’est pas un objet d’art. « Ceci est une interview recueillie au Département des Aigles, 12 Burgplatz, à Düsseldorf ». Ceci n’est pas une fiction, ceci est une fiction, imaginée pas le directeur bien réel d’un musée fictif, cet irréel des artistes, des poètes et des Aigles. Constatons, pour une fois, que dans l’interview avec un chat, ce n’est pas Marcel Broodthaers qui a le dernier mot. C’est le chat qui conclut l’entretien. (JMB)

1 Marcel Broodthaers, A silent conversation or a personnel point of view, dans Marcel Broodthaers, Milton Keyes Gallery, 2008
2 Marcel Broodthaers : entretien avec un chat (4’54’’) « Ceci est une pipe ». Enregistrement : 1970. Edition : Marian Goodman Gallery, NY. Copyright : The Estate of Marcel Broodthaers
3 Cité dans Marcel Broodthaers, galerie Nationale du Jeu de Paume, 1991.
5 Ibidem
6 Thierry De Duve, petite théorie du musée (après Duchamp, d’après Broodthaers), dans L’art contemporain et son exposition, L’Harmattan, 2007.

Olivier Foulon, Repaet / repeat, le dimanche

Olivier Foulon

Olivier Foulon
Par delà le B. et le M. aussi (dimanche), 2013
Film positif, pince.

Olivier Foulon, petits et grands formats, finissage ce dimanche 12 mai

Finissage de l’exposition « Petits et grands formats » d’Olivier Foulon. Dimanche 12 mai 2013. De 11 à 18h. En présence de l’artiste.