Archives par étiquette : Brecht Koelman

Circuit Court, Brecht Koelman, Loic Moons, Gaetane Verbruggen, finissage ce dimanche 12 juillet

Finissage des expositions Circuit Court consacrées à Brecht Koelman, Loic Moons et Gaetane Verbruggen ce dimanche 12 juillet de 14 à 18h 

Brecht Koelman
2020-04-4 
huile sur bois, 20 x 25cm, 
2020
Loic Moons
Sans titre, technique mixte sur toile, 2020
135 x 90 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020, 
Huile sur bois préparé, 11,7 x 15,5 x 4,7 cm

Brecht Koelman, Circuit Court, les images (4)

Brecht Koelman
2019-12-18
huile sur lin, 22 x 27 cm
,2019
Brecht Koelman – Circourt court
Brecht Koelman
2020-05-17
Huile sur lin, 30 x 24 cm
Brecht Koelman
2020-01-6
Huile sur lin, 20 x 25 cm
Brecht Koelman
2019-05-30
huile sur lin, 20 x 25cm,
2019
Brecht Koelman
2020-06-29
huile sur lin, 22x 27cm,
2019

Brecht Koelman, Circuit Court, les images (3)

Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2020-04-23
Huile sur lin, 20 x 25 cm, 2020
Brecht Koelman
2020-04-17
Huile sur lin, 30 x 24 cm, 2020
Brecht Koelman – Circuit court

Brecht Koelman, Circuit Court, les images (2)

Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2020-03-9
Huile sur lin, 27 x 22 cm, 2020
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2020-05-4
Huile sur lin, 20 x 25cm,
2020
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2020-04-4
huile sur bois, 20 x 25cm,
2020
Brecht Koelman
2020-05-13A
Huile sur panneau, 20 x 25 cm, 2020

Brecht Koelman, le souffle

(…) Brecht Koelman, on le sait, – à la manière des dates paintings d’On Kawara – se contente de titrer ses peintures par la date du jour de leur réalisation, établissant ainsi un calendrier plus atmosphèrique que saisonnier, perception immédiate d’un espace et d’un temps donné, vécue dans une environnement spécifique. Sa peinture résulte des forces qui conjuguent la couleur, le rythme des formes, l’air qui circulent entre toutes ces choses qui constituent un paysage, l’air comme un vide, l’air comme un mouvement, l’air considèré pour lui-même. Ainsi touche-t-il –et cela n’a rien de paradoxal – à une logique intemporelle, celle d’un souffle suspendu. Ce processus ne pouvait que se cristalliser en ces temps pandémiques et cette inédite expérience du confinement. Pour ce Circuit Court, l’artiste a donc voulu très logiquement organiser la monstration de ses peintures au fil des semaines confinées passées dans son jardin. L’art au temps du corona, cet axiome repris ces derniers mois par tant de média paraphrasant le célèbre roman de Gabriel García Márquez ne fait, hic et nunc, que renforcer un processus vécu. Brecht Koelman parle ainsi de ses « peintures corona », toutes élaborées dans son jardin. « Durant toute la quarantaine, le temps fut exceptionnellement agréable, ce qui m’a permis de travailler à̀ l’extérieur de façon permanente, explique-t-il. J’ai peint essentiellement au jardin car je ne pouvais pas le quitter, et ce faisant, je constatais la sécheresse grandissante de la végétation ».

Brecht Koelman est philosophe de formation. Du jardin au Jardin, il n’y a qu’un pas, le Jardin d’Epicure, cette école philosophique ouverte aux hommes et aux femmes en 306 avant notre ère où Epicure enseigne les moyens de parvenir à l’ataraxie, cette paix de l’âme, cette tranquillité résultant de la modération et de l’harmonie de l’existence, principe même du bonheur. « L’idée d’un jardin enclos est récurrente dans mon travail, explique-t-il. Je peins souvent dans mon jardin, j’ai eu l’occasion de résider dans des endroits isolés comme Isola Comacina en Italie ou Vélez Blanco en Andalousie. J’ai aimé entretenir le jardin du monastère de Westmalle et j’ai envisagé d’y entrer ». L’idée même du confinement évoque ici le jardin enclos médiéval, l’Hortus Conclusus, thème iconographique et littéraire de l’art religieux européen, principalement dans les domaines de la poésie mystique et de la représentation mariale. « Ma sœur et fiancée est un jardin enclos ; le jardin enclos est une source fermée », lit-on dans le Cantique des Cantiques. « Le cosmos se reflète dans ce jardin, poursuit Brecht Koelman, comme dans les jardins orientaux. Je sens que mon travail est la résonance des forces en interaction que je perçois dans le paysage. Et cela présente de fortes similitudes avec le concept du ch’i dans le taoïsme, important pour de nombreux peintres tels que Zhu Da (Bada Shanren). Le coup de pinceau est donc une réponse directe, une traduction de ce qui est observé, comme le peintres chinois traduit le ch’i du paysage en ch’i du dessin. Ce concept de ch’i est similaire à celui du rouach, littéralement le souffle, qui se réfère, entre autres, à l’esprit de Dieu se promenant dans le jardin d’Eden dans la fraîcheur du jour, the cool of the day » (Genèse 3: 8). Tiens, The cool of the day, n’était-ce pas le titre de la précédente exposition de Brecht Koelman à la galerie ? Un souffle, une respiration. (JMB)

Brecht Koelman
2019-06-2
huile sur lin, 20 x25 cm, 
2019

(…) Brecht Koelman volstaat ermee om, zoals we weten, – op de manier van On Kawara’s datumschilderijen – zijn schilderijen te betitelen met de datum van de dag waarop ze zijn gemaakt, waardoor een kalender wordt gecreëerd die eerder atmosferisch dan seizoensgebonden is, een onmiddellijke waarneming van een gegeven ruimte en tijd, beleefd in een specifieke omgeving. Zijn schilderkunst is het resultaat van de krachten die zich bundelenin kleur, het ritme van vormen, de lucht die beweegt tussen al wat een landschap vormt, de lucht als een leegte, de lucht als beweging, de lucht op zichzelf beschouwd. Op die manier stoot hij – en dat heeft niets paradoxaals – op een tijdloze logica, die van een ingehouden adem. Een dergelijk proces kon niet anders dan zich uitkristalliseren in deze pandemische tijden en deze ongekende ervaring van opsluiting. Voor deze Circuit Court heeft de kunstenaar er daarom volkomen logisch voor gekozen om zijn schilderijen te organiseren aan de hand van de weken die hij afgezonderd in zijn tuin heeft door gebracht. Kunst in tijden van corona, dit axioma dat de afgelopen maanden is herhaald door zovele media, daarbij de beroemde roman van Gabriel García Márquez parafraserend, versterkt dus, hic et nunc, alleen maar een beproefd proces. Zo spreekt Brecht Koelman over zijn ‘corona-schilderijen’, alle gemaakt in zijn tuin. « Het was uitzonderlijk mooi weer tijdens de hele quarantaine, waardoor ik permanent buiten kon werken”, legt hij uit. “Ik schilderde voornamelijk in de tuin omdat ik die niet kon verlaten en merkte daarbij een toenemende verdorring van de gewassen op. « 

Brecht Koelman is filosoof van opleiding. Van de tuin naar de Tuin is het slechts een stap, de Tuin van Epicurus, deze filosofische school die in 306 vC voor zowel mannen als vrouwen werd geopend, waar Epicurus de manier onderwees om ataraxia te bereiken, deze zielsrust, die voortkomt uit matiging en harmonie in het bestaan, als grondslag voor geluk. “Het idee van een besloten tuin is een terugkerend thema in mijn werk”, legt hij uit. “Ik schilder vaak in mijn eigen tuin en deed residenties op afgezonderde plaatsen, zoals Isola Comacina of Vélez Blanco. Ik hield er van om de kloostertuin in Westmalle te onderhouden en overwoog om er in te treden.” Het idee van opsluiting en afzondering roept hier de middeleeuwse besloten tuin op, de Hortus Conclusus, een iconografisch en literair thema in de Europese religieuze kunst, voornamelijk op het gebied van mystieke poëzie en Mariavoorstelling. “Mijn zuster, o bruid! gij zijt een besloten hof, een besloten wel, een verzegelde fontein.”, lezen we in het Hooglied. “De kosmos werd weerspiegeld in deze tuin”, vervolgt Brecht Koelman, “zoals ook in de oosterse tuinen. Ik heb het idee dat mijn werk de resonantie is van op elkaar inwerkende krachten die ik in het landschap zie. Dit is iets dat sterke overeenkomsten heeft met het begrip van ch’i in het taoïsme, belangrijk voor veel Chinese inktschilders zoals Zhu Da (Bada Shanren). De penseelstreek is daarom een ​​direct antwoord, een vertaling van wat is geobserveerd, zoals de Chinese schilders de ch’i van het landschap vertalen in de ch’i van de tekening. Dit concept van ch’i is vergelijkbaar met dat van Rouach, letterlijk de adem, wat onder meer verwijst naar de geest van God die door de tuin van Eden wandelt in de de koelte van de dag, the cool of the day” (Genesis 3: 8). Tiens, The cool of the day, was dat niet de titel van de vorige tentoonstelling van Brecht Koelman in de galerie? Een adem, een ademtocht. (JMB)

Brecht Koelman
2020-04-4
huile sur bois, 20 x 25cm,
2020

(…) Brecht Koelman suffices, as we know, – in the manner of On Kawara’s date paintings – to label his paintings with the date of the day they were created, thus creating a calendar that is atmospheric rather than seasonal , an immediate perception of a given space and time, experienced in a specific environment. His painting is the result of the forces that bundle themselves in color, the rhythm of forms, the air moving between everything that forms a landscape, the air as a void, the air as movement, the air in itself. In this way he encounters – and there’s nothing paradoxical about it – a timeless logic, that of a breath suspended. Such a process could not but crystallize in these pandemic times and this unprecedented experience of incarceration. For this Circuit Court, the artist has therefore logically chosen to organize his paintings on the basis of the weeks he spent in his garden in isolation. Art in the time of corona, this axiom that has been repeated by so many media in recent months, paraphrasing the famous novel by Gabriel García Márquez, does nothing but reinforce, hic et nunc, a tried and tested process. Thus Brecht Koelman speaks of his ‘corona paintings’, all made in his garden. « The weather was exceptionally nice throughout the quarantine, which allowed me to work outside permanently, » he explains. « I painted mainly in the garden because I couldn’t leave it, noticing an increasing withering of the vegetation. »

Brecht Koelman is educated as a philosopher. It is only one step from the garden to the Garden, the Garden of Epicurus, this philosophical school that opened to both men and women in 306 BC, where Epicurus taught the way to attain ataraxia, this peace of mind that stems from moderation and harmony in existence, as a foundation for happiness. « The idea of ​​a private garden is a recurring theme in my work, » he explains. “I often paint in my own garden and did residences in isolated places, such as Isola Comacina or Vélez Blanco. I liked to maintain the monastery garden in Westmalle and considered entering it. ” The idea of ​​confinement and seclusion here evokes the medieval enclosed garden, the Hortus Conclusus, an iconographic and literary theme in European religious art, mainly in the fields of mystical poetry and Marian representation.  » A garden inclosed is my sister, my spouse; a spring shut up, a fountain sealed”, we read in the Song of Songs. “The cosmos was reflected in this garden,” continues Brecht Koelman, “as in the oriental gardens. I feel that my work is the resonance of interacting forces that I see in the landscape. This is something that has strong similarities to the concept of ch’i in Taoism, important to many Chinese ink painters such as Zhu Da (Bada Shanren). The brushstroke is therefore a direct answer, a translation of what has been observed, like the Chinese painters translate the ch’i of the landscape into the ch’i of the drawing. This concept of ch’i is similar to that of Rouach, literally the breath, which refers, among other things, to the spirit of God walking through the garden of Eden in the cool of the day ”(Genesis 3 : 8). Hey, The cool of the day, wasn’t that the title of Brecht Koelman’s previous exhibition in the gallery? A breath, a respiration. (JMB)

Brecht Koelman
2020-04-23
Huile sur lin, 20 x 25 cm,
2020

Brecht Koelman, Circuit Court, les images (1)

Brecht koelman
2020-05-13B
Huile sur panneau, 24×30 cm, 2020.
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2019-06-2
huile sur lin, 20 x25 cm,
2019
Brecht Koelman
2019-09-22
huile sur lin, 20 x 25cm,
2019
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman – Circuit court
Brecht Koelman
2020-03-17
Huile sur lin, 27 x 22 cm, 2020

Circuit court, Brecht Koelman, Loic Moons, Gaëtane Verbruggen, une opinion

Loic Moons
Sans titre, technique mixte sur toile, 2020
50 x 40 cm

Circuit court

Repenser sa réalité, refaçonner sa vision du monde, jouer de sa précarité, élaborer de nouveaux buts, trouver de nouveaux moyens pour y parvenir, imaginer sa vie… Le quotidien de l’artiste. Tant d’autres partagent aujourd’hui cette situation.

Circuit court, c’est la redécouverte du moi et de ses racines. Une tentative de relancer un métier en s’adaptant à un court-circuit. Résolument tournées vers l’autre et l’étranger, les galeries d’art se voient dorénavant dépossédées de leurs repères. Depuis des décennies, l’art progresse à travers un marché mondialisé, dans lequel œuvres, artistes, galeristes, collectionneurs et amateurs circulent massivement d’expositions en expositions, de foires en foires, de résidences en résidences, de commandes en commandes… Le monde aujourd’hui s’est restreint. La distanciation requiert des barrières qui imposent une réappropriation de son environnement le plus proche. Le moi, le chez soi et les à-côtés.

Brecht Koelman, Loic Moons, Gaëtane Verbruggen, trois artistes réunis autour de l’idée de Circuit court, un titre qui questionne la notion d’espace-temps autour d’une exposition, une proposition de la Galerie Nadja Vilenne pour repenser son activité dans une mobilité et un périmètre restreints, dans un monde démondialisé aux distances plus humaines.

Chacun à leur façon, les trois artistes livrent une œuvre intimiste en résonnance involontaire avec le contexte actuel. Le chaos de l’introspection/émancipation spirituelle de Loïc Moons côtoie le cadre calfeutré tout en clair-obscur des intérieurs de Gaëtane Verbruggen tandis que les peintures de Brecht Koelman renvoient inévitablement à la ruralité omniprésente de notre plat pays. Le moi, le chez-soi et les à-côtés…

Chaque trait, chaque aplat et chaque coulée résultent d’une forme de spontanéité. Les lignes et couleurs, et donc le sujet s’imposent aux artistes, telle une évidence, tel un besoin. S’exprimer et exprimer le monde rejoignent leur volonté et leur démarche artistique. Ce processus artistique débouche sur des compositions éminemment personnelles qui pourtant se font écho.

Apprendre à vivre avec soi, chez soi, loin de l’effervescence de la pluralité des expériences, distractions, labeurs et obligations d’une société pré-confinée. Vivre avec soi dans la proximité de son chez soi sans possibilité d’échappatoire si ce n’est celui de son imagination ou celle des autres. Des autres rendus inaccessibles. Réfléchir l’après dans le but de rattraper ou de changer l’avant. Penser le mieux, subir le pire… Un quotidien qui s’est récemment offert à nombre d’entre nous. L’art en « circuit court » offre une proximité de pensée, une proximité d’expérimentation, une proximité d’émancipation, en d’autres mots un moment de partage.

Texte de Thibaut Wauthion

 

Brecht Koelman
2020-05-13A
Huile sur bois, 20 x 25 cm
2020
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020,
Huile sur bois préparé, 11,7 x 15,5 x 4,7 cm

Circuit Court, Brecht Koelman, Loic Moons, Gaëtane Verbruggen, à la galerie du 1er juin au 12 juillet

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa réouverture après ces quelques semaines de confinement et invite trois jeunes artistes, trois jeunes peintres à investir le lieu. Ces trois monographies seront accessibles dès ce lundi 1er juin, jusqu’au dimanche 12 juillet. Dans le respect des règles sanitaires, afin de vous assurer une visite sûre et agréable, la galerie sera  accessible du mardi au dimanche de 14 à 18h, uniquement sur rendez-vous en téléphonant au 0475.90.52.26. 

Loic Moons
Gaetane Verbruggen
Brecht Koelman

Luxembourg Art Week, les images (2)

Brecht Koelman, 2018-02-14 , huile sur toile de lin, 20 x 25cm, 2018
Brecht Koelman, 2017-01-19, huile sur toile de lin, 30 x 45 cm, 2017
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2018, huile sur bois préparé, 17 x 22 x 4 cm
Brecht Koelman, 2019-04-1, huile sur toile de lin, 20 x 25 cm, 2019
Brecht Koelman, « 2019-03-24 », huile sur toile de lin, 20 x 25 cm
Brecht Koelman, 2016-08-18, huile sur toile de lin, 24 x 30 cm, 2016

Luxembourg Art Week, the fair, 8-10 novembre

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa participation à la 5e édition de Luxembourg Art Week, The Fair. 

BRECHT KOELMAN

BENJAMIN MONTI

GAËTANE VERBRUGGEN 

Vernissage : 8 November 2019, 18:00–21:00

Opening hours

8 November 2019, 11:00–21:00

9 November 2019, 10:30–19:30

10 November 2019, 10:30–18:00

Free entry

Halle Victor Hugo, 60, avenue Victor Hugo. L-1750 Luxembourg

Brecht Koelman, « 2018-07-1 », huile sur toile, 24 x 30 cm
 
Benjamin Monti, sans titre 2019, collage mural
Gaëtane Verbruggen, Sans titre, 2017,
huile sur bois préparé, 15,6 x 21,7 x 4 cm