Archives par étiquette : Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker, la question du voir, par Colette Dubois, H.ART

Lu dans H.ART ce portrait de Jacqueline Mesmaeker, par Colette Dubois

Jacqueline Mesmaeker : la question du ‘voir’

Jacqueline Mesmaeker (°1929) est l’ainée des artistes nominés au Belgian Art Prize . Comme beaucoup de femmes artistes de sa génération, elle a débuté sa carrière assez tard, au milieu des années 70. A partir de 2011, la publication d’un livre décisif dirigé par Olivier Mignon[1]et les débuts de sa collaboration avec la galerie Nadja Vilenne ont permis le déploiement de toute la puissance poétique et ironique de son oeuvre. Depuis, les occasions de rencontrer ce travail fait de tournants, d’aller et retours et de reprises se sont multipliées dans des lieux aussi opposés que l’Artist-Run-Space Rectangle (2015) et la Verrière Hermès (2019).

Dans le milieu des années 70, au début de sa carrière artistique, l’artiste a emménagé dans un appartement situé dans un immeuble conçu la même année que sa naissance. La pièce où elle se tient est claire et lumineuse et, à première vue, rien ne la distingue d’un espace domestique habituel. C’est là qu’elle vit et travaille entourée d’objets aux origines diverses. Certains d’entre eux proviennent d’un héritage familial, comme ces assiettes datant du milieu du 19èmesiècle dans lesquelles elle sert le goûter à ses visiteurs ou ce portrait de fillette, un tableau d’origine hollandaise. D’autres objets ont été trouvés, chinés dans des brocantes ou encore acquis à haut prix. La place qu’ils occupent dans l’espace ne doit rien au hasard. Chaque objet porte en lui son histoire, elle se tisse à la situation présente, reste ouverte à des configurations futures et sa présence même en ces lieux devient une affirmation de sa virtualité à devenir élément d’une oeuvre. En réalité, puisqu’ils se trouvent dans l’appartement atelier, ces objets sont déjà des oeuvres. L’art de Jacqueline Mesmaeker, bien que fortement ancré dans le présent, joue avec le tissage des temps. Souvent, elle reprend une pièce réalisée dans le passé et la plonge dans un nouveau contexte, elle la confronte à une situation inédite et révèle ainsi une portée déjà présente, mais cachée, dans la pièce initiale. Les deux anciennes pièces qui occupent l’artiste actuellement ouvrent la voie à en évoquer d’autres encore.

Un monument

En 1989, lors de l’exposition ‘Ontbegrensd Beeld’ dans l’Augustijnenkerk à Maastricht, on pouvait voir un parallélépipède de béton dressé au pied de la chaire de vérité. L’artiste nous décrit cette oeuvre  : « Une colonne en béton vibré pesant 300kg. Elle contenait un flambeau à 5 branches, qui, enfoui dans la masse devenait invisible. Quatre angles creusés dans le béton encore frais en indiquent l’emplacement. Nul ne pouvait se douter que cette masse renfermait un objet. Et c’est par l’intermédiaire d’une gammagraphie réalisée par le secteur Energie de Cockerill Sambre, que l’objet devenait tangible. ». Le volume de béton a disparu, perdu lors d’un transport. Il en reste les gammagraphies et un photogramme réalisé à la lumière d’une bougie mais, refusant qu’on puisse le voir, l’artiste l’a emballé ou embaumé dans un tissu noir (tout comme elle avait emballé ou embaumé le candélabre dans le béton).

Comme les photographies de l’époque nous la montrent, la pièce entretient une relation directe avec l’art minimaliste américain du début des années 1960 : un volume pur, simple qui ne représente que lui-même. Mais déjà chez les minimalistes, la relation au corps et à son échelle est une dimension bien présente (même si certains d’entre eux s’en défendent). L’exemple le plus éclairant à cet égard est sans doute la performance de Robert Morris de 1961. Un rideau de scène s’ouvrait sur une colonne dressée. Rien ne se passait pendant trois minutes et demie et, soudain, la colonne tombait. Trois minutes et demie se passaient à nouveau et le rideau se refermait. Une colonne de bois et sept minutes résumaient une vie d’homme.

La stèle se dressait au milieu des visiteurs des expositions[2], une colonne donc une statue, dont la stature était la taille de l’artiste. ‘Statue’ et ‘stature’, les termes sont proches et ils contiennent l’idée d’établir, de dresser, de maintenir. Est-ce pour autant une forme d’autoportrait ? Car la ‘statue’ de Jacqueline Mesmaeker comportait encore d’autres éléments qui la différenciaient des oeuvres minimalistes. En premier lieu, les quatre ronds à béton qui dépassaient sur la face supérieure, étaient les traces visibles de son processus de fabrication et de son ancrage dans le réel. Ensuite, les quatre cadres esquissés par leurs angles sur le haut du volume signalaient le chandelier contenu dans le volume, ils désignaient l’invisible. Et si l’on considère la pièce telle que l’artiste l’a décrite et telle qu’elle a été montrée à plusieurs reprises, on doit aussi prendre en compte les gammagraphies qui l’accompagnaient et attestaient de la présence d’un objet invisible. En fait de preuve, c’est d’images fantomatiques et confuses qu’il s’agit ; elles sont pourtant totalement indicielles et ‘scientifiques’. Le contraste est considérable entre la masse de béton et l’image incertaine du chandelier. L’oeuvre se présente alors comme un travail sur la question du ‘voir’. L’interrogation de la vision et du regard, les relations entre visible, invisible et disparition sont des leitmotive du travail de l’artiste, une de ses oeuvres s’intitule d’ailleurs ‘J’ai vu que tu n’as pas vu’.

Rose

Si la couleur est présente dans l’oeuvre de Jacqueline Mesmaeker – on peut citer les ‘Bourses de ceinture’ (2018), ‘Parking en or’ (1984) ou encore ‘Contours clandestins’ (1995) -, elle n’y occupe pas une place déterminante. Avec une exception de taille : la couleur rose. Elle emprunte son nom à celui d’une fleur, elle est souvent associée à l’enfance et à la féminité, elle est aussi celle de la peau de l’homme blanc et donc une question fondamentale de la peinture, celle de l’incarnat. Elle varie du plus criard au presque blanc, se teinte de jaune, de bleu, mais chez l’artiste, c’est toujours un rose moyen. Dès 1974, on trouve ‘Lapin’ : une silhouette de lapin formée de points roses et bleus répétée sur 17 dessins en perdant chaque fois un peu de ses points, jusqu’à disparaître. L’ensemble est précédé d’un extrait d’ ‘Alice au pays des merveilles’ de Lewis Caroll, celui de la rencontre d’Alice et du lapin (rappelez-vous : il est blanc et ses yeux sont roses). En 1975, ‘Portes roses’ comprend une suite de nonante-six dessins avec un rectangle rose dans le bas de la page, un mot dans le haut. Tous ces mots forment un paragraphe du même ‘Alice au pays des merveilles’. Au fur et à mesure que la place occupée par le rectangle s’agrandit sur la feuille, le rose pâlit jusqu’à disparaître. Tout se passe comme si le rose avait pris possession du corps du lapin, qu’il l’accompagnait dans ses déambulations dans l’espace et le contaminait ; les portes, comme le lapin, finissent par disparaitre dans le blanc de la page. On pourrait classer ces deux pièces dans une nouvelle catégorie du questionnement du regard : ‘disparitions roses’.

En 1995, l’artiste a réalisé ‘Introductions roses’, une série de 40 diapositives décrivant une intervention réalisée dans son appartement. « On bourre de fragments de tissu rose quelques fentes ou quelques trous qui se comparent, ainsi parés, au vide, au noir, au gris. Le rose révèle le gris et le noir » écrivait l’artiste à propos de cette oeuvre. Souligner l’angle d’une moulure, l’espace laissé libre entre le plancher et la plinthe, combler les trous réguliers d’une planche, les pores d’un galet éponge ou encore marquer le centre d’un livre ouvert. Les ‘Introductions roses’ s’apparentent aux ‘Contours Clandestins’ (1995), trois interventions réalisées en 1995-96 à La Glacière (Bruxelles), à la Norwich Gallery (Norwich) et à l’Atelier Saint-Anne (Bruxelles). Il s’agissait de détourer au crayon des objets divers – jouets, ustensiles du quotidien – à même le mur du lieu d’exposition. Extrêmement discrets, disséminés dans une relative pénombre, partir à leur découverte revenait à un jeu d’objets cachés, on pense aux oeufs de Pâques, mais aussi à un autre texte de Lewis Carroll, ‘La Chasse au Snark’. Ces deux oeuvres relèvent moins de la micro intervention que du concept duchampien d’inframince, y compris dans sa dimension érotique. Georges Didi-Huberman remarque que chez Duchamp, l’optique se convertit aisément en tactile et l’ironie n’est jamais très loin. Chez Jacqueline Mesmaeker, on peut inverser la première partie de la proposition, le tactile – le tissu, les irrégularités des murs – se convertit en optique (et toujours dans le sens de l’interrogation du regard, des relations troubles entre visible et invisible). L’ironie quant à elle est toujours bien présente.

Aux antipodes

‘Stèle’ et ‘Introductions roses’, ces deux pièces, aujourd’hui (presque) disparues, représentent deux extrêmes du travail de l’artiste : du plus pesant, encombrant et massif au plus léger, mince et discret. Jacqueline Mesmaeker a toujours lié ces deux pièces, notamment dans une lettre à Lynda Morris, qui revient sur l’exposition de Norwich et sur le prix qu’elle y a reçu. Leur point commun tient dans la question du regard, pour le reste, les deux oeuvres sont aux antipodes l’une de l’autre. Mais l’artiste s’intéresse aussi aux antipodes : on pense encore à Lewis Carroll et ‘De l’autre côté du miroir’, mais surtout à l’installation filmique montrée par l’artiste à la Vleeshal de Middelburg en 1982. Son titre complet est ‘Si l’on perçait à travers la terre un axe depuis la Belgique, on s’y trouverait à 50° 50’ S – 175° 38’ W, dans le Pacifique’. L’image projetée dans un cadre doré et ouvragé montre la mer du Nord à l’envers, les vagues en haut, le ciel en bas et le mouvement des vagues inversé.

Colette DUBOIS

[1]Jacqueline Mesmaeker. Oeuvres 1975-2011, sous la direction d’Olivier Mignon, Bruxelles, (SIC – Couper ou pas couper, 2011.

[2]L’oeuvre a également été montrée en 1990 à la Galerie Guy Ledune (Bruxelles) et dans le cadre de l’exposition ‘Tempels Zuilen Sokkels’ au Cultuur Centrum De Werf à Alost ainsi qu’en 1993 à la galerie Camillle Von Scholz à Bruxelles.

Jacqueline Mesmaeker, Art on Paper, BOZAR, preview (2)

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 17,9 x 17,8 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 16,2 x 19,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 14,5 x 14,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 11,5 x 20 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 11,8 x 11,8 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 17,5 x 17,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 29,6 x 39,2 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 24 x 22,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
technique mixte sur papier, 33,5 x 23,7 cm

Jacqueline Mesmaeker, Art on Paper, BOZAR, preview (1)

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
aquarelles sur papier, 25,3 cm x 32,7cm et 33,4 x 25,3 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
Aquarelles sur papier, 26,3 x 33,2 cm et 25,8 x 33 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
Aquarelles sur papier, 39 x 29 cm et  25,8 x 33,2 cm

Jacqueline Mesmaeker
papiers peints, 1974
Aquarelles sur papier, 32,4 x 26,2 cm et 31,5 x 25,7 cm

Exposition « UPL Demain », Design Center Bruxelles, à l’occasion du 100è anniversaire d’UPL

Source non identifiée 21 août 1973

Le Soir, 19 mars 1975

Jacqueline Mesmaeker, Raphaël Van Lerberghe, Art on paper @ BOZAR, 25>27.10

 

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa participation à ART ON PAPER – BOZAR – 2019
Nadja Vilenne is pleased to announce its participation à ART ON PAPER – BOZAR – 2019

JACQUELINE MESMAEKER
RAPHAËL VAN LERBERGHE

25 > 27 octobre 2019
vernissage le jeudi 24 octobre

 

BOZAR
Ravenstein Circuit,
23 Rue Ravenstein,
B-1000 Brussels

THURSDAY 24.10: VIP (by invitation only)
1pm > 4pm: lunch for collectors and art professionals
4pm > 7pm: preview for journalists and VIP
7pm > 10pm: vernissage
FRIDAY 25.10: 11am > 7pm
SATURDAY 26.10: 11am > 7pm
SUNDAY 27.10: 11am > 7pm

Depuis 5 ans, Art on Paper présente au cœur de Bruxelles un panorama unique de la qualité et de la diversité des approches contemporaines du dessin à travers l’organisation d’un salon international dédié à cette pratique.
En collaboration avec BOZAR, le salon Art on Paper propose aux différents publics, professionnels ou amateurs, de découvrir cette pluralité grâce à la présentation de solo shows d’artistes sélectionnés par des galeries belges et internationales, établies ou émergeantes.
Le dessin a, depuis quelques décennies, affirmé sa légitimé et son autonomie. Il ne souffre plus du statut de préalable ou de périphérique auquel il est longtemps resté assigné, et expose dorénavant ses qualités propres. Cet avènement en tant que médium lui a paradoxalement permis d’élargir son champ, de déborder du cadre de la feuille, de s’en extraire parfois… Art on Paper contribue fortement à cette évolution en veillant à mettre en valeur une approche inventive du dessin tout en accentuant l’importance du trait et du geste, de l’expression et de l’intimité de la pratique.
Afin de marquer cette édition anniversaire et de rendre compte de manière encore plus large de la vitalité de la création contemporaine, le salon a initié la Brussels Drawing Week 2019 qui proposera une programmation dense établie par plus de 20 institutions, centres ou écoles d’art bruxellois de référence. La Brussels Drawing Week se tiendra du 22 au 27 octobre 2019.
Grâce à ces initiatives, au soutien de ses partenaires ou encore à l’attribution du prix ‘‘SOFAM for best solo show’’, le salon Art on Paper vise plus que jamais à présenter le meilleur du dessin contemporain à Bruxelles. Le salon veille également à promouvoir, aux côtés des galeries, les artistes émergents et professionnel-le-s de l’art. Chaque année, cet engagement se traduit notamment par l’octroi de l’EECKMAN ART PRIZE dont le-la lauréat-e se trouve doté-e d’une bourse de production ainsi que d’un espace d’exposition pendant le salon.
Art on Paper, c’est l’ambition affirmée d’affirmer le trait, sans craindre de le faire dévier.

Since 5 years, Art on Paper has been presenting a unique panorama of the quality and diversity of contemporary drawing approaches through the organisation of an international fair dedicated to this practice in the centre of Brussels.
In collaboration with BOZAR, Art on Paper offers the opportunity to different audiences, art professionals and enthusiasts alike, to discover this plurality through the presentation of artists’ solo shows selected by established or emerging Belgian and international galleries.
For the past few decades, drawing has established itself as an art form of its own. It no longer suffers from its long-held status of being a lesser form of art consigned to the margins of the industry. Paradoxically, this coming-of-age as a medium has allowed drawing to broaden its reach and to expand beyond the page. Sometimes even escaping it completely… Art on Paper strongly contributes to this evolution by ensuring to highlight an inventive approach to drawing while emphasising the importance of the line and the gesture, the expression and the intimacy of the practice.
In order to mark this anniversary edition and to give an even broader account of the vitality of contemporary creation, the fair launched the Brussels Drawing Week 2019. This new initiative will offer a dense program established by more than 20 major Brussels art institutions, centers or schools. The Brussels Drawing Week will be held from 22 to 27 October 2019.
Thanks to these initiatives, to the support of its partners as well as to the awarding of the  »SOFAM Prize for Best Solo Show », Art on Paper aims more than ever to showcase the best of contemporary drawing in Brussels. The fair also promotes, alongside galleries, emerging artists and art professionals. Every year, this commitment is reflected through the granting of the EECKMAN ART PRIZE, for which the laureate is awarded a production grant and an exhibition booth during the fair.
More than ever, Art on Paper aims to reflect drawing’s status without fear of deflecting it.

Jacqueline Mesmaeker, Viennacontemporary, les images (2)

… when suddenly a White Rabbit with pink eyes ran close by her.

There was nothing so very remarkable in that; nor did Alice think it so very much out of the way to hear the Rabbit say to itself, `Oh dear! Oh dear! I shall be late!’ (when she thought it over afterwards, it occurred to her that she ought to have wondered at this, but at the time it all seemed quite natural); but when the Rabbit actually took a watch out of its waistcoat-pocket, and looked at it, and then hurried on, Alice started to her feet, for it flashed across her mind that she had never before seen a rabbit with either a waistcoat-pocket, or a watch to take out of it, and burning with curiosity, she ran across the field after it, and fortunately was just in time to see it pop down a large rabbit-hole under the hedge.

Jaqueline Mesmaeker
Lapin, 1974
Technique mixte sur papier
23 x 240 cm

Jacqueline Mesmaeker
Les Lucioles, 2011
Technique mixte, encre synthétique sur papier, 5 x 21 x 29,7 cm

Jacqueline Mesmaeker, Viennacontemporary, preview (1), Les Charlotte, 1977

« Il n’y a pas d’histoire… Le bonheur d’utiliser le verre… ». Ces quelques mots griffonnées sur un carnet Moleskine à la fin des années 70, résument à eux seuls l’esprit des Charlottes, cette œuvre que Jacqueline Mesmaeker réalise en 1977 et qu’elle montrera aux Ateliers du Grand Hornu en 1980, dans le cadre d’une exposition intitulée « Une archéologie dans une autre archéologie ». Il n’y a pas d’histoire et pourtant tout en procède, dans le but d’en imaginer de multiples autres.

A la fin des années 70, le paysage vallonné du Brabant, au sud de Bruxelles, est en pleine transformation. La culture intensive du raisin en serre ne cesse en effet de décroître. Depuis un siècle, elle assure la prospérité des communes de Hoeilart, Overijse ou La Hulpe. Par un paradoxe qui défie le climat mais qui procède d’esprits ingénieux, on y fournit du raisin de table toute l’année et on y cultive du Gros Colman, cette variété tardive de raisins violets à la peau fine, un fruit agréable, sucré, qui fond littéralement en bouche. Aux alentours de 1930, les coteaux de la vallée de l’Ijse sont couverts de serres aux reflets d’argent. On en compta jusqu’à vingt et un mille. L’importation de raisins bon marché provenant de pays méridionaux, l’augmentation du prix du combustible auront raison de cette effervescence : dès les années 60, on détruit les serres avec la rage du désespoir. Désormais, le paysage change ; tandis qu’on abat aussi les pommiers, on lotit les terrains des serristes et horticulteurs. « J’ai récupéré un certain nombre de ces verres soufflés, m’écrit Jacqueline Mesmaeker, je les ai recoupé afin d’en faire une serre impénétrable. D’autres verres, aux bords noirs de moisissure, rejoindront les Charlottes ».

Jacqueline Mesmaeker érige, en effet, en 1977, une serre dans un jardin de la rue de l’Hôpital à Bruxelles. La serre est haute, étroite, tellement étroite qu’on ne peut la pénétrer. « Elle fonctionne comme un souvenir, écrit Thierry Smolderen. C’est un aquarium aux facette disjointes où évoluent des petits poissons – lumières immobiles. Elle me fait aussi penser à un kaléidoscope reproduit par des Aborigènes avec des éléments de fortune, ou à une machine exposée dans les jardins de Raymond Roussel. Le fil de fer tresse autour des plaquettes de verre des noeuds lâches qui ne font que ralentir leur bris inévitable : car la serre se desserre, laisse échapper la chaleur et la lumière. De toute façon, la mémoire avait tué le souvenir aussi sûrement que l’étanche tue la vie. La serre ronronne et bruisse, dérive lentement vers une mort éventuelle, une mort par ventilation, pas une mort par étouffement écologique, c’est-à-dire sereine ». Durant l’exposition Jacqueline Mesmaeker projettera des films de Mickey sur les vitres de la serre. Cette serre, elle la nommera : « La Serre de Charlotte et Maximilien ».

Je me souviens qu’à l’âge où je regardais des Mickey (j’en regarde encore, mais j’évoque là cette période de l’enfance), j’ai souvent été me promener avec ma mère, le mercredi après midi, dans le parc du château de Bouchout. Au cœur du domaine, on y visite les serres du Jardin Botanique de Belgique. Quant au château, vide à l’époque et qu’on ne visitait pas, on y cacha, pendant plus de quarante-cinq ans, la folie de Charlotte, princesse de Belgique, fille de Léopold Ier, épouse de Maximilien d’Autriche. Ma mère m’avait conté par le menu le destin de l’Archiduchesse et de son mari, ces « archidupes mexicains ». Quelle histoire fascinante pour un gamin que le destin de cette princesse de chez nous, impératrice éphémère du Mexique, ses voyages, son retour d’Amérique, sa folie paranoïaque (prétendue folie, vitupérait ma mère), et son enfermement, de 1881 à 1927, cet emprisonnement sans fin, solitaire, jusqu’à la mort, au château de Bouchout. Sur mon vélo, j’ai souvent fait le tour des douves du château, mais en contournant la cour d’honneur, sans m’approcher dès lors des hautes façades néo – médiévales du château, tant il me semblait que Charlotte était encore là, errante et fantomatique, derrières les vitres sales, les tentures poussiéreuses. Une seule fois, j’ai osé coller mon nez à la vitre d’une fenêtre du rez-de-chaussée, découvrant ainsi, dans la pénombre, ces lieux abandonnés. Sans connaître les « lettres de la folie », ces neuf cent missives que Charlotte rédigea durant ses années d’enfermement, il me semblait que planait là un souffle grave et inquiétant ; impressionnant. Charlotte avait-elle été enfermée parce que folle ou est-ce l’enferment qui était responsable de ses errements ? « Les malentendus procèdent aussi de ces enfermements, me confie Jacqueline Mesmaeker, à qui je raconte, bien sûr, ce souvenir d’enfance. Cette situation à la fois si humaine et si oppressante, cette impossibilité de communiquer qui se dégage de la conjoncture de Charlotte, est un symbole récurent ». « Parmi les illustrés conservés dans la cave de mes parents, continue-t-elle, il y en avait un qui ne pouvait que capter l’attention, un « Patriote illustré » relatant avec textes et photos cette tragédie tant Impériale que Royale. Il me semblait qu’il fallait donner une seconde vie à ce portrait photographique. Le port de tête indiquait une éducation rigoureuse, le rappel constant du maintien et du redressement du corps. L’hebdomadaire était imprimé en sépia marron sur un papier très ordinaire. Après lecture, de cette lourde destinée je devinai que cette Princesse Charlotte avait dû subir tous les isolements possibles. Aucune écoute, aucun crédit, aucune bienveillance. Elle a été enfermée dans la folie au propre comme au figuré ; jusqu’à l’inexistence. »

Il me semble que les œuvres de Jacqueline Mesmaeker procèdent souvent de ces rebonds du sens. Un paysage de coteaux, les serres d’un jardin botanique, d’autres serres disparues, l’image imprimée d’un portrait, l’histoire, qu’elle soit proche ou lointaine ; tout sous-tend la nécessité de transmettre, d’évoquer de petites ou grandes choses singulières et, dans un même temps, tout est dispositif de récit et de figuration ouvert sur la possibilité d’autres perspectives; rien en effet n’est étanche. Le rebond peut même sembler, à première vue, complètement saugrenu. Ainsi, lorsque j’évoque le miroitement des verres des encadrements posés sur les Charlottes, reflets et éclats qui dès lors parasitent les images, Jacqueline Mesmaeker me répond que ceci, finalement, participe – et le mot est précis – d’un « feuilletage ». « Ces reflets sont une couche de plus », me dit-elle. Et c’est vrai : au fil des planches, l’œuvre se feuillette comme un livre, alors que les images sont constituées de feuilles de verre récupérées au travers desquelles, au hasard des recouvrements, apparaît et disparaît Charlotte. Jacqueline Mesmaeker conclut alors, me délivrant cette réflexion elliptique : « J’ai une pensée pour Claude Gellée, dit Le Lorrain ». Me voici, du coup et de façon inattendue, devant l’étal d’un pâtissier, puisqu’on attribue à Claude Gellée l’invention de la pâte feuilletée, tandis que resurgit de mes souvenirs ce tableau conservé au Louvre, peint par Le Lorrain, intitulé « Ulysse remet Chryséis à son père », un tableau qui m’a toujours fasciné, tant le sujet, l’intitulé de l’œuvre, ne compte guère. Le Lorrain y fait bien peu de cas des héros homériques, discrets et insignifiants dans un coin de la toile. Le tableau n’est qu’éblouissement ocre et doré d’un soleil couchant, invisible, sur un port de mer à l’antique. Il est poème d’eau, de lumière, d’arbres et de colonnes, une architecture de songe, un port aux vaisseaux fantômes. Toutes les lignes de la composition, hormis les verticales classiques, fuient vers l’horizon, très loin derrière le navire qui entre dans ce port mythique. On en oublierait Homère, Ulysse, Chryséis et son père. Au fil de ma lecture des « Charlottes », j’ai repéré cette petite phrase écrite par Jacqueline Mesmaeker, comme une sorte d’avertissement : « Parfois il faut brouiller les pistes. Le spectateur croit avoir trouvé un chemin, il s’y enfonce, mais la fascination est ailleurs ». D’évidence, ceci prend ici tout son sens.

Il faudrait un jour écrire une histoire de l’usage de la photocopie dans la création contemporaine. Les « Charlottes » en participent singulièrement. En 1977, c’est une toute nouvelle expérience pour Jacqueline Mesmaeker, qui me précise qu’elle réalise les Charlotte sur un « vieux (l’était-il déjà l’époque ?) photocopieur à couvercle en caoutchouc souple ». Au delà du principe même de la copie, c’est la spécificité du photocopieur lui-même, cette sorte de chambre noire à tambour, qui mobilise l’artiste. La vitre du photocopieur est telle une feuille transparente, c’est un verre en effet, une couche du feuilleté du Lorrain, sur laquelle Jacqueline Mesmaeker posera d’autres verres, ceux des serres, des livres, des documents, des reproductions photographiques, ce portrait de Charlotte découvert dans le Patriote Illustré, sévère et hiératique, qui, au fil des copies, apparaît, disparaît, en fonction des recouvrements des verres de serre et des documents, captive dès lors de ces plaques de verre comme elle le serait d’une antique émulsion au gelatino-bromure d’argent. « Fin d’une destinée douloureuse, l’Archiduchesse Charlotte, princesse de Belgique est morte le 19 janvier 1927 », devine-t-on en légende du portait. Ailleurs, sur une autre planche, je lis : « Seulement dans les lieux clos, on tolère notre délire. La folie dans un temps infinisimal et non visible. Nous sommes tous clandestins dans nos vêtements officiels ». Le texte, cette fois, est tapé à la machine à écrire.

Plus fondamentalement encore, c’est cette potentialité du médium à reproduire ce qui ne serait reproductible que par l’imaginaire, qui intéresse Jacqueline Mesmaeker. « Le bonheur d’utiliser le verre »… écrit-elle. Non pas seulement le bonheur de réhabiliter ces verres soufflés des anciennes serres qui ont rythmé son paysage familier, mais bien le bonheur de pouvoir les considérer comme support de toute émulsion. Car tout ici, est question de déplacement, de répétition, de continuité et de discontinuité, de projection, d’impressions, au sens propre comme au sens figuré, afin de révéler les images dans de nouveaux régimes de perception et d’intelligibilité. « Ce sont les astuces des Charlottes », me dit Jacqueline Mesmaeker, Au fil des planches apparaissent et disparaissent des images de tout ordre, une reproduction des terrasses supérieures du mausolée d’Akbar le Grand à Sikandra, au nord d’Agra, sur la route de Dehli, la plaine branbançonne, un édicule à la toiture en coupole caché derrière un bosquet d’arbres, une salle de séjour, deux chaises à accoudoirs devant des fenêtres, une demeure princière perchée tout au haut d’une butte – je pense reconnaître le château de La Hulpe. Tout se superpose, se reproduit. Un jardin transparaît au travers de la fine grille d’un papier millimétré, les paysages se renversent, la plaine hivernale (mais l’est-elle ? ou est-ce un effet des noirs et blancs photocopiés ?) se transforme en lac miroitant dans lequel se reflète la longue façade au tours d’angles de ce château que je pense avoir reconnu. Ces images, tout comme le portrait de Charlotte, reviennent, se répètent, resurgissent, des textes imprimés leur répondent, les recouvrent. Il y a toute sortes de textes, des légendes imprimées en times, des textes tapés à la machine, ce sont des tapuscrits, des citations peut-être, des textes de Jacqueline Mesmaeker certainement. Ils indiquent, ils font image. Les lignes serrées de ce texte-ci dessinent un écran dans le cadre de cette fenêtre, chaque ligne est à l’image d’une lamelle de persienne, et pourtant, ces phrases ouvrent le champs sur d’autres « ailleurs », sur : « des allées souterraines, des montagnes très élevées, sur lesquelles il y a des pagodes, des antres, des précipices, des rivières souterraines, des fontaines, des statues, des figures, des prairies de fleurs de toutes les saisons, des tombeaux, des ruines, des bancs rustiques, turcs, chinois, etc… ». Jacqueline Mesmaeker nous projette dans des paysages de songe. Elle transfigure le paysage visible. L’édicule à coupole caché derrière le bosquet d’arbre devient « une toiture en forme d’ananas, de pomme de pin. Arbres en pierre, fausses ruines, grotte en coquillage, buvette comme un clocher d’église ». Les visions se cumulent, n’en font plus qu’une, ou se diffractent. Tantôt apparaît « une barque dans laquelle se trouve une table de jardin ronde, une chaise. Un petit chien dessus pose ses pattes sur la table », tantôt dans cette même pleine hivernale, on n’entend plus que la toux du roi, ou un « Te Deum pour un rhume de Louis XIV ». J’entends la musique de Lully, sa messe pour la santé du roi, tandis que l’image que je scrute me projette dans cet autre ouvrage de Jacqueline Mesmaeker, « Versailles avant sa construction », une œuvre qu’elle bâtira quatre ans plus tard, un paysage de labours, trois masses d’arbres dont la plus lointaine, presque fantomatique, pourrait figurer l’emplacement d’une bâtisse royale, d’un château, d’un palais. C’est là une manière de voir le paysage, de le transfigurer, de lui donner un titre, avant de fixer son image, comme à rebours ou comme pourrait le faire Le Lorrain.

Les images défilent une à une, la répétition structure l’œuvre dans une sorte de continuum, un ressassement qui enrichit l’image, le récit s’y introduit, ou plutôt les récits, tout se joue dans une sorte de simultanéité où les lieux, les situations se superposent, s’associent, par touches ponctuées, dans les strates de la mémoire, en images d’origines diverses, entre les verres posés sur une vitre de photocopieur. « Vienne me plait et je me porte bien. C’est en tout cas ce que je dirai. N’en demandez pas d’avantage ». A qui donc Vienne plaît ainsi ? N’en demandons pas d’avantage, les images se fondent : Charlotte de Belgique est l’épouse de Maximilien d’Autriche. « Hansi la juive, l’amie de Heinrich, se baignait dans le Danube en 1933 parce qu’elle était socialiste ». Les histoires se rencontrent, se répondent, s’entrechoquent, elles sont diffuses et nous sautons d’une image à l’autre. « La fin d’une destinée douloureuse ». « Sur la colline. Par dessus les toits, les tueurs ont disparu. Les fusillés de Karl Marx Hof se sont fondus en plaques commémoratives ». Les histoires ricochent : de la folie des hommes, universelle, à la folie de Charlotte, si singulière. Le portrait commémoratif de Charlotte, lui, est fondu entre deux plaques de verre de serre. Assurément les images se révèlent en un renouvellement de ce que nous en percevons, dans un continuel élargissement de leur intelligibilité. Défilement, projection mentale, récit, répétitions de l’image, montage et collage, ce sont, en fait, les données fondamentales de l’expérience filmique. Je comprends mieux dès lors ce qui a pu pousser Jacqueline Mesmaeker à considérer les larges fragments de verre qu’elle a assemblé en serre impénétrable comme écran de projection pour des films de Mickey. Tout, en effet, est question de projection.

La dernière planche des « Charlottes » répète pour la troisième fois cette salle de séjour, ces deux chaises à accoudoirs qui invitent à la conversation. Cette fois, la fenêtre est occupée par un petit texte italique, que l’on devine d’ailleurs dans d’autre planches, mais à l’envers ou sous-jacent à d’autres strates d’images : « le premier jour de chaque mois, régulièrement, elle tenait à mettre le pied dans le canot amarré à l’appontement des fossés du château. C’était comme un rite dont on n’a jamais pu perçu le mystère ».
C’est de Charlotte à Bouchout, bien sûr, dont il s’agit. Et l’on imagine aisément ses désirs d’embarquement. « Le premier jour de chaque mois,… ». Voilà qui m’éclaire quant au titre de l’actuelle exposition des Charlottes et d’autres œuvres de Jacqueline Mesmaeker : « Le premier jour du mois,… ». Comme elle peut souvent l’être, l’image, ici, est indicielle.

Le bonheur d’utiliser le verre Mausoleum des Kaiser Akbar, Sikandra, Obere Terrassen

Le premier jour de chaque mois, régulièrement
Elle tenait à aller mettre le pied dans le canot
Amarré à l’appontement des fossés du château
C’était comme un rite dont on n’a jamais percé
Le mystère.

Vienne me plait et je me
Porte bien. C’est en
Tous cas ce que je dirai
N’en demandez pas davantage

Hensi la Juive, l’amie de Heinrich, se baignait
Dans le Danube en 1933 parce qu’elle était
Socialiste.
Quelques paroles de Jacques Bennet
Errent à Vienne
Dans le salon de Heinrich
A la Weimarestrasse.

Sur la colline
Par dessus les toits des maisons
Les tueurs ont disparu
Les fusillés du Karl Marx Hof
Se sont fondus en plaques commémoratives

A propos de Dresde rien.
Ceux qui ne voulaient pas devenir poissons
Les centaines de Pierrots et Colombines
Sont en terre
Ils composent de la musique sacrée.

Toiture en forme d’ananas, de pomme de pin
Arbres en pierre
Fausses ruines
Grottes en coquillages
Buvette comme un clocher d’église
Maison couverte de coquillages
Aménagement d’un rez-de-chaussée
Une barque dans laquelle se trouve une table jardin ronde
Une chaise, un petit chien dessus pose ses pattes sur
La table
Des animaux sculptés dans de fausses cavernes

Le premier jour de chaque mois, régulièrement
Elle tenait à aller mettre le pied dans le canot
Amarré à l’appontement des fossés du château
C’était comme un rite dont on n’a jamais percé
Le mystère.

des allées souterraines de montagnes
très élevées, sur lesquelles il y a des
pagodes, des antres, des précipices, des
rivières souterraines, des ponts, des
obélisques, des fontaines, des statues,
des figures, des prairies de fleurs de
toutes les saisons, des tombeaux, des
ruines, des bancs rustiques, turcs,
chinois, etc…
Ponts
Immense lac à la frontière des brumes
De grandes allées passent sous plusieurs
Massifs d’arbres et passent sous
Plusieurs rochers surmontés de pagodes.
Dans cette île se trouve une pagode,
Sur une montagne très élevée entourée
D’arbres.
PLANTES
Riantes
Horribles
Enchanteresses
Classe, famille, section, genre, espèces
Printanières
Automnales
Ephémères et parasites
Gradins de sept étages pour les plantes alpines
Cabinet de botanique
Cabane pour les cygnes
Des arbres taillées en quenouille
Des petites traces de pigeons maculées
Sur mille morceaux de verre

Fin d’une destinée douloureuse
L’archiduchesse Charlotte, princesse de Belgique est morte le 19 janvier 1927

TE DEUM pour un rhume de LOUIS XIV

Parfois il faut brouiller les pistes
Le spectateur croit avoir trouvé un chemin,
Il s’y enfonce, mais la fascination est
Ailleurs

Seulement dans les lieux clos
On tolère notre délire
La folie dans un temps infinisimal et non visible

Toiture en forme d’ananas, de pomme de pin
Arbres en pierre
Fausses ruines
Grottes en coquillages
Buvette comme un clocher d’église
Maison couverte de coquillages
Aménagement d’un rez-de-chaussée
Une barque dans laquelle se trouve une table jardin ronde
Une chaise, un petit chien dessus pose ses pattes sur
La table
Des animaux sculptés dans de fausses cavernes
des allées souterraines de montagnes
très élevées, sur lesquelles il y a des
pagodes, des antres, des précipices, des
rivières souterraines, des ponts, des
obélisques, des fontaines, des statues,
des figures, des prairies de fleurs de
toutes les saisons, des tombeaux, des
ruines, des bancs rustiques, turcs,
chinois, etc…
Ponts
Immense lac à la frontière des brumes
De grandes allées passent sous plusieurs
Massifs d’arbres et passent sous
Plusieurs rochers surmontés de pagodes.
Dans cette île se trouve une pagode,
Sur une montagne très élevée entourée
D’arbres.
PLANTES
Riantes
Horribles
Enchanteresses
Classe, famille, section, genre, espèces
Printanières
Automnales
Ephémères et parasites
Gradins de sept étages pour les plantes alpines
Cabinet de botanique
Cabane pour les cygnes
Des arbres taillées en quenouille
Des petites traces de pigeons maculées
Sur mille morceaux de verre

Le premier jour de chaque mois, régulièrement
Elle tenait à aller mettre le pied dans le canot
Amarré à l’appontement des fossés du château
C’était comme un rite dont on n’a jamais percé
Le mystère.

Jacqueline Mesmaeker
Les Charlotte II, 1977 Photocopies de superpositions d’images et de morceaux de verre, (16) x 42 x 29,4 cm Encadrées,
(16) x 95 x 65 cm.

Une sélection légèrement différente des Charlotte a été acquise par la Banque Nationale De Belgique.

Jacqueline Mesmaeker, Viennacontemporary, Explorations curated by Harald Krejci, 26-29 septembre

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa participation. à la foire d’art contemporain de Vienne, Viennacontemporary et y présentera des oeuvres de :

The gallery Nadja Vilenne is pleased to announce its participation. at the contemporary art fair in Vienna, Viennacontemporary and will present works by:

JACQUELINE MESMAEKER

Section : Explorations curated by Harald Krejci, Curator Museum Belvedere, Vienna

Booth F08

Marx Halle
Karl-Farkas-Gasse 19, 1030 Vienna.
Thursday, 26 September 2019, Vernissage: 4:00 pm–8:00 pm
Friday, 27 September 2019: 12:00 pm–7:00 pm
Saturday, 28 September 2019: 11:00 am–7:00 pm
Sunday, 29 September 2019: 11:00 am–6:00 pm

Jacqueline Mesmaeker
Les Charlotte II, 1977
Photocopies de superpositions d’images et de morceaux de verre, (16) x 42 x 29,4 cm Encadrées, (16) x 95 x 65 cm

Explorations, curated by Harald Krejci

The section Exploration gathers various galleries from Europe presenting artistic positions of the 60s and 70s in a concentrated presentation of works. The section shows very different artistic attitudes, all of which, in their specific way, indirectly link or refer to the intellectual heritage of post-war surrealism.

In the 1960s, many artists reinterpreted abstraction as the encoding and decoding of social problems on a poetic level. The intellectual heritage of surrealism played an essential role in this. It offered the opportunity to regain the critical potential of art in times of its political appropriation on both sides of the Iron Curtain. From then on, artists were concerned with the problematization of abstraction as a form of overlapping thinking of different levels of consciousness. Central to this was the concept of poetry.

Mesmaeker’s strictly conceptual method is a poetic approach and a shift of space and biography, of dream and reality, within her work. The photographic works of Géza Perneczky and Michal Kern discursively point out the ephemeral dimension of art, while Josef Bauer’s fragmentation of language as a poetic dimension manages to expand the language space into the third dimension. At second glance, Robert Klemmer’s superficial pop-art colorfulness and self-portrayal turn out to be an introspective, existential dimension of the ego. With his works of the 60s and 70s, the Russian artist Alexander Pankin draws on the tradition of the abstraction of avant-garde and reflects on the question of the poetic aspect of figurative painting. Yuri Zlotnikov’s painting follows the analytical approach to abstraction in the tradition of avant-garde, yet still remaining committed to pictorial and poetic qualities

Tess Jaray and Horia Damian deal with reflections on architectural space and emphasize the poetic over the rational. Milan Adamčiak, on the other hand, uses music to open up the poetic space. From a certain point onwards, Alberto Biasi operates only under the programmatic group name Gruppo N and works on the poetic potential of rational-geometric structures. In his kind of art-brut quoting painting, Alfred Klinkan’s art places biographical references and Western myths in new narrative contexts. Vakhtang Kokiashvili’s work relates to the folklore, myths, and mysticism of his homeland.

Jacqueline Mesmaeker, La Verrière, revue de presse (5)

Lu dans la livraison Mai/juin du Witte Raaf :

 

Art Brussels 2019, les images (1)

Jacqueline Mesmaeker
Versailles avant sa construction, 1981
Photographie noir et blanc, encadrement, cartel, 70 x 83 cm

Jacqueline Mesmaeker,
Versailles après sa destruction, 2018
transfert sur miroir, 63,5 x 40,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
Bourses de ceinture, 2018
soie et velours, 20 x 6 cm chacune

Suchan Kinoshita
Das A und O vom wohnen (durchgestrichen), 2019
Mixed media

Suchan Kinoshita
Karoke furniture, 2019
Mixed media

Jacques Charlier
Paysages professionnels, 1964-1970
Photographies NB, tapuscrit, certificat, (3) x 78 x 108 cm

Brecht Koelman
2017-01-19
Huile sur toile, 30 x 45 cm

Brecht Koelman
2019-03-8
Huile sur toile, 25 x 20 cm

David Polzin
Unfolded Chair, 2017

Aglaia Konrad
Selinunte, 2017
Héliogravure, 58,45 x 79,2 cm, 2019
ed 3 + 2 a.p

Art Brussels 2019, preview & highlights (1)

Jacques Charlier
Paysages professionnels, 1964-1970
Photographies NB, tapuscrit, certificat, (3) x 78 x 108 cm

A propos des Paysages professionnels : lire ici

Jacqueline Mesmaeker
Versailles avant sa construction, 1981
Photographie noir et blanc, encadrement, cartel, 70 x 83 cm

Jacqueline Mesmaeker,
Versailles après sa destruction, 2018
transfert sur miroir, 63,5 x 40,5 cm

Jacqueline Mesmaeker
Bourses de ceinture (détail), 2018
soie et velours, 20 x 6 cm chacune

photos : Isabelle Arthuis

A propos de Versailles… : lire ici

Aglaia Konrad
Selinunte, 2017
Héliogravure, 58,45 x 79,2 cm, 2019
ed 3 + 2 a.p.

John Murphy
Between Anguish and Desire – Between Vomit and Thirst. 2004
85.5 x 71.5 cm Photographic print, pen and ink on board, 85.5 x 71.5 cm

John Murphy
Between Anguish and Desire – Between Vomit and Thirst. 2004
85.5 x 71.5 cm Photographic print, pen and ink on board, 85.5 x 71.5 cm

Brecht Koelman
2017-01-19
Huile sur toile, 30 x 45 cm