James Lee Byars

You are currently browsing articles tagged James Lee Byars.

Résonances

Résonances

James Lee Byars
The Black Book, 1971
Impression sur papier, 42 x 27,5 cm

Raphaël Van Lerberghe

Raphaël Van Lerberghe
Plinthe, 2010. Bois, clous, 8,5 x 110 x 7 cm. Sans titre (la chute d’eau), crayon noir sur papier, 42 x 59,4 cm, 2009.. Gérard & Cie (éléphant d’Asie), carte postale, 14 x 9 cm, 2009.. Histoire Naturelle (éléphant d’Afrique), carte postale, 14 x 9 cm, 2009.

Résonances

Photo Charlotte Lagro

Résonances

Benjamin Monti

Benjamin Monti
Sans titres, 2016
Collage sur papier, (9) x 29,7 x 21 cm

Résonances

Maurice Pirenne

Maurice Pirenne
Maison en construction, 1948
Pastel sur papier marouflé sur panneau, 17,5 x 25,5 cm (encadré 19,5 x 27,5 cm)
Signé et daté en haut à droite

Maurice Pirenne
Maison en construction (également Maison en construction et cheminée intervapeur), 1948
Pastel sur papier marouflé sur panneau, 33 x 43 cm (encadré 36 x 46,5 cm)
Signé et daté en bas à droite

Résonances

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique IV, 1988.
Technique mixte, acrylique sur toile, 120 x 100 cm, socle, statuette en bronze, livre et drapeau.

Résonances

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Impavide, 2016
Huile sur papier, 24 x 32 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sédition, 2016
Huile sur papier, 17 x 24 cm

Valérie Sonnier

Valérie Sonnier
Raray, mercredi 26 septembre, 2015
Crayon et cire sur papier, 95 x 210 cm

Résonances

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Ribote, 2016,
Huile sur papier, 17 x 24 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Sororité, 2016
Huile sur papier, 32 x 24 cm

Jacqueline Mesmaeker

Résonances

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Exode, 2015
Technique mixte, dimensions variables

Tags: , , , , , ,

Résonances

James Lee Byars
The Black Book, 1971
Offset sur papier, 42 x 27,5 cm

L’œuvre de l’artiste américain James Lee Byars (1932-1997) résiste à toute tentative de catégorisation ou de stricte définition. Fortement influencé par ses nombreux voyages ainsi que par la philosophie Zen ou le théâtre Noh qu’il découvre au cours des années qu’il passe au Japon, James Lee Byars développe une œuvre aux limites du minimalisme, de l’art conceptuel et des arts performatifs.
En 1969, Byars conçoit une œuvre appelée « The World Question Centre », qui consiste en une tentative de recueillir des questions auprès de ceux qu’il considère parmi les « 100 esprits les plus brillants » de l’époque. Filmée le 28 novembre 1968 par Jef Cornelis, cette performance est diffusée en direct sur la BRT. A chacun des intervenants, l’artiste pose la même question : « Pourriez-vous nous présenter une question que vous jugez pertinente à l’égard de l’évolution de votre propre savoir ? ». James Lee Byars s’adresse à un certain nombre d’intellectuels, d’artistes et de scientifiques. Parmi ceux-ci les artistes Marcel Broodthaers et John Cage , l’écrivain Simon Vinkenoog, le docteur Robert Jungk ou encore Uri Avnery, écrivain et journaliste israélien. Les questions, posées par téléphone, sont discutées en studio par Byars entouré d’un cercle de personnes toutes habillées d’une robe rose dessinée par l’artiste pour l’occasion.
En 1971, James Lee Byars conçoit The Black Book dans un même esprit. Cette fois, il collectionne cent questions produites par autant de scientifiques, dans différents domaines. Il les fait imprimer en très petits caractères, illisibles à l’oeil nu. L’œuvre est produite par les collectionneurs Nicole et Herman Daled. Offset imprimé à 5000 ou 6000 exemplaires, The Black Book existe en deux éditions distinctes, l’une en lettres dorées sur un papier chiffon noir, l’autre imprimée en noir sur un papier blanc. L’édition est distribuée par James Lee Byars à ses invités le 22 février 1971 lors d’une promenade en Forêt de Soignes, non loin de Bruxelles. Jacques Evrard photographie l’événement. Elle sera également montrée la même année au Los Angeles County Museum et par la galerie Michael Werner à Cologne.

Tags: