Walter Swennen

You are currently browsing articles tagged Walter Swennen.

offlogo

La galerie a le plaisir de vous annoncer qu’elle participe au nouveau satellite de la FIAC : OFF(icielle) du 22 au 26 octobre, Les Docks, Cité de la Mode et du Design.

OLIVIER FOULON, SUCHAN KINOSHITA, JACQUES LIZÈNE, JACQUELINE MESMAEKER, JOHN MURPHY, VALERIE SONNIER, WALTER SWENNEN
stand / booth A37

Avant-première le mardi 21 octobre de 15 h à 21 h, uniquement sur invitation. Ouverture public du mercredi 22 au dimanche 26 octobre 2014 de 13 h à 20 h. Nocturne le vendredi 24 octobre jusqu’à 21 h.

utamaro

John Murphy
.. reflecting skin … or painted image 2006
C-print, 150 x 198 cm

Le communiqué de presse

Dessiné par l’architecte Georges Morin-Goustiaux, les Docks – alors appelés les Magasins Généraux – ont été mis en œuvre en 1907 pour participer au développement commercial de Paris. Ce sont les premiers docks parisiens modernes. Leur construction en béton armé témoigne d’une composition radicalement novatrice pour l’époque.
En 2005, les architectes Jakob et MacFarlane ont été sélectionnés pour la réhabilitation du site. Inspiré par le flux de la Seine, le projet interpelle directement les principes fondateurs de ce prototype de l’architecture rationaliste, révélant et magnifiant la structure existante, celle d’un monument historique aux sources de l’architecture moderne.
Les Docks – Cité de la Mode et du Design prolongent les promenades publiques de la Seine et prennent place dans le contexte urbain en tant qu’espace ouvert, espace de vie, véritable concentré de la création à Paris. Les Docks accueillent l’IFM (Institut Français de la Mode), le Nüba, le M.O.B., et le Wanderlust – parmi d’autres résidents – qui sont étroitement associés à (OFF)ICIELLE.
Dans un contexte résolument international regroupant 13 nationalités, une soixantaine de galeries ont été sélectionnées pour participer à (OFF)ICIELLE. Parmi elles, Samy Abraham (Paris), Rod Barton (Londres), Nicelle Beauchene (New York), Brand New Gallery (Milan), The Breeder (Athènes), Lisa Cooley (New York), Eleven Rivington (New York), Green Art Gallery (Dubai), Frutta (Rome), Kavi Gupta (Chicago), Josh Lilley (London), Limoncello (London), Taro Nasu (Tokyo), M+B (Los Angeles), Messen De Clercq (Bruxelles), Sabot (Cluj), Joseph Tang (Paris), Tianrenheyi Art Center (Hangzhou), Schwarz Contemporary (Berlin), Tanya Wagner (Berlin) pour ne citer qu’eux.
Dans un esprit d’ouverture, (OFF)ICIELLE revendique un regard à 360° à l’opposé de la standardisation. Ainsi la sélection d’(OFF)ICIELLE comprend deux galeries spécialisées en art brut : Ritsch-Fisch (Strasbourg) et Christian Berst (Paris, New York), une partie de la création contemporaine trop rarement exposée mais également mise à l’honneur pendant la semaine de la FIAC dans l’exposition de la collection Bruno Decharme à La maison rouge – Fondation Antoine de Galbert, lui-même passionné d’art brut. De la même manière (OFF)ICIELLE présente des galeries tels que Nadja Vilenne (Liège) dont la programmation traduit une vision singulière de l’art contemporain ou encore André Magnin (Paris), spécialiste de l’art contemporain africain.
Axée sur le principe de la découverte, (OFF)ICIELLE participe à la nouvelle maturité de la FIAC.

Tags: , , , , , ,

Tokonoma

Tokonoma I, 2012, détail

MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38 is pleased to present the exhibition Tokonoma with Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Suchan Kinoshita, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen.

A tokonoma is a built-in recessed space in a traditional Japanese room in which items are displayed for artistic appreciation. Derived from the concept of the personal Buddhist altar, it has become a standard domestic feature with a decorative purpose. One only enters this space in order to change the display following a strict etiquette. Toko literally means « raised floor » or « bed », while ma describes the gap, space, or pause between two structural parts. A tokonoma is not created by compositional elements, but rather refers to one’s consciousness of place and awareness of form and non-form. It creates an experiential space emphasizing the interval, the in-between.

Suchan Kinoshita has been using her ongoing, continuously changing series Tokonoma to open similar in-between spaces of thought between the practices of different collaborators since 2012. Tokonoma functions as an open score to be performed by and negotiated with invited interpreters. The only preconditions of the Tokonoma are a set of fragile architectural elements, composed of a diagonal line that is supported by vertical planes. Together, these form an open structure of intervals to be punctuated by works chosen by the respective contributors. This installational setting facilitates a negotiation of the given conditions and positions, while challenging the status and manifestations of artistic media via various transitions: from sculpture to installation, to gesture, to presence and participation. Tokonoma thus opens a microcosm of inquiry into who, where, how, and what is being negotiated while on view—a microcosm for the investigation of how to confront the various realities and materialities of artwork, how to compose its different aspects, and finally of how to present individual works without granting one more importance than the other.

Tokonoma operates as an archive as well as an exhibition, bringing together varying working methods, processes, and works. Beside the notion of collaboration, it allows an approach towards performativity and the timeline of a show beyond singular events. Influenced by her study of musical composition, Suchan Kinoshita has been concerned with the possibilities of integrating time as a structural part of a total entity throughout her career. In relation to other artistic strategies and interpreters, she uses Tokonoma to destabilize claims for completeness via a structural embrace of transformation and change within the course of the presentation.

For Tokonoma at Ludlow 38 in New York, Suchan Kinoshita, Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen—all of whom have collaborated in different constellations in recent years—come together during the month of May to enter a visual and spatial dialogue within a new interpretation of Tokonoma for a second time.

Tokonoma with Olivier Foulon, Joerg Franzbecker, Kris Kimpe, Suchan Kinoshita, Aglaia Konrad, Willem Oorebeek, Eran Schaerf, and Walter Swennen

Opening: Sunday, May 11, 6:00pm
Exhibition
05/12/14 – 06/14/14
MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38
38 Ludlow Street
New York, NY 10002

MINI/Goethe-Institut Curatorial Residencies Ludlow 38 is the Goethe-Institut New York’s contemporary art space, made possible with the generous support of MINI. Located on Manhattan’s Lower East Side, it has provided for curatorial experimentation in the tradition of the German Kunstverein since 2008. Its mission is to introduce new international perspectives to the downtown art community and to foster dialogue within the greater aesthetic and political context of New York and the United States. In the last three years, the trajectory of exhibitions has been determined by annually rotating curatorial residents from Germany, who bring their own unique perspectives to the art space. Ludlow 38 was initially programmed by a different German Kunstverein each year: Kunstverein München in 2008, followed by the European Kunsthalle Cologne and Künstlerhaus Stuttgart. In 2011, a residency program for young curators from Germany was launched in partnership with MINI. Since then, exhibitions and events have been organized by curatorial residents Tobi Maier (2011), Clara Meister (2012), Jakob Schillinger (2013), and Eva Birkenstock (2014) respectively.

Eva Birkenstock is the 2014 MINI/Goethe-Institut Curatorial Resident at Ludlow 38. Since 2010, she has been Curator of the KUB Arena at Kunsthaus Bregenz, Austria. Previously, she was the Artistic Co-Director of the Halle für Kunst, Lüneburg, Germany. Together with Galit Eilat and Eyal Danon she initiated the Mobile Archive, a growing video archive that has been touring the world since 2007. She has curated and co-curated exhibitions with artists including Yona Friedman, Dani Gal, Dora Garcia, Nick Mauss, Katrin Mayer, Ulrike Müller, Emma Hedditch, Falke Pisano, Tris Vonna-Michell and Ian White. Notable group projects include On Performance, 2010 (curated with Joerg Franzbecker); Nairobi – A State of Mind, 2012; and Beginning Good. All Good. – Actualizations of the Futurist Opera ‘Victory Over the Sun’, 2011 (with Kerstin Stakemeier & Nina Koeller). She most recently co-edited Art and the Critique of Ideology After 1989 and On Performance (2012), both for Kunsthaus Bregenz, as well as the artist books Tris Vonna-Michell (JRP|Ringier, 2011) and Dani Gal – Chanting Down Babylon (Argo, 2009). Birkenstock holds an MA in Art History and Cultural Anthropology from the Freie Universität Berlin

 

Tags: , , ,

Suchan Kinoshita

Walter Swennen

Walter Swennen
Bleu royal, 2009
Huile sur papier marouflée sur panneau, 30 x 40 cm

Walter Swennen

Walter Swennen
Bleu et jaune, 2011
Huile sur papier marouflée sur panneau, 30 x 40 cm

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita, Tokonoma, technique mixte, 200 x 120 x 80 cm, 2014

Tags: ,

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita, Tokonoma, technique mixte, dimensions variables, 2014

Tags: ,

Walter Swennen

Walter Swennen
Barque funèbre, 2014
Huile sur toile, 60 x 80 cm

Walter Swennen
Poisson vert, 2012
Huile sur bois, 45 x 57 cm

Walter Swennen

Walter Swennen
Poisson vert, 2012
Huile sur bois, 45 x 57 cm

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita, Tokonoma, technique mixte, 200 x 150 x 80 cm, 2014

Tags: ,

Walter Swennen

Walter Swennen, Poisson vert, huile su bois, 45 x 57 cm, 2012

Walter Swennen

Walter Swennen, Barque funèbre, huile sur toile, 60 x 80 cm, 2014

Walter Swennen

Walter Swennen, Couronne & Tonneau, huile sur toile, 50 x 60 cm, 2010

Tags:

A l’occasion de son exposition So far so good au Wiels à Bruxelles, cet entretien avec Walter Swennen, conversant avec Fabrice Kada pour Le Grand Charivari.

musiq3

Tags:

Arco

La Galerie participe à l’édition 2014 de ARCO Madrid.

Suchan Kinoshita et Walter Swennen
Hall 7, stand D01

Dates & Opening Hours
19th – 23rd February 2014
Professionals: Wednesday 19, from noon to 9 pm & Thursday 20, from noon to 8 pm.
General public: Friday 21, Saturday 22 & Sunday 23, from noon to 8 pm.

Where
Halls 7 & 9 at Feria de Madrid

Walter Swennen

Walter Swennen, garder la chambre, 2012, huile sur toile, 120 x 100 cm

Suchan Kinoshita

Suchan Kinoshita, Tokonoma, 2012

Tags: ,

Finissage-Walter-Swennen - Wiels

Pour marquer la fin de l’exposition So Far So Good de Walter Swennen, WIELS organise une finissage avec des projections de films et une présentation de Raphaël Pirenne. Ce dimanche 26 janvier de 16 à 19h.

En 1971, fut projeté lors de la Biennale de Paris un film coordonné par Jacques Charlier pour lequel Walter Swennen réalisa une séquence. Plan fixe sur l’artiste, il y était question d’image, de traduction, de projection. L’époque était alors à l’exploitation de formes « conceptuelles », a posteriori surprenante eu égard à la production ultérieure de l’artiste. Pourtant, alors même que Swennen ne s’engageait pas encore dans la voie de la peinture, s’inscrivait là une compréhension de l’image pouvant, jusque dans une certaine mesure, être mise en comparaison avec sa peinture. Partant de là, et à partir d’exemples prélevés de ses œuvres et de documents cinématographiques de natures différentes (documentaire, film de l’artiste, participation de l’artiste à des films de tiers), il s’agira de dessiner en creux un portrait de l’artiste où la figure de Prométhée rencontrera celles du Cowboy et de Spinoza.

- En français. / +- 20 min.

La présentation sera suivie par la projection des films suivants :

Walter Swennen, Sans titre, 1971.
16mm transféré sur DVD, son, noir et blanc, 0:05:41.
Partie d’un film collectif produit par Jacques Charlier pour le Biennale de Paris de 1971, y compris aussi des séquences de Guy Mees, Leo Josefstein, Charlier, Bernd Lohaus, et Panamarenko.

Michel Couturier, Pier, 1983.
16mm transféré sur DVD, couleur, son, 0:09:19.

Angel Vergara, Prométhée, 1987.
S8 (super 8mm) transféré sur DVD, couleur (PAL), 0:01:02.

Karel Schoetens et Wim van Mulders, Walter Swennen: Verwant, 1989.
16mm transféré sur DVD, couleur, son, 00:20:63.
Produit par Kunstzaken, BRT.

Espace 251 Nord, Interviews d’artistes: Walter Swennen, 2001.
Hi-8 vidéo transféré sur DVD, couleur, son, 0:26:18.
Partie d’une série d’entretiens réalisés dans le cadre de l’exposition « Ici & Maintenant » à Tour & Taxis, Bruxelles.

Walter Swennen, Taxi & dragon, 2009.
DVD, couleur, son, en boucle, 0:08:00.

Tags:

Paru dans De Witte Raaf, cette contribution de Bart Verschaffel à propos de Walter Swennen, suite à la conférence donnée au Wiels en novembre dernier.

DWR

DWR

DWR

télécharger l’article au format PDF

Sur le site de Agenda magazine.blog, cette visite d’atelier signée Estelle Spoto

photo heleen rodiers

Tout le monde connaît Mickey Mouse. C’est pour cela qu’Andy Warhol, pape du pop art, l’a peint, comme il a peint Marilyn ou une bouteille de Coca-Cola. Walter Swennen a lui aussi peint Mickey Mouse, récemment. La souris en culotte rouge trône en double exemplaire sur une toile accrochée en bonne place dans son atelier, à l’étage d’une ancienne usine de boutons cachée au milieu du « Bronx bruxellois », pas très loin du canal. Mais si Warhol et Swennen ont peint Mickey Mouse, ce n’est pas vraiment pour les mêmes raisons. Là où Warhol transforme en icône un personnage de la culture populaire, Swennen utilise Mickey comme « portemanteau ».

Lire la suite

Tags:

Walter Swennen - Wiels

Dans le cadre des conférences et visites guidés organisées par le Wiels :

Look-Whos-Talking--Dirk-Snauwaert

Ce 12 janvier 2014 à 16h :
Conférence – conversation : Olivier Foulon en conversation avec Walter Swennen
conférence en FR

info et réservations : welcome@wiels.org

Dernière conférence / rencontre à venir :

26.01.2014 Finissage Film screenings + presentatie(-ion) Raphael Pirenne (sic)

Tags:

Walter Swennen

Exhibition view of Walter Swennen: So Far So Good (05.10.2013 – 26.01.2014) at WIELS Contemporary Art Centre, Brussels. Photo: Kristien Daem.

Walter Swennen

Walter Swennen

Exhibition view of Walter Swennen: So Far So Good (05.10.2013 – 26.01.2014) at WIELS Contemporary Art Centre, Brussels. With: Grand cercle, 1999 and Allo Patti, 2011. Photo: Kristien Daem.

Walter Swennen

Walter Swennen

Exhibition view of Walter Swennen: So Far So Good (05.10.2013 – 26.01.2014) at WIELS Contemporary Art Centre, Brussels. With: Clown bleu rouge, 2007 and Kunststrijdster in de maan, 2007. Photo: Kristien Daem

Walter Swennen

Walter Swennen

Cercles (Servranckx)
Huile sur bois, 61 x 52 cm, 1998

Tags:

Walter Swennen - Wiels

Dans le cadre des conférences et visites guidés organisées par le Wiels :

Look-Whos-Talking--Dirk-Snauwaert

Ce 18 décembre 2013 à 19h :
Conférence – visite guidée par Laurent Busine
conférence en FR

Directeur du Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu, Laurent Busine a exposé les oeuvres de Walter Swennen à diverse reprises, au Palais des Beaux-Arts de Charleroi et au MAC’s.

info et réservations : welcome@wiels.org

le programme des conférences à venir :

12.01.2014, 16:00 Walter Swennen / Olivier Foulon (fr) Gesprek Conversation
26.01.2014 Finissage Film screenings + presentatie(-ion) Raphael Pirenne (sic)

Tags:

Lu dans le Journal des Arts, Novembre 2013, sous la plume de Christophe Domino.

WALTER SWENNEN, LA PUISSANCE DU WITZ

Hors les trames obligées dans lesquelles la peinture trouve sa place, au sein du langage des critiques comme du discours des musées, l’œuvre de Walter Swennen apparaît justement avec cette qualité marginale dans l’exposition que lui consacre le Wiels à Bruxelles, sous la direction de Dirk Snauwaert. Swennen, avec son itinéraire irrégulier engagé dès ses vingt ans –artiste pour artistes, figure plutôt discrète de la scène belge, mais référence centrale pour ceux qui le connaissent – ne s’était pas donné jusque-là l’occasion de cette importance de partager son œuvre où la peinture tient une aussi grande place. C’est aussi son attitude, faite de distance vis-à-vis du rôle de l’artiste, loin de l’esprit de carrière, dans un retrait caustique et d’une indépendance entière, qui fait de lui une figure attachante.
Sous le titre « So far, so good » (soit en français, jusqu’ici tout va bien), l’exposition propose un parcours au travers d’environ 130 œuvres, très dispersées jusque-là dans un grand nombre de collections privées et publiques, et principalement constituées de tableau peints entre le début des années 80 et aujourd’hui, auxquels sont associés des dessins, des notes, et encore trois objets sculptures. La monographie publiée pour l’occasion met en perspective le parcours de Swennen, son attrait dès les années 1965 pour la poésie de la Beat Generation, l’héritage Dada, mais aussi la veine du happening. La Belgique constitue alors une scène active. En parallèle à ses études de psychologie, Swennen écrit, publie, participe à la vie de groupe, mais bientôt diplômé, il enseigne en particulier la psychanalyse et prend de la distance avec ses premières pratiques.

Un appétit d’expérience.

En 1980 pourtant, il reprend ses activités artistiques, cette fois définitivement orientées vers la peinture. Ce tournant est présent dans le parcours, au travers des œuvres où semble s’opérer le passage de l’écriture à la figure. Mais le signe écrit va rester comme une constante : la lettre est une figure, et l’image peut être récit, idée. On pensera bien sûr à Marcel Broodthaers et son détour par la poésie. D’ailleurs les deux artistes se sont côtoyés respectueusement, partageant une scène, voire un certain esprit belge. Swennen privilégie la peinture et engage une pratique délibérément modeste dans sa forme (le tableau châssis de petite ou moyenne dimension), mais très attentive au processus même de la picturalité et aux conditions d’apparition de l’image dans la peinture. L’exposition rend compte de cet appétit d’expérience dans une peinture au demeurant volontiers ironique, tant dans ses thèmes que dans son traitement. Sous l’allure d’une pratique désinvolte, directe, économe, très libre, une « bad painting » sans héroïsme, Swennen montre un emballement permanent pour les expérimentations formelles (géométrie, grille, geste, recouvrement, coulure..) menées de manière indépendante, tout en étant conscient de ce qui se joue dans les pratiques dominantes de l’art et du marché. Au gré de la grosse trentaine d’années de production que traverse l’exposition, on retrouvera cette hâte apparente de la facture, une touche à la gaucherie méditée, la réduction à des systèmes graphiques rudimentaires, sur toile ou à l’occasion sur tout support qui passe par là, couvercle de cuisinière ou panneau de récupération. La peinture se donne de manière très directe, dans une intimité de la vision non policée, mais jamais tapageuse. Un aspect très direct qui emprunte aussi au dessin d’enfant, à l’économie graphique de la bande dessinée, à la vigueur du graffiti, à l’efficacité de l’imagerie commerciale, tout cela noué à la matérialité propre de la peinture. L’artiste construit ainsi un univers de préoccupations qui traverse sa peinture, mais ne s’y limite pas : le mot, le dessin, la poésie y ont leur place, et la question des langages, des langues, des discours et des formes de savoir forme un sous-texte permanent. Mais tout autant, à côté de références à l’histoire, à l’art, à la philosophie, cohabitent la vie ordinaire, les objets du quotidien, la culture enfantine, les signes de la rue, les clichés et de nombreux personnages, humains et animaux.

Un zapping spirituel

Voilà ce qu’on peut objectivement dire et décrire de l’œuvre. Et l’on n’aura rien dit alors, tant l’œuvre se définit surtout par un esprit subtil qui circule sans y faire de hiérarchie, entre Spinoza et Disney Studio, entre Bob et Bobette et Lacan, entre culture potache et lectures savantes, entre désinvolture et maestria, au profit d’une pensée qui fonctionne volontiers par « units », par mots d’esprit, passant du visuel au langagier et retour, aussi propre dans l’attention signifiante de l’image que du mot : une convergence que la peinture mieux que tout autre sait manifester, fragile mais décisive, comme une « émulsion », dit-il, en donnant au fil des tableaux la preuve sensible, délicieuse et crue. Aussi, à ceux que retiennent l’humour noir, la lucidité critique, l’euphémisme et la litote, le goût du jeu sérieux associé à la pensée buissonnière, mais aussi la densité synthétique dont la peinture peut être le vecteur incomparable, l’œuvre de Swennen promet un plaisir rare et une densité, voire une gravité paradoxale, car aussi faite de légèreté. « Ligotés au mât, nous peignons. Et on se fout de l’heure qu’il est », note-t-il en 1986. On l’aura compris, l’exposition du Wiels est à ne pas manquer, et Walter Swennen, un artiste indispensable.

Christophe Domino dans Le Journal des Arts n°402 – novembre 2013

Walter Swennen

Walter Swennen

Walter Swennen

Tags:

Walter Swennen

Tôle ondulée (Moke), 2000; Nganda Moke, 2007; MTe Angel out e Oddagic, 1988 and Black Auarium, 2010.

Walter Swennen

Atom, 1998 and Super blaue reiter, 1998. Photo: Kristien Daem.

Walter Swennen

Nelson blood, 1998; Vin de table français, 2011 and Untitled, 2009. Photo: Kristien Daem.

Walter Swennen

Dead dinner, 2010; Wit/wit, 2004 and Untitled (Beste P., bis), 1984. Photo: Kristien Daem.

Walter Swennen

Walter Swennen

Chauve souris, 2001; Scarlett, 1998; Magic, 1998 and Stark wie ein Stier, 2008. Photo: Kristien Daem.

Tags:

« Older entries