Archives de catégorie : Performances

Orla Barry, Mountain, Playground, Stuck Leuven

Mountain

Orla Barry (IRL)

thu 8 & fri 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Language shapes our structured world, but in fact every sentence we utter is an improvisation. That is the starting point for the new work of Irish visual artist Orla Barry. She has worked with 57 words, an actor, a performer and a musician to devise a work in which chance, fate, and a little witchcraft play equal roles in a performance that is never the same on any night. It is a show of shows, set in a décor of language objects, these objects were used to produce the script for the show.

Orla Barry, now shepherdess as well as artist, returns to performance after “The Scavenger’s Daughters”(2008) with her new knowledge of primal materials and customs to create particular works of art that play with different forms of text production such as speech, monologue, interview, poem or song to create a series of intentionally unplanned crossovers between text, meaning and performance.

Mountain will also be shown as an installation during the exhibition Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in the Centre for Fine Arts (BOZAR) in Brussels, as a part of the Irish chairmanship of the European Commission, from February 28 to May 19, 2013. An adapted version of the performance that premieres during Playground Festival at STUK will take part on the opening night of the BOZAR exhibition on February 27, 2013.

concept & text: orla barry performance & music: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. production: stuk, playgroundfestival leuven production management: ilse van essche commision: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern london; co-funded by the european union.

Orla Barry (IRL)

do 8 & vr 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Taal geeft vorm aan onze gestructureerde wereld, maar in feite is iedere zin een nieuwe improvisatie. Dat is het uitgangspunt van het nieuwe werk van Orla Barry. Ze ging aan de slag met 57 woorden, een acteur, een performer en een muzikant om een werk uit te denken waarin geluk, het lot en een beetje tovenarij een even grote rol spelen. De voorstelling verschilt daarenboven iedere avond. De taalobjecten op de scène vormen niet alleen het decor, maar liggen ook aan de basis van het script.

Orla Barry is ook schaapsherderin en ze gebruikt haar kennis van de materialen en gebruiken van het Ierse platteland om bijzondere kunstwerken te maken. Door te spelen met de verschillende vormen van tekstproductie zoals poëzie, liedjes, monologen, interviews of speeches ontstaan er onverwachte verbanden tussen tekst, betekenis en performance.

Mountain zal tevens als installatie-werk deel uitmaken van de tentoonstelling  Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in het Paleis voor Schone Kunsten (BOZAR) van Brussel in het kader van het Ierse Voorzitterschap van de Raad van de Europese Unie, van 28 feburari tot 19 mei 2013. Een aangepaste versie van de performance die in STUK tijdens het Playground festival in première te zien is, zal plaats vinden op de openingsavond van de tentoonstelling op 27 feburari 2013.

concept & tekst: orla barry performance & muziek: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. productie: stuk, playgroundfestival leuven productie management: ilse van essche commisie: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern londen; co-funded by the european union.

[sociallinkz]

Honoré d’O, Reporter, Festival Kanal, Bruxelles

Dans le cadre du Festival KANAL, à Bruxelles, ce week-end des 15 et 16 septembre, en coproduction avec le Wiels, Honoré d’O propose : Reporter

Imaginez un homme immobile sur un passage piéton. Dans sa main il tient un fil de pêche qui le relie au ciel, sans doute pour recevoir un message des régions inconnues. Comme d’habitude, Honoré d’O étire une observation visuelle jusqu’en dehors du cadre matériel et des certitudes objectives. L’humour situationniste renforce l’énigme.

description: a man standing still at the footpath holding a fish string in his hand, the string leads to the sky
ingredients: nylon string, air, person, patience, contact.

dimensions: footpath along the canal, distance in imagination, absolute proximity

informations : www.festivalKanal. be

Jeroen Van Bergen, Hep Taxi

C’est un des « Parallel Event » à Manifesta 09 :  le B32, une initiative d’artistes de Maastricht  organise des transport en taxi entre Maastricht et le charbonnage André Dumont à Genk où s’ouvre officiellement demain la neuvième édition de la biennale Manifesta, « The Deep of the modern ». C’est l’occasion de prendre un « Taxi détour » sous forme de performance, une série d’artistes et d’acteurs culturels ayant été invités à « customiser leur véhicule ».

Jeroen Van Bergen y participe. On croisera sur la route sa toilette modulaire.

Taxi Détour is an exceptional transportation service, providing a memorable travel between Maastricht (Central Station) and Genk (Waterschei) during the opening weeks of Manifesta 9. For its car park, art initiative B32 invited artists and cultural actors to construct their own vehicles.

Taxi Détour redefines the act of traveling between the two locations. Acting as a time capsule, in Taxi Détour motion in space becomes motion in time as well. During the travel relation between past and present becomes activated: stories, myths and anecdotes are told in a ready-made performance.
Sometimes truth – sometimes not, these stories heard in Taxi Détour are capturing the possible fallacy of memory, subjectivity of experience, history and its interpretations.

31 May – during Manifesta 9 professional and press preview
1 June – opening of Manifesta 9
2, 3, 8, 9, 10 June

Book your unique taxi ride via taxidetour@b32.org or call +31 (0) 68 48 21 797
Price: 10€ per person per ride/ 15€ retour

7 cars, more than 20 participating artists and art professionals

Jeroen van Bergen, Ilona van den Brekel & Lorna Buckley, Claudia Falutoiu, Veronique de Jong, Aniek Schiepers & Chantal Le Doux, Yvonne Klasen & Thilo Schmülgen, Lucas Kramer, Nina Grunenberg, Studio Oneindigheid (Charlotte Lagro,, Chaim van Luit, Guusje Sijbers, Jörg Theissen, Joep Vossebeld), Nathania Rubin, Arno Sanders

 

Suchan Kinoshita, Acte the presence, performance

SmallTalk is a series of lectures that take place at irregular intervals in the Atelier of the Flemish Government Architect. The contents of these lectures closely relate to the programme of the Team.

ACTE THE PRESENCE
Suchan Kinoshita

For the interior design of the Atelier the Team Vlaams Bouwmeester collaborated with visual artist Suchan Kinoshita (b. 1960, Tokyo – lives and works in Maastricht).

En passant: Scenario for a Passage is an especially for the Atelier devised new commission, inspired by the passage character of the place. Suchan Kinoshita’s intervention responds to the passage of time and the changing functions of the Atelier, taking into account the differences between day and night, between moments of activity and moments of rest.

En passant: Scenario for a Passage is a layered project that includes several elements. Two of them were realized at the opening of the Atelier. The first chapter of her script focuses the attention of the passerby on the interior of the Atelier through a composition for two voices and a light bulb. In the second component, a so-called ‘clock’, the individualized, subjective experience of time plays an important role. The third part, an installation that draws footsteps and other noises from the Ravensteingalerij into the Atelier space, will enter into force May 2012.

Following this new creation Suchan Kinoshita brings Acte de Présence, a performance in which the idea of the performance itself is central.

Atelier Bouwmeester
Ravensteingalerij 54 – 59, 1000 Brussels
On Tuesday, May 22, 2012 at 7 p.m.

Reservation required (only 50 seats) at:
bouwmeester@vlaanderen.be with reference SmallTalk 22/5

Jacques Lizène, Palais de Tokyo, revue de presse

– Dans le Journal des Arts, « Une « chaotique fécondité » préside à la réouverture du Palais de Tokyo ». Thomas Bizien arpente le Palais  et écrit :

22h30 Un groupe d’une dizaine de jeunes artistes dénudés s’enduisent mutuellement d’un liquide de couleur bleu opale. Meute transgenre, le groupe traverse les espaces, grinçant, ou étalant leurs corps aux pieds des visiteurs en guise de soumission. Daria de Beauvais, curatrice du palais depuis la première époque, regarde le spectacle avec émotion. Elle salue la présence des anciens directeurs, et affirme la continuité d’une programmation exigeante, tournée vers le dialogue avec les artistes.

23h00 Sous l’œil bienveillant de Michel François, Jacques Lizène, perruque en forme de crête dressée sur la tête, se promène tout sourire dans les méandres des sous-sols. Certaines œuvres du « petit maître liégeois de la médiocrité », mi guitare mi pioche, sont accrochées aux murs. A sa demande un trio joue Beethoven à l’envers. Pour l’art d’attitude, créer une forme c’est avant tout l’habiter.

23h30 L’ancienne salle principale de la cinémathèque française s’est transformée en salle de concert. Au dernier sous-sol, La Chatte inaugure le lieu avec la présentation de son second album. Boucles New Wave, guitare en cadence, le public semble apprécier. Des Djs viendront la nuit durant renouveler la set list.

– Joséphine Fournier en fait de même pour  L’Officiel. Elle note  à 18h04 :

18h04 : le sésame dévoilé, nous voilà à l’intérieur déjà bondé, 4 minutes après l’ouverture des portes. Toute la troupe d’habitués (galeristes, collectionneurs, couturiers…) joue de la coupette, pendant que les artistes déambulent, le regard aiguisé ! Ah les artistes, l’élément phare de cette soirée ! Nous croisons le premier, une perruque à longue mèche de gel relevé sur la tête. Il s’agit de Jacques Lizene, artiste Liégeois et inventeur de l’ « art nul » ! Je sens qu’il va nous intéresser, mais on en reparlera plus tard.

A 19h 32, elle découvre l’installation du Petit Maître :

19h32 : ah, c’est ici qu’on retrouve notre Jacques Lizene, toujours avec sa perruque mais surtout à côté de son œuvre. L’œuvre en question ? Un tas de pierres et de débris dans un gros sac en plastique épais avec un mot écrit à la va-vite au marqueur fluo: « Œuvre d’art, ne pas jeter ». Heureusement qu’il nous prévient !

– Sur le Site de Artnet, on découvrira, le film de Sven Kuffer et Alexandre Delvaux. Et bien évidemment l’installation du Petit Maître liégeois. Voir le film.

– Jacques Lizène était l’invité de Laurent Goumarre, en compagnie de Jean de Loisy, le président des lieux, Jean-Philippe Vassal, architecte, Vincent Ganivet, plasticien, l’écrivain Christine Angot, Gwénaël Morin et son théâtre permanent. Sur le site de France Culture, Jacques Lizène est présenté comme génie de « la médiocrité » et « petit maître de Bruges ». Magnifique, encore raté ! Réécouter l’émission

– Rue 89, titre « Le Palais de Tokyo abat ses murs pour l’art contemporain » et profite bien sûr des gravats de l’installation lizénienne pour illustrer son propos

– Arte a confié la couverture filmique de l’événement à Lech Kowalki
ARTE Creative se propose d’en faire partager l’expérience à travers le regard du grand cinéaste documentaire Lech Kowalski. Filmeur né, doté d’une grande expérience dans le filmage sur le vif de concerts et en milieu « difficile » il suivra le marathon de 30h pour proposer une vision singulière de cet évènement hors-normes. Celui-ci filmera bien sûr l’intervention de Jacques Lizène

– Guy Duplat, dans La Libre, pointe également la participation du Petit Maître liégeois et écrit :

Le nouveau Palais a été inauguré jeudi par Nicolas Sarkozy, lors de 24 h de performances et fêtes qui ont attiré le tout Paris « branché » (avec entre autres les hilarants concerts de musiques à l’envers du Liégeois Jacques Lizène, le génial « petit maître médiocre » comme il le dit !

Bref, comme dirait Jacques Lizène lui-même : « On ne s’est pas ennuyé un seul instant »

 

Entrouverture du Palais de Tokyo, Jacques Lizène, les images

Entrouverture au Palais de Tokyo. 30 heures non stop de performances. 12/13 avril 2012

Cadre d’instruments de musique modifiés, en remake 2012
Position pour une exposition virtuelle 193-1993, en remake 2012, Jacques Lizène expose dans le chantier du palais de Tokyo, avant sa réouverture. Vidéo. Son. Couleurs, 9 min. 2012 (production AVCAN). Vidéo projetée derrière un ts de gravats provenant du chantier du palais de Tokyo.
Pièce pour musique à l’envers, 1979 en remake 2012, Edaneres de Giwdul Navnevohteeb. Vidéo, son, couleurs, rushes 1 et 2, 36 min, 2012. (production AVCAN)

Avec la complicité de trois instruments à cordes, Alexandre Castro Balbi (violoncelle), Maxence Grimbert Barré (alto), Héloïse Schmitt (violon). et de l’ineffable Xavier Boussiron à la pédale wawa, Jacques Lizène interpréte une œuvre de musique à l’envers, nouvelle création intitulée « Edaneres » du compositeur Giwdul Navnevohteeb.

Réécouter Jacques Lizène sur France Culture :

Le RDV au Palais de Tokyo Jean de Loisy, Jean-Philippe Vassal, Christine Angot, Jacques Lizène, Vincent Ganivet, Gwénaël Morin.
Dans la présentation de l’émission, Jacques Lizène devient : « génie de « la médiocrité » et « petit maître de Bruges ». Magnifique ! Encore raté !

 

 

 

Jacques Lizène entrouvre le Palais de Tokyo à Paris

Jacques Lizène participe à l’entrouverture du Palais de Tokyo à Paris. 28 heures durant, il y propose une rapide rétrospective vidéo. Ces 12 et 13 avril,  il sera également en performance, un concert de musique à l’envers pour trois violons et une pédale wawa.
Jacques Lizène a virtuellement exposé dans le chantier de rénovation de l’institution, profitant des 25.000 mètres carrés du Palais. Il montrera les résultats de cette exposition sur un tas de gravas !

 

« J’aime penser que l’on fait partie d’un espace créatif et dans cet espace visuel et sonore, il faut pouvoir expérimenter une sensation : poétique, dense, éphémère… ». déclare Vittoria Matarrese, responsable des projets spéciaux et événements culturels du Palais de Tokyo.  Du jeudi 12 avril à 20h, au vendredi 13 avril à minuit, le Palais de Tokyo, désormais sous la direction de Jean de Loisy, ouvre une brèche : une intense vision accélérée et hallucinatoire de l’énergie qui va se déployer au Palais de Tokyo pendant les prochaines années.

Un foisonnement d’événements, de concerts, de performances, de conférences et de spectacles : de Christian Marclay à Olivier Saillard, de Gwenaël Morin à Hajnal Nemeth, de Matthew Herbert à Lucas Abela, le Palais de Tokyo est habité par les artistes ! La fièvre de 21h, les sursauts de minuit, l’onirisme de la nuit profonde, le charme de l’aube… Autant de moments pour découvrir le Palais de Tokyo, dans les coulisses de sa métamorphose, achevant sa mue avant d’ouvrir ses espaces d’exposition avec La Triennale « Intense proximité », alors en montage. Tous les espaces accessibles, près de la moitié du site, fenêtres, escaliers, salles de cinéma, mezzanines, Saut du loup, Little Palais, restaurant, auditoriums, agoras, déambulatoires, bureaux, salles de réunion seront investis par les oeuvres et ouverts au public.

 

Avec la complicité de trois violonistes, Adrien Boisseau, Violaine Meunier, Héloïse Schmitt et de l’ineffable Xavier Boussiron à la pédale wawa, Jacques Lizène interpréte une œuvre de musique à l’envers, nouvelles création intitulée « Edaneres » du compositeur Giwdul Navnevohteeb.
&nbsp


Belle illustration de sa position de Cheyenne contraire, Jacques Lizène a l’idée de composer de la musique à l’envers dès 1979. Il la met en œuvre en 1996, avec   « Taifansie Trazom », pièce de musique à l’envers qu’interprétera le pianiste Jacques Swingedau. Avec la musique à l’envers, Jacques Lizène réinvente « n’importe quelle composition en lisant à l’envers toutes les œuvres, comme art d’attitude d’art médiocre et Music’ Minable ». Le but assigné au concept de réécriture compositionnelle n’a pas la prétention de créer de nouvelles sonorités mais bien de « lutter contre l’idée de jugement ». Jacques Lizène est donc un « compositeur non composant ».

Dans la foulée, Jacques Lizène inventera la « musique doublement à l’envers », variante plus complexe et gymnique puisqu’il s’agit de proposer à un musicien d’interpréter une partition de musique en jouant de son instrument à l’envers. Ainsi un pianiste jouera, accroupi sur la table du piano (donc clavier à l’envers), une partition existante, mais ré-écrite à l’envers. Un contrebassiste tiendra son instrument à l’envers, la touche vers le bas, la table vers le haut.  Notons que l’idée de la musique à l’envers (en effet de miroir) date de 1979 et qu’elle pourrait provenir, aux dires du Petit Maître, du souvenir du récit qu’on lui fit de l’exposition de René Magritte à Verviers, à l’invitation de temps mêlés. Magritte, son frère, André Souris (et d’autres ?) y auraient chanté la Brabançonne à l’envers.

Par ailleurs, Le Petit Maître a virtuellement exposé dans le chantier du Palais de Tokyo. Il en a fait un film qu’il présentera, penché, sur un tas de gravas.
En 1993, Jacques Lizène, Petit Maître de la seconde moitié du XXe siècle, prend position pour toute exposition virtuelle et se propose d’exposer virtuellement sur Mars (ou sur une autre planète) mais aussi dans tous les musées du monde.
C’est sur cette base qu’il concevra son documentaire fiction « Un certain Art belge, une certaine forme d’humour » en 1993. Dans ce projet dont l’idée remonte à 1983, il s’agit de « remplacer par simulation vidéo des monuments parisiens par des œuvres d’artistes belges. Position pour une exposition virtuelle ». Faire sortir de terre parisienne, afficher en incrustation ou en simulation virtuelle, c’est-à-dire en trois dimensions, des œuvres d’artistes belges dont l’irruption iconoclaste ou dérisoire donne fugacement un autre sens aux lieux. Cette fois, Jacques Lizène, sur le même principe, expose au Palais de Tokyo, mais avant sa réouverture, dans le chantier même.

 

Emilio Lopez Menchero, Homme Bulle et Claquettes

Collaboration entre les services de la Lecture Publique et des des Arts plastiques de la Province de Liège, l’Homme Bulle d’Emilio Lopez-Menchero campera plusieurs mois à Liège, non loin de la Bibliothèque des Chiroux, à l’angle de l’avenue Maurice Destenay et de la rue des Croisiers. Le lieu choisi, au pied de la principale bibliothèque publique liégeoise est bien sûr emblématique : l’Homme-bulle absorbe, révèle et fixe l’intensité sociale, sa concentration en un point où le mouvement est le moteur d’une narrative sans fin, constituée d’une multitude d’anecdotes anonymes, signées. Emilio Lopez Manchero en investissant l’espace urbain de cette façon questionne la sculpture publique traditionnelle en offrant aussi la possibilité à tout un chacun d’intervenir et donc de laisser une trace, une empreinte ou autre message.

L’inauguration de cette installation se déroulera le jeudi 1er décembre à 18h, en l’espace Rencontre de la Bibliothèque des Chiroux. En présence de l’artiste.

A propos de l’Homme Bulle, dans le cadre de Aux Arts Etc, alors que la sculpture campait à Waremme, non loin de l’Hôtel de Ville :

« Rien qu’un homme à la rue qui attend comme la cloche que quelqu’un d’autre lui dise pourquoi  il est là ». « Cultures-tu ? ». « Porte-parole ouvert à tous ». « Veux-tu m’épouser ? ». « Super le Centre culturel de Waremme, l’équipe est géniale, les spectacles de qualité. Dommage que ces gens soient mal payés ! ». « On t’aime Papa ! ». « Sacré Jacky ! ». « Surtout ne pas se dégonfler ». « Tout le monde s’appelle Roger ».

Les Waremmiens, on le voit, s’en sont donné à cœur joie. Ils ont tagué à volonté la bulle de l’« Homme Bulle » d’Emilio López Menchero. Ils l’ont même tatoué d’une grande marguerite, d’un monumental point d’interrogation, ont débordé sur son costume trois pièces, l’ont affublé de moustaches et ont redessiné ses yeux. « Bulle à savon, bulle à idées, attention ça glisse ».  Bref, ils se l’ont approprié.  Après avoir été installé à Bruxelles et avant de rallier Liège, l’ « Homme Bulle » était à Waremme, campant dos à l’hôtel de police et face à l’Hôtel de Ville.

Architecte de formation, Emilio López Menchero ne pratique pas, mais considère l’espace public et urbain comme un espace critique et y intervient régulièrement. Performances, installations, commandes publiques jalonnent son parcours. On le soupçonne de vouloir tatouer la Spanner Haus d’Adolf Loos. Très sévère par rapport à toutes les dérives que le « Crime et ornement »de l’architecte viennois a généré, il cite volontiers Hans Hollein et son Manifeste de 1968 : « Alles ist Architektur ». Tout est architecture, y compris la construction de soi. Ainsi, il habite la ville de Gand du cri de Tarzan, exporte, en guise de bancs publics, des frites géantes en Norvège, dessine une bâche de camion dont il mesure la capacité maximum à échelle humaine, constatant que deux cents individus, serrés en rangs d’oignons, pourraient y prendre place. À Ixelles, il reconfigure la friche de la place Flagey en « projet Potemkine », dressant, en quelques heures, une rue de toiles à la manière des faux villages prospères érigés par le favori de Catherine II en Ukraine. À Ath, il introduit un géant, Monsieur M, monsieur Moderne, au cœur de la procession des géants séculaires de la cité. On lui doit, bien sûr, « Pasionaria », ce porte-voix monumental installé à proximité de la gare du Midi à Bruxelles. Orientée vers la gare, ce lieu de confluence, référence à un épisode de la Guerre d’Espagne, « Pasionaria » matérialise la parole manifeste. Cette commande publique est dédiée à tous les migrants dans un lieu où se déroulent de régulières manifestations sociales et politiques.[i]

Monsieur Moderne, le géant d’Ath, ressemble à ces silhouettes anonymes esquissées par l’architecte théoricien Ernst Neufert, auteur des célèbres « Eléments des projets de construction », cette base méthodologique de la mesure de toute chose, de la norme et des prescriptions, publiée pour la première fois en 1936 à Berlin. Les silhouettes qui parsèment les croquis domestiques et vernaculaires de Neufert, traversent depuis longtemps déjà, les œuvres d’Emilio López Menchero. L’ « Homme Bulle » leur ressemble aussi. Citadin en complet veston, il est, au même titre que le porte-voix bruxellois de la « Pasionaria », un espace relationnel. De sa bouche s’échappe un monumental phylactère. Bulle ronde, vide, immaculée, c’est une muette invitation. La sculpture n’est pas un objet à regarder, mais une situation à composer. L’œuvre est en quelque sorte inachevée et son achèvement plastique suppose que le spectateur y mette la dernière touche. Au stylo feutre, bien entendu, à la bombe aérosol. Rien n’est imposé, au contraire, c’est une situation ouverte, à l’état de passage, où l’intersubjectivité se révélera mécanisme de création, la nature processuelle de la réalisation faisant de l’œuvre un événement[ii]. Le graffiti, le tag, l’empreinte directe, sont autant de signes de la culture urbaine contemporaine ; ici, ils permettront de créer de l’« être ensemble ». Être ensemble, artiste et regardeur, être ensemble, grapheurs d’un jour, tagueurs d’occasion, rassemblés sur la bulle. Campé sur le trottoir, l’« Homme Bulle » est le porte-parole de la population. Il sollicite le passant, lui propose de s’évader de ce tout ce qui est conforme, prescrit, recommandé, correct ou anonyme pour un moment de libre expression.


[i] A propos d’une série de projets réalisés: « Emilio López-Menchero, « Alles ist Architektur », Jeunes Architectures/Young Architecture », CIVA / A16, Bruxelles,  2007.

[ii] Voir à ce sujet : Paul Ardenne, « Un art contextuel », Paris, Flammarion, 2002, pages 179 et suivantes.

Juste avant l’inauguration de L’Homme Bulle à Liège, Emilio Lopez Menchero participe au « Bone 14, Festival für Aktionskunst in Bern », festival de performances qui se déroule du  29 novembre au 3 décembre dans la capitale helvétique. Emilio Lopez Menchero réactivera sa performance « Claquettes », créé pour le festival Monumentum à Bruxelles en 2010. « Claquettes » est une performance qui a eu lieu le 4 juin de 22h30’ à 22h 37’, en l’ancienne brasserie Bellevue à Bruxelles.

 

Emilio Lopez Menchero : Ici à Bern, le principe est identique , mais le déroulement in-situ reste totalement imprévu. Souvent lorsqu’on me demande « que sais-tu faire de tes dix doigts ? », je réponds en claquant des doigts le plus rapidement possible, rare chose que j’arrive à faire parfois avec une certaine virtuosité… Assis, torse nu sur un tabouret, je suis isolé auditivement du public. Je porte un casque audio très isolant acoustiquement, relié à un ipod situé dans ma poche. Un projecteur de lumière ne se concentre que sur mon torse. A Momentum, le hasard porta le choix sur la chanson « Carmela » de Camarón de la Isla, mais ici cela peut-être une tout autre. Je réagis spontanément au rythme de la musique en claquant mes doigts et en tapant le sol avec mes bottes à talon (prestation que je fais avec le plus de dextérité possible). Le public n’entend évidemment rien de ce que j’écoute, et moi-même je n’entends ni les réactions du public, ni même le son que je produis.

Les artistes invités au Bone 14 : Bean (GB) -Fredie Beckmans (NL) – Marina Belobrovaja (CH) – Domenico Billari (CH) – Frieder Butzmann (DE) – Esther Ferrer (ES) – Terry Fox (US)- GX Jupitter-Larsen & Jessica King (US) – Haus am Gern (CH) – Mischa Kuball (DE) – Emilio López-Menchero (BE) – Ka Moser (CH) – Boris Nieslony (DE)- Yoshinori Niwa (JP) – Dorothea Schürch (CH) – Lara Stanic (CH) et Filippos Tsitsopoulos (ES)