Jacqueline Mesmaeker, De page en page, Pendants et vis en face (5)

52 V
53 R
54 V
55 R
56 V
57 R
58 R

Marie Zolamian, Regenerate, Wiels, Bruxelles, ouverture ce 1er mai

Marie Zolamian participe à l’exposition Regenerate, au Wiels à Bruxelles, du 1er mai au 15 août 2021. 

Rassemblant un grand nombre d’artistes, Regenerate offre une vision actuelle à la fois joyeuse, critique, prudente et optimiste, au fil d’œuvres récentes créées par des artistes en Belgique (avec des escapades occasionnelles au-delà des bulles et des frontières).

Explicitement ou implicitement, les œuvres sélectionnées témoignent de la revitalisation que l’art peut offrir. En se concentrant sur des productions récentes, le projet explore ce qui a émergé durant cette période teintée d’imprévisibilité et d’isolement, et analyse comment la pandémie et son impact ont, jour après jour, sculpté nos imaginaires.

Artistes
Cecilia Bjartmar Hylta, Elen Braga, Carlos Caballero, Chloë Delanghe, Bram Demunter, Effi & Amir, Eitan Efrat & Sirah Foighel Brutmann, Helen Anna Flanagan & Josefin Arnell, Eva Giolo, Corentin Grossmann, Tom Hallet, Nokukhanya Langa, Eva L’Hoest, Sandrine Morgante, Camille Picquot, Batsheva Ross, Marie Zolamian

La société humaine fait preuve d’une résilience et d’un pouvoir de régénération remarquables. Après chaque cataclysme, qu’il soit provoqué par l’homme, par la nature, ou (comme c’est souvent le cas) par une combinaison des deux, les communautés se relèvent, se secouent et repartent de plus belle. Un processus de reconstruction qui s’accompagne la plupart du temps de bouleversements, mais la remise à zéro des compteurs engendre également toujours de nouvelles priorités et des schémas comportementaux nouveaux.

De tous temps, les artistes ont été d’excellents baromètres de ces périodes de renouveau, ouvrant la voie en témoignant de nos combats et de notre confusion. Ces derniers mois d’isolement social ont offert l’opportunité de se réévaluer, de se questionner soi-même mais aussi de s’interroger sur les comportements de la société, d’imaginer ce qui pourrait devenir le « nouveau normal ». Pour tout le monde, cela a révélé ce qui était superflu, ce qui était essentiel, même si les conclusions tirées sont loin d’être universelles. Il est trop tôt pour savoir quel type de société émergera de la pandémie de Covid-19 – ou quand elle se calmera au niveau global –, mais WIELS saisit ce moment pour explorer de nouvelles formes de présentation publique.

WIELS propose de partager ses ressources avec de nombreux acteurs de sa communauté artistique, créative et intellectuelle. En tant que centre artistique, le WIELS offre avant tout un espace d’attention publique : aux praticiens, à leurs pratiques et idées. Regenerate vise donc à fournir cette attention sous forme d’une plateforme publique accompagnée d’un soutien financier, intellectuel et logistique pour les pratiques qui ne peuvent compter sur les mécanismes du marché de l’art, de plus en plus instables et de moins en moins fiables. À cette époque où le digital ne cesse de gagner du terrain, WIELS privilégie les rencontres interpersonnelles et avec les œuvres d’art, auxquelles les médias sociaux et les interactions en ligne ne pourront jamais se substituer.

Curatrices : Zoë Gray & Helena Kritis

Jacqueline Mesmaeker, De page en page, Pendants et vis en face (4)

38.V
39.R
40. V.
41. R
42. V.
43.R
44.V
45. R.
46. V
47. R.

Jacqueline Mesmaeker, De page en page, Pendants et vis en face (3)

22.V.
23.R
24.V.
25.R
26.V
27. R.
28.V.
29.R

Jacqueline Mesmaeker, De page en page, Pendants et vis en face (2)

11.R.
12.V.
13.R.
14.V.
15. R.
16. V.
17. R.
18. V.
19. R
20.V.

Jacqueline Mesmaeker, De page en page, Pendants et vis en face (1)

5.R.
6.V.
7.R.
8.V.
9.R.
10.V.

Jacqueline Mesmaeker, Secret Outlines, Versailles, édition

L’édition de Jacqueline Mesmaeker Secret Outlines , édition produite par la galerie Keijiban a fait l’objet d’une exposition à Kanazawa, capitale de la préfecture d’Ishikawa au Japon, exposition qui vient de fermer ses portes. L »édition est désormais disponible et peut être commander à cette adresse.

Jacqueline Mesmaeker, Secret outlines – Versailles, 1996-2020

Offset printing and pencil drawings on Gardapat 150g paper. Cardboard slipcase covered with vintage sheepskin-textured and gilt-embossed paper. Leporello: 14 x 10,3 cm (folded) or 336 x 10,3 cm (unfolded). Slipcase: 14,2 x 10,5 x 1,2 cm

Edition of 30 copies, signed, numbered, and including 5 original drawings by the artist

E-Xhibition Arco Avril 2021, Maen Florin

La galerie participe aux propositions virtuelles d’Arco Madrid et expose virtuellement jusqu’au 10 mai, une sélection d’oeuvres récentes de Maen Florin issues de trois séries : Performers, Histrions et Blue & Blind

Rejoignez la page de la galerie à cette adresse ainsi que la page d’accueil de cette E-Exhibition. 

Performer IV / Blue, 2020, h.120 x br.55 x d.40 cm

Performer :  Despite the highly-charged, serious character of her work, there is also room in it for more playful elements. For instance, in her most recent group of sculptures, The Performer, we come across indirect allusions to the Les Enfants du Paradis, the 1945 film by Marcel Carné. Maen Florin saw this French classic years ago and the marvellous world it evokes has always stayed with her. The film is about love and melancholy, pickpockets and broken hearts in the wings and dressing rooms of a people’s theatre in the mid-nineteenth century. Besides the hard outside world of reality is the parallel one of the theatre that is filled with shadowy lives, dreams and the sweet illusion of the imagination

“What is the world if not a great stage, in which everyone performs in the mask of another and acts out his adopted role, until the great director removes him from the stage.” This well-known quotation from Erasmus’s Praise of Folly also inspired Maen Florin in making her sculptures. With her standing sculptures, the artist presents herself as the director who plays on the feelings of her public by way of imaginary, dreamlike characters.

Histrionis 2020, céramique       

Histrion. Male noun. An ancient actor who played crude jokes, with flute accompaniment. Literary, ridiculous charlatan: A political histrion. Histrion refers, in ancient Roman theatre, to a comic actor, a comedian who played pranks. Synonyms: actor, comedian, jester. Histrion refers, by extension, to a bad comedian, a ham. From Latin histrio (« actor »). (By extension) A character who makes a spectacle of himself by using outrageous effects. Synonym: clown. Derived from: Histrionage, histrionic, histrionisme, histrionner. Bateleur, baladin, player of jokes. Comedian and in particular pantomime. 16th century. Borrowed from Latin, mime, comedian, braggart, embarrassment maker. The feminine Histrionne is sometimes used. Other synonyms: turlupin, joker, puppet, polichinelle. A grotesque buffoon whose sallies, lascivious pantomimes and licentious performances disturb the senses of the audience. Histrionic personality disorder is characterised by a pervasive pattern of excessive emotionality and attention seeking. A somatoform disorder that affects a person’s thinking, perception and relationship with others.

Blue & Blind, 2000, céramique

Blue & Blind : Maen Florin’s sculptures appeal to the viewer to reflect on the place of the individual in a changing society. The series of heads for instance with the title Blue and Blind resonate with the sense of loneliness and alienation that is increasingly the hallmark of our society. By mixing the moulds of different heads, she gives the new heads a distorted and aggrieved look. Melancholy and sorrow lie concealed behind their closed eyes (Blue). Can or will they not see (Blind).




.

A la galerie, Jacqueline Mesmaeker, Pendants & Vis en face

L’Ombre saisissante, page de : Jacqueline Mesmaeker, De Page en page, Pendants et Vis en face, 1990-1993

La galerie Nadja Vilenne  le plaisir de vous convier à visiter l’exposition

JACQUELINE MESMAEKER

PENDANTS ET VIS EN FACE

Jusqu’au 8 mai. Je. Ve. Sa. de 14 à 18h et sur RV.

La galerie est ouverte ces samedi 17 et dimanche 18 avril de 11 à 18h

 

Agenda Avril 2021, hors les murs

Maen Florin, Mechelen (B), Playing at being human, musée Hof van Busleyden, prolongation jusqu’au 25 mai

L’exposition monographique Playing at being human de Maen Florin est prolongée jusqu’au 25 mai prochain, en combinaison avec la nouvelle exposition du musée, Kinderen van de Renaissance (Les enfants à la Renaissance). Les sections de l’exposition à l’église St-Jean et au Garage sont, elles, fermées. L’exposition Enfants de la Renaissance rassemble pour la première fois une sélection exceptionnelle de portraits d’enfants réalisés pour la Cour malinoise et explore leur contexte historique, didactique et artistique. Les oeuvres de Maen Florin, intégrées dans les collections permanentes, entrent en dialogue avec le passé, et ne font plus qu’un avec l’environnement dans lequel elles sont exposées. En pleine résonance, multipliant les rapprochements formels, déclinant dès lors le langage plastique et visuel, thématiques, ou nous permettant de tisser des liens, d’enrichir le sens des unes et des autres.

 

Sophie Langohr, Liège (B), Art au Centre, 4 février – 30 avril 2021

 Pour cette installation, réalisée en collaboration avec Orto Botanico Studio et conçue spécialement pour Art Au Centre, Sophie Langohr s’inspire de l’ancienne tradition des vases de mariées. Ces vases en porcelaine blanche furent abondamment produits en France et en Belgique entre le milieu du 19ème et le début du 20ème siècle. Ils faisaient partie du rituel du mariage et étaient conservés, ornés des fleurs de la couronne ou du bouquet de la mariée, sous un globe de verre posé sur un socle en bois peint. Leur ornementation fait appel au registre de l’amour éternel, de la fécondité et de la prospérité tandis que leur forme de coquille ou d’éventail largement ouvert est un symbole de réceptivité aux influences célestes. L’organicité de ces vases, librement réinterprétés, témoigne de la pensée naturaliste du 19ème siècle. Cette idéologie a également nourri une édifiante littérature misogyne qui, à l’époque, participait au maintien des femmes artistes hors de la sphère publique et dont ce texte est exemplaire: « Les femmes sont encore rarement enclines aux activités intellectuelles (…). Parce qu’elles ont en général un agréable sens de la forme, des perceptions rapides, de la fantaisie et une imagination souvent vive, il n’est pas surprenant que le modelage de l’argile tente leurs jolis doigts. De même, leur nature incite les femmes à sculpter des motifs fantaisistes et sentimentaux plutôt que (…) des œuvres de pure imagination créatrice ». « En réaction et pour la chanson, répond Sophie Langohr, j’ai donc adopté cette marche à suivre : « Du pain et des roses ! Du pain et des roses !» Et j’ai laissé mes mains se souvenir du meilleur et du pire pour sculpter des pains de terre et de mousse ».

Jacqueline Mesmaeker, Gent (B), Uit de collectie, Why are you Angry ? Du 13 février au 30 mai 202

Why Are You Angry? rassemble une sélection des acquisitions les plus récentes du S.M.A.K. Le titre prend la forme d’une question ouverte à laquelle les visiteurs sont encouragés à répondre pour eux-mêmes. Il peut aussi se lire comme une invitation à interroger la crise sociale mondiale actuelle du point de vue des émotions. Le questionnement – que ce soit des artistes, des œuvres d’art, du musée ou des autres visiteurs – est au cœur de l’exposition. Les œuvres d’art servent de fil conducteur dans la quête de réponses, l’espoir étant qu’elles agissent comme catalyseur de tout un éventail de pensées et de sentiments, du regret au plaisir et de l’aversion à l’émerveillement. Avec son installation vidéo « Enkel Zicht Naar Zee, Naar West » (Vue unique sur la mer, en direction de l’ouest) (1978), l’artiste belge Jacqueline Mesmaeker révèle des fragments de ses souvenirs personnels et invite les spectateurs à pénétrer dans un nouveau monde où ils s’immergent dans une sensation de liberté totale. Philippe Van Cauteren est le commissaire de l’exposition Why Are You Angry?, dont les textes explicatifs et outils interprétatifs ont été élaborés par des étudiants du cours de Curatorial Studies, la formation de troisième cycle proposée à la KASK ou School of Arts de Gand, en collaboration avec l’Université de Gand et le S.M.A.K.

 

https://keijiban.online/en

Jacqueline Mesmaeker, Keijiban, Kanazawa, Ishikawa, Japan, 15 mars  – 14 avril

Keijiban est une toute jeune galerie d’art spécialisée dans le domaine des éditions d’artistes créée par Olivier Mignon à Kanazawa, capitale de la préfecture d’Ishikawa, située au bord de la mer du Japon. Jacqueline Mesmaeker est la première artiste invitée. Actuellement présentée en exposition, l’édition produite pour l’occasion sera a découvrir sur le site internet de Keijiban dès le 15 avril prochain. Nous y reviendrons bien  évidemment. Rappelons qu’Olivier Mignon a conçu et coordonné l’ouvrage Jacqueline Mesmaeker, Oeuvres 1975-2011 aux éditions (SIC) & couper ou pas couper, incontournable monographie pour qui désire se plonger dans l’univers de l’artiste.

Messieurs Delmotte, Liège (B), All you can Eat, Design Station du 5 mars au 4 avril

 Buffet à volonté ! En résonance à l’exposition Warhol, The American Dream Factory qui se tient au musée de la Boverie, le Service Culture de la Province de Liège a invité Messieurs Delmotte pour une exposition décoiffante, ce qui, avouons le, est plutôt inhabituel pour ces Messieurs aux coiffes gélifiées. Ces Messieurs, prestataires de service, ont bien évidemment profité de l’occasion pour se Warholiser, façon Marylin, ce qui leur assurera, certainement, cinq minutes de célébrité. Starification des marques de fabriques, coloration pop et pub, fake drawings, œuvres détournées, plongées dans la culture populaire, vidéos réalisées à Venise et à Ostende, série de gestuelles aussi absurdes qu’imprévisibles, l’artiste pose en véritable dandy accordant un regard déridant voire caustique sur son environnement, démontant les mécanismes du conditionnement social et de la consommation qui déterminent notre existence. Le buffet est encore ouvert quelques jours.