Archives par étiquette : Alevtina Kakhidze

Alevtina Kakhidze en performance au Centre Pompidou à Paris ce dimanche 18 septembre

Alevtina Kakhidze « Where The Wild Things Are/Ukraine within the Russian Law ». A press conference by Ukrainian artist Alevtina Kakhidze, based on Victor Yanukovych’s encounter with the media in the Russian city Rostov-On-Don. Moderated by Oleksii Ananov, TV moderator, journalist, cultural commentator from Kiev. St.Petersburg, Russia. 25 October 2014.

Quelques jours à peine après l’invasion de la Russie en Ukraine, et en réaction à ces événements, le Centre Pompidou avait organisé une assemblée solidaire pour donner la parole à des figures de la scène artistique ukrainienne. Alevtina Kakhidze y avait participé en conférence Zoom. Le Centre poursuit, dans le cadre du festival Extra!, l’attention portée à ce conflit majeur en proposant un débat suivi d’une performance d4alvtina Kakhidze ce dimanche 18 septembre

17h, Forum-1
« Rencontre Ukraine-Russie : la guerre continue »

En quoi cette guerre bouleverse-t-elle les équilibres internationaux et européens ? En quoi amène-t-elle l’Europe à se réinventer ? Qu’implique la résurgence de l’impérialisme russe dans la sphère culturelle ?

En présence d’Anna Colin Lebedev, maîtresse de conférences en sciences politiques. Ses recherches portent sur les sociétés post-soviétiques, avec deux axes principaux : les conflits armés et l’action protestataire. Elle travaille sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine depuis 2014 et publie en septembre Jamais Frères ? Russie-Ukraine, une tragédie postsoviétique (éditions du Seuil). En présence d’André Markowicz, traducteur de l’œuvre de Dostoïevski, de Gogol et de Tchekhov. Il a publié récemment Et si l’Ukraine libérait la Russie ? (éditions du Seuil). Rencontre animée par Sylvain Bourmeau, directeur de la revue AOC (Analyse Opinion Critique), producteur de l’émission La suite dans les idées sur France Culture.    Rencontre organisée dans le cadre du cycle European Challenges initié par la Fondation Evens.

18h, Petite salle 

Performance : Alevtyna Kakhidze, La Méthode de construction de la vérité politique

Interrogeant l’invasion russe de l’Ukraine et abordant les questions polémiques autour de cette guerre continue, l’artiste ukrainienne Alevtyna Kakhidze, née en 1974 à Zhdanivka, propose une version renouvelée de sa performance La Méthode de construction de la vérité politique, d’abord conçue pour la biennale d’art contemporain Manifesta 10 à Saint-Pétersbourg en 2014, peu après l’occupation de la Crimée par la Russie. Sous le format d’une conférence de presse, mêlant dessins, performance et écriture, l’artiste imagine des réponses à des questions politiques formulées selon les points de vue différents du touriste, du médiateur, du « combattant contre l’électricité » et du jardinier. L’adaptation de cette performance a été proposée et accompagnée par Sasha Pevak, commissaire d’exposition.

En partenariat avec le Centre national des arts plastiques (Cnap) et le collectif Beyond the post-soviet. Avec le soutien de l’Institut ukrainien, l’Ambassade d’Ukraine en France et DOFA fund. La recherche et la production ont été soutenues par TOGETHER UNTIL _ __ (what)* ? et le Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac.

Modérateur : Oleksiy Ananov

Alevtina Kakhidze, From the Battlefield, SEA Foundation, Tilburg

En juillet, Alevtina Kakhidze a participé à l’exposition From the Battlefield, un commissariat de Maria Vtorushina, exposition organisée à la SEA Foundation à Tilburg aux Pays-Bas 

From The Battlefield is an exhibition program that amplifies the direct testimony of those who provide evidence of the war in Ukraine and those who are fighting to protect freedom and hope more broadly. By presenting words, notes, images, documents, and works of artists, curators, and thinkers, From the Battlefield investigates life’s simultaneously banal and aspirational qualities. Each work acknowledges in large or small ways that flickering illuminations and sparks of hope, when amplified through social efforts, can be built into powerful forces.

From The Battlefield focuses on the strength of making small decisions of dignity and freedom when also sacrificing for victory in the circumstances of war. Cultivating small and fragile experiences that help individuals and communities live through inhumane conditions (these experiences grow into volunteering, crowdfunding and self-organized initiatives) can be as significant as earning the world’s solidarity attention or receiving material and tactical support. And to find ways to live when loved ones are being killed is a form of resistance.

The programme was conceived by Maria Vtorushina who was invited for an emergency residency for artists and art labours through Artists at Risk.

Alevtina Kakhidze, Manifesta 14, Prishtina

vue de l’installation
Vue de l’installation
Alevtina Kakhidze, graphic novel, 16 dessins.

1.

On February 24, that witch they will later call in English the Russian invasion of Ukraine starts. From all over the world, they start phoning me and offering to help me flee to peaceful countries. I behave like a plant: I stay in place, despite the shots. No fleeing!

Ce 24 février commence ce qu’ils appelleront plus tard en anglais l’invasion russe de l’Ukraine. Du monde entier, on commence à me téléphoner et à me proposer de m’aider à fuir vers des pays pacifiques. Je me comporte comme une plante : Je reste sur place, malgré les coups de feu. Pas de fuite!

2.

But I still go down to the cellar, next to the beets and the cabbages, and lie there, hiding from the fighting between the Russian army and Ukraine’s military. Against the background of news about the Russian tanks moving in my direction, the definition of invasive plants creates a sustained sense of an experience in common precisely with the local species:  the invasive species easily move across space and time, entering new territories; these includers cause some local species to suffer, and others to disappear forever.

Mais je descends toujours à la cave, à côté des betteraves et des choux, et je m’y allonge, me cachant des combats entre l’armée russe et l’armée ukrainienne. Dans le contexte des nouvelles concernant les chars russes qui se dirigent vers moi, la définition des plantes envahissantes crée un sentiment durable d’une expérience commune précisément avec les espèces locales : les espèces envahissantes se déplacent facilement à travers l’espace et le temps, pénétrant dans de nouveaux territoires ; ces envahisseurs font souffrir certaines espèces locales, et en font disparaître d’autres pour toujours.

 

  1.  

In March, Russian troops occupy villages that are five kilometers from me… I recall how, in 2014, when Russia begin the war with Ukraine, occupying some territories in the east, the neighbors say, “can we cut this plant next to your studio? it’s an occupier!” I ask back, “this beautiful one?” This is vatochnyk. It is invasive”. “And where is it from if it’s an occupier?” I cut it off myself and dry it.

En mars, les troupes russes occupent des villages qui sont à cinq kilomètres de moi…. Je me rappelle comment, en 2014, quand la Russie a commencé la guerre avec l’Ukraine, en occupant certains territoires à l’est, des voisins m’ont dit : « on peut couper cette plante à côté de ton studio ? c’est un occupant ! » Je leur ai répondu, « cette belle plante ? «  Ce sont des asclépiades. Elles sont invasives ». « Et d’où vient-elle si c’est une plante invasive ? » Je l’ai coupée moi-même et l’ai séchée.

4

Sometime later, halfway across the planet, I saw vatochnik “at home”, where it “came from” where it is not “occupier”, but “a local hero”. This was in Kansas, where this plant is known as milkweed. There, I learned that Monarch butterflies exist thanks to milkweed; they drink the nectar from its flower and their caterpillars feed on its leaves. The US state’s environmental activists would likely not understand the pleas of my neighbors to cut down the milkweed, or vatochnik.

Quelque temps plus tard, à l’autre bout de la planète, j’ai vu l’asclépiade « chez elle », là d’où elle vient », là où elle n’est pas « occupante », mais « un héros local ». C’était au Kansas, où cette plante est connue sous le nom de milkweed. J’y ai appris que les papillons monarques existent grâce à l’asclépiade ; ils boivent le nectar de sa fleur et leurs chenilles se nourrissent de ses feuilles. Les défenseurs de l’environnement de l’État américain ne comprendraient probablement pas les supplications de mes voisins de couper l’asclépiade, ou vatochnik.

 

5.

Milkweed arrives in Ukraine to satisfy industrial demands, but not successfully; “it goes wild”, “escape from botanical gardens”, “flees back to nature”, “begins to live the way it pleases”. And its life in Ukraine becomes “dominant”, “privileged”, “a life without enemies” beyond a system of checks and balances”. Because there is no one in Ukraine who could like the Monarch butterflies, weaken it, by consuming its parts. Can I say anything about the life of other beings if I am not a plant?

L’asclépiade arrive en Ukraine pour satisfaire les demandes industrielles, mais sans succès ; « elle devient sauvage », « s’échappe des jardins botaniques », « fuit vers la nature », « commence à vivre comme elle l’entend ». Et sa vie en Ukraine devient « dominante », « privilégiée », « une vie sans ennemis » au-delà d’un système de contrôles et d’équilibres ». Parce qu’il n’y a personne en Ukraine qui pourrait, comme les papillons monarques, l’affaiblir, en consommant ses parties. Puis-je dire quelque chose sur la vie des autres êtres si je ne suis pas une plante ?

6.

It’s the same thing, with Solidago, commonly known as goldenrods in Ukraine, this plant behaves invasively, as a foreigner, occupier, intruder, colonizer. I look at this root system: there is no place for other plants there. It sends to 300 shots per square meter, it is about to get in my studio. At home, in North America, it is controlled by large herbivore animals; in Ukraine, the snails are the only one who offer some resistance.

C’est la même chose, avec le Solidago, communément appelé verge d’or en Ukraine, cette plante se comporte de manière invasive, comme un étranger, un occupant, un intrus, un colonisateur. Je regarde ce système à sa racine: il n’y a pas de place pour d’autres plantes à cet endroit. Elle envoie jusqu’à 300 plantes par mètre carré, elle est sur le point d’entrer dans mon studio. À la maison, en Amérique du Nord, il est contrôlé par de grands animaux herbivores ; en Ukraine, les escargots sont les seuls à offrir une certaine résistance.

7

In April, the occupied villages around me are liberated. Heavy weaponry is used. There are military casualties on both sides, and casualties among the civilians from the Ukrainian villages as well. “Any invasive plants, in difference from people, do not kill the local species instantly”. As I stand next the two graves in my village, I think: “a shot at a checkpoint”, “blew up on a mine”. Invasive plants suppress local plants, but this is a bloodless struggle. Plants don’t have blood; they only have juices, which are light green.

En avril, les villages occupés autour de moi sont libérés. Des armes lourdes sont utilisées. Il y a des victimes militaires des deux côtés, ainsi que des victimes parmi les civils des villages ukrainiens. « Les plantes invasives, à la différence des personnes, ne tuent pas instantanément les espèces locales ». Lorsque je me tiens à côté des deux tombes de mon village, je pense : « un tir à un poste de contrôle », « explosé sur une mine ». Les plantes invasives suppriment les plantes locales, mais c’est une lutte sans sang. Les plantes n’ont pas de sang, elles n’ont que des sucs, qui sont vert clair.

8.

With the longer roots, they take in nutrients and water; with the larger leaves, they block out the sun. They transform the environment to suit themselves. And in this environment, there is not place left for the locals. But plants do not kill the other plants instantaneously, and that’s that when the Russian troops were near, I wrote on the door of my studio: Follow the example of plants. They are pacifists as much as possible on our planet.

Avec leurs racines plus longues, elles absorbent les nutriments et l’eau ; avec leurs feuilles plus grandes, elles bloquent le soleil. Elles transforment l’environnement à leur guise. Et dans cet environnement, il n’y a plus de place pour les locaux. Mais les plantes ne tuent pas les autres plantes instantanément, et c’est pour cela que lorsque les troupes russes étaient proches, j’ai écrit sur la porte de mon atelier : Suivez l’exemple des plantes. Elles sont pacifistes autant que possible sur notre planète.

 

9.

How can the local plants then defend themselves from the invasive ones?  I cannot affirm with full certainly that plants pose such a question to themselves. “Can one arm local plants, so that they could resist the invasive ones?” I call a Kyiv Botanist on the phone, hoping that he is OK; when you remain in Ukraine, there is no certainty about the next moment.

Comment les plantes locales peuvent-elles alors se défendre contre les plantes envahissantes ?  Je ne peux pas affirmer avec certitude que les plantes se posent une telle question. « Peut-on armer les plantes locales, afin qu’elles puissent résister aux plantes envahissantes ? » J’appelle un botaniste de Kiev au téléphone, en espérant qu’il va bien ; quand on demeure en Ukraine, il n’y a aucune certitude sur le moment suivant.

10.

“One can’t. They are pacifists. I saw your door on the news… The invasion of such species can usually be contained by humans. When they use amitrole or glyphosate – against milkweed, for example”. But what if we start eating invasive plants, the way monarch caterpillars eat milkweed, or large herbivores eat solidago.

« On ne peut pas. Ce sont des pacifistes. J’ai vu votre porte aux informations… L’invasion de ces espèces peut généralement être contenue par les humains. Quand ils utilisent l’amitrole ou le glyphosate – contre l’asclépiade, par exemple ». Mais que se passera-t-il si nous commençons à manger les plantes invasives, de la même façon que les chenilles de monarques mangent l’asclépiade, ou que les grands herbivores mangent le solidago.

11.

I cannot affirm with full certainty that local plants are waiting for humans to save them. “Whitin all the hypotheses about species invasiveness on our planet, it is humans who are to blame, since invasive intrusions of plant species begin when people build ships, then airplanes”. From definition of invasive plants. I cannot affirm with full certainty that, because of human guilt, plants call upon humans to take responsibility.

Je ne peux pas affirmer avec une totale certitude que les plantes locales attendent que l’homme les sauve. « Malgré toutes les hypothèses concernant les envahissements d’espèces sur notre planète, ce sont les humains qui sont à blâmer, puisque les intrusions invasives d’espèces végétales commencent lorsque les gens construisent des bateaux, puis des avions ». Extrait de la définition des plantes invasives. Je ne peux pas affirmer avec une totale certitude qu’en raison de la culpabilité humaine, les plantes appellent l’homme à la responsabilité.

12.

In June, milkweed starts growing. I cut the young stems and eat them, like a monarch butterfly. But I fry them up first with cornmeal and vegetable oil. I make it weaker, consuming parts of it.

En juin, l’asclépiade commence à pousser. Je coupe les jeunes tiges et les mange, comme un papillon monarque. Mais je les fais d’abord frire avec de la farine de maïs et de l’huile végétale. Je la fragilise en en consommant des parties.

In July, I again descend to the cellar because of air raid sirens that warn about Russian rockets. From those day’s news: “Russian occupiers continue stealing Ukrainian grain… “ It has been a long time since there was a war on the territory of a country that feeds a large portion of the world.

En juillet, je descends à nouveau à la cave à cause des sirènes des raids aériens qui annoncent les roquettes russes. Extrait des nouvelles du jour : « Les occupants russes continuent de voler les céréales ukrainiennes »…  » Cela fait longtemps qu’il n’y a pas eu de guerre sur le territoire d’un pays qui nourrit une grande partie du monde.  

14.

At the very moment, I think that we need to continue work on developing a perennial form of wheat, the variety that, I believe, was labeled M 34085 work on this variety stopped in 1937; this wheat is similar to the perennial grain developed in salina, the agricultural hub in Kansas. When I touched its stem, my heart skipped a beat: One can come to the field like to an apple tree and harvest some for my bread and butter and dinner!”

En ce moment même, je pense que nous devons poursuivre les travaux de développement d’une forme pérenne de blé, la variété qui, je crois, était étiquetée M 34085 ; les travaux sur cette variété se sont arrêtés en 1937 ; ce blé est similaire à la céréale pérenne développée à Salina, le centre agricole du Kansas. Quand j’ai touché sa tige, mon cœur a fait un bond : On peut venir au champ comme à un pommier et en récolter pour mon pain, mon beurre et mon dîner ! »

15.

The perennial wheat has roots as deep as the threes. This is why it does not emit carbon dioxide, like the annuals with which all Ukrainian fields are planted. In my mind, I have a discussion with Bruno Latour, who read the news about the war in Ukraine and about climate change, and could not choose which tragedy to prioritize. « Ce que je ressens depuis que je lis en même temps les nouvelles de la guerre en Ukraine et le nouveau rapport du GIEC sur la mutation climatique. Je ne parviens pas à choisir l’une ou l’autre de ces deux tragédies ».

Le blé pérenne a des racines aussi profondes que les arbres. C’est pourquoi il n’émet pas de dioxyde de carbone, comme les annuelles avec lesquelles tous les champs ukrainiens sont plantés. Dans mon esprit, j’ai une discussion avec Bruno Latour, qui a lu les nouvelles sur la guerre en Ukraine et sur le changement climatique, et n’a pas pu choisir quelle tragédie privilégier. « Ce que je ressens depuis que je lis en même temps les nouvelles de la guerre en Ukraine et le nouveau rapport du GIEC sur la mutation climatique. Je ne parviens pas à choisir l’une ou l’autre de ces deux tragédies ».

16

In this imagined exchange I said: Ha Ha Ha! I advise you to select Ukraine as tragedy n°1, because of its occupied south and East, where battles are now raging. This is where we grow wheat and sunflowers. This is where is a chance to replace them with perennials, and thereby lessen the emissions to hold back the climate crises! I come out of the cellar and call the Kyiv botanist, hoping that he is OK; when you remain in Ukraine, there is no certainty about the next moment. “If we have more perennial plants, including in the fields, will this stop the intrusion of invasive plants?”. “Yes, it would make it more difficult for them to intrude” …

Dans cet échange imaginé, j’ai dit : Ha Ha Ha ! Je vous conseille de choisir l’Ukraine comme tragédie n°1, en raison de son Sud et de son Est occupés, où les combats font actuellement rage. C’est là que nous cultivons le blé et les tournesols. C’est là qu’il y a une chance de les remplacer par des plantes vivaces, et ainsi diminuer les émissions pour retarder les crises climatiques ! Je sors de la cave et j’appelle le botaniste de Kiev, en espérant qu’il va bien ; quand on reste en Ukraine, on n’a aucune certitude sur le moment suivant. « Si nous avons plus de plantes vivaces, y compris dans les champs, cela empêchera-t-il l’intrusion de plantes invasives ? ».  » Oui, cela rendrait plus difficile leur intrusion « ….

Dans le film « Invasion.1.2.3, qu’elle réalise en réalité augmentée à 360 degrés, on découvre Alevtina Kakhidze visitant la tombe de sa mère, s’enquérir des nouvelles tombes du cimetière causées par la guerre, parcourir des bâtiments en ruine armée d’un arrosoir. Avec un ami, elle évoque la journée du 24 février 2022, les raisons qui l’on poussée à ne pas fuir. Elle nous mène à la découverte des champs d’asclépiades, en compagnie d’un ami botaniste de Kiyv. On la voit enfin chez elle, cuisiner l’asclépiade invasive suivant une antique recette cherokee, tandis que des images de films évoquent les combats dans les zones occupées d’Ukraine.

 

Paréidolie, Marseille, les images

Gaetane Verbruggen
Benjamin Monti
Benjamin Monti, Histoires naturelles
Benjamin Monti, Tou doit disparaître
Benjamin Monti – Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacqueline Mesmaeker
Jacqueline Mesmaeker, Les Variables
Alevina Kakhidze

Alevtina Kakhidze, Paréidolie, Marseille, preview

Alevtina Kakhidze
Crisis on politics in family, state and garden 2014 – 2022
11 drawings on various supports (paper, notebooks), variable dimensions displayed in a showcase, 70 x 130 cm
2014 Crisis in my marriage. A lot of not solved… A ring. A book.
Husband, me, 14.03.2014. Simone de Beauvoir (my husband is reading Simone de Beauvoir’s essay)
During the crisis with my husband in 2014 I was keep telling: lie of my husband hurts me more than lie of Putin… I was mistaken… 24.02.2022
Crisis in country
Gardening is mainly about politics
Happy Birthday Greetings
My friends at war during this spring.
13. donations:
To Armed Forces of Ukraine To family of refugees
To Armed Forces of Ukraine To Armed Forces of Ukraine To Ambulance
To Zoo
To animals
To cancer patients

Paréidolie 2022, ces 27 et 28 août

La galerie participe à la neuvième édition de PAREIDOLIE, salon international du dessin contemporain à Marseille et vous donne rendez-vous samedi 27 et dimanche 28 août 2022 au Château de Servières. Nous montrerons des oeuvres de :

Alevtina KAKHIDZE

Jacques LIZENE

Jacqueline MESMAEKER

Benjamin MONTI 

Gaetane VERBRUGGEN

Samedi 27 août : Preview (sur invitation) 9h-11. Vernissage 11h-13h . Ouverture au public jusqu’à 20h 

Dimanche 28 août : Ouverture au public 11h – 20h

11-19 boulevard Boisson 13004 Marseille

Alevtina Kakhidze, Manifesta 14, Prishtina

Good as Hell. Voicing Resistance explore la voix en tant qu’extension du corps humain dans le monde et, à son tour, la condition de la politique. Lorsque nous murmurons, parlons ou crions, lorsque nous marmonnons, bégayons ou restons silencieux, lorsque nous choisissons une langue plutôt qu’une autre, modifions celles qui existent ou en inventons de nouvelles, nous définissons la nature de notre présence envers les autres.

L’exposition rassemble des œuvres d’art qui expriment une résistance aux récits de violence et d’assujettissement, lorsque ceux-ci passent de la sphère privée à la sphère publique et vice-versa. En se concentrant sur les artistes contemporains du Kosovo, du reste de l’ex-Yougoslavie et de ses voisins, elle examine les réponses aux formes d’oppression émanant des gouvernements socialistes et post-socialistes et des structures sociales patriarcales et hétéronormatives.

Deux projets d’archives situent les performances, les vidéos, les sculptures et les installations dans un contexte historique et international plus large. Chacune d’entre elles étant un dépôt de résistance à part entière, les archives attestent de la portée de la voix et du corps en tant qu’instruments de dissidence et d’insurrection, mais aussi de soin, de solidarité et de compassion.

 

Alevtina Kakhidze, Invasions, 2022

Good as Hell. Voicing Resistance explores the voice as the extension of the human body into the world and, in turn, the condition of politics. As we murmur, speak or shout forth, as we mutter, stutter or remain silent, as we choose one language over another, alter existing ones or invent new ones, we define the nature of our presence towards others.

The exhibition brings together works of art that voice resistance to narratives of violence and subjugation, as these spill over from the private realm into the public sphere and back again. Focusing on contemporary artists from Kosovo, the rest of the former Yugoslavia and its neighbours, it examines responses to forms of oppression emanating from socialist and post-socialist governments and patriarchal, heteronormative social structures.

Two archival projects situate the performances, videos, sculptures and installations within a broader historical and international context. Each a repository of resistance in its own right, the archives attest to the scope of the voice and the body as instruments of dissent and insurrection, but also of care, solidarity and compassion.

PARTICIPANTS

Valentina Bonizzi, Haveit Collective, Astrit Ismaili, Hristina Ivanoska, Jelena Jureša, Alevtina Kakhidze, re.act.feminism, Selma Selman, Secondary Archive, Dardan Zhegrova

EXHIBITION  22.07 → 30.10.2022. National Gallery of Kosovo

Le travail de Mme Kakhidze s’intéresse désormais aux plantes. Pour elle, elles sont toujours un exemple à suivre – elle considère les plantes comme l’un des meilleurs exemples de pacifisme sur notre planète. Ses convictions contre la production d’armes – et son impact fondamental sur la société – sont au cœur de sa pratique. Elle étudie actuellement les possibilités de rompre cette chaîne de production d’armes en général, tout en tenant compte de l’existence et de la nécessité des guerres défensives/de libération dont elle est témoin dans son pays. »

Kakhidze’s work is now interested in plants. To her, they are still an example for us to follow — she views plants as one of the best examples ofpacifism on our planet. Her beliefs against the production of weapons – and it’s fundamental impact on society – are central to her practice. She is currently researching the possibilities of breaking this chain of producing weapon in general, while taking into account the existence, and need, for defensive/liberation wars as she is witnessing in her home country.”

 

Alevtina Kakhidze, dessins, actualité

Alevtina Kakhidze dessine quotidiennement la guerre et publie ses dessins sur Instagram et d’autres réseaux sociaux. Elle a récemment accordé quelques interviews : son témoignage sur la situation actuelle, ses réflexions, sa pratique  artistique dans ce contexte tourmenté. Dessins et extraits choisis. 

Those doves of peace named Never Again and Pacifism who were frightened off by the Russian missiles. The are no longer with us.
mixed media, 29,1 x 42 cm, 2022

Une conversation WhatsApp avec Alevtina Kakhidze, transcrite par François Piron le 5 avril 2022 et publiée sur le site du Palais de Tokyo. 

(…) Alevtina Kakhidze vit à la campagne, près de Kiev, depuis 2007. Dans son atelier, son travail et ses archives sont toutes emballées dans du plastique noir, prêtes à être emportées, alors qu’elle a pris, avec son mari, la décision de rester en Ukraine après l’invasion du 24 février. Si elle se sent aujourd’hui soulagée, elle ne peut néanmoins envisager le futur. « Cette guerre est une expérience incommunicable », dit-elle.

Elle fut l’une des premières à descendre dans la rue en 2013 dans ce qui est devenu le mouvement du Maïdan, et elle y restée pendant trois mois et demi. En tant qu’artiste, elle confectionnait des gilets pare-balles pour les manifestant·es qu’elle voyait démuni.e.s face à la police armée. Là, elle a vu des gens se faire tuer par la police, puis celle-ci reculer progressivement, et abandonner. « Maïdan a été notre révolution de la dignité. C’est à cette école que j’ai appris à vivre en temps de crise, à combattre l’apathie. »

Quelques mois plus tard, elle participait à la « biennale européenne » Manifesta 10, organisée en 2014 à St-Pétersbourg, au moment exact de l’annexion de la Crimée par la Russie, qui marque le début de la guerre contre l’Ukraine. « Certain·es artistes ont pris la situation au sérieux. Thomas Hirschhorn me posait sans cesse des questions à propos de la Crimée. Plusieurs personnes m’ont demandé si je comptais me retirer de l’exposition, mais j’ai décidé de maintenir ma participation. » Elle présente alors une installation et une performance intitulées “Méthode de construction d’une vérité politique”, adressant la notion de vérité en politique, à l’heure des débuts de la guerre d’information menée par le gouvernement russe.

« Maïdan a changé ma vie et m’a aidé à trouver le courage de contrôler mes émotions et de continuer à travailler. C’est comme cela que je me suis mise à dessiner à propos de l’invasion russe depuis 2014, et de nouveau depuis le 24 février 2022, dès le début de cet épisode sanglant. » « Je dessine depuis l’âge de quatre ans, et je n’ai jamais changé de style. C’est mon langage. L’académie a essayé de tordre ma main vers un style plus classique, mais dès que j’ai quitté l’école des beaux-arts, je l’ai retrouvée inchangée. » Ses dessins disent-ils sa vérité ? « Un dessin n’est qu’une perspective de moi-même. Une parmi d’autres. L’un de mes dessins, sur lequel j’avais écrit « Haine des Russes », a créé une polémique. Mais il faut comprendre que mes dessins reflètent autant ce que je pense que ce que j’entends, ce qui m’entoure, ce que je traverse. »

Les dessins d’Alevtina sont des notes mentales, des journaux intimes autant qu’un essai philosophique fragmenté qui remet en question ce qu’elle a appris de la philosophie occidentale (Kant, Hegel, Arendt) et ce qu’elle a vécu pendant la guerre. Elle essaie encore et toujours de comprendre ce qu’il s’est passé. « Comment reprocher à des gens de ne pas savoir ce qu’il se passe en Ukraine, lorsque moi-même je ne savais pas que des événements similaires ont eu lieu en Moldavie et en Géorgie ? (…) Je suis un complet produit de la culture russe, n’ayant par exemple même pas appris ma propre langue. Je me suis tournée récemment vers la littérature ukrainienne afin de comprendre ma propre culture. Aujourd’hui encore, je ne peux pas écrire en ukrainien sans faire d’erreurs. »

Il lui tarde de revenir à son travail et de pouvoir le partager. « Une grande part de mes recherches concerne l’observation des plantes, dans mon jardin mais aussi ailleurs. C’est une recherche philosophique sur le comportement des plantes natives et des plantes invasives. Les plantes ne se tuent pas les unes les autres ; elle ne s’enfuient pas non plus en cas de danger. » François Piron, Palais de Tokyo, Paris. 

 

13.05.2022. Not to run away like plants or run to spice, Russians give a rocket!
mixed media, 21 x 21 cm, 2022
La colombe de la paix n’est plus parmi nous, elle a été effrayée par les missiles russes qui explosent en Ukraine, mais il nous reste les plantes, les plus grands pacifistes de notre planète…
mixed media, 29,8 x 21 cm, 2022

Sur le site AOC (Analyse Opinion Critique), cet entretien accordé au collectif Beyond the Post Soviet qui s’intéresse à un vaste espace géographique et culturel allant de l’Europe à l’Asie centrale. Depuis ses débuts, le groupe s’est interrogé, entre autres, sur l’impérialisme russe et la colonialité soviétique et sur la manière dont ils ont survécu à travers le temps et dans différentes configurations.

(…) À plusieurs reprises, vous avez souligné votre volonté de rester en Ukraine quoi qu’il arrive. Qu’est-ce qui motive votre décision, et pourquoi estimez-vous qu’il est important pour vous, en tant qu’artiste, de rester ?

Dès le premier jour de la guerre, mes amis et les institutions avec lesquelles je travaillais auparavant ont commencé à m’offrir des lieux d’hébergement dans leurs pays en paix : viens chez nous, fuis ! Je me souviens de ma réaction immédiate : cela ne résoudrait pas le problème, les Russes attaquent mon pays, ma maison, mon mari, mes chiens et mon art ! De plus, il n’est pas possible de faire sortir toute la population ukrainienne – 42 millions de personnes. Je pourrais recevoir une bourse et un appartement, mais qu’en est-il des voisins de mon village qui ne parlent même pas anglais ? Ma décision de rester en Ukraine équivaut à un concept pour une œuvre d’art sur le pouvoir : fuir signifierait que je suis faible alors que le jeu vient juste de commencer. Les Russes veulent-ils me tuer (au moins me blesser) ou me coloniser ? Ont-ils besoin du territoire ukrainien ? Ils en ont pourtant tellement en Sibérie… Maintenir la décision de rester en Ukraine, de ne pas partir, est toutefois plus difficile en pratique que ce que j’avais pu imaginer. Chaque jour je me questionne, et de plus en plus à mesure que j’entends des bombardements près de chez moi. Je me suis déjà habituée à l’idée que je pourrais être tuée. Maintenant, je travaille sur la peur d’être blessée… Que reste-t-il d’autre ? Être colonisée par les Russes ? Nous sommes en guerre avec la Russie depuis 2014 et j’ai eu le temps de me séparer d’eux – je suis habituée à avoir la chair de poule quand j’entends leur accent russe.

Votre pratique artistique est ancrée dans votre vie quotidienne, vos rituels, votre routine, ainsi que dans votre imagination et votre analyse des événements et des systèmes de pouvoir. Vos récents dessins, performances, vidéos et installations témoignent également de la guerre, qui a commencé en 2014 et s’est poursuivie le 24 février, avec l’invasion russe. Pensez-vous que votre pratique artistique a évolué ?

Pas du tout. Il n’y a qu’une seule différence avec l’époque de Maïdan et les huit premières années de la guerre en cours, pendant lesquelles j’ai aussi beaucoup dessiné et créé de nombreuses œuvres : à présent, j’ai juste peur de perdre Internet. Si je compare Maïdan­ et la guerre de 2014 au 24 février, mes œuvres examinaient alors de plus près les opinions polarisées sur certaines questions internes de la société ukrainienne. Par exemple, ma mère n’a pas soutenu Maïdan et certains de mes amis proches en Ukraine ont critiqué cette protestation de longue durée. Mais aujourd’hui, la société ukrainienne est plus unie que jamais, alors que l’Occident est polarisé sur les questions relatives à l’Ukraine, et notamment le sujet de la responsabilité collective russe. Je suis consciente de ce sur quoi j’ai travaillé par le passé et de ce sur quoi je travaille maintenant.

Vos dessins quotidiens, que vous partagez sur les médias sociaux, constituent un journal qui nous donne beaucoup d’informations de première main sur la situation dans et autour de l’Ukraine. Il devient une source d’information en soi. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans cette tentative d’atteindre les gens et de communiquer avec eux par ce biais ?

En fait, il n’y a pas de difficultés, c’est même un privilège de traverser ce type d’événement incroyablement difficile avec la capacité de réfléchir à travers l’art. Cela donne une énergie pour vivre. C’est comme percevoir et créer cette nouvelle réalité simultanément. La réalité ne dépend qu’en partie de moi, que j’aie peur ou non. Hier, c’était mon anniversaire et je plaisantais en disant que les bombardements étaient des feux d’artifice qui m’étaient destinés. Toutefois, en mettant de côté l’ironie, j’ai l’opportunité de vérifier tous les concepts développés dans la culture actuelle : qu’est-ce que l’égalité des sexes dans une guerre contemporaine ? Comment travailler sur une haine énorme ? Comment en définir les contours, quelle place pour la xénophobie et d’autres choses encore ?

Votre travail a beaucoup à voir avec le langage et l’écriture, mais aussi avec les non-dits de l’histoire. Quelles sont les histoires de l’Ukraine qui ont été réduites au silence pendant trop longtemps ? La question de la langue russe n’a pas été suffisamment considérée. Comme l’« excuse » du Kremlin pour la guerre déclenchée en 2014 était de protéger la population russophone du Donbass, de nombreux Ukrainiens se sont forcés à passer du russe à l’ukrainien en public. Je l’ai fait aussi. Mais ma langue maternelle est le russe, ce qui fondamentalement pour moi, comme pour une artiste-performeuse travaillant avec des textes, constitue une perte de mon instrument principal – mon ukrainien n’est pas parfait, mon anglais est encore pire, je suis une personne sans plus aucune langue maternelle. Mais ce n’est pas la situation politique contemporaine qui a créé ce piège pour moi. Ma grand-mère parlait l’ukrainien comme langue maternelle, et la colonisation de l’Ukraine par l’Union soviétique a conduit ma mère – et moi par la suite – à parler le russe au lieu de l’ukrainien. Cela fait 4 ans que je travaille sur un texte portant sur la langue russe. Je ne l’ai pas encore terminé et je ne suis pas sûre qu’il sera publié.

Vos biographies sur internet vous décrivent souvent comme une artiste à l’identité multidimensionnelle. Dans quelle mesure cette définition provient-elle de vous, et si c’est le cas, quel sens lui donnez-vous ?

Je pense que la trajectoire de chaque personne, surtout son enfance, influence le reste de sa vie. Oui, je connais bien le Donbass où je suis né et où j’ai grandi. J’ai beaucoup visité la Géorgie parce que mon père est géorgien, je vis à Kiev depuis 1995 et j’ai connu la vie occidentale grâce à mes études aux Pays-Bas. Comment cela peut-il être lié à la situation actuelle ? À Maastricht, une tante de mon propriétaire, une vieille dame sympathique, m’a invitée à regarder un film sur un tsar russe, bien que je n’aie cessé de répéter que je venais d’Ukraine et non de Russie : je pouvais être une bonne compagnie mais à la fois une outsider.

(…)

Quelle forme de solidarité attendez-vous et de qui voulez-vous qu’elle vienne ?

J’aimerais vous inciter à imaginer, construire et rêver d’un nouveau système dans lequel le pouvoir considérable de politiciens comme Poutine pourrait être retiré par un mécanisme clair dans n’importe quelle partie de notre planète. Je sais que c’est assez ambitieux. En entendant des bombardements à l’instant et en écrivant ce texte, j’ai encore assez d’énergie pour croire que le Projet de paix perpétuelle écrit par Emmanuel Kant au 18e siècle pourrait être mis en œuvre par les humains. Vous pourriez avoir raison de me soupçonner d’être malhonnête. Si vous saviez que juste après j’allais transférer mon propre argent pour l’armement des forces ukrainiennes contre les Russes. Je pourrais encore me permettre de rêver d’un nouvel espace comme celui que nous avons depuis la Seconde Guerre mondiale pour construire de nouvelles institutions, de nouvelles règles et de nouveaux principes afin d’exister sans armes, c’est-à-dire sans guerres. J’ai besoin de solidarité dans ce domaine. En restant en Ukraine, je me comporte comme une plante. Les plantes ne fuient jamais quand il y a un danger devant elles. Elles sont bien meilleures que les humains et les animaux dans toutes ces questions de pacifisme, elles ont beaucoup d’avance sur nous. Elles se reconstruisent de manière à être partiellement blessées, me rappelant ma peur… Les plantes pourraient se reconstruire encore et encore, elles n’ont pas les mêmes organes que nous. Je ne rêve pas de reconstruire nos corps humains dans 100 ans, mais nous pouvons imaginer les institutions et leur fonctionnement comme des systèmes végétaux. Si vous n’avez pas ce type de pensée, nous devons admettre que les humains tous ensemble, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, sont toujours des monstres militaires et qu’ils s’attendent à une guerre de temps en temps ici et là.

I also think that war is wasteful if no shelling to your side. 8.05.2022
Portrait de l’Empire dont le cœur est quelque part. Il s’est avéré qu’il est à Kiev. Portrait of the Empire which a heart is somewhere. It turned out that it is in Kyiv.
mixed media, 29,8 x 21 cm, 2022

Un entretien accordé à Monopol Magazine le 28 fé »virer 2022, en allemand, et traduit en anglais par Kajet Digitial.  

PHILIPP HINDAHL: What is the specific position of an artist in this conflict?

ALEVTINA KAKHIDZE: Look, of course this is a moment to rethink the power of artists. We’ve been doing this since the political crisis of 2014. We had the revolution—or, to be more accurate, a long protest, the Euromaidan, which took three and a half months. People lived in tents, it resembled the Occupy camps in New York, except it was winter and it lasted longer. Afterwards, when the president fled the country, in February 2014, 3500 people were injured. I was among the artists who visited people in hospitals. And I was drawing the stories of the Maidan participants. At the time, it was important for Ukrainians to break the Russian propaganda narrative that protesters were marginal, and all from Western Ukraine. Now we have a harder situation—real war. Some artists react to it through their profession, as cultural workers. For example, a friend of mine draws with kids in a Kyiv subway station, which is a bomb shelter now. Some of my colleagues are paralyzed and do nothing, or they try to leave the country. Some of Kyiv’s artists never visited East Ukraine, and that’s why they are shocked by this level of violence—they need time. Ukrainian artists are as diverse as its society.

PHILIPP HINDAHL: You are from Eastern Ukraine yourself?

ALEVTINA KAKHIDZE: I was born in the region of Donetsk. I wanted to become an artist, that’s why I left my small hometown. All my family was or still is there. I know the situation very well. I saw a shift in who was considered Russian. I grew up with a Russian cultural background, and I speak Russian. But during the war, I separated myself from all that is Russian and it was a painful process.

PHILIPP HINDAHL: I’d like to go back to the Maidan protests, because you also made art about that, and you mentioned drawing. Do you see this as a possibility to react to current events?

ALEVTINA KAKHIDZE: For me, drawing is the key to accepting reality. When I saw the first barricades at Maidan, I was crying. It was clear that there will eventually be violence. I started to draw barricades. Through drawing I understood that this is a collective thing. I went through each detail. But then, my art is conceptual. For me, at the time, the most important thing was how to change somebody’s thoughts about something. During Maidan, people in the area that I’m from—and even my mother—were against the protest.

PHILIPP HINDAHL: You addressed these complex issues in your work at Manifesta in St. Petersburg, in 2014.

ALEVTINA KAKHIDZE: I received an invitation for Manifesta 10, which took place in Russia in 2014—at the time of the annexation of Crimea and when the war started in the Donbas. It was an opportunity: I had a huge budget and a lot of time. Here, I didn’t draw, I invented a performative dialogue. People, in Russian, on stage, would ask me controversial political questions. For instance, to whom does Crimea belong? Why do you speak bad Ukrainian? What happened in Odessa? Who is the perpetrator? 48 people were burned in a building in Odessa, and it was connected to the protests of 2013/14. It was a complicated story. Most of the victims were pro-Russian protesters, and for my artist friends from Odessa, it was terrible in spite of their pro-Ukrainian stance. Sometimes, you can’t know the truth, or find out who is responsible for a tragedy. For the Manifesta project, I tried to ask 20 difficult questions. Once you hear the question, it is clear that your answer will turn you into an enemy or a friend. I had three positions from which to answer, and they were completely different. I tried to show the nonsense of “truth”. Later, I offered a lot of workshops in Eastern Ukraine, where I experimented with this performative format. I asked more questions, for instance: are you for decommunization or not? One of the actions at Maidan was to demolish Lenin statues. There are people on the extreme right who demolished—sometimes beautiful—Lenin statues. The Lenin statue is not a statue, it is something else, it has another meaning. And this is the key: understanding that sometimes metaphors can be broken.

PHILIPP HINDAHL: What is your situation now?

ALEVTINA KAKHIDZE: My friends in Europe try to help me by offering me their homes. But that doesn’t solve the problem. They can host me, but they can’t bring all of my country. I can come, I don’t need a visa. I can take a train from Lviv. But for me, to provide a portrayal from above, as an artist staying here, is also valuable. There are many wars all over the world, and the Russian-Ukrainian war is one of them. I’m staying in Ukraine to understand what is happening. Without that, I can’t produce work. But I can’t say that every Ukrainian artist should behave like this.

PHILIPP HINDAHL: It is frustrating to watch. Now, the West threatens sanctions, and they are very foreseeable. But Putin knows there will be no further consequences, probably.

ALEVTINA KAKHIDZE: At the moment I’m reading about the 17th-century idea of perpetual peace, proposed by Immanuel Kant. He suggests that we can imagine a peace that is not fragile, but perpetual. Yesterday, we started to write to people from Moscow, asking them to donate money to help the Ukrainian army. They said, we don’t want this, we are against the war. They want to protect peace—which I can understand—but they also want to protect themselves from financing war. But how else can we stop the war in Ukraine?

PHILIPP HINDAHL: Is this a question of morality?

ALEVTINA KAKHIDZE: If you read philosophy, morality is always questioned. Only totalitarian regimes believe in morals as something solid. You and I, for example, have similar ideas, but they could also be shifted. You can choose to be like the Dalai Lama, or you can be ready to fight. Choices always exist.

PHILIPP HINDAHL: What do you mean?

ALEVTINA KAKHIDZE: When I was at Maidan, other artists were also there. Some of them started throwing stones. I didn’t. But, the next morning, after Yanukovich fled the country and Maidan was victorious, I understood something: if everyone had been like me, Yanukovich wouldn’t have fled. When can you allow yourself to be a pacifist? Ukraine is in this very interesting situation where you can test many of these concepts. But right now I’m a Ukrainian artist. I sit in my studio and we talk about philosophy—even if I can hear the shelling. I’m so curious to see what the end of this will be.

PHILIPP HINDAHL: What will it be?

ALEVTINA KAKHIDZE: The question is, what is Putin’s goal? He likely wants to replace the government in Ukraine, or he wants to change our political agenda, so that our president just signs anything the Russian regime demands. This would affect me as well as all the people in Europe.

PHILIPP HINDAHL: You talked about the eight years between Maidan and now. What happened to the idea of a new beginning?

ALEVTINA KAKHIDZE: You see, I made visualizations for a survey in the occupied territory. They asked questions about how people see themselves, with whom they’d like to be, and what their attitude towards the Ukrainian government is. They interviewed 600 people and needed illustrations, so I got the job. One question was, if you had three wishes, what would they be—but people had only one: they wanted the war to end. If you lack imagination, it doesn’t give you any hope. My friends from the EU suggest only one thing: come to us.

PHILIPP HINDAHL: I think that is understandable.

ALEVTINA KAKHIDZE: A lot of my neighbors are also scared. But I am against the idea of having just one solution. In Ukraine, in the occupied territories, there is only one wish, not a second, not a third.

PHILIPP HINDAHL: But when there is peace, much more is possible.

ALEVTINA KAKHIDZE: Imagination has to do with education. I believe in education, and this is why I work with children. When you are in a post-Soviet society, sometimes you can’t think. This is about freedom, and this is related to our situation. Ukrainians are very creative. But politicians are not that creative, and this makes me think about Joseph Beuys, about being an artist in politics. I was inspired by his exercises for my work with children in this village.

PHILIPP HINDAHL: Beuys also has a connection to Ukraine.

ALEVTINA KAKHIDZE: He was injured in Crimea, but he invented a story about the Tatars who saved him. Which is interesting, because they were persecuted in the Soviet Union.

PHILIPP HINDAHL: Do you think he cared about Tatars?

ALEVTINA KAKHIDZE: No, of course he didn’t care. But he was smart. He didn’t say the Nazis or the Soviets saved him. He looked for the exotic, with the fat and felt.

PHILIPP HINDAHL: How do you think the next week will look in Ukraine?

ALEVTINA KAKHIDZE: We will see how strong the Ukrainian army is, and how far Russia wants to go. There may be a roundtable with politicians, and it will map the future, and not just Ukraine’s future. But I can’t really say. I don’t have data about how much equipment there is, or how big the Russian army is. On our side, we hear a lot of heroic stories. Like the one about the defenders on the island in the Black Sea, who refused to give up by saying “Russian warship, go fuck yourself”. People share this on social media. Maybe the clawing spirit of all Ukrainians can help us, maybe not. I cannot give you a prognosis. My only answer is, this will not be a story about Ukraine, but about the whole world. 

A Ukrainian artist in Venice mixed media, 21 x 29,8 cm, 2022
Venice and the Ukrainians 25.04.2022
mixed media, 21 x 29,8 cm, 2022