Archives de catégorie : Jeroen Van Bergen

Jeroen Van Bergen, In de regel van het Bouwbesluit, Oda Park, Venray

Jeroen Van Bergen

Vanaf 15 januari 2014 is in Odapark een solotentoonstelling te zien van Jeroen van Bergen. De kunstenaar werkt op dit moment aan de tentoonstelling die te zien zal zijn in zowel Theehuis, Projectruimte als Beeldenbos van Odapark.
De installaties van Van Bergen ontstaan vanuit zijn eigen ruimtelijke ervaring van bestaande gebouwen, straten, wijken of steden wereldwijd. Anders dan binnen de architectuur hebben zijn installaties geen andere functie dan enkel het creeren van ruimte. De ruimtes zijn niet leefbaar, bij de realisatie van zijn werk gaat het de kunstenaar in eerste instantie om het maken zelf. Daarbij legt Van Bergen zichzelf beperking op doordat hij werkt in een standaardmaatvoering van een eigen systeem, gebaseerd op de maten van het standaard toilet die zijn vastgelegd in het Nederlands Bouwbesluit. Hierin vind hij een maximale vrijheid in de toepassing van haar onbegrensde mogelijkheden. Daarnaast houdt hij zich bezig met de vraag: Hoe kan ik de toeschouwer meer bewust maken van ruimte? De kunstenaar wil de kijker opnieuw in contact brengen met de aspecten licht en tijd, waarbij hij gebruik maakt van modellen en tekeningen, die staan voor het weergeven van zijn architectonische ideeen van ruimte-ervaring. Het is in zijn beleving het voornaamste middel voor het speels artistiek begrijpen van de werkelijkheid.
Jeroen van Bergen is de winnaar van de Parkstad Limburgprijs 2013. De tentoonstelling in Odapark is te zien vanaf 15 januari, de opening vindt plaats op zondag 2 februari (zie uitnodigingen). Van Van Bergen is in het Beeldenbos van Odapark permanent een sculptuur opgenomen.

Odapark is een ambitieus en eigenzinnig centrum voor nationale en internationale vernieuwende hedendaagse kunst, gelegen in een 19 hectare groot bosrijk stiltegebied tussen verstedelijkte gebieden in het noorden van de provincie Limburg. Figuurlijk bevindt Odapark zich in de periferie van de steden Eindhoven, Nijmegen/Arnhem en Düsseldorf. Gevoelsmatig trekken we de lijn door tot in Maastricht, dit in navolging van Oda, de naamgeefster van Odapark.

Odapark center for contemporary art,Merseloseweg 117, 5801 CC Venray

Jeroen Van Bergen, Parkstad Prijs, Heerlen, les images

Jeroen van Bergen is de vijfde winnaar van de Parkstad Limburg Prijs. Dit is op donderdag 24 januari 2013 bekend gemaakt tijdens de uitreiking en opening van Parkstad Limburg Prijs 2013. Twintig jaar geleden namen de Heerlense kunstliefhebbers en verzamelaars Wiel Jongen en Jacques Defauwes het initiatief om jonge kunstenaars een hart onder de riem te steken. Sindsdien heeft de prijs ruim 300 deelnemers en vijf winnaars gekend. Jeroen van Bergen gaat naar huis met een geldbedrag van € 10.000,- dat hij naar eigen zeggen in de ontwikkeling van zijn eigen werk wil steken. Het werk van hem en van de andere genomineerde kunstenaars is van vrijdag 25 januari tot en met zondag 7 april tijdens een gezamenlijke expositie bij SCHUNCK* in Heerlen te zien.

Jeroen van Bergen (1979)
Jeroen van Bergen (Maastricht) maakt modellen van doodnormale ruimten en gebouwen, die in het alledaagse leven nauwelijks worden opgemerkt. De werken zijn natuurgetrouw in afmeting, maar op merkwaardige wijze geabstraheerd waardoor hij ze tot iconen verheft. Daarmee maakt Van Bergen de toeschouwer bewust van het esthetische potentieel van deze ‘locaties’. Dat wat formeel waardeloos lijkt, krijgt een aura van puristische strengheid.

Parkstad Limburg Prijs
De Parkstad Limburg Prijs is een prijs voor beeldend kunstenaars die een professionele kunstopleiding succesvol hebben afgesloten, maximaal 35 jaar oud zijn en een kunstzinnige relatie hebben met Nederlands- of Belgisch Limburg. In 1996 opgestart om een brug slaan tussen jonge kunstenaars, het bedrijfsleven, de overheid en het publiek.
Op donderdag 24 januari 2013 is de prijs voor de vijfde keer uitgereikt.

Het instellen van een prijs was niet de eerste daad van de Stichting Promotie Limburgse Kunstenaars. Eerst werd –vanuit een initiatief van Juniorkamer Land van Herle – kunstenaar Frans Duckers in staat gesteld om de Limburger te verbeelden in brons. Deze Limburger staat al 25 jaar op het terras van het gouvernement in Maastricht. De bronzen replica’s vonden hun weg door de provincie. In 1993 leverden inspanning van de stichting opnieuw een bronzen beeld op: Der lachende Eézel van kunstenaar Cyriel Laudy. Ook van dit beeld werden bronzen replica’s vervaardigd en aan de man gebracht. Tussen deze grotere projecten door bood de stichting met name financiële ondersteuning aan diverse Limburgse kunstenaars.

In de loop der jaren sprak de stichting de ambitie uit om bruggen te slaan tussen jonge kunstenaars, het bedrijfsleven, de overheid en het publiek. Zo werd een prijs in het leven geroepen, het bedrijfsleven werd aangespoord om kunst van genomineerden en winnaar aan te kopen en het werk zou beoordeeld worden door een professionele jury. Jonge talentvolle vormgevers moesten ingeschakeld worden om een kunstige catalogus te maken. En uiteraard zou er een tentoonstelling aan verbonden worden.

Paul Devens was in 1996 de eerste winnaar. Hij heeft zijn kunstzinnige sporen inmiddels verdiend. In 2000 won Hadassah Emmerich de felbegeerde prijs. Zij maakt momenteel furore in de Berlijnse kunstwereld. In 2004 was het Bas de Wit die met de eer streek. Zijn werken zijn terug te vinden in museale collecties. In 2008 sleepte Caroline Coolen de prijs in de wacht. Nu wordt Jeroen van Bergen dus aan dit rijtje toegevoegd, als winnaar van de prijs in 2013.

Jeroen Van Bergen, Hep Taxi

C’est un des « Parallel Event » à Manifesta 09 :  le B32, une initiative d’artistes de Maastricht  organise des transport en taxi entre Maastricht et le charbonnage André Dumont à Genk où s’ouvre officiellement demain la neuvième édition de la biennale Manifesta, « The Deep of the modern ». C’est l’occasion de prendre un « Taxi détour » sous forme de performance, une série d’artistes et d’acteurs culturels ayant été invités à « customiser leur véhicule ».

Jeroen Van Bergen y participe. On croisera sur la route sa toilette modulaire.

Taxi Détour is an exceptional transportation service, providing a memorable travel between Maastricht (Central Station) and Genk (Waterschei) during the opening weeks of Manifesta 9. For its car park, art initiative B32 invited artists and cultural actors to construct their own vehicles.

Taxi Détour redefines the act of traveling between the two locations. Acting as a time capsule, in Taxi Détour motion in space becomes motion in time as well. During the travel relation between past and present becomes activated: stories, myths and anecdotes are told in a ready-made performance.
Sometimes truth – sometimes not, these stories heard in Taxi Détour are capturing the possible fallacy of memory, subjectivity of experience, history and its interpretations.

31 May – during Manifesta 9 professional and press preview
1 June – opening of Manifesta 9
2, 3, 8, 9, 10 June

Book your unique taxi ride via taxidetour@b32.org or call +31 (0) 68 48 21 797
Price: 10€ per person per ride/ 15€ retour

7 cars, more than 20 participating artists and art professionals

Jeroen van Bergen, Ilona van den Brekel & Lorna Buckley, Claudia Falutoiu, Veronique de Jong, Aniek Schiepers & Chantal Le Doux, Yvonne Klasen & Thilo Schmülgen, Lucas Kramer, Nina Grunenberg, Studio Oneindigheid (Charlotte Lagro,, Chaim van Luit, Guusje Sijbers, Jörg Theissen, Joep Vossebeld), Nathania Rubin, Arno Sanders

 

Art Brussels, les images (2)

Suchan Kinoshita
Haiku for Liège, 2010

Aglaia Konrad
Undecided frames, photographies couleurs, impression numérique,, 54 x 41 cm, 2012.  Ed 5/5

Jeroen Van Bergen
Boot 003, technique mixte,2012

Emilio Lopez Menchero
Kuifje, Huile sur toile, 2011, 45 x 61 cm

Gare au gorille !, Huile sur toile, 2012, 170 x 150 cm

Honoré d’O

Sans titre, Ex Voto, technique mixte, 2012

Olivier Foulon
Ohne Titel [Deux têtes de profil (Mondrian)], 2012, 65 x 50 cm. Photo: 18 x 27 cm.

 

 

 

Jeroen Van Bergen, CC38, Delft

Barrio de Chabolas, composition de tours, remake snackfrituurkapel, Monumenteel 001, Schetsen en teksten : Jeroen Van Bergen rassemble un bel ensemble d’œuvres récentes pour son exposition au 38CC à Delft.
Exposition en compagnie de Kim Habers, du 21 avril au 3 juin.

Creatief Laboratorium 38CC
Hooikade 13 – 2627 AB  – Delft

Art Brussels, booth 3 A02, preview

La galerie participe à la trentième édition de Art Brussels

Booth 3 A02 – 18 – 22 april 2012

Clémentine Beaugrand & Antoni Collot – Olivier Foulon- Honoré d’O – Suchan Kinoshita – Aglaia Konrad – Jacques Lizène – Emilio Lopez Menchero –  Capitaine Lonchamps – Jacqueline Mesmaeker – Benjamin Monti – Walter Swennen – Jeroen Van Bergen -Raphaël Van Lerberghe – Marie Zolamian

Preview & Vernissage Wed 18 April (by invitation only)
From Thu 19 till Sun 22 April 2012.

Wed 18 April: Preview 12pm-4pm/ Vernissage 4pm-10pm
Nocturne: Thu 19 April 7pm till 10pm
Thu 19 – Sunday 22 April: 12pm till 7p

Les péripéties, 2010, 2 cartes postales (J. A. Ingres, La Baigneuse. Kalabaka, Météores, le couvent Roussano), 60 x 43 cm.

Raphaël Van Lerberghe, Ou bien… ou bien, technique mixte, 29,7  x 21 cm, 2012

Aglaia Konrad, Undecided frames (01), photographies couleurs, impression numérique, 54 x 41 cm, 2012.

A propos des Undecided frmes d’Aglaia Konrad, lire le billet précédent sur ce blog

Capitaine Lonchamps, Neige 2012, technique mixte sur imprimé, 19 x 30 cm

A propos d’autres Neiges sur menhirs et serpent, également montrées à Art Brussels, lire le billet précédent

Clémentine Beaugrand et Antoni Collot, Art paranoïde 2009, boite de jeu, édition 10/10, 2012

« Dimanche 25 octobre nous nous rendons à la FIAC. Aux Tuileries, entre les deux lieux d’exposition, nous arpentons les haies du jardin. Notre attention est captée par un certain nombre de traces, que nous envisageons être de possibles résidus des acteurs de la FIAC. Nous nous mettons alors en quête de ces différentes reliques de σπέρμα (semence, grain, graine) disséminées. Nous nous interrogeons sur la relation qui existe entre rétention, éjaculation et pouvoir créateur. Nous pensons aux draps bordés d’Emmanuel Kant, aux croquis d’anatomie de Léonard de Vinci, à la vasectomie de Jacques Lizène. Nous en récoltons plusieurs centaines »

Sculpture nulle 1980, instruments de musique modifiés en guise d’interrogation génétique, art syncrétique, croisement cor – clarinette, en remake 2011. Technique mixte, cor, clarinette, 120 x 50 x 22 cm
Sculpture nulle 1980, instruments de musique modifiés en guise d’interrogation génétique, art syncrétique, croiser un violon et une raquette de tennis, en remake 2011.Technique mixte, violon, raquette, 100  20 x 10 cm
Art syncrétique 1964, instrument de musique modifié, remake 2011, didgeridoo croisé tuba. Didgeridoo, tuba, 161 x 43 x 30 cm.

A propos de l’ensemble de l’installation de Jacques Lizène, lire le billet précédent. En voir d’autres images.

Jeroen Van Bergen, Boot 003. Echelle ¼.  Technique mixte, 40 x 117 x 111 cm.

Emilio Lopez Menchero, Gare au gorille ! Huile sur toile, 2012 170 x 150 cm

A propos de l’ensemble des peintures d’Emilio Lopez Menchero, lire ici, voir les images là 

Jeroen Van Bergen, American Cabines (2)

Schetsen & teksten, technique mixte sur papier, 2012

American Cabine 001 mini (échelle 1/10) (toit en pente), 2011 Box : 48 x 45 x 38 cm

American Cabine 002 mini (échelle 1/10) (style saloon), 2011 Box : 45 x 43 x 28 cm

American Cabine 003 mini (échelle 1/10) (toit à deux versants), 2011 Box : 48 x 45 x 38 cm

Jeroen Van Bergen, American Cabins

Les toilettes sont au fond du jardin

Jeroen Van Bergen est un constructeur prosaïque, frénétique par le nombre de ses projets, doué d’un singulier sens pratique. Il érige, il bâtit à toutes les échelles et se sert de tout matériau. Lorsqu’il s’agit de maquettes, il met en œuvre le carton plume, la mini brique ou la résine ; et la brique, le bois, la plaque de plâtre, le béton cellulaire dès le moment où le pourcentage de l’échelle augmente. Plasticien, il n’est ni architecte, ni urbaniste mais définit la construction comme une nécessité première. Il rejoint là un architecte bénédictin compatriote, Hans van der Laan, qui dès les années 1930 énonça sa volonté de retisser des liens entre l’acte technique de construire et notre besoin primitif de définir notre espace environnant. Qu’on s’en souvienne, Ludwig Mies Van der Rohe se déclarait aussi « constructeur ».

Tout comme van der Laan, qui imagina bâtir suivant un nombre plastique et un enchaînement numérique de proportions mathématiques,  Jeroen Van Bergen bâtit en déclinant ses projets sur base d’un même module constitutif. Chez Hans van der Laan, promoteur d’une architecture spirituelle et liturgique, l’unité fondamentale était celle de la « cella », espace individuel d’action, de réflexion et de perception. Chez Jeroen Van Bergen, visionnaire d’une architecture critique et ironique, ce module de base aura les dimensions standardisées des toilettes, telles qu’elles sont fixées par la loi néerlandaise. Sa « cella » mesure 110 centimètres de large, 90 de profondeur, 260 en hauteur. Les dimensions de la porte sont de 210 sur 90 et l’éventuelle petite fenêtre qui permet de jeter un œil sur le monde mesure 45 centimètres sur 70. Cette proportion modulaire, triviale, pragmatique, répond aux standards et aux normes de Neufert. La juxtaposition et la superposition de ce module de base permettront l’extension sans fin du domaine de cette fièvre constructrice et le système sera global. Jeroen Van Bergen l’applique d’ailleurs à tout programme architectural et urbanistique, qu’il s’agisse de se mesurer à la Burj Khalifa de Dubaï (et même, ceci dit en passant, de surpasser celle-ci de soixante-dix mètres), de construire des baraque à frites, d’évoquer un Manhattan globalis, de lotir la banlieue, de composer un labyrinthe de favélas hygiéniques ou même d’investir un chantier naval. La fièvre est inflationniste, tout comme l’est ce système appliqué avec une implacable logique.

Voici donc que Jeroen Van Bergen construit des cabanes. Il les décline en soupentes et frontons, contrevents, tours et terrasses garnies de leurs garde-corps. Posées sur le sol, elles ne sont pas plus grandes que des niches pour chien. Tout le monde se souvient, bien sûr, des toilettes au fond du jardin, de ces cabanons constitués de quelques planches  mal jointes, un cœur percé à hauteur de regard, indiquant que ce n’est pas là qu’on range les outils du jardin.  Si l’on s’en tient au point de départ de la démarche de Jeroen Van Bergen, tout se tient : nous serions devant la version rustique et de plein air de sa toilette modulaire. Si l’on transcende ce point de départ, les choses deviennent plus complexes, car bien sûr ce concept d’unité fondamentale tel que Jeroen Van Bergen l’aborde, recouvre bien d’autres réflexions.

Jeroen Van Bergen nomme ses cabanes « log cabins ».  ou encore « American Cabins ». Du fond du jardin, on se transporte au Montana, dans le grand nord américain, en quête des cabanes de trappeurs, de prospecteurs, d’aventuriers solitaires. Dans le Montana ou ailleurs.  Jeroen Van Bergen fait, lui, référence à la Louisiane. Dans « dessins et textes » (Schetsen en teksten), ces notes de travail, ces esquisses de projet de maquettes qui accompagnent les « Cabanes américaines », il évoque le film de Jim Jarmusch, « Down by law »,  cette cavale de trois fugitifs dans les marais de la région de La Nouvelle Orléans. Ce sont, bien sûr, les cabanes des marais, leurs toitures à pignon et leurs vérandas, leur abandon et leur état vétuste qui ont frappé son imagination.

Moi, c’est le titre du film qui me frappe : « Down by law », sous le coup de la loi, ceci sous-tend la règle et la norme sociétale. Dans ses notes, Jeroen Van Bergen s’interroge  sur la réception  future de ses cabanes, bien conscient qu’il décline d’une autre façon ce concept d’unité fondamentale qui conduit sa pratique. Ses cabanes, bien qu’elles soient toujours construites sur base de ce même principe, ne semble plus rien avoir à faire avec les parallélépipèdes blancs, incolores dit-il, percés d’une fenêtre et d’une porte, pure création d’un espace sans fonction, qui constitue le point de départ de ses constructions. Cela tombe sous le sens, ce module de base n’est plus aussi directement perceptible. Et pourtant, ces cabanes évoque tout autant, mais sur d’autres plans, cette  « cella » d’origine, cet espace nécessaire constitué d’un toit, de quatre murs, d’une ouverture afin d’y accéder, d’une fenêtre afin de contempler le monde dès le moment où l’on se situe à l’intérieur de l’espace. La cabane cristallise les spéculations sur l’enfance de l’homme, dans tous les sens, qu’il s’agisse de la hutte primitive, celle des origines de l’humanité, comme des cabanons que nous avons tous bâti dès l’enfance, cabanes d’apprentissage et  d’imaginaire. Qui n’a pas fredonné les premiers mots de la chanson de Line Renaud, « Ma cabane au Canada est blottie au fond des bois, on y voit des écureuils, sur le seuil… ». Et s’il est question d’en revenir aux origines de l’humanité, je repense, aux leçons de Vitruve – eh oui, remontons le temps – , à ses dix Livres d’Architecture : « D’autres, écrit-il, imitant l’industrie des hirondelles, pratiquaient avec de petites branches d’arbre et de la terre grasse, des lieux où ils pouvaient se mettre à couvert ; et chacun considérant l’ouvrage de son voisin, perfectionnait ses propres inventions par les remarques qu’ils faisait sur celles d’autrui ; il se faisait donc chaque jour de grands progrès dans la manière de bâtir des cabanes, car les hommes dont le naturel est docile et porté à l’imitation, se glorifiant de leurs inventions, se communiquaient tous les jours ce qu’ils avaient inventé de nouveau ».

Jeroen Van Bergen respecte la norme, sa norme. Et il en évoque même beaucoup d’autres. Cette cabane des origines, celle qui condense la nécessité première d’habiter ou de se déplacer, celle de Descartes, lieu spéculatif, ou celle de Big Jim dans la « Ruée vers l’Or » de Chaplin, cabane emportée par la tempête sur les ailes du désir, est aujourd’hui sujette à toutes les normes. De nos jours les cabanes sont bio climatiques, bâties en bois à ossature sectionnelle MOS. Elles sont conçues en DAO, leurs panneaux muraux sont en bois massifs de type MHM ou KLH, le bois a été cultivé dans le respect des normes PEFC, l’isolation thermique est ITE, les solives respecteront bien sûr les règles NFP 06-001  Les normes, les standards sont nombreux et l’attitude ECO bien sûr de mise. Désormais, on ne construit plus sa cabane au Canada comme bon nous semble. Dans ce sens, les « American Cabins » de Jeroen Van Bergen, elles, pourraient, à échelle réelle, se vendre en kit, tant elles semblent condenser l’idéal pratique et standardisé de la cabane, transformée en domestique abri de jardin, tel que ceux-ci sont aujourd’hui produit, en série, la consonance de leur nom évoquant un rêve de dépaysement garanti.  « Saloon », « Swamp », « Edelweiss », « Châlet » ou que sais-je…  J’appellerais volontiers la plus petite des quatre « Kiosk » en l’honneur de Sir Giles Gilbert Scott, concepteur en 1923, de la version mythique de la cabine téléphonique britannique. Ses cabanes condenseraient donc, dans des allers-retours qui ne sont pas sans vertige, nécessité primitive et norme régulée, singularité créative, vernaculaire même, et standards collectifs manufacturés.  De grands écarts, assurément.

 

 

 

 

 

Emilio Lopez Menchero, Marie Zolamian, Jeroen Van Bergen, avant propos

Avant propos à trois expositions 
Vernissage ce jeudi 15 mars

Emilio Lopez Menchero, Gare au gorille !

Non, Emilio Lopez Menchero ne tente pas d’être Georges Brassens. Il n’a pas plus décidé d’incarner le célèbre primate de la chanson, celui dont « avec impudeur, les commères lorgnent un endroit précis que rigoureusement ma mère m’a défendu de  nommer ici »…

Gare au Gorille ferait plutôt référence à  King Kong croisant Tarzan au bord de l’Hudson, au Yeti tibétain accompagnant Chang au cœur d’une fête populaire à China Town, à Tintin – prononcez Kuifje –  et au gorille de l’île Noire, noire comme l’or pétrolifère. La « cienaga » est une coulée de boue comme il en fuse lorsque jaillit le pétrole, la « cienaga » est un large boulevard qui relie, à Los Angeles, Sunset boulevard et West Hollywood. Gare au gorille ! Le titre de cette exposition convoque, en tout cas, l’inattendu. Et l’inattendu, c’est ici, la peinture. Toute l’exposition lui est dévolue.

D’Emilio Lopez Menchero, on connaît les performances, les photographies des « Trying to be », les interventions urbaines, temporaires ou pérennes, la réflexion socio politique dont il témoigne lorsqu’il s’empare des poncifs sociétaux et des images du monde. On ne connaît pas sa peinture, ce fantasme de gamin qui amena son père à lui offrir des tubes de couleurs, sans aucun délai ni retard, à la sortie d’une visite au Prado. Emilio Lopez Menchero avait alors quinze ans et n’a, depuis, jamais quitté les champs de la peinture. Ce n’est pas pour rien que l’œuvre fondatrice de ses « Trying to be » consista à s’emparer du regard de Pablo Picasso. Ce n’est pas pour rien qu’il y a un an à peine, il performait dans la salle Rubens du musée des Beaux-Arts de Bruxelles, titrant son intervention, non sans un certain lyrisme : « Autoportrait adolescent de mon éblouissement jaloux et de mon ébahissement illimité face à l’Histoire de la Peinture ! ». C’est aujourd’hui, comme dans l’urgence, deux expositions en une qu’il nous offre. Si la première consiste à revisiter sur le mode de l’autoportrait ses diverses incarnations en une série de regards, la seconde rassemble une douzaine de toiles très récentes qui, dans un jaillissement, rassemble et recompose l’ensemble de ses préoccupations.

Marie Zolamian, les désorientés

L’Académie des Beaux-Arts de Liège accueille du 9 au 20 avril  un  important programme intensif Erasmus, second projet de l’ « European Forum of History and Art ». Transdisciplinaire et  « cross-border network », ce programme réunit des universités et des écoles supérieures, provenant de Trèves, Sarrebruck, Dublin, Cracovie, Gdansk, Luxembourg, Paris, Montréal, Milan, Maastricht ou Kansas City, réunies en réseau.  Ateliers, colloques, conférences, ce forum européen focalisera  son attention sur les questions de migration dans les domaines économiques, politiques et culturels. « Melting Pot Migration in the Walloon région » est bien évidemment exemplaire en ces domaines tant la révolution industrielle du XIXe siècle a radicalement transformé le paysage humain de la région liégeoise.

C’est dans ce cadre, celui de la mixité, du patrimoine en mutation, des migrations volontaires ou forcées que s’inscrit l’exposition de Marie Zolamian, produite à la galerie

Plasticienne, et enseignante à l’Académie des Beaux Arts de Liège, conférencière dans le cadre de ce forum européen, Marie Zolamian est d’origine arménienne,  née à Beyrouth au Liban, installée en Belgique dès 1990, au lendemain « officiel » de la guerre au Liban. Elle a donc perdu l’Orient et titre son exposition : « Les désorientés ».  Ces questions de déracinement, de mémoire individuelle et collective, d’affiliation  ou d’appropriation sont au cœur même de son travail.

Marie Zolamian a réunit deux œuvres pour l’occasion. « After before » (2011) et « les Anonymes » (2011) ont pour point commun de métisser le son et l’image. Elles reposent toutes deux sur un récit, celui des sœurs Marthe et Betty,  deux augustines qui ont œuvré toute leur vie en l’ancien hôpital militaire d’Anvers, celui d’Alphonse Delagoen, jardinier en chef de la commune de Flemalle qui a pisté, jusqu’à Amsterdam, les six anciens bustes de la Maison Renkin.

Jeroen Van Bergen
Log cabins

Elles viennent d’être exposées à  Arco Madrid. Elles apparaissent dans une toile d’Emilio Lopez Menchero qui évoque les maisons de bois typiques des paysages qui bordent l’Hudson. Ce sont les « Log Cabins » de Jeroen Van Bergen.

Jeroen Van Bergen est un constructeur prosaïque, frénétique par le nombre de ses projets, doué d’un singulier sens pratique. Il érige, il bâtit dans l’espace, à toutes les échelles et se sert de tout matériau. Plasticien, il n’est ni architecte, ni urbaniste mais définit la construction comme une nécessité première. Il rejoint là un architecte bénédictin compatriote, Hans van der Laan, qui dès les années 30 énonça haut et fort sa volonté de retisser des liens entre l’acte technique de construire et notre besoin primitif de définir notre espace environnant. Qu’on s’en souvienne, Ludwig Mies Van der Rohe se déclarait aussi « constructeur ». Tout comme van der Laan, qui imagina bâtir suivant un nombre plastique et un enchaînement numérique de proportions mathématiques,  Jeroen Van Bergen bâtit en déclinant ses projets sur base d’un même module constitutif. Chez Hans van der Laan, promoteur d’une architecture spirituelle et liturgique, l’unité fondamentale était celle de la « cella », espace individuel d’action, de réflexion et de perception. Chez Jeroen Van Bergen, visionnaire d’une architecture critique et ironique, ce module de base aura les dimensions standardisées des toilettes, telles qu’elles sont fixées par la loi néerlandaise. Sa « cella » mesure 110 centimètres de large, 90 de profondeur, 260 en hauteur. Les dimensions de la porte sont de 210 sur 90 et l’éventuelle petite fenêtre qui permet de jeter un œil sur le monde mesure 45 centimètres sur 70. Voilà la divine proportion modulaire ; triviale, pragmatique, répondant aux standards et aux normes de Neufert.

Qui ne se souvient pas des toilettes au fond du jardin ? De ces cabanons constitués de quelques planches  mal jointes, un cœur percé à hauteur de regard, indiquant que ce n’est pas là qu’on range les outils du jardin ? Qui n’a pas fredonné les premiers mots de la chanson de Line Renaud, « Ma cabane au Canada est blottie au fond des bois, on y voit des écureuils, sur le seuil… ». Ces cabanons de fond de jardin sont à l’origine des dernières productions de Jeroen Van Bergen, toujours conçues sur le même module de base, les mêmes normes et prescriptions canoniques, ce standard des water closed, décliné en soupentes et frontons, contrevents, tours et terrasses garnies de leurs garde-corps.  Du fond du jardin, on se transporte au Montana, dans le grand nord américain, en quête des cabanes de trappeurs, de prospecteurs, d’aventuriers solitaires. Ces maquettes, Jeroen Van Bergen les nomme d’ailleurs « log cabins ».  A échelle, posées sur le sol, elles ne sont pas plus grandes qu’une niche pour chien. Reproduites au dixième de ces sculptures, maquettes de maquettes dès lors, installées sur présentoirs, elles pourraient constituer un catalogue tridimensionnel d’abris de jardin prêts à l’installation.  Comme quelques standards à la mode.