Archives quotidiennes :

Marie Zolamian, Addenda, Le corps en révolution, Hôpital Notre Dame de la Rose, Lessines

Dans le cadre de l’exposition Addenda à laquelle participe Marie Zolamian, se tient une journée d’étude sur la question du genre :

Le corps en révolution
Journée de réflexion
17.10.14
De 9h à 16h30
Le Musée de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose possède un des rarissimes tableaux de « Christ androgyne ». Cette œuvre, dans la lignée de l’exposition Addenda, servira de fil conducteur à une journée de réflexion. A l’heure où la question du genre est au cœur du débat public, philosophes, artistes, écrivains, historiens, sociologues,… croiseront leur regard et dérouleront leur pensée pour explorer les enjeux de notre société.
Avec Muriel Andrin (U.LB. et Savoirs, Genre et Sociétés), Olivia Chaumont (Ecrivaine), Raphaël Debruyn (Conservateur du Musée de l’Hôpital Notre dame à la Rose), Julie De Ganck (U.L.B., FNRS), Jacques Gélis (Université de Paris VIII), Alain Korkos (Ecrivain), Rolf Quaghebeur (Directeur d’Argos).

Christ androgyne

La question du genre dans ses résonances scientifiques et ses questions éthiques actuelles est évoquée, face au Christ androgyne, par l’interaction de Fabrice Samyn et Yvonne Trapp. Les pièces historiques de Marina Abramović et Gina Pane font écho au dolorisme chrétien dans sa réalité physique tandis que la création in-situ de Marie Zolamian l’évoque dans son aspect spirituel. La sculpture de Thomas Lerooy illustre tant le lien que l’opposition entre le corps et l’esprit, la chair et l’intellect dont sont imprégnés les rapports aux soins des malades. Toujours dans la relation à la maladie, Laurence Dervaux propose un triptyque de vidéos dont l’ambiguïté du geste évoque le rapport à la réparation du corps et au culte des reliques. Le geste vain du soin trouve son prolongement dans l’urne qu’elle présente dans la pharmacie ; et se transforme poétiquement dans l’approche de David Brognon et Stéphanie Rollin. La performance de Regina José Galindo met en lumière la notion de charité, attachée dans sa vertu chrétienne,
à l’origine des hospices. Alain Bornain, familier du lieu, réalise trois nouvelles créations immiscées dans divers espaces du site, par lesquelles il apostrophe le visiteur de manière directe sur le sens de la vie. Autre interpellation, la pièce de Rémy Zaugg qui bénéficie dans ce lieu de toute sa dimension spirituelle. Le jardin du cloître est, quant à lui, investi par les sculptures recomposées d’Iván Argote. Le rite du baptême habituellement célébré dans l’autel, trouve dans la chapelle de l’Hôpital un écho politique avec la vidéo de Teresa Margolles. Enfin, le passage d’un corps spirituel à un corps social et économique est
évoqué, à la fin du parcours, par le travail de Frédéric Fourdinier à partir de la notion d’hygiène et celui d’Hans Op de Beeck sur un futur médical imagé et déshumanisé.
Ces oeuvres ainsi conceptualisées sont autant de notes réflexives à méditer et explorer. Elles permettent par ailleurs d’élargir l’accès à l’art contemporain vis-à-vis du public habituel de ce type de site.