Jacques Charlier, Glorious Bodies Ikob, peintures mystiques (2)

Jacques Charlier

Intercessor of the Saints? Jacques Charlier, is hardly a first timer. In a cycle that brings together “religious paintings” and “mystical paintings” (1988), the artist presented the most famous shepherdess of France on a pedestal: Joan of Arc; of course, I should say St. Joan of Arc, since she was canonized in 1920. It is also intriguing to note that it was Leo XIII, the one who canonized Rita, who initiated the procedure for the canonization of Joan of Arc, declaring at the signing of the introduction of the cause: “Jeanne is ours.” Indeed already. Charlier sets out in search of plasters and bronzes representing Jeanne, with or without standard, on foot or on horseback, in hieratic pose or launching into battle, clad in armour or helmet at her feet. And considering his harvest, Jeanne must have camped out on many an urban or country home sideboard. He collects old books, biographies full of voices and noise, dusty hagiographies, various objects, a cup with fake grapes, spears, a kitschy portrait of the haloed Saint. His own paintings are deep; when they are not nocturnal, they are occupied by immense skies. In these various compositions, which sometimes reveal a hint of esotericism, like a quaint taste of gothic revival, factitious, theatrical and dramatic, reigns a strong sense of dark romanticism tinged with symbolism. These associative devices, which transfigure the remnants of the history of taste into relics, approach the mystery, its transcendent and indistinguishable realities. Jacques Charlier is definitely a stylistic chameleon. The darkest of all is also the most luminous: a spear point is placed against the canvas, touching a celestial sphere that tears the mass of clouds apart. I think of the redundancy of the ”Nuit obscure” (Dark Night of the Soul) of the mystic St. John of the Cross, of the first line of the poem: « By a deep night, Full of anguish and inflamed with love… ». Darkness and night are not only synonymous with danger and fear, but also with dream and mystery, domains that are both ambivalent and attractive, that either lead to the abyss or to knowledge. In this cycle of “Mystical paintings”, Jacques Charlier combines history, myth and the legacy of folly, in fact, the very essence of the religious-political destiny of the image of Jeanne, a figure considered evil by Shakespeare, burlesque by Voltaire, feminist by the suffragettes. Condemned by the Church which will later rehabilitate her, digested by the various modes and schools of thought, romantic myth that has inspired many works in all the arts, instrumentalised figure appropriated by all philosophical movements. The image of Jeanne is so bipolar that she came to embody the “secular Saint”, a pinnacle of the genre, before being hijacked by the darkest possible nationalist obscurantism; here also, redundancy is required.

Jacques Charlier, Glorious bodies, IKOB, Peintures mystiques

Jacques Charlier

Peintures mystiques, IKOB (photo Laurence Charlier)

Intercesseur auprès des saintes ? Jacques Charlier, n’en est pas a son coup d’essai. Dans un cycle où s’entrecroisent « peintures religieuses » et « peintures mystiques » (1988), l’artiste a mis sur un piédestal la plus célèbre bergère de France, Jeanne d’Arc bien sûr, sainte Jeanne d’Arc devrais-je dire, canonisée en 1920. Il est piquant de constater d’ailleurs que c’est Léon XIII, celui-là même qui canonisa Rita, qui initia la procédure en canonisation de Jeanne d’Arc, déclarant à la signature de l’introduction de la cause : « Jeanne est nôtre ». Oui, déjà.

Charlier chine les plâtres et les bronzes représentant Jeanne, avec ou sans étendard, à pieds ou à cheval, hiératique ou donnant l’assaut, en armure ou heaume au pied. Et, sans doute, vu la moisson, Jeanne a-t-elle campé sur bien des buffets citadins et campagnards. Il rassemble de vieux livres, des biographies pleines de voix et de fracas, des hagiographies poussiéreuses, des objets divers, un cratères aux raisins factices, des lances, un portrait kitch de la sainte auréolée. Ses propres toiles sont profondes ; lorsqu’elles ne sont pas nocturnes, ce sont des ciels immenses qui les occupent. Règne ainsi dans ces diverses compositions, où pointe parfois un soupçon d’ésotérisme, comme un goût suranné pour le gothic revival, factice, théâtral et dramatique, un souffle empreint de Romantisme noir teinté de symbolisme. Ces dispositifs associatifs, qui transfigurent en reliques des reliquats de l’histoire du goût, approchent le mystère, ses réalités transcendantes et indiscernables. Jacques Charlier est assurément un caméléon du style. La plus sombre de toutes est aussi la plus lumineuse : une pointe de lance est posée contre la toile, touchant en plein une sphère céleste qui déchire la masse des nuages. Je pense à la redondance de la « Nuit obscure » du mystique Jean de La Croix, aux premiers vers du poème : « dans une nuit obscure, par un désir d’amour tout embrasé… ».

L’obscurité et la nuit ne sont pas uniquement synonymes de danger et d’effroi, mais aussi de mystère et de rêve, domaines tout à la fois ambivalents – et attirants – qui peuvent conduire à l’abîme comme à la connaissance. Dans ce cycle de « Peintures mystiques », Jacques Charlier associe l’histoire, le mythe et l’héritage de la déraison, en fait, l’essence même du destin politico-religieux de l’image de Jeanne, figure maléfique pour Shakespeare, burlesque pour Voltaire, féministe pour les suffragettes. Condamnée par l’Eglise qui la réhabilitera, digérée par les modes et les courants de pensée, mythe romanesque qui a inspiré maintes œuvres dans tous les arts, figure instrumentalisée par tous les courants philosophiques. L’image de Jeanne est tellement bipolaire qu’elle incarna la « sainte laïque », un comble du genre, avant d’être confisquée par l’obscurantisme nationaliste le plus sombre ; ici aussi la redondance s’impose.

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique I, 1988.
Technique mixte, acrylique sur toile, cadre mouluré, objets trouvés (lance, statuette, main en plâtre, support ouvragé, livre « Le Ciel », 200 x 350 cm.
(Photographie Philippe De Gobert)

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique II, 1988.
Technique mixte, acrylique sur toile, cadre mouluré 113 x 91 cm, socle, statuette en métal et 10 livres concernant Jeanne d’Arc.
Dimensions suivant installation. (Photographie Philippe De Gobert)

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique III, 1988.
Technique mixte, acrylique sur toile et cadre mouluré, objets trouvés divers, 142 x 197 cm.
(Photographie Philippe De Gobert)

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique VI, 1999.
Technique mixte, tableau et objets divers trouvés, dimensions suivant installation. (Photographie Philippe De Gobert)

Jacques Charlier

Jacques Charlier
Peinture mystique IV, 1988.
Technique mixte, acrylique sur toile, 120 x 100 cm, socle, statuette en bronze, livre et drapeau.
(Photographie Laurence Charlier).

Suchan Kinoshita, Tussenbeelden, Schunck*, Heerlen

Suchan Kinoshita

Isofollies (Ikon gallery) 2006, technique mixte / mixed media

Suchan Kinoshita participe à l’exposition Tussenbeelden organisée par Schunck* à Heerlen (Pays-Bas)

Kunstenaar en gastcurator Paul van der Eerden (1954) heeft op uitnodiging van SCHUNCK* een bijzondere selectie van werken bijeengebracht in de tentoonstelling TUSSENBEELDEN.
De rode draad in de expositie is de rol van het beeld als bemiddelaar tussen de aardse en bovennatuurlijke wereld in verschillende culturen. Zoals Afrikaanse of Aziatische objecten als bemiddelaar of afweerder van onbeheersbare krachten kunnen fungeren, is er in de westerse religieuze traditie een vergelijkbare omgang met heiligenbeelden en devotieprenten als ritueel object.
Ook in de moderne en hedendaagse kunst bestaat er een fascinatie van kunstenaars om een ‘zuiver’ beeld te creëren. Met als doel een grote emotie of sublieme ervaring op te roepen, die te vergelijken is met een spirituele of religieuze beleving.
TUSSENBEELDEN plaatst de hedendaagse kunst in een context van Afrikaanse voorouderverering en Europese heiligenbeelden. Deze spelen traditioneel een bemiddelende rol in de relatie tussen de mens en een hogere vorm van zijn. Door de moderne kunst in deze context te plaatsen, wordt de vraag opgeroepen of ook de moderne en hedendaagse kunst de rol als bemiddelaar tussen de kijker en een vorm van transcendentie of spiritualiteit kan spelen?

Il y a quelques mois, à l’occasion de l’exposition Locus Solus à l’Institut de Carton à Bruxelles, Paul van der Eerden écrivait à propos des Isofollies de Suchan Kinoshita :

About Kinoshita’s Isofollies and Bambara

(…) When I first saw the Kinoshita’s Isofollies, they seemed familiar to me even though I had never seen them before. They reminded me of the objects the Bambara from Mali call Boli. Bolis are sacred objects that are seen as the accumulations of secret knowledge accessible only to the initiated. They are containers for the collective memory and for the history of the tribe. The Bambara take care of them, ‘nourishing’ them with libations of blood, millet beer and other substances that enhance the Boli’s power. Their surface is a closed and impregnable crust of different materials. To the initiated, they have a presence that goes beyond the object itself: they are real, and as such they not only take up their actual space, as objects, they also occupy a mental space in the memory and ideas of the people. Kinoshita’s Isofollies have the same closed appearance: they look like mysterious aliens. And, when you encounter them for the first time, you only can guess about the actual content of the work, or about its meaning. The Isofollies are containers of debris, leftovers from previous shows that Kinoshita has now wrapped in plastic. Like the Bolis, they are accumulations of material, and they capture their own space. They clearly don’t want to be realistic sculptures, but they are what sculptor Tony Smith calls ‘presences’. They don’t question the nature of sculpture, just as the Bolis don’t question ‘art’, but they are present, they occupy their own space, in reality and in the memory or conscience of the viewer. And so, in my memory, I had an image of a Boli I had seen somewhere. And although memory isn’t reality, it is felt or experienced as real. I had never seen the Isofollies before, but, in the associations they prompted in my mind with objects of a different nature, they became familiar, real.(…)

Vernissage le vendredi 6 juin à 17h
Exposition du 7 juin au 7 septembre
Schunck* Glaspaleis, museumzaal, Heerlen.

Aglaia Konrad, Modernity 3.0 at 80 WSE Gallery, New York University

Aglaia Konrad

Aglaia Konrad
Undecided Frames, photographies NB, 54 x 41 cm, 2012

Modernity 3.0 intends to respond to the current crisis of Western modernity as part of a cosmopolitan course involving a worldwide transition of views. In this ongoing transition, a modernity referred to as Modernity 1.0 – characterized by traditional nation states – was transplanted by Modernity 2.0 – an ultimate form of globalization, where a compressed world without any boundary arose. However, such a compressed, globalized world producing the core notion of proximity, i.e. a world without any layer or distance, seems to no longer match today’s cultural and economic developments. We seem to have achieved a state of modernity connoting a world where multidimensionality and the novel notion of rooted cosmopolitanism has erased a totalitarian form of globalized proximity. In line with this upcoming shift, the social ideologies, cultures and arts of Asia are actively exploring new connotations in cultural views departing from what could be designated as Modernity 3.0. Here the perspective of transgression and its culmination in the excesses of neo-liberal capitalism, mass-mediatized democracy, neo-libertine consumption, and planetary ecocide seem no longer valid. Rather the quest fo ragreement on the question of ‘how to live?’ and the search for other forms of morality indicate a start for a topical understanding of solidarity and social order connected to a rooted cosmopolitanism.

The narrative of such a modernity should particularly stress the need for a worldwide cultural and cosmopolitan turn. Novel thinking and practice must contribute to designating connotations and values that could directly reglobalize societies, politics, economies, and cultures. An important role in this is reserved for art: based on multiple connections between Western and Asian perspectives, artistic thinking proves capable of articulating alternative models that can offer a constructive impetus for reassessing the concept of modernity.

The project Modernity 3.0 can be understood in the sketched context above. The first iteration – an exhibition at NYU’s 80 WSE Gallery in New York – starts from an antagonistic display system that could demonstrate forms of cosmopolitan rootedness.
The curatorial point of departure is based on a study of the status quo and movement of topical Asian and Western visual art scenes. Thus, Modernity 3.0 highlights the reconstruction of various cultures and their potentialities for relevant and exploratory concepts, vocabularies, and scenarios.

Participating artists: Tiong Ang, Xu Bing, Yang Fudong, Yu Hua, Aglaia Konrad, Nikki S. Lee, Sarah Morris, Marion von Osten, Lin Yan and Pei Yongmei.
Curators: Zhang Qing (Head Curatorial and Research Department, National Art Museum of China, Beijing) and Henk Slager (Dean and Research Professor, MaHKU, Utrecht).

Exhibition: Modernity 3.0. June 5-July 12, 2014
Tue-Sat: 10.30 am-6 pm
80 WSE Gallery, 80 Washington Square East, 10003 New York
Opening: June 5: 6-8.30 pm
Panel discussion: Modernity 3.0. June 5: 7-8 pm
Xu Bing (Participating artist, Vice President CAFA, Beijing)
John Rajchman (Professor Art Theory and Philosophy, Columbia University, New York

Marie Zolamian, biennale de Dakar, revue de presse

Marie Zolamian

Sur le site de l’agence DEKARTCOM, agence de communication sénégalaise :

Art Vert au Campus de l’UCAD à Dakar

Soulignons une innovation éminemment actuelle pour l’édition 2014 de la Biennale Dak’Art : au sein du Jardin Botanique des Plantes Expérimentales Utiles du Pavillon Pharmacie qui fut autrefois un lieu d’expérimentation et de préservation des espèces végétales est né un projet impliquant sept artistes d’envergure internationale sur des problématiques liées à l’environnement en Afrique. Abandonné et délabré depuis longtemps, le projet a eu le bonheur d’apporter une touche de rénovation complète : en effet, le jardin a été entièrement débroussaillé et réaménagé afin d’accueillir les oeuvres de Serigne Mbaye Camara, Cheikh Diouf, François Méchain, Barthélémy Toguo, Nils-Udo, Bob Verschueren et Marie Zolamian.
Ainsi, Bob Verschueren a investi une ancienne rotonde qui servait à isoler des espèces végétales avec des branches mortes de bambou trouvées au sein du jardin, les branches posées du sol aux fenêtres lui donnent une dynamique, un tournoiement assez inattendu. Nils-Udo s’est approprié un fromager dont une espèce parasite envahit une partie du tronc et en a fait un véritable nid en dégageant une partie des racines. Barthélémy Toguo, quant à lui, a planté des haricots rouge du Cameroun qui forment la carte du continent africain et invite le public à s’asseoir sur des bancs en bois autour de cette forme pour la contempler mais aussi nous pousser à une certaine réflexion et à une interaction avec les autres visiteurs. Cheik Diouf a symbolisé par des statues en bois « La Marche des Réfugiés » partant d’une termitière géante et marchant avec leurs bagages jusqu’à se retrouver dénudés et délestés de tout. François Méchain a installé un cimetière des plantes médicinales menacées d’extinction en Afrique : les noms de chacune sont indiquées sur des pancartes, une feuille de palmier en berne flotte au vent, il y règne une atmosphère de mort imminente. Enfin, Marie Zolamian (l’unique femme du projet!) propose une oeuvre sonore : une visite guidée du jardin médicinal en compagnie de guérisseurs et de tradipatriciens. Equipé d’un lecteur MP3 et d’une carte, le visiteur part ainsi à la découverte des espèces qui servent à soulager les maux.
Le lieu entièrement investi et habité par les œuvres des artistes reprend alors son véritable sens premier en lien avec l’origine du Jardin Botanique: un des rares sites de verdure naturelle à Dakar dédié essentiellement à l’expérimentation de la conservation des plantes médicinales dont certaines sont menacées….Le visiteur en ressort étonnamment touché et bouleversé par la magie de l’endroit : cela en fait un des plus beaux projets de la Biennale.

Agenda Juin 2014

Juin 2014

Jacques Charlier
– Eupen (B), Glorious bodies, Jacques Charlier & Sophie Langhor, du 20 avril au 13 juillet

Olivier Foulon
– New York (USA), Tokonoma (titre provisoire), Goethe Institut, du 11 mai au 30 juin

Honoré d’O
– Hornu (B), L’image suivante, Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu, jusqu’au 8 juin

Suchan Kinoshita
– New York (USA), Tokonoma (titre provisoire), Goethe Institut, du 11 mai au 30 juin
– Heerlen (PB), Tussenbeelden, Schunk Heerlen, 7 juin – 7 septembre

Aglaia Konrad
– Ostende (B), Conversation Piece, MuZee, du 14 dec au 29 juin 2014
– Aalst (B), Aglaia Konrad, das haus, Netwerk, du 6 avril au 15 juin 2014
– New York (USA), Modernity 3.0, 80 WSE Gallery, New York University, 5 juin – 12 juillet.

Sophie Langohr
– Tournai (B), Art public Tournai, divers lieux, jusqu’au 20 juin
– Eupen (B), Glorious bodies, Jacques Charlier & Sophie Langhor, du 20 avril au 13 juillet

Jacques Lizène
– Bruxelles (B), Entre deux chaises, un livre (collection Galila Hollander- Barzilai), Villa Empain, fondation Boghossian, au 1 mars au 7 sept 2014
– Blois (F), La comédie de l’art, une invitation d’Arnaud Labelle-Rojoux, Fondation du Doute, du 14 juin au 31 août.
– Paris (F), Le mur, collection de Galbert, La Maison rouge, du 14 juin au 21 septembre.
– Marche en Famenne (B), Cherchez l’intrus, musée de Marche, du 17 juin au 20 dec

Capitaine Lonchamps
– Paris (F), Le mur, collection de Galbert, La Maison rouge, du 14 juin au 21 septembre.
– Chinon (F), Roulez des mécaniques, musée d’art et d’histoire de Chinon, du 28 juin au 19 octobre.

Jacqueline Mesmaeker
– Ostende (B), Conversation Piece, MuZee, du 14 dec au 29 juin 2014
– Hornu (B), L’image suivante, Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu, jusqu’au 8 juin

John Murphy
– Liège (B), galerie Nadja Vilenne, Such are the vanished coconuts of hidden Africa, du 18 avril au 30 juin

Valerie Sonnier
– Bruxelles (B), Distant Proximity, Centrale for Contemporary Art, du 13 mars au 8 juin 2014.
– Paris (F), Dessiner Eros, galerie Odile Ouizeman, commissaire Dominique Païni, du 11 juin au 22 juillet.

Marie Zolamian
– Lessines (B), Addenda, musée de l’Hôpital Notre Dame de la Rose, du 14 juin au 30 novembre
– Dakar (Sénégal), DAK’ART, 11e biennale de l’Art Africain, Ecoutez les yeux, Campus de l’Université Cheikh Anta Diop, du 9 mai au 8 juin
– Jehay (B), Biennale d’Art Contemporain du château de Jehay, du 22 juin au 21 octobre