Eleni Kamma, Oh, for some Amusement!, Netwerk Aalst

Eleni Kamma

Eleni Kamma (°1973 Athènes) a été invitée par Netwerk à présenter son dernier film, Yar bana bir eğlence (Oh, for some Amusement!) dans une exposition individuelle.

Les idées qui sont à la base de Yar bana bir eğlence ont émergé en 2013, pendant la résidence d’Eleni Kamma à Istanbul, où elle a été témoin des manifestations civiles de Taksim Gezi Park. Avec cette réalité comme matériau source, et son expérience personnelle de citoyenne grecque et chypriote, elle crée dans son travail un espace de réflexion sur la géopolitique de l’espace post-Empire Ottoman. Le projet, qui inclut film, œuvres plastiques, performance, théâtre et activisme politique, n’a jusqu’à présent été présenté (en même temps qu’il se développait) que de manière fragmentaire.

Netwerk soutient la production de l’artiste et présente les différentes phases de ce travail sous la forme d’installations autonomes.

Eleni Kamma (°1973 Athens) has been invited by Netwerk to unfold her latest film project, Yar bana bir eğlence, (Oh, for some Amusement!) into an individual exhibition.

The ideas for Yar bana bir eğlence arose in 2013, during Eleni Kamma’s residency stay in Istanbul, where she witnessed the civil protests in Taksim Gezi Park. With this raw reality as source material, and, with her personal background as a Greek and Cypriot citizen as her driving force, she creates within her work a space for reflection on the geopolitical map of the post-Ottoman Empire. The multi-layered project, which spans the areas of film, visual art, performance, theatre and political activism, has so far (during the creation process) only been displayed fragmentarily.

Netwerk supports the artist production-wise as well as contextually in translating the various facets and episodes of the project to a new set of autonomous installations.

Netwerk, Aalst
du 19 avril au 13 juin
Vernissage le samedi 18 avril à 20h

Eleni Kamma

Parallèlement, Eleni Kamma participera au On & For Production [Edition I], initié par Auguste Orts (BE) en collaboration avec LUX (GB) and Art Brussels (BE), les 24 et 25 avril à Bruxelles.

On & For Production is conceived as a twofold event: on one hand, it provides a professional context for artists to share film projects in development in order to get conceptual and strategic feedback and to find co-producers. On the other, it is an occasion for organisations, professionals and artists who have a consolidated expertise in artistic film production, to share, discuss and disseminate different modes of working.

Eleni Kamma (BE/GR) / producer: Jubilee (BE), Joachim Koester (DK) / producer: Auguste Orts (BE), Stephen Sutcliffe & Graham Eatough (GB) / producer: LUX (GB), Isaías Griñolo (ES) / producer: Centro de Arte Dos de Mayo animeront les Professional Work Sessions, durant la journée du 25 avril. Eleni Kamma mettra l’accent sur un second volet de son projet : Yar bana bir eğlence: Seven Notes on Parrhesia.

Yar bana bir eğlence. Seven notes on parrhesia is the second part of a project whose first part, titled Oh, for some amusement!, took the form of an installation.
Oh, for some amusement! is a multi-media installation that unfolds in space and time, operating as an experimental platform where major and minor “national” narratives (within the context of contemporary nation states of the previous Ottoman Empire) come together, unfold and cross over through cinematic, theatrical and reading formats. By looking back at the moment of transition from the domination of the voice of one speaking for many in non-presentational, eastern participatory forms of spectacle (Karagoz & Ortaoyunu) to the domination of the image in representational, mass-media spectacle (first silent movies and first national cinemas — Turkish, Greek, Egyptian, etc—), the work examines how conditions of spectatorship affect questions of citizenship and social bonding today.
The single-screen (short) movie Yar bana bir eğlence. Seven notes on parrhesia. highlights how ‘parrhesia’ (the courage to speak out in public ) form the basic principle of both the Karagoz shadow theater as the Gezi Park demonstrations. The film questions how far the current (social) political protest in the states still need a theatrical form and in how far creativity and humor are an indispensable carrier in the development of the public discourse in which the ‘people’ speaks back. Yar bana bir eğlence. Seven notes on parrhesia. interweaves seven individual episodes/notes, each with its cinematographic and aesthetic approach. The raw material as it is available now, consists of genres such as documentary , theater – performance, interviews, reconstructions, found footage and historical images.

John Murphy, What is past is prologue, Gevaert Editions, présentation ce 17 avril

John Murphy

Les éditions Gevaert présentent ce 17 avril 2015  de 17 à 21h :

John Murphy
What is past is prologue

Triptych:
– Print. Inkjet printing with handwritten annotation. 53 x 34.5 cm
– Jacket comprising a book (16 p., 34.5 x 26.5 cm). Inkjet and offset printing. 36.5 x 32.5 cm
– Film. 3’55 »
Edition of 7 copies signed and numbered by the artist.

Gevaert Editions
10 rue du chapeau
1070 Bruxelles

Jacqueline Mesmaeker, Mythologie du Naufrage (9)

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Sans titre, 1986
Crayon et feutres aquarellables sur papier, 28,6 x 21,8 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Sans titre
Cire sur verre, 1981-2015
Pastel et fusain sur papier japon, 1981

Art Brussels 2015, Bag by Jacques Lizène

L’édition 2015 du sac d’Art Brussels a été confié à l’artiste belge Jacques Lizène (Liège, 1946), représenté par la galerie Nadja Vilenne (Liège, BE), sur invitation de Katerina Gregos.

Jacques lizène

On sait combien Jacques Lizène est fécond. Certes, le terme semble inapproprié puisque le Petit Maître décide en 1965 de ne pas procréer, position qu’il confirme en 1970 par sa «Vasectomie (sculpture interne) », fondation même de tout son Art d’Attitude, mais il en est ainsi : Lizène conçoit un impressionnant corpus d’idées qu’il décline en « remakes », développant un art qu’il qualifie de sans talent, ce qui coupe court à toute critique de jugement. Depuis 1964, il trace des petits dessins qu’il qualifie de médiocres. Bon nombre sont de style néo rupestre, mettant en scène de petits bonhommes généralement ithyphalliques courant derrière de petites femmes fessues. Le sexe et principalement l’interrogation génétique sont parmi ses principales préoccupations. « Certains artistes aujourd’hui écrit Jean de Loisy, tels Jacques Lizène ou Paul MacCarthy, endossent un rôle singulier. Grotesques, triviaux, ils tendent au regardeur le miroir dans lequel se reflètent les travers de la société. L’indécence ne les gêne pas puisque c’est la nôtre, ils sont les personnages libres qui déjouent les tentatives coercitives du consensus. Ils permettent à l’art contemporain de remplir l’une de ses fonctions majeures : mettre en turbulence les convictions et rejouer ce qui paraît acquis ».

Autoproclamé Petit Maître liégeois de la seconde moitié du XXe siècle, Jacques Lizène (1946) vit et travaille à Liège. Plasticien, peintre, dessinateur, vidéaste, artiste conceptuel comique, Lizène ne cesse de produire des œuvres branlantes, inintéressantes, vaguement humoristiques, généralement stupides mais toujours ancrées dans une critique radicale du système artistique.

Le sac de Jacques Lizène sera vendu 15 € à l’entrée de la foire.

*Jacques Lizène, petit dessin médiocre façon 1964, l’interrogation génétique, en remake

Jacques lizène

The bag for the 2015 edition of the fair is designed by the Belgian artist, Jacques Lizène (Liège, 1946), represented by Galerie Nadja Vilenne (Liège, BE) on invitation by Katerina Gregos.

We all know how fecund Jacques Lizène is. Admittedly, the term seems somewhat inappropriate, since 1965, when the Little Master decided not to procreate, a position he confirmed in 1970 by means of his Vasectomie (sculpture interne)/Vasectomy (Internal Sculpture), and which decision has been the very foundation of all his Art d’Attitude/Attitude Art. But this is how it is: Lizène has developed an impressive body of ideas, which he expresses through his ‘remakes’, produced in a style he describes as talentless, making critical judgment impossible.

Since 1964, Lizène has produced small drawings that he characterizes as mediocre. Many are drawn in a ‘neo-rock art’ sort of style, featuring generally ithyphallic little men pursuing small, full-buttomed women. Sex and specifically the genetic interrogation are among his main concerns. ‘Some artists today, such as Jacques Lizène and Paul MacCarthy,’ writes Jean de Loisy, ‘assume a unique role. Grotesque, trivial, they hold a mirror up to the viewer, reflecting the foibles of society. Indecency does not bother them, because the indecency is ours; they are free characters who thwart the coercive attempts of the consensus. They allow contemporary art to fulfil one of its major functions: to perturb beliefs and challenge that which seems certain.’

Jacques Lizène (b. 1946), the self-proclaimed Little Master of Liège of the latter half of the twentieth century, lives and works in Liège. As an artist, painter, designer, videographer and comic conceptual artist, Lizène continues to produce quirky, uninteresting, vaguely humorous usually stupid and above all cheek-in-tongue works that nonetheless remain rooted in a radical critique of the art system.

The bag will be for sale at the fair for 15 € at the main entrance, Hall 3.

*Jacques Lizène, The Genetic Interrogation: a 2014 remake of a small mediocre drawing in 1964-style

Jacqueline Mesmaeker, Jorge Semprun, Rectangle, les images (2)

Jacqueline Mesmaeker

Good evening Jacqueline,
Yes it was Jorge, Jaime’s father, who was in the image that you were referring to. He is the one who ran away from Franco, who was deported and wrote about the Camps, who joined the exiled Spanish Communist Party, and went on to be a screenwriter for Costa Gavras and Alain Resnais.
And yes, it is his son Jaime who had ties to the Situationist International. The confusion probably comes from the fact they died within one year of each other: Jaime in 2010, Jorge in 2011.
Have a nice evening!
Cédric

Dear Cédric,
It seems I intuitively decided to name Semprún, who I had never read, but whose name brought to my mind movies from 60’s and 70’s… A rich time, full of new vibrations, enthusiasm and ideals. We watched “Z”, “La guerre est finie” and all the movies he wrote condemning the dictatorships of that age. Over time we no longer heard his name, and his movies ended up in the archives of film history.
Twice in 2014 I heard his name mentioned and his work being praised on the radio. Recollection hit me and I wanted to go deeper. Your billboard project was a good way for all of us to learn more. Stirring curiosity to teach and share, because he is by no means a soccer star!
He’s a reserved man, an elegant observer of human behavior, in turn irritated and amused. He writes tenderly about innocence, the old bourgeoisie and his father: a man out of time. He makes us laugh. He talks about his time in The Hague, Belgian custom officials, their hats, their way of overdoing it………….
Wishing you a good night.
Jacqueline

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jorge Semprún 2015
Impressions sur A4, pochettes plastique, dimensions variables.

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jorge Semprún 2015
Impressions sur A4, pochettes plastique, dimensions variables.

(photographies Xavier Pauwels)

Marie Zolamian, Fondation Bolly Charlier, galerie Juvénal, Huy

Marie Zolamian participe à l’exposition des nominés au Prix de la Fondation Bolly Charlier, cru 2015
Avec : Stephane Balleux, Olivier Cornil, Dominique Castronovo et Bernard Secondini, Sébastien Plevoets, Laurent Impeduglia, Sophie Legros, Marie Zolamian, Elodie Moreau et Marcel Berlanger

Vernissage et proclamation ce vendredi 10 avril de 19 à 21h. Exposition accessible du samedi 11 avril au dimanche 10 mai 2015.

Marie Zolamian

Marie Zolamian

Marie Zolamian

Marie Zolamian
Between Fantasy and Denial, 2012
Vidéo PAL, son, couleurs, 00:24:56

Dans la tasse de verre posée devant la fenêtre, il y a de l’or liquide. A travers le scintillement des paillettes qui composent le fluide précieux, on peut observer le coucher du soleil sur Birzeit. Les variations de la lumière déclinent toutes les couleurs de l’or et donnent au reflet qui se prolonge sur le rebord de la fenêtre tantôt des accents aigus, comme un fragment de soleil acéré, tantôt l’apparence d’une simple trace qui cherche à se fondre dans la surface. ‘Between fantasy and denial’, le titre de cette vidéo, provient d’une phrase repérée à Birzeit et qui circule dans plusieurs villages palestiniens. La pièce réfère directement aux citernes d’eau qui se trouvent sur les toits de Cisjordanie. Ces cylindres noirs et massifs évoquent des éléments inquiétants : insectes géants, armes étranges ou explosifs. Ils contiennent de l’eau, un bien précieux dans les pays du Moyen-Orient et dont le contrôle est un enjeu géostratégique important du conflit israélo-palestinien. Figurer ces citernes comme une tasse de liqueur flamboyante dans laquelle le regard plonge avec une délectation certaine, y loger le crépuscule qui porte toujours en lui la promesse que demain sera un autre jour, tient tout autant du fantasme que de la volonté de renverser le cours des choses.

Marie Zolamian

Marie Zolamian
À servir, 2013
Gouache sur papier, 21 x 13.5 cm

Comme dans un continuum, Marie Zolamian complète ici le dispositif mis en place d’une lente procession de femmes, esquisses sur papier inspirées de miniatures orientales et persanes. Elles sont prêtresses et servantes, évoquent à la fois le don, l’altérité, l’ivresse des sens et la soumission. Il fut question de l’huile et de l’eau ; toutes, cette fois, font l’éloge et l’offrande du vin, ce rituel séculaire, qui tout comme ceux qui concernent l’eau lustrale, se situe au carrefour des cultures et des civilisations. Je repense au poème mystique d’Ibn Al Fâridh, cet auteur du treizième siècle, à ces célèbres vers d’ «Al-Khamriya» : «Prends-le pur, ce vin, ou ne le mêle qu’à la salive du Bien-Aimé ; tout autre mélange serait coupable…». Et devant l’or liquide de la tasse en verre de Birzeit, le coeur du poème mystique résonne singulièrement : « Notre verre, écrit Ibn Al Ffâridh, était sa pleine lune, lui, il est un soleil ; un croissant le fait circuler. Que d’étoiles resplendissent au fond du verre quand on s’en abreuve».

Marie Zolamian

Marie Zolamian
À servir, 2013
Gouache sur papier, 21 x 13.5 cm

Marie Zolamian

Marie Zolamian
À servir, 2013
Gouache sur papier, 21 x 13.5 cm

Jacqueline Mesmaeker, Jorge Semprun, Rectangle, les images (1)

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Bonsoir Jacqueline,
C’est bien Jorge, le père de Jaime, que vous évoquiez dans votre image. C’est bien lui aussi qui fuit l’Espagne de Franco, connu et écrivit sur les camps, s’engagea au Parti Communiste Espagnol exilé, et fut scénariste de Costa Gavras et Alain Resnais.
Et c’est bien son fils, Jaime qui fut lié à l’internationale situationniste. La confusion vient sûrement du fait qu’ils sont morts à un an d’intervalle, le fils en 2010 et le père en 2011.
Belle soirée!
Cédric

Cher Cédric,
Il me semble que j’ai intuitivement choisi de nommer Semprún, que je n’avais pas lu, mais dont le nom évoquait des films montrés dans les années 60 / 70… une période riche de nouvelles vibrations et d’enthousiasme, d’idéal aussi. Nous allions voir “Z”, “La guerre est finie” et tous les films dont il était le scénariste, dénonçant les dictatures de l’époque. Et puis au fil du temps, on n’entendait plus ce nom et les films passaient dans les collections des cinémathèques.
En 2014, par 2 fois, venant de la radio, j’entends ce nom et des éloges. Cette réminiscence “a fait mouche” et j’ai voulu en savoir plus. Votre projet de calicot était idéal pour que nous en sachions tous plus. Ceci est un réflexe d’enseignement et de partage. Intriguer pour chercher: Non, ce n’est pas une vedette de foot !
C’est un homme de la discrétion tout en élégance et humanité, un observateur agacé ou amusé. Il écrit des passages très tendres de la naiveté, ancienne bourgeoisie, de son père complètement hors du temps; cela provoque le rire; Il parle de son séjour à La Haye, des casquettes des douaniers belges qui font de l’excès de zèle………….
En vous souhaitant bonne nuit.
Jacqueline

Jacqueline Mesmaeker

I’m a foot fan 1979 2009
Réalisation : Jacqueline Mesmaeker
Prise de vue : Jacqueline Mesmaeker
Montage : Reggy Timmermans, Philippe Van Cutsem
Playfellows : Vincent Baudoux, Jean Glibert, Olivier Goossens Bara, Marc­Henri Wajnberg, Konstantinos Zeppos.
​No balloon​
7’44, super 8 numérisé, couleurs, sans son.

(photographies Xavier Pauwels)

« Noir chantilly », La châtaigneraie Flémalle, revue de presse

Audrey Frugier

Audrey Frugier, Desesperate Housewives, balai, pampilles en verre 2014

Lu dans H.ART à propos de « Noir Chantilly », exposition à laquelle participent Sophie Langohr, Marie Zolamian, Audrey Frugier et Rachel Laurent :

HART

Jacqueline Mesmaeker, Mythologie du Naufrage (8)

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle et crayon sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacques Lizène, The importance of Being, Museo de Bella Artes de Cuba

Jacques Lizène

Jacques Lizène, Le Perçu et le non perçu

[…] Lizène used the medium of photography to supply either a commentary on, or subversion of, traditional genres such as portraiture, still life, or street photography. He realized this through the notion of the mediocre, an approach that is in line with contemporary photo conceptual art as analyzed by Jeff Wall in his classic essay, ‘Marks of Indifference: Aspects of Photography in, or as, Conceptual Art ‘ (1995). Lizène, however, went further than his contemporaries. Not only is his work- certainly his photographic work- characterized by a certain ‘deskilling’ and ‘visual banality,’ to use Wall’s terms, he also identified him self as the ultimate mediocre artist. In 1970 he defined him self as the ‘Minor, late mid -twentieth-century Master of Liege, Artist of the Mediocre and Unimportant‘. In essence, Lizène used mediocrity as a means to claim the artistic value of an object or an idea that is not typically considered as praiseworthy. With this strategy of mediocrity – a deliberate refusal to make ‘high art’ – Lizène, in fact, continued the Surrealist methodology that had been most ‘purely’ adopted by Marcel Mariën.

In 1972 and 1973 Jacques Lizène created a series of photographic works entitled the Perceived and the Not-Perceived [Le Perçu et le Non Perçu] in which the photographic mechanism is shown, analyzed, and questioned in a light, humorous way. The series starts with a selfportrait entitled the Minor Master from Liege Pressing his Nose against the Surface of the Photograph. In ‘The Quick and Incomplete Autobiography, by Lizène Himself’ (1990) the artist asserted that ‘the surface of the photo was actually a window’ and thus, he qualified the image as ‘a mediocre joke ‘ This silly statement, nevertheless, makes the viewer conscious of the camera lens as a screen that separates the photograph from reality. Lizène’s remark also reminds the viewer of the fact that what is shown is not reality but an (indexical) image of reality.

Most of the other works that are part of the series the Perceived and the Not Perceived were based upon the idea of reproducibility, a fundamental characteristic of the photographic medium. In each work a series of photographs – with exactly or nearly the same images -is combined with a caption suggesting that the images differ but in a way that is ‘unperceivable.’ One of the works included in the series is: In the second photo the black sock worn on the subjects right foot is worn on the subjects left foot in the first photo, whereas in the third photo the subject wears two completely different socks.
In this series the photographs alone cannot make the meaning of the artwork clear; words are required, therefore, in order to communicate the content that the artist intended. The combination of a series of images and a text in the form of a caption is a strategy that is often used within the discourse of Conceptual art. Take, for example, John Baldessari’s The Back of All the Trucks Passed While Driving from Los Angeles to Santa Barbara, California, Sunday 20 January 1963, which consists of picture s of, indeed, the back of trucks. The caption of this work (drily) describes what is seen in the pictures. By contrast, Lizène’s works that form the series The Perceived and the Not-Perceived challenge the relation between what is read and what is seen. This approach recalls the subverted image-text relation found in the work of Rene Magritte, such as The Treachery of Images [La Trahison des Images] (1929). In addition, Lizène affirmed in an interview his appreciation for Magritte and especially ‘his particularly modern way of interrogating the image’. […] As a matter of fact, Lizène remarked ‘ [that] on August 28, 1990, he realized he was one of the inventors of the « comic conceptualism » of the early 1970s.’

Liesbeth Decan, Conceptual Art and Surrealism: an Exceptional, Belgian Liaison in
Mieke Beyen (dir), Minor Photography. Connecting Deleuze and Guattari to Photography Theory, Lieven Gevaert Series, Leuven University Press, 2014.

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Le deuxième portrait photographique est celui d’un postier…
Le troisième portrait photographique est peut-être aussi celui d’un postier… La quatrième photographie est le portrait d’un policier… La cinquième photographie est peut-être aussi le portrait d’un policier… Peut-être le troisième photographique est-il aussi le portrait d’un policier… Peut-être la quatrième photographie n’est-elle que le portrait d’un postier…
La deuxième photographie n’est finalement peut-être pas le portrait d’un postier ; pas plus que les sixième, septième, huitième qui sont peut-être toutes des portraits de policiers (aie aie aie !).Sans aucun doute, la première photographie n’est ni le portrait d’un postier, ni celui d’un policier. Le perçu non perçu, 1973, 8 photographie N.B, tirage argentique, texte imprimé, 65 x 50 cm. 1973 – 2011

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Entre une de ces prises de vues, un cheveu a été enlevé à la chevelure de la jeune personne photographiée. Le perçu et le non perçu, 1973. Le perçu et le non perçu, 1973, 6 photographie N.B, tirages argentiques, texte imprimé, cheveu. 40 x 30 cm. 1973-2011.

Jacqueline Mesmaeker, Mythologie du naufrage (7)

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle et collage sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker

Jacqueline Mesmaeker
Mer, 1978
Aquarelle et crayon sur papier, collée sur papier sulfurisé, 63 x 48,5 cm

Benjamin Monti, Le Grand Large, Mons 2015, preview

Benjamin Monti

Un étrange rituel débute ce 4 avril 2015 devant l’Hôtel de Ville de Mons, en préalable à l’exposition urbaine « Le Grand Large, Territoire de la Pensée » qui sera inaugurée le 20 juin 2015, en divers lieux, à Mons et sur le site du Grand Large.
C’est au son d’un sifflet de marin que 3 levers de drapeaux hebdomadaires y sont organisés les lundi, mercredi et vendredi à 9h30 par une équipe de 2 personnes de la Gestion Centre Ville. 24 drapeaux originaux créés spécialement pour Mons 2015 par des artistes belges et internationaux y seront présentés progressivement. Le drapeau de Benjamin Monti inaugure la série et sera hissé du 4 au 8 avril. Ceux d’Emilio Lopez-Menchero et de Jacques Lizène le seront du 11 au 18 mai, celui de Walter Swennen du 5 au 12 juin. Production Bruno Robbe et Daniel Dutrieux.

Benjamin Monti

Sans titre (de la série Marie Delex)
encre de chine sur papier, 21 x 29,7 cm, 2012

Benjamin Monti

Sans titre
Encre de chine sur papier « Perspecta », papier millimétré bicolore pour dessin en perspective, 21 x 29,7 cm, 2010

Jacques Charlier, The importance of Being, Museo de Bella Artes de Cuba

Jacques Charlier

C’est en 1975 que Jacques Charlier dessine et publie ses premiers Sexes d’Artistes. Panamarenko est bien doté, il a le zizi aussi gros qu’une montgolfière, celui de Boltanski a la forme d’une tétine, souvenir, souvenir. Ben Vautier est affublé d’un décamètre, question d’ego sans doute. Le sexe de Daniel Buren mesure 8,7 cm. Christo sort couvert, la chose est évidemment emballée. Voilà le microphone de Ian Wilson, le pistolet à eau de Claes Oldenburg. Le zoom de Douglas Huebler a la goutte, tout comme le pinceau numéro cinquante de Niele Toroni, Gilbert & Georges ont deux mignons zizis jumeaux et partagent les mêmes bourses. « Zensur ! » pour le pénis de Hans Haacke, non vous ne le verrez pas. Le gland rieur et monté sur ressort d’Andy Warhol surgit de sa boîte à surprise. Quant au sexe de Lawrence Weiner, il peut être : 1. Saisi par l’artiste. 2. Coincé par quelqu’un d’autre. 3. Pas manipulé du tout. Joli statement conceptuel, tout comme l’est la définition du sexe de Joseph Kosuth.

Ces Sexes d’artistes sont un abrégé d’actualité artistique, l’observation des pratiques d’avant-garde, des traits saillants de caractère. C’est l’universelle leçon de la caricature et du portrait de charge. Ces dessins sont grivois, dans le sens où l’entend Freud, ils agissent comme autant de « mots d’esprit qui dénudent» (entblössenden Witz). L’ensemble tient de la chronique d’une époque et témoigne d’un sens aigu de l’observation du monde de l’art, il révèle d’une saine relativité entretenue par rapport aux discours théoriques en vogue, par rapport au marché, à ses acteurs, à ses gourous. En fait Charlier ne se distancie pas de ce qu’il observe, il démonte les systèmes et met le doigt dessus, en commençant par pointer le doigt sur lui-même. Activiste non exalté, satiriste du concept, caméléon du style, Charlier use de la parodie et du calembour avec une lucidité singulière. Pratiquant la caricature depuis 1969, il poursuit et s’approprie une tradition, celle des Salons Comiques du 19e siècle, ces salons pour rire de l’art, qui fleurissent dans la presse et qui mêlent souvent aux charges contre les œuvres elles-mêmes, des scènes de genre mettant en scène le jury du Salon, le public mondain des vernissages et les artistes eux-mêmes. Ces salons pour rire participèrent de près à la fortune critique des tableaux comme ils constituèrent un terrain d’expérimentation privilégié pour les pratiques de dérision, voire d’autodérision, qui se sont développées dès la fin du 19e siècle, notamment avec les Incohérents, plus tard le dadaïsme et ses multiples avatars.

En 2009, Charlier a remis en chantier ses sexes d’artistes. Il en dessine une centaine. L’abrégé d’actualité artistique se transforme en histoire de l’art illustrée, Un vrai panthéon ; rassemblant plusieurs générations d’artistes. L’enjeu, dès lors, est d’en être ou pas. La série sera censurée par la Biennale de Venise. Pierre Desproges avait bien raison : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Qu’à cela ne tienne, Jacques Charlier tentera, en pirate de l’art, de libérer Venise d’une incroyable pudibonderie.

Voir tous les Sexes : ici

Metropolis M

Lu cet aperçu (fort partiel) de la scène artistique en Wallonie dans le bimestriel Metropolis M (Amsterdam)

Metropolis M

Metropolis M

Metropolis M