Archives mensuelles : novembre 2015

Jacques Lizène, Petit Maître liégeois meets Bassie Lebon, Luca, school of arts, Bruxelles (4)

Jacques Lizene

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1980
Petit Maître à la fontaine de cheveux, 1980 (photo de Pierre Houmant). Photographie N.B, tirage numérique, 110 x 90 cm.

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1971
« Pieds », 4 photographies NB, 45 x5 8 cm, 1 enregistrement sonore, 1970-2000. (Petite chanson médiocre, pièce de musique non séductive).

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1997
AGCT 1971 en fun fichier, remake 1997, technique mixte, collage de photographies argentiques. 70 x 50 cm. Dimensions de l’installation variable

Emilio Lopez Menchero, La Penseuse Tigresse de Belencontre (Tourcoing), les images

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

Des adhérents de l’Association de Gestion des CSC Belencontre & Phalempins et habitants du quartier Belencontre ont souhaité faire appel à un artiste pour créer un lieu de rencontre dans cet ancien quartier en pleine mutation et emblématique de l’évolution du riche passé industriel de la Ville de Tourcoing. L’objectif de cette commande artistique est de garder la mémoire du passé dans un esprit de partage et de bien vivre ensemble.
Pour mener à bien ce projet, ils ont fait appel à artconnexion, structure de production en art contemporain et médiateur agréé par la Fondation de France pour l’action Nouveaux commanditaires.
En réponse à la commande, l’artiste espagnol Emilio López-Menchero proposé par artconnexion, a imaginé un espace marqué de plusieurs éléments symboliques du quartier. Le premier de ces éléments est la restauration d’une statue en marbre de Carrare surnommée La Penseuse, réalisée au XIXe siècle par le sculpteur Georges Van der Straeten, qui se trouvait auparavant dans le parc Clémenceau. Figure déterminante du parc du quartier pendant un demi-siècle, elle en fut retirée à la suite de plusieurs détériorations – bras et tête furent successivement mutilés.
Emilio López-Menchero a proposé de remettre en état la sculpture et a choisi de différencier les nouveaux éléments des anciens par du granit de couleur veiné. La Penseuse Tigresse fait le lien avec le passé et la modernité, évoquant l’histoire du quartier et ses habitants.
L’action Nouveaux commanditaires proposée par la Fondation de France permet à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations par le biais d’une commande. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel agréé par la Fondation de France, accompagnés de partenaires publics et privés réunis autour du projet.
Ce projet a été commandé par les habitants du quartier Belencontre – Fin de la Guerre et soutenu par la Fondation de France, la Ville de Tourcoing et l’Association de Gestion des CSC Belencontre & Phalempins.

Jacques Lizène, Petit Maître liégeois meets Bassie Lebon, Luca, school of arts, Bruxelles (3)

Jacques Lizène

A peculiar case is that of the artist Jacques Lizène (b. 1946), another CAP member. Lizène used the medium of photography to supply either a commentary on, or subversion of, traditional genres such as portraiture, still life, or street photography.
He realized this through the notion of the mediocre, an approach that is in line with contemporary photo conceptual art as analyzed by Jeff Wall in his classic essay, ‘Marks of Indifference: Aspects of Photography in, or as, Conceptual Art ‘ (1995).
Lizène, however, went further than his contemporaries. Not only is his work- certainly his photographic work- characterized by a certain ‘deskilling’ and ‘visual banality,’ to use Wall’s terms, he also identified him self as the ultimate mediocre artist. In 1970 he defined him self as the ‘Minor, late mid -twentieth-century Master of Liege, Artist of the Mediocre and Unimportant ‘ [Petit Maitre liégeois de la seconde moitié du XXeme siècle, artiste de la médiocrité et de la sans importance]. In essence, Lizène used mediocrity as a means to claim the artistic value of an object or an idea that is not typically considered as praiseworthy. With this strategy of mediocrity – a deliberate refusal to make ‘high art’ – Lizène, in fact, continued the Surrealist methodology that had been most ‘purely’ adopted by Marcel Mariën.

In 1972 and 1973 Jacques Lizène created a series of photographic works entitled the Perceived and the Not-Perceived [Le Perçu et le Non Perçu] in which the photographic mechanism is shown, analyzed, and questioned in a light, humorous way. The series starts with a selfportrait entitled the Minor Master from Liege Pressing his Nose against the Surface of the Photograph [Petit Maitre liégeois s’écrasant le bout du nez sur la surface de la photographie]. In ‘The Quick and Incomplete Autobiography, by Lizène Himself’ (published in 1990 in his first catalogue raisonné), the artist asserted that ‘the surface of the photo was actually a window’ and thus, he qualified the image as ‘a mediocre joke ‘ This silly statement, nevertheless, makes the viewer conscious of the camera lens as a screen that separates the photograph from reality. Lizène’s remark also reminds the viewer of the fact that what is shown is not reality but an (indexical) image of reality.

Most of the other works that are part of the series the Perceived and the Not Perceived were based upon the idea of reproducibility, a fundamental characteristic of the photographic medium. In each work a series of photographs – with exactly or nearly the same images -is combined with a caption suggesting that the images differ but in a way that is ‘unperceivable.’ One of the works included in the series is: In the second photo the black sock worn on the subjects right foot is worn on the subjects left foot in the first photo, whereas in the third photo the subject wears two completely different socks [Sur la deuxième photographie, la chaussette noire portée au pied droit par le personnage est portée par celui-ci au pied gauche sur la première photographie tandis que sur la troisième photographie le personnage porte deux chaussettes differentes].

In this series the photographs alone cannot make the meaning of the artwork clear; words are required, therefore, in order to communicate the content that the artist intended. The combination of a series of images and a text in the form of a caption is a strategy that is often used within the discourse of Conceptual art. Take, for example, John Baldessari’s The Back of All the Trucks Passed While Driving from Los Angeles to Santa Barbara, California, Sunday 20 January 1963, which consists of picture s of, indeed, the back of trucks. The caption of this work (drily) describes what is seen in the pictures. By contrast, Lizène’s works that form the series The Perceived and the Not-Perceived challenge the relation between what is read and what is seen. This approach recalls the subverted image-text relation found in the work of Rene Magritte, such as The Treachery of Images [La Trahison des Images] (1929). In addition, Lizène affirmed in an interview his appreciation for Magritte and especially ‘his particularly modern way of interrogating the image (Gielen, 2003 : 23).’ In some works that preceded the series The Perceived and the Not-Perceived the titles of the photos describe the absurd performances represented in the pictures .The ‘picture frame’ is the photographic feature Lizène focused on most in these works. For instance, Forcing the Body to Fit Inside the Photo Frame [Contraindre le corps à s’inscrire dans le cadre de la photo] shows a mosaic of thirty self-portraits that gradually picture the change from a standing to a kneeling position. In each image, the camera zoomed closer and closer to the subject, forcing him to bend down increasingly until he appears totally contained by the framing of the camera. Other related examples from 1971 include: Minor Master from Liege Having Attached His Tie to the Photo Frame [Petit Maitre liégeois ayant accroché sa cravate au cadre de la photo]’ showing a full portrait of the artist whose tie indeed seems to be attached to the right upper corner of the photograph; Minor Master from Liege Entering the Frame of a Photo [Petit Maitre liégeois s’introduisant dans le cadre d’une photo] in which the artist pops up in the right side of the picture merely showing the upper part of his body ; Minor Master from Liege Joyously Entering the Frame of a Photo [Petit Maitre liégeois s’introduisant joyeusement dans le cadre d’une photo] , which consists of a sequence of two photographs showing the artist entering the frame of the picture while smiling; Minor Master from Liege Hesitating Before Entering the Frame of One Photo or the Other [Petit Maitre liégeois hésitant à entrer dans le cadre de l’une ou de l’autre photo ], which consists of two photographs, the frames of which cut the portrait of the artist in half.

A common element of this group of works is the performance aspect, which is typically executed by the artist him self. Lizène’s performances link his work to the ‘Conceptual canon.’ Taking Jeff Wall’s analysis in his essay, ‘Marks of Indifference,’ again as a point of reference, these performances can be connected to the work of Bruce Nauman. According to Wall, the performative qualities of Nauman’s work ‘brought photography into a new relationship with the problematic of the staged, or posed, picture.’ Furthermore, Wall described Nauman ‘s performances as a manifestation of the ‘subjectivization of reportage’ within the realm of photo conceptualism (ibid.). In his view, Nauman’s studio photographs, such as Failing to Levitate in the Studio (1966) or Self-Portrait as a Fountain (1966-6 7/70), changed the terms of classical, studio photography into a mode that was no longer isolated from reportage. Nauman realized this by working within the experimental framework of performance art, executing ‘a self-conscious, self-centered « play ».

Although Lizène’s photographs were not realized in the studio (but certainly could have been), his work corresponds to this analysis. Lizène is also the subject of a ‘self-centered play’ that uses the strategies of reportage photography in a humorous, inane way. Lizène’s approaches are even more enlarged than in the case of Nauman since the banality of Lizène’s scenes is reduced to new levels. Lizène’s works differ from the Conceptual canon in the fact that he uses actions in order to put him self into perspective, thereby rendering his work with a distinctly absurd, humorous undertone. As a matter of fact, Lizène remarked ‘ [that] on August 28, 1990, he realized he was one of the invent ors of the « comic conceptualism » of the early 1970s.’ Du e to their absurd, humorous character, some of Lizène’s strategies are perfectly in line with, for example, those of Nougé in Subversion of Images or Magritte in his amateur snapshots. As a matter of fact, the strategy of staging, of constructing an image in a theatrical, well-reasoned way, is one of the key concepts of Nougé and the Brussels Surrealists. In addition, as discussed by Frederic Thomas elsewhere in this volume, the montage and staging by Nougé in Subversion of Images is also derived from the documentary photographic style; he used the documentary style in order to generate – through small interventions-the greatest disturbing effect possible. This grafting onto reportage or documentary photography could also be denoted as a process of deterritorialization and thus, as a characteristic of minor photography.

Liesbeth Decan, Conceptual Art and Surrealism: an Exceptional, Belgian Liaison dans :
Mieke Beyen (dir), Minor Photography. Connecting Deleuze and Guattari to Photography Theory, Lieven Gevaert Series, Leuven University Press, 2014. Isbn: 9789058679109

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1974
« 144 tentatives de sourire… mais l’on sait le vécu quotidien de la plupart des individus, Accompagné de 881 tentatives de rire enregistrés sur cassette, tout d’une traite », 1974.
135 photographies NB, tirage argentique, marouflées sur carton, 9 x 73 x 61 cm et CD audio.

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 2015
« Séquence de photographies formant une figure déjà vue », 1982. Copies digitales du Petit maître à la fontaine de cheveux, collages, dimensions variables.

John Murphy, Fall upward, to a height, vernissage le 12 novembre

La galerie Nadja Vilenne, Liège, et Objectif Exhibitions, Antwerp, ont le plaisir de vous inviter au double vernissage de l’exposition « Fall upward, to a height » de John Murphy

John Murphy

Une exposition en deux lieux: Objectif Exhibitions, Anvers et Galerie Nadja Vilenne, Liège.
An exhibition on two places : Objectif Exhibitions, Antwerp and Galerie Nadja Vilenne, Liège

Liège : Vernissage le jeudi 12 novembre à 19 heures – Opening Thursday 12 November at 7pm
Antwerp : Vernissage le vendredi 13 novembre de 18 à 21 h. Opening Friday 13 November 18 – 21.00

Exposition: 13 novembre 2015 – 16 janvier 2016
Exhibition: 13 November 2015 –16 January 2016

Jacques Lizène, Petit Maître liégeois meets Bassie Lebon, Luca, school of arts, Bruxelles (2)

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
« Derrière ces détails du paysage urbain, il y a la présence de la fatigue d’un ou de plusieurs individus. Et pour un seul, tous ou quelques uns d’entre eux la réalité vécue de la misère sexuelle et (peut-être) une certaine détresse difficilement supportable. Le perçu et le non perçu, 1972 ». Photographies NB argentiques et texte imprimé, 70 x 50 cm.

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
8 mai 1961 – 5 novembre 1965 – 7 mai 1968 – 2 novembre 1973. Les dates inscrites en légende de ces photographies sont fausses et mensongères (aieaieaie !) puisque ces quatre volets clos ont été en fait photographiés la même année (1972), un même jour, à peu près à la même heure… hop ! Le perçu et le non perçu, 1972, 4 photographie NB, tirage argentique, texte imprimé, 50 x 35 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
« Derrière ces détails du paysage urbain, il y a la présence de la fatigue d’un ou de plusieurs individus. Et pour un seul, tous ou quelques uns d’entre eux la réalité vécue de la misère sexuelle et (peut-être) une certaine détresse difficilement supportable. Le perçu et le non perçu, 1972 ». Photographies NB argentiques et texte imprimé, 50 x 35 cm.

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
« Entre la onzième et la douzième prise de vue de cette même allée, un gravier a été retiré… la douzième photographie n’est donc pas identique aux onze autres… hopla ! Le perçu et le non perçu, 1972 » , 12 photographies NB, un gravier, 1973

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1971
Contraindre le corps à s’inscrire dans le cadre, 1971. Edition Yellow Now. Suite de 7 diapositives dont une diapositive titre.

Jacques Lizène, Petit Maître liégeois meets Bassie Lebon, Luca, school of arts, Bruxelles (1)

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Contraindre le corps à s’inscrire dans le cadre de la photo, 1971,
Suite de 30 photos NB, tirages argentiques, 1971, 76 x 89 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
« Objet : horloge. Entre la première prise de vue (photo n°1) et la seconde (photo n°2), il ne s’est pas seulement écoulé une minute mais 1441 minutes (24h1’). Le perçu et le non perçu 1972 », 2 photographies NB et imprimé, 65 x 50 cm, 1973.

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1973
« Sur la deuxième photographie, la chaussette noire portée au pied droit par le personnage photographié est porté par celui-ci au pied gauche sur la première et la chaussette noire portée au pied gauche sur la première photographie est portée au pied droit sur la deuxième tandis que sur la troisième photographie le personnage porte deux chaussette noires différentes de celles portées par celui-ci sur la première et la seconde photographie (ohlalalala !). Le perçu et le non perçu, 1972 », Photographies N.B, texte imprimé. 30 x 40 cm. 1973.

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène, 1971
Personnage intrus dans le cadre, 1971
Edition Yellow Now. Suite de 2 diapositives dont une diapositive titre

Valérie Sonnier, Soudain la neige, Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent sur Marne

Du 5 novembre 2015 au 31 janvier 2016, la Maison d’Art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne présente, sur une proposition de Caroline Cournède, une exposition collective inédite intitulée Soudain… la neige, regroupant des photographies, vidéos, sérigraphies et installations de Philippe Durand, Mimosa Echard, Isabelle Giovacchini, Cécile Hartmann, Benjamin Hugard, Ilanit Illouz, Jonathan Martin, Valérie Sonnier, et Thu Van Tran. Évocation du temps, celui qu’il fait, celui qui passe, l’exposition rend compte d’une brèche.

Celle qui s’ouvre lorsque la neige recouvre et transforme un paysage et qu’une réalité se superpose à une autre. Un effet de dilution ou d’interférence qui, dans certains cas, tend jusqu’à l’effacement du paysage originel. La neige (réelle ou métaphorique) de l’exposition est l’événement perturbateur du récit : elle floute les contours, recouvre la trace, dissout et efface, remet en cause l’état initial ; elle convoque, dans les œuvres choisies, aussi bien le souvenir des premières neiges et la perception particulière qui en découle, que le flottement du temps.

Comme autant de résurgences d’une mémoire sensible ou rétinienne, individuelle ou collective, les œuvres de l’exposition naviguent d’un état à un autre, entre dissolution, dilution, parasitage, et tentative de recouvrement. Soudain… la neige, comme une manifestation d’un processus implacable et irrévocable, d’une fuite en avant du temps ou la perspective d’une nouvelle histoire.

Valérie Sonnier

Valerie Sonnier

Valerie Sonnier

Valérie Sonnier
Le Jardin. II L’hiver
film super 8 numérisé, couleur, son, 6 min 11, 1997

Maison d’Art Bernard Anthonioz
16, rue Charles VII
94130 Nogent-sur-Marne

Emilio Lopez Menchero, La Penseuse de Belencontre, Tourcoing, inauguration ce 4 novembre

Emilio Lopez Menchero

Emilio Lopez Menchero

A l’initiative de Art Connection, agence de production et de médiation d’art contemporain

Des adhérents de l’Association de Gestion des CSC Belencontre & Phalempins et habitants du quartier Belencontre ont souhaité faire appel à un artiste pour créer un lieu de rencontre dans cet ancien quartier en pleine mutation et emblématique de l’évolution du riche passé industriel de la Ville de Tourcoing. L’objectif de cette commande artistique est de garder la mémoire du passé dans un esprit de partage et de bien vivre ensemble.
Pour mener à bien ce projet, ils ont fait appel à artconnexion, structure de production en art contemporain et médiateur agréé par la Fondation de France pour l’action Nouveaux commanditaires.
En réponse à la commande, l’artiste espagnol Emilio López-Menchero proposé par artconnexion, a imaginé un espace marqué de plusieurs éléments symboliques du quartier. Le premier de ces éléments est la restauration d’une statue en marbre de Carrare surnommée La Penseuse, réalisée au XIXe siècle par le sculpteur Georges Van der Straeten, qui se trouvait auparavant dans le parc Clémenceau. Figure déterminante du parc du quartier pendant un demi-siècle, elle en fut retirée à la suite de plusieurs détériorations – bras et tête furent successivement mutilés.
Emilio López-Menchero a proposé de remettre en état la sculpture et a choisi de différencier les nouveaux éléments des anciens par du granit de couleur veiné. La Penseuse Tigresse fait le lien avec le passé et la modernité, évoquant l’histoire du quartier et ses habitants.

L’action Nouveaux commanditaires proposée par la Fondation de France permet à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations par le biais d’une commande. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel agréé par la Fondation de France, accompagnés de partenaires publics et privés réunis autour du projet.

Ce projet a été commandé par les habitants du quartier Belencontre – Fin de la Guerre et soutenu par la Fondation de France, la Ville de Tourcoing et l’Association de Gestion des CSC Belencontre & Phalempins.
La médiation a été réalisée en collaboration avec les étudiants du master recherche CEAC – parcours « exposition-production des œuvres d’art contemporain », Université Lille 3.

Comment y accéder ?
En transport en commun : Prendre le bus L4 à l’arrêt Colbert (Tourcoing) en direction de Halluin Gounod (Halluin) / Descendre à l’arrêt Fin De La Guerre (Tourcoing)
En voiture : Rejoindre A22/E17 Tourcoing – Gand. Prendre la sortie 15, continuer sur « Rond-point des Ravennes » puis continuer sur 800 m Tourcoing-Les Francs – Tourcoing-Le Brunpain. Au rond-point « Rond-point des Ravennes », prendre à gauche puis continuer tout droit puis prendre à droite : Rue de la Fin de la Guerre et continuer sur 400 m.

Belencontre is a neighbourhood of Tourcoing undergoing regeneration and is emblematic of the evolution of the rich industrial past of the city. On the former site of the Francs dying factory, two housing programmes are underway. A factory has been demolished and new environment standard flats are being built. The highrise blocks of Belencontre built in the 1960’s were demolished or renovated. The community centre in the neighbourhood has always been very active. In 2009, a « Memory » group was formed with a writing work-shop and a book was written about the history of the neighbourhood. Following this experience, the same group commissioned a work that would preserve the identity of the place in spite of the changes – they wanted a work that would « evoke the history and future of the quarter in a convivial spirit and a work that would also function as a meeting place ».

The artist: Emilio López-Menchero is a Spanish artist living in Brussels. He studied architecture and urban design and is a multi-disciplinary artist. Humour and self-derision are common features of his work. He has realised several installations in the public space, both temporary and permanent. He has already been involved in urban interventions that are linked to social history, notably in Brussels.

The project: Emilio López-Menchero has suggested making a meeting place made up of different symbolic elements of the neighbourhood. The first is a dilapidated statue in a classic style by Georges Van der Straeten which used to be in the local park. The aim is to restore the sculpture with contrasting elements of colour and materials, in order that it serve its former function whilst taking on a more contemporary aspect. The second part of the project will be to make a large table in stone and a bowling pitch. On the table, on a historic photograph of the neighbourhood, the commissioners will write their own texts. The bowling pitch will be covered with a shed roof reminiscent of the roofs of the old factories.

Agenda Novembre 2015

Jacques Charlier
– Flémalle (B), CAP à Liège, Centre d’art La Chataigneraie, du 31 octobre au 11 décembre 2015

Olivier Foulon
– Aachen (D), Le souffleur, Schürmann meets Ludwig, Ludwigforum, du 22 mars au 31 janvier 2016

Eleni Kamma
– Groningen (PB), Parrhesia, de moed tot waarheid in de transparante samenleving, Sign, 19 septembre – 20 décembre
– Nicosie (Cy), Eleni Kamma (solo exhibition) Art Seen Projects, du 21 novembre au 23 décembre

Sophie Langohr
– La Haye (PB), Province de Liège / Collection. Focus sur 24 artistes, résidence de l’Ambassade de Belgique à La Haye, du 25 avril à fin janvier 2016

Jacques Lizène
– La Haye (PB), Province de Liège/ Collection. Focus sur 24 artistes, résidence de l’Ambassade de Belgique à La Haye, du 25 avril à fin janvier 2016
– Flémalle (B), CAP à Liège, Centre d’art La Chataigneraie, du 31 octobre au 11 décembre 2015
– Bruxelles (B), Petit Maître liégeois meets Bassie Lebon, Luca, school of arts, jusqu’au 28 novembre
– New York (USA), Friendly Faces, Johannes Vogt Gallery, du 19 novembre au 19 décembre

Emilio Lopez-Menchero
– Charleroi (B), Les mondes inversés, BPS22, du 26 septembre 2015 au 31 janvier 2016
– Héron (B), L’Homme Bulle, Maison des Jeunes de Héron, à partir du 30 septembre
– Tourcoing (F), la penseuse de Belencontre, inauguration le 4 novembre
– Bruxelles (B), Dark Ages, Aeroplastics, du 20 novembre au 9 janvier 2016

John Murphy
– Liège (B), Fall upward, to a height, galerie Nadja Vilenne, du 12 novembre au 16 janvier
– Antwerpen (B), Fall upward, to a height, Objectif Exhibition, du 13 novembre au 16 janvier

Valérie Sonnier
– Nogent (F), Soudain la neige, Maison d’art Bernard Anthonioz, du 5 novembre au 31 janvier
– Aulnay sous bois (F), Faites moi une fleur, hôtel de Ville, du 5 novembre au 1er décembre

Walter Swennen
– Aachen (D), Le souffleur, Schürmann meets Ludwig, Ludwigforum, du 22 mars au 31 janvier 2016
– Charleroi (B), Les mondes inversés, BPS22, du 26 septembre 2015 au 31 janvier 2016
– Strombeek Bever (B), A line is a line, centre culturel, jusqu’au 13 décembre
– Düsseldorf (D), Ein perfektes Alibi, Kunstverein für die Rheinlande und Westfalen, 28 novembre – 14 février 2016

Raphaël Van Lerberghe
– Charleroi (B), Les mondes inversés, BPS22, du 26 septembre 2015 au 31 janvier 2016

Marie Zolamian
– La Haye (PB), Province de Liège/ Collection. Focus sur 24 artistes, résidence de l’Ambassade de Belgique à La Haye, du 25 avril à fin janvier 2016