Jacques Charlier, Jacques Lizène, Pol Pierart, Jacqueline Mesmaeker, Images et Mots depuis Magritte, Centre Wallonie-Bruxelles, Paris

Jacques Lennep

Lennep, Peinture casse pipe, 2009, huile, acrylique et craie sur toile, 3 x 64 x 47 cm, collection Jacques Lennep d’après l’oeuvre « La Trahison des Images » de René Magritte (1929)

Jacques Charlier, Jacques Lizène, Pol Pierart et Jacqueline Mesmaeker participent à l’exposition « Images et mots depuis Magritte.
Centre Wallonie-Bruxelles, Paris, dsl 13 octobre au 29 janvier 2017

Œuvres de 27 artistes : Thorsten Baensch, Pierre Bismuth, Marcel Broodthaers, Pol Bury, Jacques Charlier, Patrick Corillon, Christian Dotremont, Peter Downsbrough, Eric Duyckaerts, Eva Evrard, Sylvie Eyberg, Michel François, Maria Gilissen, Ann Veronica Janssens, Djos Janssens, Lennep, Jacques Lizène, Chantal Maes, René Magritte, Marcel Mariën, E.L.T. Mesens, Jacqueline Mesmaeker, Henri Michaux, Jean-François Octave, Pol Pierart, Bernard Queeckers, Joëlle Tuerlinckx, Bernard Villers.

Du surréalisme à Cobra, de l’art conceptuel aux médias actuels, l’exposition Images et Mots depuis Magritte offre un coup de projecteur sur les différents mouvements ou tendances artistiques, en Belgique de langue française, croisant langage et art, texte et geste, pensée plastique et pensée littéraire, poésie visuelle et peinture théorique.

Elle met en évidence une des spécificités de l’art moderne et contemporain, les relations entre les mots, l’écriture et les arts plastiques, tout en mettant en lumière les recherches variées qui s’en inspirent ainsi que leurs développements et leurs évolutions.

Débutant avec Magritte et la publication en décembre 1929 de son manifeste Les mots et les images, le parcours de l’exposition montre la diversité des recherches artistiques poursuivies jusqu’à aujourd’hui, selon la confrontation de l’image et du verbe, de la forme et de la pensée, de l’écriture ou du geste artistique, du langage poétique ou de son expression plastique.

Elle interroge des approches de la modernité et de la contemporanéité aussi différentes que celles pouvant être mises en miroir avec les oeuvres de Marcel Broodthaers, plutôt théoriques et conceptuelles, que d’autres davantage attachées à la dimension littéraire ou scripturale de l’expression artistique, à la suite de l’apport de Christian Dotremont et d’Henri Michaux.

Dans la lignée de Magritte et Broodthaers, Lennep, Jacques Charlier et Jacques Lizène questionnent avec un humour irrévérencieux les positionnements artistiques des avant-gardes des années 70, selon des jeux de mots et d’images tournant en dérision les certitudes conceptuelles autant que les principes esthétiques préétablis.

De nombreuses nouvelles approches artistiques des relations entre mots et images complètent ce panorama et confrontent notamment des dessins, peintures, photographies, vidéos, installations, projections de Pierre Bismuth, Patrick Corillon, Michel François, Ann Veronica Janssens, Djos Janssens, Chantal Maes, Jacqueline Mesmaeker, Jean-François Octave, Pol Pierart, Bernard Queeckers, Joëlle Tuerlinckx…

L’exposition Images et Mots depuis Magritte offre de riches perspectives de dialogues avec l’exposition Réné Magritte, organisée de manière concomitante au Centre Pompidou. Autant de correspondances et de connivences qu’un symposium international mettra en lumière.

Commissariat et scénographie : Michel Baudson.
Adaptation de l’exposition Images et Mots, produite par Wallonie-Bruxelles International et présentée dans le cadre de l’accord culturel Chine / Wallonie-Bruxelles « 2012, Année du dialogue interculturel Union européenne – Chine ».

Jacques Lizène, Identity as a trademark, centre culturel d’Hasselt, les images (2)

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Petit maître à la fontaine de cheveux, photographie de Pierre Houcmant (1980), photographie NB marouflée sur toile, 59 x 80 cm, en remake 2011. Edition 1/10

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Peinture nulle (1966), sur l’idée de mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), sculpture génétique (1971), en remake 2010, photographie marouflée sur toile, rehaussée en technique mixte, 50 x 60 cm, 2010

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizèn'e

Jacques Lizène
Art syncrétique (1964), sculpture génétique (1971), en totem et en remake 2014
Encre et crayon sur calques, 3 x 29,7 x 21 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Sculpture génétique (1971), Manzoni croisé Lizène, en remake 2015. Manzoni, merda d’artista (1961) – Lizène, peindre avec sa matière fécale (1977). Être son propre tube de couleur. Technique mixte, impression jet d’encre, peinture à la matière fécale sur papier, encre, acrylique, 101 x 75 cm.

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Art syncrétique (1964), sculpture génétique (1971), en totem et en remake 2014
Encre et crayon sur calques, 3 x 29,7 x 21 cm

Jacques Lizène, Identity as a trademark, centre culturel d’Hasselt, les images (1)

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), remake 2011, photographie marouflée sur toile, 100 x 112 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Peinture nulle (1966), sur l’idée de mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), sculpture génétique (1971), en remake 2010, photographie marouflée sur toile, rehaussée en technique mixte, 50 x 60 cm, 2010

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Sculpture nulle, 1980, art syncrétique 1964, sculpture génétique culturelle 1971-1984, le 25e Bouddha, sur une colonne pseudo dorique, art néo-déco, remake 2011 technique mixte, 160 x 45 x 30 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Sculpture nulle (1980), autoportrait africain en totem, sculpture génétique (1971), mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), remake 2008- 2010, plâtre, acryl, vinyl, bois, 45 x 20 x 20 cm

Jacques Lizène
Sculpture nulle (1980), autoportrait au fruits remake 2008- 2010, sur l’idée de mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), sculpture génétique (1971) (James Ensor, Les Cuisiniers dangereux ou la collerette du clown)

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), la fumée pour élément sculptural, remake 2011, photographie marouflée sur toile et rehaussée à l’acrylique, 100 x 112 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, chaises découpées et croisées, en remake 2011. Technique mixte, 88 x 41 x 42 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Art syncrétique 1964, chaises découpées et croisées, en remake 2011. Technique mixte, 88 x 41 x 42 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Sculpture génétique 1971, Robert Filliou (portant sa galerie sur la tête) croisé, collage sur livre, 2016

Jacques Lizène

Jacques Lizène
Peinture nulle (1966), sur l’idée de mettre n’importe quel objet sur la tête (1994), sculpture génétique (1971), en remake 2010, photographie marouflée sur toile, rehaussée en technique mixte, 50 x 60 cm, 2010

Agenda octobre 2016

Jacques Charlier
– Charleroi (B), Panorama, BPS22, du 24 septembre au 22 janvier 2016
– Antwerpen (B), De Broodthaers à Braeckman – La photographie dans les arts plastiques en Belgique, Muhka, du 6 octobre 2016 au 5 février 2017
– Paris (F), Images et mots depuis Magritte, Centre wallonie Bruxelles, Paris, 12 octobre – 29 janvier 2017

Olivier Foulon
– London (GB), Vanité, Kunstraum, 9 septembre – 29 octobre 2016 (solo)
– Rotterdam (Nl), Cafard, Olivier Foulon & Alexander Lieck, RIB, 18 septembre – 30 décembre 2016

Eleni Kamma
– Tinos (Gr), Curiosity, Tinos Quarry Platform, du 2 juillet au 31 octobre
– Leipzig (D), Terra Mediterranea in action, Halle 14, 17 septembre – 20 novembre 2016
– Groningen (PB), Parrhèsia, or the courage of the truth in a transparent society, Sign, du 30 septembre au 23 octobre 2016

Suchan Kinoshita
– Dusseldorf (D), Behind the curtain. Concealment and Revelation since the Renaissance. From Titian to Christo, Museum Kunstpalats, du 29 septembre au 22 janvier 2017.

Charlotte Lagro
– Liège (B), Perdu à Pépinster, Space Collection, dans le cadre de la Biennale de l’Image possible 2016, du 20 août au 16 octobre 2016 (solo)

Jacques Lizène
– Liège (B), Homomigratus, comprendre les migrations humaines, Musée de la vie wallonne, du 30 avril au 11 décembre 2016
– Charleroi (B), Panorama, BPS22, du 24 septembre au 22 janvier 2016
– Ivry/Seine (F), Le territoire à l’oeuvre, galerie Fernand Léger, 23 septembre – 18 décembre 2016
– Antwerpen (B), De Broodthaers à Braeckman – La photographie dans les arts plastiques en Belgique, Muhka, du 6 octobre 2016 au 5 février 2017
– Hornu (B), Rebel Rebel, art contemporain et rock, MAC’S, musée des arts contemporains, du 23 octobre au 27 janvier 2017
– Hasselt (B), Identity as a TM, Stadstriënnale Hasselt-Genk, du 1er octobre au 8 janvier 2017
– Paris (F), Images et mots depuis Magritte, Centre wallonie Bruxelles, Paris, 12 octobre – 29 janvier 2017

Emilio Lopez-Menchero
– Charleroi (B), Panorama, BPS22, du 24 septembre au 22 janvier 2016
– Hasselt (B), Identity as a TM, Stadstriënnale Hasselt-Genk, du 1er octobre au 8 janvier 2017

Jacqueline Mesmaeker
– Paris (F), Images et mots depuis Magritte, Centre wallonie Bruxelles, Paris, 12 octobre – 29 janvier 2017

Benjamin Monti
– Huy (B), Dédale 2016, parcours d’art contemporain, divers lieux, du 9 septembre au 09 octobre 2016

Pol Pierart
– Charleroi (B), Panorama, BPS22, du 24 septembre au 22 janvier 2016
– Paris (F), Images et mots depuis Magritte, Centre wallonie Bruxelles, Paris, 12 octobre – 29 janvier 2017

Eran Schaerf
– Montréal (Qb), La répétition mise à l’épreuve, VOX, du 1er septembre au 26 novembre 2016

Emilio Lopez Menchero, Identity as TM, Triennale Hasselt-Genk

Emilio Lopez Menchero

En façade du Centre Culturel d’Hasselt, cette bâche annonçant l’exposition « Identity as TM » dans le cadre de la Triennale Hasselt – Genk, à laquelle participe Emilio Lopez Menchero ainsi que Jacques Lizène. Commissaire : Emannuel d’Autreppe. 1er octobre – 8 janvier.