Jacques Lizène, Emilio Lopez Menchero, Raphaël Van Lerberghe, Glissement de terrain à La Louvière

Glissement de terrain. Impertinence, résistance, survivance.

Comme une ligne de force à travers le programme de La Louvière Métropole Culture 2012, la fronde, la rébellion, la contestation s’imposent telles qu’elles ont façonné la ville, depuis sa naissance, qui coïncide historiquement avec l’émergence des mouvements ouvriers et des premières revendications syndicales.

L’exposition Glissement de terrain interroge la notion d’impertinence comme acte de résistance et de survivance en nos sociétés contemporaines. L’impertinence est à considérer ici dans son acception courante : une façon d’agir hors de la pensée unique, de réagir aux imperfections du monde, d’oser dire, de penser la relativité du sens et la fatuité du sérieux.

Elle rassemble des oeuvres fortes qui nourrissent connivences, rebondissements et grincements dans une dimension critique. Leur justesse tient lieu de balise puisque sans « pertinence » le sens fait défaut et le grossier l’emporte.

L’exposition revendique sa part expérimentale. Ni bon sens, ni bon goût ou flatterie, les enjeux proposés sont ailleurs : dans la mise en cause de toute violence, domination ou autorité illégitime; dans la contestation sociale; dans l’affirmation des identités, dans la liberté des expressions; dans la démystification du religieux, autant de chapitres convoqués pour nourrir la réflexion.

Une trentaine d’artistes établissent un parcours calqué sur les grandes étapes qui engendrent l’impertinence : le trouble amenant le questionnement ; le décryptage ; la formulation de propositions ; l’impact et les nécessaires changements induits.

AVEC : Adel Abdessemed, Agence Bates Y&R, Kader Attia, Vanessa Beecroft, Sylvie Blocher, François Curlet, Philippe Decressac, Romain Gavras, Agnès Geoffray, Carsten Höller, Alfredo Jaar, Mehdi-Georges Lahlou, Zbigniew Libera, Jacques Lizène, Emilio Lopez-Menchero, Hélène Machin, Renzo Martens, Messieurs Delmotte, Jean-luc Moerman, Jean-Luc Moulène, Bernard Mulliez, Eric Pougeau, Gustavo Riego, Sophie Ristelhueber, Martha Rosler, Joseph Szabo, Christophe Terlinden, Raphaël Van Lerberghe, Dana Wyse, Lamia Ziadé.

Commissariat : Valérie Formery, Pascale Viscardy, Marie-Noëlle Dailly et Benoît Dusart (Incise).

Impertinences citadines 

L’exposition s’accompagne d’un parcours d’interventions artistiques à travers la ville. Ces créations à ciel ouvert transposent l’idée d’impertinence en de nombreuses problématiques urbaines. Non sans humour, sculptures, installations, performances s’inscrivent au détour d’une rue, d’une façade, de lieux imprévisibles chargés de mémoire pour susciter la curiosité des passants et réveiller les consciences endormies.

Un fascicule avec la localisation des oeuvres, leur contexte de création et une courte notice permettra au promeneur d’apprécier à son rythme la diversité des propositions.

La participation citoyenne est un axe essentiel sur lequel repose la programmation des événements de La Louvière Métropole Culture 2012. Dans cette optique, le musée met différents outils à la disposition des citoyens.

Le Guide du Visiteur : est un parcours descriptif des différentes oeuvres et démarches artistiques présentées au musée et dans la ville.

Le kit du citoyen impertinent : est une pochette qui contient divers messages humoristiques à délivrer à tout incivique prix en flagrant délit d’intoxication du quotidien. Il fait partie d’une campagne destinée à amener le citoyen réagir de manière pertinente et malicieuse contre les incivismes de tout ordre.

A La Louvière au musée Ianchelevici du 6 octobre au 23 décembre.
Vernissage le 5 octobre.