Archives de catégorie : Jacqueline Mesmaeker

The Galleries Show 2, Antwerpen, 6-9 octobre

La galerie participe à The Galleries Show, organisée par Office Baroque et montera des oeuvres de Jacqueline Mesmaeker et Sandrine Morgante

Sandrine Morgante, Taalbarriere, 2021 (détail)
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2020
Gouache et crayon de couleurs sur papier, 29,7 x 21 cm.

The Galleries Show 2 is an iteration of the namesake art fair project at Extra City in Antwerp in 2005. The second edition will be running from Thursday 6 thru Sunday 9 October in a former gym on Everdijstraat in Antwerp. The exhibition venue is part of a 1970’s storefront shopping mall that was shaped after a beehive.

The Galleries Show 2 is a 4-day co-op art fair project that invites 8 galleries to bring single or two-person presentations. This edition will be devoted to redefining the local in post-covid times. How do galleries and art spaces find new balances between local events and reaching larger audiences? What are current needs and how can these be addressed by existing presentation and support structures? The Galleries Show 2 as a project stimulates galleries to develop new and shared practices.

The Galleries Show 2 is organised by Kraft Studios & Office Baroque.

Clima, Milan
Drei, Cologne
Klemm’s, Berlin
Office Baroque, Antwerp
Piktogram, Warsaw
Dawid Radziszewski, Warsaw
Suprainfinit, Bucharest
Nadja Vilenne, Liège

Winkelcentrum Oudaan
Everdijstraat 30
2000 Antwerpen

Thursday 6, thru Sunday 9 October

Hours:
Opening night, Thursday from 5pm — 9pm
Friday and Saturday from 12 — 7pm
Sunday from 10am — 6pm2
Free of Charge

Jacqueline Mesmaeker, Prix de l’AICA Belgium

L’Association Internationale des Critiques d’Art, section belge (Aica Belgium – ABCA/BVKC) communique : 

AICA Belgium (ABCA / BVKC), a l’honneur de remettre cette année le Prix annuel de l’exposition la plus remarquable de 2020-2021 aux trois expositions personnelles de Jacqueline Mesmaeker : Enkel Zicht Naar Zee, Naar West, CC Strombeek, 10.01– 04.03.2020; Ah quelle aventure, Bozar, Brussel/Bruxelles, 19.05 – 21.07.2020 ; De page en page, Raveel Museum, Machelen-aan-de-Leie.
 
Nous félicitons l’artiste, le commissaire, Luk Lambrecht, les auteurs du beau livre Quelle aventure ! publié par MER et B&L qui les accompagne; textes de Luk Lambrecht, Lieze Eneman, Michel Baudson, Jean-Michel Botquin, Saskia De Coster, Anne Pontégnie, Melanie Deboutte, Sophie Lauwers, Philippe Van Cauteren.
 
Depuis 2016, chaque année, l’Association belge des critiques d’art ABCA/BVKC décerne son prix d’honneur à la meilleure exposition de l’année précédente, visant ainsi à souligner la valeur d’une exposition contribuant au discours de l’art d’aujourd’hui.
Les prix précédents ont été décernés à :
2015: Lili Dujourie, « Folds in Time – Plooien in de tijd » (S.M.A.K., Gand et Mu.ZEE, Ostende)
2016: Mira Sanders, « Inland Voyages in an Inland Voyage » (ARGOS, Bruxelles)
2017: « The Absent Museum » (WIELS, Bruxelles)
2018: James Lee Byars, « The Perfect Kiss » (M HKA, Anvers)
2019 : Pieter Vermeersch (M Museum Leuven)
 
Enkel Zicht Naar Zee, Naar West, CC Strombeek
Ah quelle aventure, Bozar, Brussel/Bruxelles,
De page en page, Raveel Museum, Machelen-aan-de-Leie

Paréidolie, Marseille, les images

Gaetane Verbruggen
Benjamin Monti
Benjamin Monti, Histoires naturelles
Benjamin Monti, Tou doit disparaître
Benjamin Monti – Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacques Lizène
Jacqueline Mesmaeker
Jacqueline Mesmaeker, Les Variables
Alevina Kakhidze

Paréidolie 2022, ces 27 et 28 août

La galerie participe à la neuvième édition de PAREIDOLIE, salon international du dessin contemporain à Marseille et vous donne rendez-vous samedi 27 et dimanche 28 août 2022 au Château de Servières. Nous montrerons des oeuvres de :

Alevtina KAKHIDZE

Jacques LIZENE

Jacqueline MESMAEKER

Benjamin MONTI 

Gaetane VERBRUGGEN

Samedi 27 août : Preview (sur invitation) 9h-11. Vernissage 11h-13h . Ouverture au public jusqu’à 20h 

Dimanche 28 août : Ouverture au public 11h – 20h

11-19 boulevard Boisson 13004 Marseille

Art Brussels 2022, les images (2)

Olivier Foulon
L’île (Swennen) / Pense-bête (Broodthaers),
2016 – 2022
film positif
Raphaël Van Lerberghe,
Divers titres, 2022
Tirage argentique C-print
sous passe partout dessiné
Marie Zolamian
Liminal, 2021
Huile sur toile, 29 x 39 cm
Marie Zolamian 
Prosodie, 2021 
Huile sur toile sur panneau, 29 x 39 cm
Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020 (1)
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.
Edition de 5 + 2 EA.
 
Suchan Kinoshita
Palmenträumer, 2018
Aluminiumfoil and clay on
lumpen on aluminiumframe

Art Brussels 2022, preview : Jacqueline Mesmaeker, Raphaël Van Lerberghe

Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.

Séquences. L’objectif de la caméra de l’artiste saute et danse devant le bouquet de fleurs, multipliant les prises de vue. C’est lui qui est en mouvement. Souvent Jacqueline travaille en feuilleté, superposant les images. Ici, elle décompose le mouvement de la caméra et juxtapose les clichés. La photographie est à la fois filmique et picturale.

Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.
Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.
Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.
Jacqueline Mesmaeker
Séquence, 1978-2020
Photographies couleurs, impression pigmentaire sur papier archivable, 42 x 29,7 cm.
Raphaël Van Lerberghe,
Capture d’écran (11)_3, 2022
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe,
IMG_0038, 2022
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné  27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe,
IMG_3243, 2017
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe,
Moto, 2020
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe
Zabriskie 1, 2021
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm 
Raphaël Van Lerberghe,
Zabriskie 2, 2021
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm 

Jacqueline Mesmaeker, Olivier Foulon, Raphaël Van Lerberghe, Projet Centenaire, BOZAR

Pour l’exposition centenaire du palais des Beaux Arts de Bruxelles, aujourd’hui BOZAR, Sylvie Eyberg a décidé de revivifier Tout est réel ici,  l’oeuvre de Jacqueline Mesmaeker, conçue en 2005 pour le Théâtre du Rideau de Bruxelles avec la collaboration d’Olivier Foulon et Raphaël Van Lerberghe.  Les mêmes se sont remis à la tâche. Tout est réel ici évoque l’écrivain Paul Willems, figure majeure des Lettres belges qui fut également directeur du Palais des Beaux-Arts. Exposition accessible à BOZAR jusqu’au 21 juillet. 

Archive musée Horta

le communiqué :

En 2022, ce sera la fête à Bozar. Le 4 avril 1922, à l’Hôtel de ville de Bruxelles, le Palais des Beaux-Arts a officiellement vu le jour. C’est à cette date, en effet, que les bases juridiques de la construction de l’édifice et l’ambition d’en faire une maison des arts devenaient réalité. Les statuts de ce monument historique constituent le point de départ des célébrations du centenaire de notre institution, qui débuteront en avril 2022 par l’exposition Projet Palais et un programme festif. En concertation avec le commissaire Wouter Davidts, Bozar a convié une dizaine d’artistes à participer à cet anniversaire et les a invités à réfléchir, à travers de nouvelles œuvres, à ce qu’une maison des arts comme Bozar peut signifier aujourd’hui et pour l’avenir. Ils passent au crible l’institution actuelle et reviennent sur son passé. Nous vous proposons de faire de même. Découvrez quelques fragments de la longue histoire du Palais des Beaux-Arts. Plusieurs œuvres – sélectionnées par nos artistes – qui lui ont été prêtées au fil des ans feront même leur retour. Ne vous attendez pas à un compte rendu historique, mais à un récit artistique tourné vers l’avenir. 

Le Projet Palais n’est que le début d’une longue série de commémorations célébrant l’inauguration et la vie du Palais. En effet, le 4 mai 1928, les salles d’exposition du Palais des Beaux-Arts ouvraient enfin leurs portes au public. Un public qui, un an plus tard, a pu assister à un premier concert dans la magnifique salle Henry Le Bœuf. 
​​​​​​​
Artistes sélectionnés : Lara Almarcegui, Sammy Baloji & Johan Lagae & Traumnovelle, Lynn Cassiers, Jeremiah Day, Sylvie Eyberg, Liam Gillick, Auguste Orts, Annaïk Lou Pitteloud, Koen van den Broek, Belgian Institute Graphic Design.

Jacqueline Mesmaeker, Stèle 29*29*165, Perspectives minimales en Belgique, Delta, Namur

Maastricht 1989
Minimale, la stèle se dresse au pied du jubé de l’église Saint Augustin à Maastricht. C’est un parallélépipède de béton vibré. Les quatre fers à béton qui en émergent sont traces visibles du processus de fabrication et de son ancrage dans le réel. La stèle est accompagnée de cinq gammagraphies d’un chandelier. Elles ont été réalisées par le département Énergie de Cockerill Sambre à Seraing et sont imprimées sur un papier baryté. En fait, ce chandelier a été inclus dans la masse de la stèle, au moment où celle-ci fut coulée. Auparavant, Jacqueline Mesmaeker a eu soin de réaliser un photogramme de ce flambeau à cinq branches, une empreinte sur une longue planche noire photosensible, réalisée à la lumière d’une bougie. Cette empreinte rejoint le dispositif. L’œuvre porte un titre : Stèle 29*29*165. Ce sont les mesures de cette stèle de béton. Sa hauteur correspond à la taille de l’artiste.

Bruxelles 1990
A l’occasion de l’exposition de Stèle 29*29*165 galerie Guy Ledune, Jacqueline Mesmaeker réévalue le dispositif. La stèle fera face aux gammagraphies et au photogramme, mais celui-ci est désormais emballé dans un drap noir, un linceul en quelque sorte. Il disparait, lui aussi, aux regards.

Aalst 1990
Cette fois, l’œuvre est exposée au centre d’art De Werf, dans un grand espace ouvert et lumineux. La stèle est placée face à de larges baies vitrées. Les cinq gammagraphies sont déposées au sol, dans le juste prolongement de la stèle, comme si elles en étaient l’ombre. Exit, cette fois, le photogramme, qui n’est pas exposé. Cette exposition collective a pour titre : Tempels Zuilen Sokkel (Temples, Piliers, Socles)
Jacqueline Mesmaeker n’a jamais considéré l’art comme une collection d’objets statiques, mais comme une cristallisation temporaire de la forme et du contenu. Il lui arrive ainsi régulièrement de revisiter ses propres œuvres via des ajouts subtils, des déplacements d’éléments ou l’utilisation d’autres média, mis au service d’une présentation renouvelée. Les états de Stèle à Bruxelles et Aalst en attestent, l’évolution du dispositif enrichit le sens et multiplie les lectures.

Bruxelles 1993
Stèle 29*29*165 est à nouveau montrée, cette fois, dans une exposition intitulée Sculptures – Dessins à la galerie Camille von Scholz. A la fin de l’exposition, le transport de la stèle a été confié à un déménageur mais l’œuvre causait tant de problèmes de stockage pour l’artiste à cette époque qu’elle ne l’a jamais récupéré. Elle n’a plus été retrouvée depuis. Cet épisode correspond à une profonde réflexion : Jacqueline Mesmaeker décide de tourner le dos à tout ce qui a du poids, à tout ce qui encombre, à tout ce qui pourrait paraître trop péremptoire. Ce n’est pas un renoncement mais l’annonce d’une mutation dans sa pratique.

Paris 2019
Suite à une réflexion nourrie, avec la complicité de l’historien de l’art Olivier Mignon, Jacqueline Mesmaeker opte pour une nouvelle présentation, à l’invitation du galeriste Bernard Bouche. La colonne des gammagraphies fait face au photogramme recouvert de son drap noir. Entre les deux est présenté une petite photo polaroïd. C’est un simple document de travail, une photo de la stèle prise à Maastricht en 1989, en quelque sorte son souvenir revivifié au travers d’un support fragile, instable, dont l’image risque, elle aussi, de disparaître. Le dispositif reçoit un nouveau titre : Stèle, Bois et Drap.

Bruxelles 2020
A l’occasion de l’exposition monographique Ah quelle aventure ! à BOZAR à Bruxelles, la stèle de béton fait l’objet d’une nouvelle édition. Un chandelier similaire au premier est enchâssé dans cette stèle conforme et revisitée, coulé dans les mêmes conditions que la première et par le même opérateur. Il n’est plus permis d’utiliser la gammagraphie, technologie désormais considérée comme dangereuse. Afin de capturer l’image du second chandelier appel est, dès lors, fait à une technologie plus actuelle, le Géoradar GPR, capable d’une investigation non destructive de matériaux tel le béton.

Namur 2022
Il n’est pas question d’en finir, mais de faire évoluer le processus, en tenant compte de l’histoire et de ses péripéties. Jacqueline Mesmaeker refonde l’œuvre en fonction de ces étapes, de ce qui a été vu, de ce qui ne l’a pas été, ce qui en soi tombe sous le sens pour une œuvre qui évoque la vision, le regard, le visible, l’invisible et la disparition. Cette fois la présentation s’articule ainsi : la colonne des gammagraphies constitue l’épine dorsale de l’œuvre et de son histoire. Le photogramme restera en son linceul noir. La seconde version de la stèle s’ancre dans le réel, le polaroïd de la première stèle atteste du souvenir de l’existence de celle-ci et de sa disparition. Le présent texte consigne toutes ces péripéties. L’œuvre porte toujours son titre d’origine : Stèle 29*29*165 (1989-2022)