Jacques Charlier, Jacques Lizène, Paysages de Belgique, au musée d’Ixelles

Jacques Charlier et Jacques Lizène participent à l’exposition « Paysages de Belgique », conçue par Denis Laoureux, au musée d’Ixelles. Jacques Charlier y montrera ses Paysages professionnels ainsi que le film Canalisation tourné sur le terril de Saint Gilles dans la région liégeoise. Deux oeuvres hautement conceptuelles du tournant des années 70. Quant au Petit Maître, il ramène quelques documents d’un voyage au coeur de la civilisation Banlieue.

Jacques charlier

Jacques Charlier, paysages professionnels, 1970. Photographies N.B. et texte imprimé.9 panneaux de 50 x 60 cm

Jacques Lizène

Jacques Lizène, Documents rapportés d’un voyage au cœur de la Civilisation Banlieue, 1973. Avec modèle contraignant son corps à s’inscrire dans les limites du cadre pour réaliser une tentative de reconstitution du portrait de l’indigène de la Civilisation Banlieue. (Collection Muhka. Photo : Christine Clinckx)

À travers l’exposition PAYSAGES de Belgique, le Musée d’Ixelles propose une sélection d’œuvres, de 1830 à aujourd’hui, montrant comment la nature se fait art. Car la question est bien là : par quel(s) moyen(s) l’artiste déplace-t-il la nature dans le cadre d’une œuvre d’art ?
C’est donc à travers des œuvres multiples et variées que l’exposition vous propose de déambuler dans la géographie belge des artistes : peinture, photographie, vidéo, installation, film, etc. Une performance est également programmée (voir événements annexes). Les dispositifs plastiques sont aussi variés que l’exige la nature pour se laisser enfermer dans une œuvre d’art. La nature devient alors un outil artistique, elle devient le prétexte à l’utilisation de procédés plastiques variés et soigneusement sélectionnés pour la sublimer.
Mais le paysage, en particulier dans la jeune Belgique du XIXe siècle, est aussi un point de vue, une vision exprimée à travers le choix de ce qu’on représente : la Mer du Nord, la Campine, les bords de la Meuse, les terrils… L’artiste choisit ce qu’il veut montrer, voire démontrer. Au XXe siècle, la tradition se perpétue en autant de paysages nationaux parfois proches d’un engagement idéologique. Le paysage est aussi un portrait puisque la nature est transformée par l’homme… Six sections thématiques déclinent cette métamorphose au fil d’une exposition conçue comme une échappée belle dans l’art du paysage belge.

Avec les œuvres de : Artan, Baron, Bernd et Hilla Becher, Bertrand, Boch, Bogart, Boulenger, Broodthaers, Burssens, Bury, Bytebier, Charles, Charlier, Claus, Coosemans, Crépin, Decelle, Degreef, Dubois, De Cordier, De Saedeleer, Degouve de Nuncques, Delvaux, De Peelaert, De Smet, Donnay, Dotremont, Doudelet, Dujardin, Ensor, Evenepoel, Fastenaekens, Felten-Massinger, Finch, Frédéric, Goethals, Hamesse, Hänsel, Héger, Heymans, Khnopff, Lacomblez, Le Brun, Lismonde, Lizène, Luce, Magritte, Mahieu, Mendelson, Meunier, Mineur, Oosterlinck, Op de Beeck, Ozcetin, Paulus de Châtelet, Permeke, Pirenne, Quinet, Ransonnet, Rops, Rose, Schlobach, Sommelette, Spilliaert, Stevens, Toussaint, Ubac, Vandamme, Van den Abeele, Vandercam, Van der Hecht, Van de Spiegele, Van Lint, Vanriet, Vercheval, Verwée, Vilet, Vogels, Wyckaert.

Jacques Charlier

Jacques Charlier, Canalisations souterraines, une caricature des dernières tendances paysagistes. 1969, Installation vidéo. Film performance de Jacques Charlier filmé en septembre 1969 sur le terril de Saint-Gilles à Liège. Caméra : Nicole Forsbach. Sonorisation : Jacques Charlier. Couleurs. 13.20 min. Suite de coupures de presse prélevées dans des revues de travaux publics parvenant au Service Technique Provincial de la Province de Liège, projetées en diapositives. Accompagnées d’un certificat signé et daté Jacques Charlier, 1968.