Orla Barry, Mountain, Veem Theater, Amsterdam

Orla Barry, Mountain. Stuk Leuven

PERFORMANCE

Mountain

Orla Barry, with Derrick Devine, Marcus Lamb, and Einat Tuchman
25 & 26 January, 8.30pm
Het Veem Theater, Amsterdam
Tickets: €15 (discount €12/ €5), order via Het Veem Theater

Language shapes our structured world, but in fact every sentence we utter is an improvisation. That is the starting point for the new work, Mountain, of Irish visual artist Orla Barry. She has worked with 57 words, an actor, a dancer and a musician to devise a work in which chance, fate, and a little witchcraft play equal roles in a performance that is never the same on any night. It is a show of shows, set in a décor of language objects, these objects were used to produce the script for the show.

Orla Barry, now shepherdess as well as artist, returns to performance after The Scavenger’s Daughters (2008) with her new knowledge of primal materials and customs to create particular works of art that play with different forms of text production such as speech, monologue, interview, poem or song to create a series of intentionally unplanned crossovers between text, meaning and performance.

Mountain
90 minutes, English spoken

Concept & text: Orla Barry
Performance & music: Derrick Devine, Marcus Lamb, and Einat Tuchman.

A co-production of STUK kunstencentrum; Playgroundfestival, Leuven; If I Can’t Dance, Amsterdam; and Het Veem Theater, Amsterdam Mountain is commissioned by: the Centre d’Art Contemporain, Brétigny; If I Can’t Dance, Amsterdam; STUK kunstencentrum (Playgroundfestival), Leuven; and Tate Modern, Londen, and co-funded by the European Union.

Orla Barry’s work focuses on language, both written and spoken, as well as on visual deconstruction and displacement of language; via frequently associative techniques, she researches the semantics of her mother tongue and its cultural imbedding and implications. Orla Barry lived in Belgium for sixteen years and has now returned to live and work in Wexford, Ireland. She has recently had performances at Tate Modern, London; Playground Festival, STUK, Leuven; and De Appel arts centre in Amsterdam. She has also had large solo shows of her work at the CCB, Museu Bernardo, Lisbon (2011, with Rui Chafes); Irish Museum of Modern Art in Dublin (2006); SMAK, Ghent (2005); Camden Arts Centre, London (2005); and W139, Amsterdam (2005). She has taken part in Manifesta 2 and in group shows such as Sense and Sensibility in Sao Paulo and Some Parts of this World in Helsinki. She has been awarded the prize of the Palais de Beaux Arts in the ‘Prix de la Jeune Peinture Belge’ in 2003 and was shortlisted for the Glen Dimplex Prize in 1999.

Orla Barry, Mountain, Playground, Stuck Leuven

Mountain

Orla Barry (IRL)

thu 8 & fri 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Language shapes our structured world, but in fact every sentence we utter is an improvisation. That is the starting point for the new work of Irish visual artist Orla Barry. She has worked with 57 words, an actor, a performer and a musician to devise a work in which chance, fate, and a little witchcraft play equal roles in a performance that is never the same on any night. It is a show of shows, set in a décor of language objects, these objects were used to produce the script for the show.

Orla Barry, now shepherdess as well as artist, returns to performance after “The Scavenger’s Daughters”(2008) with her new knowledge of primal materials and customs to create particular works of art that play with different forms of text production such as speech, monologue, interview, poem or song to create a series of intentionally unplanned crossovers between text, meaning and performance.

Mountain will also be shown as an installation during the exhibition Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in the Centre for Fine Arts (BOZAR) in Brussels, as a part of the Irish chairmanship of the European Commission, from February 28 to May 19, 2013. An adapted version of the performance that premieres during Playground Festival at STUK will take part on the opening night of the BOZAR exhibition on February 27, 2013.

concept & text: orla barry performance & music: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. production: stuk, playgroundfestival leuven production management: ilse van essche commision: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern london; co-funded by the european union.

Orla Barry (IRL)

do 8 & vr 9 nov 12 . 21:45 . STUK Labozaal

performance • Playground • theater

Taal geeft vorm aan onze gestructureerde wereld, maar in feite is iedere zin een nieuwe improvisatie. Dat is het uitgangspunt van het nieuwe werk van Orla Barry. Ze ging aan de slag met 57 woorden, een acteur, een performer en een muzikant om een werk uit te denken waarin geluk, het lot en een beetje tovenarij een even grote rol spelen. De voorstelling verschilt daarenboven iedere avond. De taalobjecten op de scène vormen niet alleen het decor, maar liggen ook aan de basis van het script.

Orla Barry is ook schaapsherderin en ze gebruikt haar kennis van de materialen en gebruiken van het Ierse platteland om bijzondere kunstwerken te maken. Door te spelen met de verschillende vormen van tekstproductie zoals poëzie, liedjes, monologen, interviews of speeches ontstaan er onverwachte verbanden tussen tekst, betekenis en performance.

Mountain zal tevens als installatie-werk deel uitmaken van de tentoonstelling  Contemporary Irish Art & Francis Bacon’s Studio in het Paleis voor Schone Kunsten (BOZAR) van Brussel in het kader van het Ierse Voorzitterschap van de Raad van de Europese Unie, van 28 feburari tot 19 mei 2013. Een aangepaste versie van de performance die in STUK tijdens het Playground festival in première te zien is, zal plaats vinden op de openingsavond van de tentoonstelling op 27 feburari 2013.

concept & tekst: orla barry performance & muziek: derrick devine, marcus lamb, einat tuchman. productie: stuk, playgroundfestival leuven productie management: ilse van essche commisie: cac brétigny – if i can’t dance amsterdam – stuk (playgroundfestival) leuven – tate modern londen; co-funded by the european union.

Orla Barry, Walter Swennen, Le Grand Atelier au Mac’s

Walter Swennen, Tôle ondulée (Moke), Huile sur toile, 60 x 50 cm, 2000. Collection MAC’s, Grand-Hornu. – Nid d’oiseau

Le grand Atelier est une exposition principalement conçue et voulue pour les enfants même si celle-ci est bien entendu ouverte à tous les publics. La volonté est toutefois de considérer l’enfant comme un regardeur autonome, capable, au même titre que l’adulte, d’apprécier le pouvoir d’évocation des images.

Soucieux de créer un environnement propice à l’observation tranquille, Laurent Busine a imaginé un dispositif d’accrochage qui permet aux plus jeunes mais aussi aux adultes, d’appréhender les oeuvres avec la même qualité, à portée du regard de chacun.
Que ce soit des oeuvres d’art au sens strict – comme la série de treize dessins « Le problème de la maison » de René Magritte – ou de simples empreintes de la vie – comme des nids d’oiseaux ou des fleurs -, les pièces réunies au sein de l’exposition recouvrent plusieurs thématiques dont principalement : la famille, la maison ou encore l’écriture.
L’ambition est que celles-ci puissent surprendre le visiteur tout en offrant aux enfants l’opportunité d’éveiller leur curiosité.
Avec les oeuvres d’anonymes et de Orla Barry, Christian Boltanski, Balthasar Burkhard, Jean- Marc Bustamante, David Claerbout, Simona Denicolai et Ivo Provoost, Rineke Dijkstra, Jean Fautrier, Seydou Keïta, René Magritte, Guy Rombouts & Monika Droste, José Maria Sicilia, Walter Swennen, Mona Vatamanu et Florin Tudor, …

A propos de l’exposition
Par Laurent Busine

S’adresser aux enfants comme à des « hôtes de marque »
Ceci est une exposition conçue et voulue pour les enfants.
Il ne s’agit pas d’y présenter des oeuvres ou des objets que nous pensons être « à la portée » des enfants mais bien de disposer à leur attention des oeuvres qui leur sont destinées parce qu’elles envisagent les aspects du monde dans son infinie diversité sans fermer quelque porte que se soit.
Le grand Atelier est celui de la vie.
Le grand Atelier est celui des enfants que nous accueillons comme des personnes responsables, des visiteurs sérieux ouverts sur le monde ou, suivant les termes de Françoise Dolto, nous nous adressons aux enfants comme à des « hôtes de marque ».
Les enfants, qui se trouvent au départ de leur existence, ont sous les yeux l’incroyable possibilité de s’intéresser, de voir ; de regarder tout ; d’être curieux de tout de la même manière.
Au fur et à mesure qu’ils jetteront les yeux sur l’une ou l’autre chose, ils opéreront inévitablement des choix et cerneront le champ des options qui les conduiront à l’âge adulte. En ce sens ils seront aidés ou détournés dans leurs choix par le milieu familial, l’éducation, l’instruction, le goût qu’ils développent, le destin ou le hasard.
Nous voulons leur proposer de regarder les images du monde de manière simple, tranquillement, en observant seulement ce qu’elles contiennent de possibilités innombrables car, tous, nous ne voyons, nous n’entendons pas, nous ne racontons pas, nous n’écrivons pas les choses de la même manière.
Nous ne tenons à donner aucune leçon, pas plus qu’un quelconque mode d’emploi ; nous n’ignorons pas que chacun peut, suivant ses intérêts modifier le cours de son existence, adulte, suivant sa réflexion, ses rencontres et ses connaissances.
Nous voulons montrer le monde varié et riche : il est plein de surprises et d’images fortes qu’il est heureux de voir un jour ; puissent ces images s’imprimer un jour dans le souvenir des plus jeunes.
C’est ce jour que nous cherchons à éclairer aujourd’hui.

Le Grand Atelier
Traité de l’admirable diversité de la vie et du monde à l’usage des enfants.
Au MAC’s jusqu’au 3 juin 2012.

Orla Barry, The Girl in the Red Swimsuit and the Barmaid  (De la série « Foundlings ») Photographie 100 x 100 cm 2002-2004, Collection MAC’s, Grand-Hornu – Crâne humain, 12 x 17 cm. Collection particulière

Orla Barry, Suchan Kinoshita, Le modèle a bougé

Orla Barry et Suchan Kinoshita participent à l’exposition « Le modèle a bougé » au BAM à Mons. Jusqu’au 12 février 2012.

« Le modèle a bougé » : c’est en ces termes, empreints d’ironie, qu’Edgar Degas qualifia un jour les portraits réalisés par son contemporain Eugène Carrière, dont la pratique picturale se caractérisait par un certain flou. Etrange confusion entre la réalité du modèle et le procédé interprétatif de l’artiste… Au-delà de la dérision, Degas pose deux questions, étroitement liées l’une à l’autre : celle du rapport de l’artiste à son modèle et celle de sa relation au mouvement et à l’image. Cette problématique est omniprésente dans l’exposition au travers de disciplines pertinentes à cet égard : les arts plastiques, la photographie et l’image animée
« Le modèle a bougé » aborde, dans un dialogue étonnant entre les œuvres modernes et contemporaines, différents aspects tournant autour de cette thématique :
Seront aussi abordés les rapports entre peinture et photographie à partir de la question du temps de pose et du flou, parfois quasi imperceptible, dans les œuvres de Gerhard Richter, d’Eugène Carrière ou de Felten & Massinger. La fonction de l’atelier comme théâtre de la séance de pose du modèle, sera traitée au travers des œuvres poétiques et ludiques de Fischli & Weiss ou de Claude Cattelain, mais également des œuvres plus construites de Léon Vranken ou de Constantin Brancusi.
Saisir le mouvement, ou l’animation d’un modèle, est un des grands thèmes de l’histoire de l’art. Les relations entre les arts plastiques et les arts du mouvement, comme la danse ou la performance, seront ainsi développés avec les œuvres d’Henri-Cartier Bresson, de Gabriel Orozco et de Suchan Kinoshita. Enfin, les œuvres de Hans Bellmer et de Roni Horn, d’Ulla Von Brandenburg et de Hélène Amouzou feront retour sur cette problématique initiale du rapport de l’artiste à son modèle en se focalisant plus précisément sur les questions d’identité qui peuvent y être afférentes.