Luxembourg Art Week, The Fair, les images

Jacques Charlier
Jacques Charlier – Aglaia Konrad
Aglaia Konrad
Aglaia Konrad
Werner Cuvelier
Raphaël Van Lerberghe
Loic Moons
Gaetane Verbruggen
Gaetane Verbruggen

Luxembourg Art Week, The Fair, preview (4), Loic Moons, Gaetane Verbruggen

Gaetane Verbruggen, Sans titre, fusain marouflé sur bois, 20 x 13 cm, 2022
Gaetane Verbruggen, Sans titre, fusain marouflé sur bois, 13 x 20 cm, 2022
Gaetane Verbruggen, Sans titre, fusain marouflé sur bois, 20 x 13 cm, 2022

Les souvenirs nous sont tous fidèles, en principe. On s’attache à un endroit, une personne, un objet, ou encore, à un détail futile. On se souvient vaguement de certaines choses, comme on peut se souvenir des détails les plus précis d’un objet, d’un décor, d’une sensation. Nos pensées peuvent se déformer avec le temps, on en arrive à ne plus distinguer le vrai du faux, à s’être persuadé d’une chose, alors qu’il en s’agit d’une autre, à rendre fictif une partie du souvenir.

Je cherche à extérioriser des instants intraduisibles et fragiles, un peu flous. Je prends plaisir à capter l’âme des instants du quotidien, retranscrire l’émotion face aux banalités de la vie ordinaire, et en accepter leur simplicité. Mes travaux sont donc le témoignage de diverses sensations restées encrées dans mon esprit, qu’elles soient dupées par le temps ou non.

Je me suis intéressée aux lieux oubliés, ces sites remplis d’histoires, auxquels personne ne prête attention, ces endroits sans figure, dotés de lumière diffuses et intimes, capables de nous rappeler une anecdote. Nous avons les moyens d’imaginer un passé, un historique fictif en quelques secondes. Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes à chaque instant. Nous avançons alors dans la fiction que l’on se crée et nous nous emparons ainsi d’instants irréels.

Selon Alberti, le tableau serait comme une fenêtre ouverte. Où se trouve dès lors, si seulement elle existe, la limite entre la réalité et l’imagination ? Pouvons-nous jongler avec le visible et l’invisible produit par une lumière naturelle ? Inconsciemment, nous sommes généralement capables de nous construire une image mentale dissimulée derrière les ouvertures de ces paysages d’intérieurs, jusqu’à peut-être avoir l’envie d’y pénétrer, comme si un nouveau monde se dessinait derrière le support. Je choisis d’utiliser ici la fenêtre en vue de révéler plusieurs propositions contradictoires ; l’intime et le public, le perceptible et l’imperceptible.

Gaëtane Verbruggen

Loic Moons, Sans titre (lamp head), Technique mixte sur toile, 152 x 153 cm, 2022
Loic Moons, sans titre, 2022, 134 x 145 cm

Luxembourg Art Week, The Fair, preview (3), Jacqueline Mesmaeker, Raphael Van Lerberghe

Jacqueline Mesmaeker, Conversation en bord de Seine (II),
Technique mixte, bois, coquilles de noix, mégots, cire1984-2022

Il était temps de donner les détails nécessaires à l’exécution des escaliers. Le grand cousin avait dit à Paul de préparer ces détails ; mais Paul, comme on peut le supposer, ne s’en était pas tiré à son honneur et n’avait fourni que des traits parfaitement inintelligibles aux autres aussi bien qu’à lui-même, malgré les indications sommaires fournies par l’architecte en chef.

« Allons, dit le grand cousin, il faut nous mettre à cette besogne ensemble.

« Le père Branchu et le charpentier demandent les détails.

« Prenons d’abord le grand escalier et traçons sa cage Nous avons pour la hauteur du rez-de-chaussée, compris l’épaisseur du plancher, 4 mètres, 50 centimètres, les marches ne doivent pas avoir plus de 15 centimètres de hauteur chacune ; il nous faut donc compter trente marches pour arriver du sol du rez-de-chaussée au sol du premier étage. De largeur ou de pas, suivant le terme admis dans les constructions, une marche doit avoir de 25 à 30 centimètres, pour donner une montée facile ».

Eugène Viollet -Le-Duc, Comment on construit une maison. Histoire d’une maison. Paris, 1873.

Jacqueline Mesmaeker fait ici référence à l’histoire de l’art et à l’architecture, plus précisément à Viollet-Le Duc. L’escalier a les mêmes proportions que celles prescrites dans son oeuvre « Histoire d’une Maison », chaque marche a une hauteur de 15 cm et une profondeur de 30 cm pour monter facilement l’escalier, un escalier comme un quai en bord de Seine qui invite à la conversation. 

Raphaël Van Lerberghe, 
Capture d’écran (11)_3, 2022
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
 
Raphaël Van Lerberghe,
IMG_3243, 2017
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe, 
IMG_0038, 2022
Tirage argentique C-print sous  passe partout dessiné  27 x 36 cm
 
Raphaël Van Lerberghe, 
Moto, 2020
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné,  27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe
Zabriskie 1, 2021
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
Raphaël Van Lerberghe, 
Zabriskie 2, 2021
Tirage argentique C-print sous passe partout dessiné, 27 x 36 cm
 

Luxembourg Art Week, The Fair, preview (2), Jacques Charlier, Werner Cuvelier

Jacques Charlier, Please, 105 x 105 cm, 2013
Jacques Charlier, Androïd, 85 x 95 cm, 2007
Jacques Charlier, Poetry, 85 x 65 cm, 2020
Jacques Charlier, Fragile, 125 x 104 cm

Qu’il tente de libérer Venise d’une incroyable pudibonderie ou de réhabiliter Lamartine,  qu’il investisse toutes les doublures du monde dans un salon parlementaire , ou qu’il «warholise» ministres et autres célébrités, Jacques Charlier est, avec une saisissante labilité parodique et un sens critique aiguisé, un observateur attentif tant du microcosme du monde de l’art que de la société dans laquelle il agit. Naguère directeur des Zones Absolues, fondateur d’un Centre International de Désintoxication Artistique, pourfendeur d’idées reçues, d’anachronismes et incongruités, l’artiste vit et travaille en Wallagonie, ce pays où fleurissent les fronts de libération des chiens et des trottoirs, des coqs et des tilapias. En Wallagonie, il est de bon ton de fréquenter les centres de la lèche et de la brosse à reluire, les sociétés anonymes des bières et du tir aux pigeons, les comités de la tarte au riz et des marchés de Noël. Sans cesse à la recherche de la meilleure adéquation entre l’idée et le médium, Jacques Charlier privilégie une approche pluridisciplinaire. C ‘est un caméléon du style, un activiste «non exalté », un lecteur attentif de Jean Baudrillard comme de Paris Match qu’il parodie lorsqu’il s’agit d’éditer ses propres travaux. De cette société de l’art contemporain, il est très vite devenu, dès le la fin des années 60, l’observateur agissant des us et coutumes. Avec érudition et labilité, ses récents «Cent sexes d’artistes» en témoignent. Avec humour et bon sens, lorsque Sergio Bonati, son hétéronyme, déclare : «En Art pour être le premier, il est vivement conseiller d’être le suivant ». Ses caricatures, textes, bande dessinées, ses photographies de vernissages sont à la fois une la chronique d’une époque, un regard amusé, mais sans complaisance sur ce fort remuant microcosme, un abrégé des pratiques d’avant-garde, un démontage des discours théoriques qu’il détricote allègement, une critique permanente de la Curie et de l’incurie artistique.

«Des symbolistes à Charlier, écrit Yves Randaxhe, en passant par Duchamp (et naturellement Magritte), on osera aussi tendre un fil rouge qui va de l’ambition annoncée par Jean Moréas dans le Manifeste du Symbolisme de «vêtir l’idée d’une forme sensible» à la volonté duchampienne de «remettre la peinture au service de l’esprit», jusqu’au projet sans cesse réaffirmé du Liégeois de «mettre l’art au service de l’idée». C’est clair, l’héritage d’Ensor, de Rops ou de Magritte, le compagnonnage vécu avec Marcel Broodthaers, cela ne compte pas pour du beurre. Le doute, le décor, la pompe, car la peinture pompière a ses lettres de noblesse, le pamphlet, le simulacre sont autant d’armes redoutables. 

Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 119 x 10 x 10 cm
Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 119 x 10 x 10 cm
Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 119 x 10 x 10 cm

Werner Cuvelier produit une œuvre d’une grande richesse, qui prend souvent sa source dans le classe- ment, le catalogage et l’inventorisation de toute une série de faits et de données. Il réalise d’une part des graphiques basés sur des statistiques et des données primaires. D’autre part, il créé un travail géométrique, découlant de traitements formels issus du nombre d’or. À partir de ces deux angles, émergent des peintures et des sculptures, mais aussi des carnets d’esquisses et de notes, qui constituent une recherche incessante de la mise en images d’ordres, de structures et de col- lections. La méthode et la technique de la collecte, du traitement, de l’interprétation et de la présentation de carrés et de cercles apparaissent dans des tableaux d’aperçu, des graphiques et des figures telles que des histogrammes, des diagrammes en bâtons et desgraphiques linéaires. Cette approche scientifique, la répartition rigoureuse des lignes et l’activation res- trictive de telles procédures constituent le moteur du développement de son langage visuel. Si ces ordon- nances semblent mettre des éléments en lumière, les séries génèrent également une expérience esthétique propice à une forme de résilience.

Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 94 x 9,5 x 9,5 cm
Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 94 x 9,5 x 9,5 cm
Werner Cuvelier, Zonder titel (sans titre), 1996, mousse rigide et polystyrène, enduits. 94 x 9,5 x 9,5 cm

Luxembourg Art Week, The Fair, preview (1), Aglaia Konrad

Aglaia Konrad, Zweimal Belichtet

Dans leur quête d’une beauté convulsive, les Surréalistes en ont fait maintes fois usage. Man Ray ou Maurice Tabard, pour ne citer qu’eux, ont sondé les techniques d’impressions combinées, de solarisation, de montage ou de double exposition afin d’évoquer l’union dramatique du rêve et de la réalité, convoquant ainsi l’inconscient. Alors que la photographie est l’art de figer le réel, la double exposition est une manipulation du tangible, elle est unité dans la duplicité. En créant une image à partir de plusieurs, elle engage celui qui regarde à interpréter le représenté. Aglaia Konrad expérimente également cette technique de la double exposition. Ses travaux se nomment « Zweimal Belichtet », exposés à deux reprises. En fait, l’artiste accepte et exploite ce qu’on pourrait appeler des accidents de débrayage, là où la pellicule reste en place alors qu’elle aurait dû se déplacer. La même pellicule est exposée plusieurs fois et les prises de vues se superposent. Aglaia Konrad ne cherche aucunement l’effet. La pratique est apparue par accident, elle est plus ou moins due au hasard, dans des circonstances aléatoires et conduit dès lors à des résultats inattendus. L’image ainsi créée agit indépendamment, comme si l’oeil du photographe n’avait pas fixé la même chose que l’objectif de l’appareil photographique, comme si l’un et l’autre étaient ailleurs au même moment ; dans le cas qui nous occupe, l’un à Paris, l’autre à Sittard au Pays Bas. Le regard dès lors associe les images juxtaposées, agrège les photogrammes d’un film immobile, décompose les prises de vue et recompose les strates d’images. L’image ainsi révélée s’ancre singulièrement dans sa propre réalité, là où le langage des images affirme son autonomie. (JMB)

Aglaia Konrad
Zweimal Belichtet, 2016 (Cambridge -Wells 2013)
5 lambda C print

(…)The series Zweimal belichtet incorporates several rolls of film that were accidentally used twice. These mishaps were not programmed but the result of a specific working method that accompanies the analogue process. As Konrad photographs the same subjects in black and white and in colour, and hence constantly recharges her camera with different film rolls, a mix-up may occur in which she re-uses an already exposed film roll. Only after development she noticed the mistake: two shots taken at different moments and showing different subjects are mashed together in a layered and fractured image. The film rolls that unfurl before the viewer show a continuous flow of extremely hard to read images. As different spaces and times crash into one another, with their lines, colours and forms awkwardly fused, the world is no longer recognizable but becomes a hotchpotch of fragments. The double exposures are not superimposed in a discernable hierarchy, but coalesce into an intangible mess. Confronted with this clutter, the viewer starts to loose his bearings: his eye is unable to rest on one of the double takes, zooming in and out like an auto-focus camera. Indeed, the viewing experience is tantamount to what occurs while the photographer looks through his viewfinder: both observer and photographer seem immersed in that moment when the image is out of focus, when everything that meets the eye is in the process of becoming. But, while the ordeal of the photographer usually ends successfully, the viewer is not so lucky here: he remains stuck in this moment where everything still wavers between presence and absence. Although these images originated as failures, they are consciously recuperated as intriguing examples of an intrinsic part of the (analogical) photographie process. Their unreadability effectively overturns normative conceptions of the photographie image and its composition, but it also explores those unforeseen visual possibilities contained within the photographie medium. Indeed, these bewildering images are testimonial to the crucial role that chance plays in the photographie act. The photographie image, as a technological and chemical process, is the consequence of a camera that « looks » indiscriminately at the world, soaking in everything what is in front of it, making no distinction between what is important and what is not. It is in the slipstream of this automatic process that chance asserts its (potentially damaging) role. It is up to the photographer then to play with chance, to strike the right balance between control and surrender, and, in fact , to use chance as that « sting of the real » which invigorates the photograph. Yet Konrad’s double impressions seem to have arisen from a picture-taking system in which chance took over. As such, the y remind us of the dangerous (and therefore titillating) novelty the photographie act introduced in the visual culture oLthe 19th century, when, with the advent of the camera, anything could be depicted-whenever, whatever, wherever: such was the image-making credo introduced by the camera. When contingency takes the overhand and chance dominates the production of the image, the coherence the photographer is supposed to bring to the image collapses. As a result, the photographie agent is superimposed by an « other, » and perhaps more radical, image-making process, one in which the techno-scientific laws of the photographie system rule.(…) (Steven Humblet)

Aglaia Konrad
Selinunte, 2017
Héliogravure, 58,45 x 79,2 cm, 2019
ed 3 + 2 a.p

Luxembourg Art Week, The Fair, 11-13 novembre

La galerie Nadja Vilenne participe à l’édition 2022 de la Luxembourg Art Week, The Fair et sera heureuse de vous accueillir sur son stand 

JACQUES CHARLIER – WERNER CUVELIER – AGLAIA KONRAD – JACQUELINE MESMAEKER – LOIC MOONS   – RAPHAEL VAN LERBERGHE – GAETANE VERBRUGGEN

Early Access (sur invitation)
10 novembre 2022, 17.00–19.00

Preview (sur invitation)
10 novembre 2022, 19.00–22.00

Vernissage (sur invitation)
11 novembre 2022, 18.00–21.00

Ouverture au public
11 novembre 2022, 11.00–18.00
12 novembre 2022, 10.30–19.30
13 novembre 2022, 10.30–18.00

Glacis Square (Fouerplaatz)
L-1628 Luxembourg
Luxembourg

informations

Emergent nodigt uit / Emergent invites, les images (2)

Exhibition view
Aglaia Konrad,
BT 01, 2021
Inkjet print on fine art paper, aluminium, framed, 126 x 86 cm. Ex 1/3
Exhibition view
Aglaia Konrad
Undecided frames (Sainte Bernadette de Banlay, Nevers), 2013
Colors photography, 54 x 41 cm. Ex 1/1
glaia Konrad
Undecided Frames (Porto 2011), 2016
Colors photography, 54 x 41 cm. Ex 1/1
Aglaia Konrad
Undecided frames (Madrid), 2012
Colors photography, 54 x 41 cm. Ex 1/1
Aglaia Konrad
Undecided Frames (Hérémence 2012), 2016
Colors photography, 54 x 41 cm. Ex 1/1
Exhibition view
Brecht Koelman,
2022-02-27,
oil on linen on panel, 20 x 30cm, 2022
Brecht Koelman,
2021-11-9
oil on linen on panel, 20 x 25cm, 2021
Brecht koelman
2020-05-13B
Huile sur panneau, 24×30 cm, 2020.

Emergent nodigt uit / Emergent invites, les images (1)

Exhibition view
Loic Moons,
sans titre, 2022, 136 x 117 cm
Loic Moons,
Sans titre, 2022, 151 x 142 cm
Exhibition view
Sandrine Morgante
Figlie dei Militari, 2019
22 drawings, carbon paper, variable dimensions
Commissioned by Archivio magazine #4 The Unreal issue, Turin
Sandrine Morgante
Figlie dei Militari, 2019
22 drawings, carbon paper, variable dimensions
Commissioned by Archivio magazine #4 The Unreal issue, Turin
Sandrine Morgante
Figlie dei Militari, 2019
22 drawings, carbon paper, variable dimensions
Commissioned by Archivio magazine #4 The Unreal issue, Turin
Sandrine Morgante
Figlie dei Militari, 2019
22 drawings, carbon paper, variable dimensions
Commissioned by Archivio magazine #4 The Unreal issue, Turin
Jacqueline Mesmaeker,
Couloir, 2022, technique mixte sur papier
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée
Jacqueline Mesmaeker,
Escales, 2022, calque et image imprimée

Agenda Novembre 2022

Jacques Charlier 

– Bruxelles (B), The 1970s, Argos, du 24 septembre au 19 décembre 2022

– Luxembourg (L), Luxembourg Art week, the Fair, galerie Nadja Vilenne, du 10 au 13 novembre 2022

– Liège (B), #Focus 2022, Palais provincial, jusqu’au 20 novembre 2022

Werner Cuvelier

– Luxembourg (L), Luxembourg Art week, the Fair, galerie Nadja Vilenne, du 10 au 13 novembre 2022

Olivier Foulon

– Berlin (D), Footprints of a Collector: Reiner Speck — Mallarmé, Broodthaers et les autres, Galerie Michael Werner, jusqu’au 16 décembre 2022

Suchan Kinoshita

– Münster (D), Architektonische Psychodramen, Westfälischer Kunstverein, 125 octobre – 12 février 2023

Brecht Koelman

– Veurne (B), Emergent nodigt uit / Emergent Invites, jusqu’au 8 janvier 2023

Aglaia Konrad 

– Antwerpen (B), Umbau, FOMU, musée de la photographie d’Anvers, du 16 septembre au 15 janviers 2023 (solo)

– Veurne (B), Emergent nodigt uit / Emergent Invites, jusqu’au 8 janvier 2023

Jacques Lizène

– Bruxelles (B), The 1970s, Argos, du 24 septembre au 19 décembre 2022

Jacqueline Mesmaeker

– Veurne (B), Emergent nodigt uit / Emergent Invites, jusqu’au 8 janvier 2023

– St-Etienne (F), Janelas, musée d’art moderne et contemporain, jusqu’au 31 décembre 2022

– Luxembourg (L), Luxembourg Art week, the Fair, galerie Nadja Vilenne, du 10 au 13 novembre 2022

Sandrine Morgante

– Veurne (B), Emergent nodigt uit / Emergent Invites, jusqu’au 8 janvier 2023

Benjamin Monti

– Grand Lez (B), OR BOR séries, Exit 11, château de Petit Lez, du 11 septembre au 13 novembre 2022

Loic Moons

– Veurne (B), Emergent nodigt uit / Emergent Invites, jusqu’au 8 janvier 2023

– Luxembourg (L), Luxembourg Art week, the Fair, galerie Nadja Vilenne, du 10 au 13 novembre 2022

Gaetene Verbruggen

– Luxembourg (L), Luxembourg Art week, the Fair, galerie Nadja Vilenne, du 10 au 13 novembre 2022

 

Jacqueline Mesmaeker, Avant que j’oublie, Les Taupinières

Jacqueline Mesmaeker, Les Taupinières, 2022

Avant que j’oublie…. Mais oui, Jacqueline Mesmaeker pratique aussi le land art. Facétieuse, la voici qui propose de réintroduire les taupes dans nos jardins publics. L’artiste s’était déjà préoccupée de la disparition des lucioles ; cette fois, elle nous invite à protéger les taupes, ces petits mammifères fouisseurs vivant dans des galeries souterraines creusées dans la couche meuble de terre arable du sol, et dont la présence est signalée par les petits monticules de terre déblayée constituant les taupinières.  

Les promeneurs verront-ils ces taupinières sur les pelouses de l’Abbaye de la Cambre à Bruxelles, là même où l’artiste a fait ses études ? Elles ont été « installées » à l’occasion de l’exposition « Avant que j’oublie », conçue par Michel Van Dyck, un événement artistique urbain, original et singulier convoquant l’éphémère, l’impermanence, le temps qui passe, un programme d’œuvres qui n’offriront qu’un moment, celui de leur vie, aux regards des passants. Pour réaliser une taupinière, précise l’artiste, il vous faut un pot en terre à large ouverture. On y verse une terre de jardin, brune, prélevée à la campagne, et très légèrement humidifiée si nécessaire. Puis à l’aide d’un morceau de bois on remue la terre en mouvement circulaire pour qu’elle s’écoule à travers le trou du pot et forme petit à petit le monticule de la taupinière. Le tour est joué. Celles de l’abbaye de la Cambre ont été réalisées par le jardinier Baudouin Rey.

A propos des taupes, rappelons que celles-ci ne sont ni aveugles, ni myopes. La taupe possède juste une très mauvaise vue. « J’ai vu que tu n’as pas vu », ce titre d’un œuvre vidéographique de Jacqueline Mesmaeker, qui évoque la grâce qu’il nous est donnée de voir et d’apercevoir des chose si fragiles et éphémères soient-elles, est ici de stricte actualité.