Archives de catégorie : Gaetane Verbruggen

Luxembourg Art Week, les images (3)

Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2017, huile sur bois préparé, 15,6 x 21,7 x 4 cm
Gaetane Verbruggen, 2018, huile sur bois préparé, 12,5 x 8,8 x 4,8 cm
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2019, charbon de noix de coco et fusain sur papier encollé sur bois, 14 x 21 cm
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2019, charbon de noix de coco et fusain sur papier encollé sur bois, 14 x 21 cm
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2019, charbon de noix de coco et fusain sur papier encollé sur bois, 14 x 21 cm

Luxembourg Art Week, les images (2)

Brecht Koelman, 2018-02-14 , huile sur toile de lin, 20 x 25cm, 2018
Brecht Koelman, 2017-01-19, huile sur toile de lin, 30 x 45 cm, 2017
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2018, huile sur bois préparé, 17 x 22 x 4 cm
Brecht Koelman, 2019-04-1, huile sur toile de lin, 20 x 25 cm, 2019
Brecht Koelman, « 2019-03-24 », huile sur toile de lin, 20 x 25 cm
Brecht Koelman, 2016-08-18, huile sur toile de lin, 24 x 30 cm, 2016

Luxembourg Art Week, the fair, 8-10 novembre

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa participation à la 5e édition de Luxembourg Art Week, The Fair. 

BRECHT KOELMAN

BENJAMIN MONTI

GAËTANE VERBRUGGEN 

Vernissage : 8 November 2019, 18:00–21:00

Opening hours

8 November 2019, 11:00–21:00

9 November 2019, 10:30–19:30

10 November 2019, 10:30–18:00

Free entry

Halle Victor Hugo, 60, avenue Victor Hugo. L-1750 Luxembourg

Brecht Koelman, « 2018-07-1 », huile sur toile, 24 x 30 cm
 
Benjamin Monti, sans titre 2019, collage mural
Gaëtane Verbruggen, Sans titre, 2017,
huile sur bois préparé, 15,6 x 21,7 x 4 cm


Gaëtane Verbruggen, Biennale Mulhouse 019, du 7 au 11 juin

Gaëtane Verbruggen participe à la Biennale Mulhouse 019. Parc des Expositions de Mulhouse, du 7 au 11 juin 2019

Sans titre, 2019
charbon de noix de coco et fusain sur papier encollé sur bois, 14 x 21 cm

Initiée en 2001, «Mulhouse 019» favorise l’émergence d’une nouvelle scène artistique de création contemporaine. Organisé tous les deux ans, l’évènement permet de découvrir la création contemporaine issue des écoles d’art européennes.
Le principe est d’accueillir de jeunes plasticiens diplômés dans des conditions professionnelles. La sélection des exposants est effectuée par les directeurs d’écoles supérieures d’art ou sur proposition spontanée de postulants libres répondant aux mêmes critères d’étude. Cette année, 80 artistes représenteront la quasi-totalité des écoles d’art françaises, suisses, allemandes, italiennes, belges et roumaines. Des travaux riches et diversifiés seront exposés à travers de nombreux supports d’expression.
D’autres évènements et manifestations auront lieu à Mulhouse en parallèle et en partenariat à la biennale mulhouse 019 : exposition des lauréats de la biennale mulhouse 017 au Musée des Beaux Arts, de nombreuses expositions (La Filature, La Kunsthalle Mulhouse, Le Séchoir), le festival Mécaniques Urbaines avec un graffiti jam et un concert organisé au Noumatrouff, l’exposition O(ff)19, la soirée Punisher party 10.

 

Gaetane Verbruggen, Espace Jeunes Artistes, La Boverie, Liège

Gaëtane Verbruggen expose au musée de la Boverie à Liège, espace Jeunes artistes.

Du 7 Février au 31 mars 2019
Vernissage le mercredi 6 février 2019 à 18h

Les souvenirs sont tous « authentiques». En principe. On s’attache à un endroit, à une personne, à un objet ou encore parfois à un détail futile. Je cherche à révéler des instants, intraduisibles, fragiles, un peu flous. Mon intention n’est pas de les développer clairement mais de laisser l’esprit de chacun les interpréter librement, s’identifier aux images, se remémorer un sentiment, une émotion, une impression fugitive… Je prends plaisir à capter l’âme de ces instants du quotidien, à retranscrire ce trouble qui, parfois, anime le banal et l’insignifiant. Tout en préservant l’humilité. Durant la recherche effectuée sur ces souvenirs personnels, je me suis intéressée aux lieux oubliés, aux sites remplis d’histoires auxquels personne ne prête attention. Ces endroits, sans figure, qu’une lumière diffuse, blafarde, peut nous rappeler un instant, une anecdote. Nous avons alors la possibilité d’imaginer un passé, un souvenir, fussent-ils de quelques secondes seulement. Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes pour chaque instant. Nous avançons alors dans une fiction que l’on se construit. C’est une manière de découvrir de nouvelles perspectives sur le monde qui nous environne. Qu’il soit donc réalité ou imaginaire, venu d’une réminiscence ou non, le souvenir est commun à notre histoire à tous. Nous pensons dès lors avoir réussi à approcher la trace durable de toutes ces sensations. Et pourtant, « acquisition, conservation, transformation, expression, la mémoire est une symphonie en quatre mouvements». (Descartes) »

Gaëtane Verbruggen, les images (2)

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 12,5 x 8,8 x 4,8 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
charbon de noix de coco et fusain sur papier, 13,5 x 21 x 2 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Charbon de noix de coco et fusain sur papier, 13,5 x 21 x 2 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Charbon de noix de coco et fusain sur papier, 21 x 13,5 x 2 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 12,4 x 18 x 4,5 cm, 2017-18

Gaëtane Verbruggen
Sans titre, huile sur bois, 16 x 12 x 2 cm, 2017
Sans titre, huile sur bois, 15 x 12 x 2 cm, 2017

Gaëtane Verbruggen, les images (1)

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 15,6 x 21,7 x 4 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 12,5 x 8,8 x 4,8 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 15,5 x 21,2 x 4, 2017

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 20,5 x 15 x 4,8, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Crayon sur papier, 100,5 x 73,5 x 1 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen
Sans titre
Huile sur bois, 6 x 6 x 4,3 cm, 2018

Gaëtane Verbruggen, Une introduction

Sans titre, huile sur bois, 20,5 x 15 x 4,8, 2018

« Les souvenirs nous sont tous fidèles, en principe. On s’attache à un endroit, une personne, un objet, ou encore, à un détail futile … On se souvient vaguement de certaines choses, comme on peut se souvenir des détails les plus précis d’un objet, d’un décor, d’une sensation. Nos pensées peuvent se déformer avec le temps, on en arrive à ne plus distinguer le vrai du faux, à s’être persuadé d’une chose, alors qu’il en s’agit d’une autre, à rendre fictif une partie du souvenir.

Je cherche à extérioriser des instants intraduisibles et fragiles, un peu flous. Je prends plaisir à capter l’âme des instants du quotidien, retranscrire l’émotion face aux banalités de la vie ordinaire, et en accepter leur simplicité. Mes travaux sont donc le témoignage de diverses sensations restées encrées dans mon esprit, quelles soient dupées par le temps ou non.

Durant la recherche effectuée sur mes souvenirs, je me suis intéressée aux lieux oubliés. Ces sites remplis d’histoires, auxquels personne ne prête attention. Ces endroits sans figure, dotés de lumière diffuses et intimes, capables de nous rappeler une anecdote. Nous avons les moyens d’imaginer un passé, un historique fictif en quelques secondes. Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes à chaque instant. Nous avançons alors dans la fiction que l’on se crée et nous nous emparons ainsi d’instants irréels. C’est une manière d’observer de nouvelles perspectives sur le monde qui nous environne.

Qu’il soit réalité ou imaginaire, venu d’une réminiscence ou non, le souvenir est commun à notre histoire à tous. De tout cela, nous pensons dès lors avoir réussi à acquérir la trace durable de toutes ces sensations. Et pourtant, « acquisition, conservation, transformation, expression, la mémoire est une symphonie en quatre mouvements.» (Descartes).

Aussi, la fenêtre, traversant l’histoire de l’art avec par exemple van Eyck, Matisse, Van Gogh ou encore Magritte, suggère de nombreuses réflexions. Selon Alberti, le tableau serait comme une fenêtre ouverte. Où se trouverait, si seulement elle existe, la limite entre la réalité et l’imagination ? Pouvons-nous jongler avec le visible et l’invisible produit par une lumière naturelle ? Inconsciemment, nous sommes généralement capables de nous construire une image mentale dissimulée derrière les ouvertures de ces paysages d’intérieurs, jusqu’à peut-être avoir l’envie d’y pénétrer, comme si un nouveau monde se dessinait derrière le support. Je choisis d’utiliser ici la fenêtre en vue de révéler plusieurs propositions contradictoires ; l’intime et le public, le perceptible et l’imperceptible. »

Gaëtane Verbruggen

Cette exposition se tient dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège Académie royale des Beaux-Arts

Emilio Lopez-Menchero, Willem Vermeersch, Gaëtane Verbruggen, vernissage ce 8 juin

La galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous inviter aux vernissages des expositions personnelles de :

EMILIO LOPEZ-MECHERO
Paintings

Emilio Lopez Menchero

WILLEM VERMEERSCH
When You Come to a Fork in the Road, Take It

Willem Vermeersch

et dans le cadre des jurys de fin d’année de l’Ecole Supérieure des Arts de la Ville de Liège – Académie royale des Beaux-Arts

GAETANE VERBRUGGEN

Gaetane Verbruggen

Vernissage le vendredi 8 juin à 19h
Exposition du 9 juin au 15 juillet 2018
je – sa, 14-18h. et sur rendez-vous