Archives de catégorie : Gaetane Verbruggen

Art Rotterdam, les images (1)

Loic Moons (photo Charlotte Lagro)
Loic Moons 
Sans titre 2022 
Technique mixte sur panneau, 40 x 30 cm
Loic Moons 
Sans titre, 2022 
Technique mixte sur panneau
Loic Moons 
Sans titre 2022
Technique mixte sur toile, 93 x 75 cm
Loic Moons 
Sans titre 2022 
Technique mixte sur panneau, 40 x 30 cm
Loic Moons
Sans titre, 2021
Technique mixte sur panneau, 181 x 130 cm
Gaetane Verbruggen (photo Charlotte Largo)
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Charbon de noix de coco et fusain sur papier encollé sur bois, 14 x 21 cm
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 10 x 12,5 x 4,4cm.
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 8,3 x 11 x 4,1 cm.
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 11,8 x 17 x 4,2 cm.
Alevtina Kakhidze (photo Charlotte Lagro)
Alevtina Kakhidze
6.05.2022,
mixed media, 29,1 x 42 cm, 2022
Alevtina Kakhidze
also think that war is wasteful if no shelling to your side. 8.05.2022
mixed media, 42 x 29,8 cm, 2022
Alevtina Kakhidze
Arm them. 8.5..2022
mixed media, 42 x 29,1 cm, 2022

Gaëtane Verbruggen, Art Rotterdam, preview

Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 10 x 12,5 x 4,4cm.

Les souvenirs nous sont tous fidèles, en principe. On s’attache à un endroit, une personne, un objet, ou encore, à un détail futile. On se souvient vaguement de certaines choses, comme on peut se souvenir des détails les plus précis d’un objet, d’un décor, d’une sensation. Nos pensées peuvent se déformer avec le temps, on en arrive à ne plus distinguer le vrai du faux, à s’être persuadé d’une chose, alors qu’il en s’agit d’une autre, à rendre fictif une partie du souvenir.

Je cherche à extérioriser des instants intraduisibles et fragiles, un peu flous. Je prends plaisir à capter l’âme des instants du quotidien, retranscrire l’émotion face aux banalités de la vie ordinaire, et en accepter leur simplicité. Mes travaux sont donc le témoignage de diverses sensations restées encrées dans mon esprit, qu’elles soient dupées par le temps ou non.

Je me suis intéressée aux lieux oubliés, ces sites remplis d’histoires, auxquels personne ne prête attention, ces endroits sans figure, dotés de lumière diffuses et intimes, capables de nous rappeler une anecdote. Nous avons les moyens d’imaginer un passé, un historique fictif en quelques secondes. Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes à chaque instant. Nous avançons alors dans la fiction que l’on se crée et nous nous emparons ainsi d’instants irréels.

Selon Alberti, le tableau serait comme une fenêtre ouverte. Où se trouve dès lors, si seulement elle existe, la limite entre la réalité et l’imagination ? Pouvons-nous jongler avec le visible et l’invisible produit par une lumière naturelle ? Inconsciemment, nous sommes généralement capables de nous construire une image mentale dissimulée derrière les ouvertures de ces paysages d’intérieurs, jusqu’à peut-être avoir l’envie d’y pénétrer, comme si un nouveau monde se dessinait derrière le support. Je choisis d’utiliser ici la fenêtre en vue de révéler plusieurs propositions contradictoires ; l’intime et le public, le perceptible et l’imperceptible.

Gaëtane Verbruggen

Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 8,3 x 11 x 4,1 cm.
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 11,8 x 17 x 4,2 cm.
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 14,5 x 21,7 x 4,2 cm.
Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 8,3 x 11,3 x 4,2 cm.

Gaetane Verbruggen, Art au Centre #8, Liège

Gaëtane Verbruggen
Sans titre, 2021
Huile et fusain sur bois préparé, 10 x 12,5 x 4,4 cm.

Les souvenirs nous sont tous fidèles, en principe. On s’attache à un endroit, une personne, un objet, ou encore, à un détail futile. On se souvient vaguement de certaines choses, comme on peut se souvenir des détails les plus précis d’un objet, d’un décor, d’une sensation. Nos pensées peuvent se déformer avec le temps, on en arrive à ne plus distinguer le vrai du faux, à s’être persuadé d’une chose, alors qu’il en s’agit d’une autre, à rendre fictif une partie du souvenir.

Je cherche à extérioriser des instants intraduisibles et fragiles, un peu flous. Je prends plaisir à capter l’âme des instants du quotidien, retranscrire l’émotion face aux banalités de la vie ordinaire, et en accepter leur simplicité. Mes travaux sont donc le témoignage de diverses sensations restées encrées dans mon esprit, qu’elles soient dupées par le temps ou non.

Je me suis intéressée aux lieux oubliés, ces sites remplis d’histoires, auxquels personne ne prête attention, ces endroits sans figure, dotés de lumière diffuses et intimes, capables de nous rappeler une anecdote. Nous avons les moyens d’imaginer un passé, un historique fictif en quelques secondes. Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes à chaque instant. Nous avançons alors dans la fiction que l’on se crée et nous nous emparons ainsi d’instants irréels.

Selon Alberti, le tableau serait comme une fenêtre ouverte. Où se trouve dès lors, si seulement elle existe, la limite entre la réalité et l’imagination ? Pouvons-nous jongler avec le visible et l’invisible produit par une lumière naturelle ? Inconsciemment, nous sommes généralement capables de nous construire une image mentale dissimulée derrière les ouvertures de ces paysages d’intérieurs, jusqu’à peut-être avoir l’envie d’y pénétrer, comme si un nouveau monde se dessinait derrière le support. Je choisis d’utiliser ici la fenêtre en vue de révéler plusieurs propositions contradictoires ; l’intime et le public, le perceptible et l’imperceptible.

Gaëtane Verbruggen

Gaetane Verbruggen, Loïc Moons, Art Au Centre #8, Liège

A Liège, Gaetane Verbruggen et Loïc Moons participent à la 8e édition de Art au Centre.

Art au Centre est un projet de revitalisation du centre-ville de Liège par l’art. Il consiste à investir les vitrines des cellules commerciales vides pour y installer des œuvres d’artistes contemporains liégeois, belges et étrangers, afin d’offrir au visiteur un parcours artistique à travers la ville. Le livret explicatif et la carte du parcours sont disponibles gratuitement aux desks info des Galeries Saint-Lambert et de la Gare des Guillemins ainsi qu’au musée de La Boverie. Ces documents sont aussi à télécharger ici.

Gaetane Verbruggen occupe la vitrine du n°28, rue Pont d’Avroy

Loïc Moons occupe la vitrine du 137 – 139 En Féronstrée 

Du 3 février au 30 avril 2022. Vernissage le 4 février 2022 

 

Sophie Langohr, Gaetane Verbruggen, Marie Zolamian, J’ai rendez-vous avec elles, La Châtaigneraie, Flémalle, dès ce 29 janvier

Gaetane Verbruggen, collection Province de Liège

Sophie Langohr, Gaetane Verbruggen, Marie Zolamian participent à l’exposition J’ai rendez-vous avec elles à La Châtaigneraie, centre wallon d’art contemporain à Flémalle.

Du 29 janvier au 13 mars 2022. Vernissage le 28 janvier 2022 à 18h30. 

Cette exposition, à l’initiative de la Province de Liège et du Centre wallon d’Art contemporain – La Châtaigneraie, propose une mise en lumière des femmes artistes issues des quelques 3.000 œuvres que compte aujourd’hui la Collection artistique de la Province de Liège.  Grâce à une sélection d’œuvres variées, autant dans les techniques que dans les thématiques ou encore dans les périodes de création, La Châtaigneraie et la Province de Liège souhaite mettre à l’honneur une grande partie des plasticiennes de la Collection artistique provinciale. En cette période critique, notamment pour l’ensemble du secteur culturel, il nous paraissait intéressant de mettre en avant le travail des femmes artistes de notre région, rendre hommage à leur créativité et à leur pugnacité.

 

Paintings ! Gaëtane Verbruggen

Gaëtane Verbruggen, née en 1994, a terminé un master en peinture à l’ESAVL – Académie des Beaux-Arts de Liège. Son travail s’inscrit pleinement dans cette quête des choses absentes qui, par l’image, retrouvent une présence : « extérioriser, dit-elle, des souvenirs intraduisibles et fragiles, un peu flous. » Cela peut être des moments du passé, des attitudes, des situations d’autrefois, des lieux simplement entrevus ou au contraire durablement fréquentés, des espaces aujourd’hui à l’abandon ou désaffectés, qui tous s’inscrivent dans une sorte de continuum mental : car ce qui intéresse Gaëtane Verbruggen, ce sont également des choses absentes plus indéfinissables, des sensations et des émotions personnelles, ou encore certaines atmosphères liées à des couleurs, des odeurs, dont seule une image pourra rendre la présence, et lui donner un ou plusieurs sens. (Alain Delaunois)

[sociallinkz]

Jacques Lizène, Gaetane Verbruggen, Maris Zolamian, Côté Cour, Côté Jardin, Théâtre de Liège, Salle des Pieds Légers

Jacques Lizène, Gaetane Verbruggen et Marie Zolamian participent à l’exposition Côté Cour, Côté Jardin au Théâtre de Liège, Salle des Pieds Légers. 26.09 > 23.10.2021

 

Jacques Lizène, sculpture génétique, En piste 2021, musée de la Boverie, Liège

Le Théâtre de Liège et la Province de Liège inaugurent une collaboration autour de la Collection artistique provinciale.

Dès lors, à chaque nouvelle saison du théâtre, une invitation est offerte à une personnalité singulière (metteur·euse en scène, comédien·ne, scénographe, auteur·e) à poser un regard sur la collection et à faire un choix parmi les œuvres d’art de cette collection riche et variée trop peu connue du grand public. Cette exposition construite dans une transversalité vise à susciter un nouveau dialogue entre les œuvres ainsi qu’une découverte singulière pour les spectateurs.

Maggy Jacot sera la première à inaugurer ce cycle. Elle signe la création scénographique de Smith & Wesson d’Alessandro Baricco présentée au Théâtre de Liège en décembre. En regroupant intuitivement les œuvres de la Province, Maggy Jacot propose des histoires éphémères sans paroles, en une vision kaléidoscopique et non conformiste à l’image de sa compagnie Pop-Up, fondée avec Axel De Booseré.

VERNISSAGE LE 26.09 À 14:00

Expo accessible du mardi au samedi de 14 à 18:00 et les soirs avant chaque représentation

[sociallinkz]

Gaetane Verbruggen, En Piste, La Boverie, Liège, les images

Exhibition view
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2018
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Gaetane Verbruggen
Sans titre, 2020
Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm

La Boverie

Du 28 août au 6 septembre. Réservation obligatoire en raison de la situation sanitaire, via la billetterie en ligne.  L’entrée est gratuite, néanmoins la réservation obligatoire. La jauge permise est de 150 visiteurs par heure. Votre e-ticket sur smartphone est à privilégier. Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10 à 18h.

[sociallinkz]

Messieurs Delmotte, Gaetane Verbruggen, En Piste 2020, La Boverie, Liège

Messieurs Delmotte et Gaetane Verbruggen participent également à En Piste 2020, initiative menée par la Ville de Liège. Leurs oeuvres figurent dans une sélection faite au coeur des Collections de la Province de Liège par le service culturel provincial. Commissaire : Caroline Coste. 

Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2018, Huile sur bois, , 12,5 x 8,8 x 4,8 cm
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2018 Crayon sur papier, 73,5 cm x 100,5 cm
Messieurs Delmotte, Neither « In », neither « Off » In between Venice & Biennale, 2013, Vidéo. 00 :25 :55. Couleurs / Son Réalisation Messieurs Delmotte Images Alessandro Biasotto, Assistant : Rossella Cosimato. Edition 5/5
A l’avant plan La couillotine de Michel Antaki.
Gaetane Verbruggen, Sans titre, 2018, Huile sur bois, , 12,5 x 8,8 x 4,8 cm
Messieurs Delmotte, Neither « In », neither « Off » In between Venice & Biennale, 2013, Vidéo. 00 :25 :55. Couleurs / Son Réalisation Messieurs Delmotte Images Alessandro Biasotto, Assistant : Rossella Cosimato. Edition 5/5

Suite de 31 séquences vidéographiques, réunies sous un titre générique, Neither « In », neither « Off ». In between Venice & Biennale, réalisées à Venise, à l’invitation de l’association (_Sic) lors d’une résidence d’une dizaine de jours durant la Biennale 2013. Ces Messieurs se démuliplient dans tous les quartiers de la Sérénissime, enchaînant une série de gestuelles imprévisibles et absurdes. L’artiste pose en véritable dandy accordant un regard déridant voire caustique sur son environnement, démontant les mécanismes de conditionnement social qui déterminent notre existence. L’artiste précise qu’il ne s’agit là pas de performances, au sens physique et artistique, mais bien de “prestations”. D’autres images de cette suite ici

[sociallinkz]