Archives de catégorie : Jacques Lizène

Fizzles ! Les images (17)

Jacques Lizène
Projet pour un canon, une tourelle de blindé et fumigène [1980], Néo
Déco pour entrée de banque, 1988
Photocopie de dessin rehaussée à l’encre, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Paysage Landscape, sculpture nulle, armatures tordues, 1970
Encre sur papier, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Armatures, 1970 + fumigène, 1980
Aquarelle sur dessin photocopié, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Projet pour un canon, une tourelle de blindé et fumigène [1980], 1988
Encre et aquarelle sur dessin photocopié, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Projet de sculpture, armature à placer dans une galerie d’art
(petite usine démolie), 1970
Encre sur papier, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Projet pour un canon, une tourelle de blindé et fumigène [1980], 1988
Encre et aquarelle sur dessin photocopié, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Projet de caravane nulle, châssis de caravane [1970] avec roues [1974]
et armature de tente de camping placé sur roulettes, 1989
Encre et crayon sur papier, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Projet pour un canon, une tourelle de blindé et fumigène [1980], 1988
Photocopie de dessin rehaussée à l’encre, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Sculpture nulle, armature – placer dans une galerie d’art,
petite usine démolie [1970], 1980
Encre et aquarelle sur dessin photocopié, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Projet de sculpture avec armature dont une partie est
démolie [1970], 1980
Encre sur papier, 21 x 29,7 cm

Fizzles ! Les images (15)

Jacques Lizène, l’oeuf et les traces de maisons démolies, ruines contemporaines 

Jacques Lizène
Dessin médiocre, 1966
Encre et crayon sur papier de soie, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, 1966
Encre sur papier, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, art syncrétique, building gondolant, escaliers mécaniques, 1964 Au dos : projet de ruines, 1964-66
Encre et crayons de couleurs sur papier, 20,5 x 16 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, art syncrétique, building gondolant, escaliers mécaniques, 1964 Au dos : projet de ruines, 1964-66
Encre et crayons de couleurs sur papier, 20,5 x 16 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, trace de maison démolie, archéologie contemporaine [1970], Projet de sculpture nulle, 1980 Aquarelle et encre sur dessin photocopié, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Trace de maison démolie, 1964, archéologie contemporaine ou ruine contemporaines, projet de sculpture monumentale Aquarelle sur dessin photocopié, 29,7 x 21 cm

Fizzles ! Les images (11)

Un ensemble de 16 dessins. Projets d’entassements de toiles [1970], projets de toiles dans la toile [1970- 1980], projets de peintures médiocres, de nouvelles abstractions nulles, de  peintures néo-déco, d’entassements de toiles et de fumigènes, projets pour Museum, placards à tableaux, vieilles toiles de réserve de musée entassées , techniques diverses, dates diverses. 

Jacques Lizène
Entassement de toiles [1970], 1980
Encre et correcteur liquide sur papier, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Entassement de toiles [1970], et fumigène, 1980
Encre et aquarelle sur dessin photocopié
Jacques Lizène
Entassement de toiles, 1970 et fumigène, 1980
Encre sur papier, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Art du Nul, toile de toiles, 1970 – 1980
Encre sur papier, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Installation pour muséum, placard à tableaux d’après le
projet entassement de toiles et de cadres [1970], 1990
Encre sur papier, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Projet d’entassements de toiles, 1980
Encre et crayons de couleurs sur papier, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Toile de toiles, placard à tableaux, 1980
Encre et correcteur liquide sur papier, 25 x 12,5 cm
Jacques Lizène
Projet pour entassement de toiles
Encre sur papiers découpés, recto verso,
21 x 20 cm
Jacques Lizène
Placard à tableaux, entassement de toiles [1970],
en remake 2004
Crayon sur papier, 29,7 x 21 cm

Jacques Lizène. Lacan, l’exposition. Quand l’art rencontre la psychanalyse, Centre Pompidou – Metz

Jacques Lizène participe à l’exposition Lacan, l’exposition. Quand l’art rencontre la psychanalyse au Centre Pompidou à Metz. Du 31 décembre 2023 au 27 mai 2024. Galerie 2. Commissariat : Marie-Laure Bernadac et Bernard Marcadé, historiens de l‘art, associés à Gérard Wajcman et Paz Corona, psychanalystes. 

La pensée de Jacques Lacan est avec celles de Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Derrida et Gilles Deleuze, essentielle pour comprendre notre contemporanéité. Or, si des hommages et des expositions ont déjà considéré la plupart de ces figures intellectuelles, la pensée de Lacan reste à ce jour, sur le plan muséal, inexplorée, alors que ce dernier a entretenu une relation très forte avec les œuvres d’art. 

Lacan a fréquenté au plus près l’art et les artistes du XXe siècle (Salvador Dalí, André Masson, Georges Bataille, Pablo Picasso ou encore Dora Maar) et n’a eu de cesse de puiser dans l’art de tous les temps dans son enseignement. Plus de 40 ans après la mort du psychanalyste, l’exposition du Centre Pompidou-Metz explorera les relations privilégiées de Lacan avec l’art en mettant en résonance à la fois les oeuvres qu’il a lui-même indexées, les artistes qui lui ont rendu hommage, ainsi que les œuvres modernes et contemporaines qui font écho aux grandes articulations conceptuelles de sa pensée. 

Lacan ouvre un champ novateur qui s’inscrit au cœur de notre modernité et de notre actualité. On se débat aujourd’hui avec des problèmes de sexe, d’amour, d’identité, de genre, de pouvoir, de croyances ou d’incrédulité, autant de questions sur lesquelles le psychanalyste a apporté des repères précieux. 

Le parcours est à voir et à expérimenter comme une traversée des notions spécifiquement lacaniennes, à commencer par le stade du miroir, qui a fasciné nombre d’artistes et de cinéastes. Puis est interrogé le concept de lalangue, mot inventé par Lacan pour désigner une forme et une fonction du langage plus en prise avec ce que le psychanalyste qualifie de réel, et qui résonne avec le travail d’artistes qui ont joué avec les mots, le double sens, le babillage, voire le langage des oiseaux, sans oublier le rapport à la poésie. La section Nom-du-Père sera quant à elle l’occasion de repenser la notion patriarcale. S’ouvre alors la section de l’objet a, une invention de Lacan pour qualifier l’objet cause du désir en tant que manque, reste et chute, qui se déploiera en de multiples orientations : chute, phallus, sein, corps morcelé, merde, voix, rien, regard et enfin trou. 

La section La Femme n’existe pas est dédiée à la fameuse formule de Lacan qui insiste sur le fait qu’il n’existe pas d’essence de la femme, et montre les œuvres d’artistes qui mettent en perspective les représentations misogynes. La féminité est souvent multiple et la section mascarade rendra hommage au concept de Joan Rivière, repris à son compte par Lacan. La mascarade est à l’œuvre chez de nombreux artistes qui recourent aux travestissements, confirmant la position de Lacan pour qui l’anatomie n’est pas le destin, à savoir que le genre ne correspond pas nécessairement au sexe assigné à la naissance. 

Selon la fameuse formule de Lacan, Il n’y a pas de rapport sexuel. Tel est le titre d’une section organisée autour de la réplique du Grand Verre de Duchamp, dans lequel la jouissance de la mariée du registre du haut s’effectue sans qu’il y ait de contact physique avec les célibataires du registre du bas. L’amour, qui est pour Lacan « ce qui supplée à l’absence de rapport sexuel » (Encore, Le Séminaire, Livre XX, texte établi par Jacques-Alain Miller, Paris, Seuil, 1975), est néanmoins ce qui ouvre à la jouissance – « Seul l’amour permet à la jouissance de condescendre au désir » (L’Angoisse, Le Séminaire Livre X, texte établi par Jacques-Alain Miller, Paris, Seuil, 2004). Une section explorera la jouissance, féminine d’abord, dont Lacan situe l’acmé dans les jaculations mystiques figurées dans L’Extase de sainte Thérèse du Bernin, et qui trouvent des avatars contemporains dans les œuvres d’Anselm Kiefer, ORLAN, jusqu’aux performances des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence. 

Les dernières années de l’enseignement du psychanalyste font la part belle à la topologie, aux nœuds borroméens, aux bandes de Moebius et autres bouteilles de Klein. La dernière section de l’exposition reflète autant l’intérêt porté par Lacan pour les nœuds et tressages de François Rouan, artiste qu’il rencontra à la Villa Médicis et pour lequel il écrivit un texte, que l’influence des préoccupations topologiques de Lacan sur les artistes contemporains

Jacques Lizène, Couleur chocolat, peinture à la matière fécale [1977], en diptyque, 1993, 80 x 200 cm. Collection FRAC Poitou-Charentes.

Marie-Laure Bernadac et Bernard Marcadé ont choisi une Peinture analitique du Petit Maître, Couleur chocolat, appartenant à la collection du FRAC Poitou Charentes. 

Dans le catalogue Collection, fin XXe, 1983-1995, Douze ans d’acquisitions d’art contemporain en Poitou-Charentes, on lira la notice suivante : 

Jacques Lizène, petit maître liégeois de la deuxième moitié du XXème siècle, se définit ainsi lui-même. Dans la lignée des artistes symbolistes et surréalistes belges, et d’autres plus proches comme Broodthaers, Lizène parle del’ art tout en le pratiquant, réalisant des installations, des performances et parfois des oeuvres au sens traditionnel du terme. Se situant dans le champ de l’art, Jacques Lizène précise qu’il est artiste de la médiocrité : Je peux faire des oeuvres médiocres ou même très mauvaises mais également des chefs-d’oeuvre (sic) en tes signifiant évidemment comme étant de l’art de ta médiocrité. Cela devient un travail sur l’idée de Jugement, qui appartient aussi à l’humour. La facétie en art (même quand elle semble manquer d’intérêt) a comme qualité principale, et c’est son mérite, d’être justement facétie.,, elle se suffit à elle-même’. Son discours critique est inclus dans l’oeuvre qu’il nous propose, c’est pourquoi l’expliquer est sans doute superflu. Aussi, la description précise de la pièce peut-elle servir de commentaire. Ayant vérifié que dans la célèbre boîte de conserve de Piero Manzoni, Merde d’artiste (1961), il n’y avait rien, Jacques Lizène décide en 1977 de devenir son propre tube de couleur  et, appliquant à la lettre les théories freudiennes, peint avec sa matière fécale. Afin d’obtenir des coloris variés et délicats il décide de contrôler tes aliments. Démarche : survivre … , boire, manger, déféquer, peindre avec, tenter la transformation en argent … pour, à nouveau boire et manger, déféquer, peindre avec, transformer sa peinture en argent … pour … etc …  Cette peinture analytique ou Mur des défécations est composée de briques peintes les unes après les autres, rappelant les constructions que l’on rencontre dans les villes du Nord. La merde est le luxe de la vie. Elle est, précisément, ce qui lui permet de continuer à être. ( .. .) Accepter la perte, c’est consentir à la vie. Interrompre le cycle, récupérer la matière pour peindre son mur, brique après brique, c’est donc faire de l’art avec son refus de la vie. Construire son oeuvre en acceptant de n’être’. . A plusieurs reprises, Jacques Lizène s· est exprimé sur L’art d’attitude, qui définit sa position parmi les artistes contemporains : C’est le choix d’un point de vue, et le positionnement de celui-ci, sur l’Homme et sur l’art. ( … ) Il y a donc attitude chez les Dadaïstes, le mouvement Fluxus et bien d’autres ( .. .) Quel est /’intérêt des nouveaux artistes d’art d’attitude ? Il est justement dans ce qu ‘Ils font émerger/’ attitude comme le significatif de leur oeuvre, et en cela, ils sont les révélateurs de ce qui sera peut-être reconnu comme la singularité fondamentale de l’art du XXème siècle: L’attitude en art.

Fizzles ! Les images (9)

Jacques Lizène 
Plis d’un morceau de papier d’une certaine grandeur, s.d. (ca 1964-1970)
tapuscrit sur papier plié
Jacques Lizène 
Plis d’un morceau de papier d’une certaine grandeur, s.d. (ca 1964-1970)
tapuscrit sur papier plié
Jacques Lizène
Mur (je ne procréerai pas)
Film 16 mm numérisé, édition Yellow, 1971. 
NB, sans son, 2:56
Exhibition view

Fizzles ! Les images (7)

Jacques Lizène
Dessin médiocre, buildings, 1964-66
Encre sur papier, 21,5 x 27 cm
Jacques Lizène
Le sexe et la multitude, dessin médiocre, 1966
Encre sur papier sur papier déchiré, 16 x 21,5 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, le sexe et la multitude, 1966
Encre sur papier, 18,5 x 27 cm
Jacques Lizène
Dessin minable, le sexe et la multitude, 1966
Encre sur papier, recto verso , 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Projet de sculpture, 1965
Encre et crayon sur papier déchiré

Jacques Lizène
Projet de sculpture à exposer dans une galerie d’art de
la ville, dessin raturé, 1965
Encre et crayon sur papier, 27 x 21 cm
Jacques Lizène
Projet [1980], projet pour Articulture II, Drève de Mariémont, 1987
Encre et correcteur liquide sur photographie retouchée photocopiée, 21 x 29,7 cm
Jacques Lizène
Avion à la Picasso années 50, comme il n’en a pas fait, 1980, projet de sculpture nulle
Impression sur calque, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Sculpture génétique culturelle, 1984
Encre sur papiers collés, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Ma vivante callipyge. Sd.
encre sur bout de papier, 16 x 7,5 cm
Jacques Lizène
Projets pour l’abécédaire du Tome III, 2009
Encre sur papier déchiré, 18 x 21 cm

Fizzles ! Les images (5)

Jacques Lizène
Dessin médiocre, art syncrétique, 1966
Crayon sur papier de soie, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Art syncrétique, 1966
Crayon sur papier, 29,7 x 21 cm
Jacques Lizène
Dessins médiocres, Art syncrétique, 1964
Crayon sur carton, recto-verso, 26,5 x 20 cm
Jacques Lizène
Projet de 4 paysages suivant le bord du cadre de la toile, 1966
Encre sur papier, 15 x 13,5 cm
Jacques Lizène
4 paysages sur le bord de la toile, projets de peinture (2 projets de toiles), 1966
Encre sur papier déchiré, 19,5 x 21 cm
Jacques Lizène
Servitudes, projet de toile, 1966
Crayon sur papier déchiré, 12 x 13,5 cm
Jacques Lizène
Art spécifique, 1970
Encre sur papier, 27 x 21,5 cm

Fizzles ! Les Images (4)

Exhibition view
Exhibition view

Un ensemble d’une vingtaine de dessins médiocres et minables 1964 – 1966, art syncrétique, le sexe et la multitude, projets de paysages en bord de cadre, buildings gondolants. Art spécifique 1970. Avion comme Picasso n’en a pas fait, 1980. Projet de sculpture nulle, 1987. Sculpture génétique culturelle 1984, Petits dessins médiocres 2009. Projet de sculpture à exposer dans une galerie d’art de la ville. Crayon sur papier, 1965. Techniques mixtes sur papier et photocopies, une impression sur transparent. Une sélection faite par Michel Assenmaker. Bon nombre sont recto verso. Nous révélons les verso ici. 

Jacques Lizène
Dessin médiocre,
Art syncrétique, 1964
Crayon sur carton, recto verso,
19 x 17 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre, art syncrétique, 1964
Crayon et encre sur carton, recto verso, 22,5 x 17,5 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre,, art syncrétique,, 1964
Crayon sur carton,, recto verso,, 15 x 18 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre,, Art syncrétique, 1964
Crayon sur carton, recto verso,, 16 x 15 cm
Jacques Lizène
Dessin médiocre,, art syncrétique,, 1964
Crayon sur carton, recto verso,, 17 x 21 cm

Fizzles ! Les images (3)

Jacques Lizène
Peinture nulle, art syncrétique [1964] et sculpture génétique [1970], s.d.
Technique mixte sur peinture trouvée
 
Michel Assenmaker 
Firenze, 2023
Collage
 
Jacqueline Mesmaeker
Scotch, 2009
Projets de couverture pour l’ouvrage Le dess(e)in : entre projet et procès.
Technique mixte sur papier
Exhibition view
Exhibition view
Jacqueline Mesmaeker
Couloir, 2023
Technique mixte sur papier
Exhibition view
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2020
Technique mixte sur papier
Jacqueline Mesmaeker
Variables, 2020
Technique mixte sur papier

Fizzles ! Les images (1)

Vue d’exposition
Jacques Lizène
Peinture nulle, art syncrétique [1964] et sculpture génétique [1970], s.d.
Technique mixte sur peinture trouvée, 34 x 27 cm
Michel Assenmaker 
Firenze, 2023
Collage, 17,5 x 23,5 cm
Jacqueline Mesmaeker
Scotch, 2009
Projets de couverture pour l’ouvrage Le dess(e)in : entre projet et procès.
scotch sur papier, (2x) 29,7 x 21 cm